L'Histoire insolite du troisième cofondateur méconnu d'Apple

L’Histoire insolite du troisième cofondateur méconnu d’Apple

L'histoire du troisième cofondateur méconnu d'Apple, une révélation surprenante dans le monde des voyages. Plongez dans cette incroyable découverte !

La Fascinante Histoire du Troisième Cofondateur Méconnu d’Apple

Même les personnes peu intéressées par la technologie sont capables de citer les noms d’au moins un des cofondateurs d’Apple, voire deux. Il y a de fortes chances que le nom qu’ils évoquent soit celui de Steve Jobs, tandis que ceux un peu plus initiés mentionneront probablement Steve Wozniak. Cependant, très peu de gens peuvent citer le nom du troisième cofondateur clé, qui est devenu légendaire pour une raison bien différente de Jobs ou de Wozniak. Son nom est Ronald Wayne, et d’une certaine manière, on pourrait le comparer à Pete Best des Beatles dans le contexte d’Apple Computers. Tous deux ont fait leur travail et l’ont bien fait, mais pour une raison quelconque, que ce soit parce qu’ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment ou qu’ils ont pris une décision coûteuse de plusieurs milliards de dollars, ils se sont retrouvés de l’autre côté de l’équation par rapport à leurs collègues cofondateurs juste avant que ces derniers ne connaissent un énorme succès.

Les Débuts d’Apple

Nous sommes en 1976, à l’apogée de la musique disco, et les ordinateurs de l’époque – tout comme les cols de chemise – étaient énormes. Deux décrocheurs universitaires ont décidé qu’il était temps de réduire la taille des ordinateurs pour les rendre plus gérables et accessibles afin que la personne moyenne puisse se permettre d’avoir un ordinateur chez elle. Les deux en question étaient Steve Jobs et Steve Wozniak, des noms qui allaient devenir légendaires dans le monde de la technologie. En 1976, ils se trouvaient dans le garage de Jobs à bricoler sur des cartes de circuits. Selon Britannica, les deux s’étaient rencontrés au lycée et leur première entreprise consistait à vendre un dispositif de piratage téléphonique permettant de passer des appels interurbains depuis des cabines téléphoniques sans payer. Wozniak et Jobs étaient membres du Homebrew Computer Club, et après avoir vendu la voiture de Jobs et la calculatrice programmable de Wozniak, ils se sont mis au travail sur un micro-ordinateur. Leur produit a rencontré un succès fulgurant, et dès que les affaires ont commencé à décoller, ils ont intégré un certain Ronald Wayne dans l’équipe.

Qui est Ronald Wayne?

Selon le site web de Wayne, il est né à Cleveland, Ohio, le 17 mai 1934. Durant les années 1950, 1960 et 1970, Wayne a travaillé en tant qu’ingénieur électro-mécanique et développeur de produits. Jobs et Wozniak connaissaient Wayne, et peut-être afin d’anticiper la direction vers laquelle se dirigeait leur entreprise naissante, ils ont fait appel à lui. Wayne était dans la quarantaine, tandis que Jobs était âgé de 25 ans et Wozniak de seulement 21 ans, il a donc été intégré pour apporter un peu de « soutien adulte » à la paire. Wozniak était le magicien de la technologie, Jobs était le visionnaire, et Wayne apportait une grande expérience. Wayne est également l’auteur du premier logo de l’entreprise, qui ne sera utilisé que pendant environ un an avant d’être remplacé par une version précoce de l’emblématique logo actuel.

Apple Dévoile l’Apple I

Les fondateurs d’Apple ont produit leur premier produit et l’ont baptisé l’Apple I. Selon la Bibliothèque du Congrès, il s’agissait essentiellement du cœur de ce que la plupart des gens considéraient comme un ordinateur, car l’Apple I était vendu sans moniteur, clavier, souris ou même boîtier de protection, ce qui signifiait qu’ils étaient destinés à être achetés par des passionnés qui aimaient bidouiller avec les ordinateurs. Wozniak a conçu la carte de circuit tandis que Wayne rédigeait le manuel d’utilisation, selon le Museum d’Apple. Apple vendait les ordinateurs à 666,66$ pièce, ce qui équivaudrait à plus de 3 000$ aujourd’hui. Le propriétaire d’un magasin d’informatique appelé le Byte Shop a aimé ce qu’il a vu avec l’Apple I et a voulu en acheter 100 unités. Bien que cela puisse sembler être l’une des meilleures choses qui puisse arriver à une jeune entreprise, c’était aussi le moment qui a causé à Ronald Wayne beaucoup d’inquiétudes quant à son implication chez Apple.

Ronald Wayne a des Doutes

Selon une interview accordée à Insider, Jobs a conclu un accord avec le Byte Shop selon lequel le revendeur d’ordinateurs achèterait entre 50 et 100 unités de l’Apple I. Après cet accord, Jobs a emprunté 15 000$ pour fabriquer les ordinateurs, mais c’est à ce moment que Wayne a commencé à voir des signaux d’alarme. Le Byte Shop avait une réputation dans le monde de l’informatique pour ne pas payer ses factures, et si cela arrivait à Apple, l’entreprise se retrouverait à devoir rembourser ces 15 000$. Jobs et Wozniak étaient tellement jeunes, alors que Wayne était établi et avait des actifs à préserver. Il craignait que toutes les dettes de l’entreprise ne retombent sur lui. Cette préoccupation, associée à sa conviction qu’il n’avait ni le temps ni l’énergie nécessaire pour s’engager pleinement dans l’entreprise, l’a amené à quitter Apple. Ainsi, seulement 12 jours après la création de l’entreprise, Wayne a fait retirer son nom du contrat. Il a reçu 800$ pour sa part de 10% dans l’entreprise. Aujourd’hui, cette part de 10% vaudrait environ 80 milliards de dollars.

Apple Connaît le Grand Succès

Une fois sans Wayne, Apple a poursuivi son chemin. L’Apple I s’est plutôt bien vendu, mais l’entreprise a touché le jackpot avec son successeur, l’Apple II. C’est ce produit qui a propulsé Apple sur le devant de la scène et lui a permis de devenir l’une des entreprises les plus valorisées au monde. L’Apple II était un ordinateur complet dans le sens où il incluait un clavier et un moniteur. Il était bien plus convivial pour ceux qui n’étaient pas déjà des passionnés d’informatique. Il proposait même des graphismes en couleur, une première.

Ronald Wayne Aujourd’hui

Malgré la somme d’argent astronomique que Wayne a laissée passer, il a déclaré qu’il n’avait aucun regret concernant sa décision. « Je me serais retrouvé au service documentation à dispatcher des papiers pour les 20 prochaines années », a-t-il déclaré. Il a également dit qu’il savait déjà à l’époque qu’il « marchait dans l’ombre des géants » et que s’il était resté chez Apple, il n’aurait jamais eu de projet propre. « Je peux dire ceci, cependant. Je n’ai jamais été riche, mais je n’ai jamais non plus été affamé », a-t-il déclaré. Selon CNBC, Wayne a conservé ce contrat original d’Apple jusqu’aux années 1990, date à laquelle il l’a vendu pour 500$. « J’avais ce contrat Apple qui traînait dans mon classeur, couvert de poussière et de toiles d’araignée, et je me suis dit, pourquoi devrais-je le garder ? » a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *