La Vérité Cachée sur les Camps de POW Allemands en Amérique durant la WWI

La Vérité Cachée sur les Camps de POW Allemands en Amérique durant la WWI

Les camps de prisonniers allemands en Amérique durant la WWI : une histoire méconnue de détention et d'échange de soldats et civils après l'entrée en guerre des États-Unis.

Share your love

Introduction aux Camps de Prisonniers de Guerre Allemands en Amérique durant la Première Guerre Mondiale

Alors que les États-Unis restaient initialement neutres durant la Première Guerre Mondiale, les actions de l’Allemagne en 1917, y compris le naufrage de navires ayant entraîné la mort de citoyens américains, ont poussé le président Woodrow Wilson à demander au Congrès de déclarer la guerre. Quelques mois plus tard, une mesure drastique fut prise : la Proclamation No. 1408 limitait les déplacements des Allemands aux États-Unis et les contraint à s’enregistrer auprès du gouvernement, les jeunes hommes et adolescents allemands se trouvèrent alors suffisamment suspects pour être arrêtés et détenus.

De nombreux Allemands apprendront cette réalité de la manière la plus difficile. Qu’ils soient civils ou militaires, sans distinction officielle de leur statut en tant que prisonniers de guerre, ils se retrouvèrent enfermés dans plusieurs camps à travers les États-Unis, et pour certains, sans jamais en sortir.

German prisoners lounging outside
National Archives and Records Administration/Wikimedia Commons

Les Années de Limbes pour de Nombreux Prisonniers

Avant même que les États-Unis ne déclarent la guerre à l’Allemagne en 1917, des citoyens allemands en Amérique et ses territoires avaient déjà commencé à ressentir les effets du conflit. Les équipages de bateaux allemands, comme ceux du SS Cormoran, se retrouvèrent bloqués et surveillés par l’armée américaine.

Les détenus de ces bateaux, et d’autres navires situés dans des ports comme New York ou Boston, se virent confinés dans diverses installations pendant que le gouvernement réfléchissait à un plan. Finalement, la décision fut prise de construire des camps spécifiques, dont la construction serait assurée par les prisonniers eux-mêmes.

The SS Cormoran at sea
Naval Academy Mürwik/Wikimedia Commons

Trois Camps Militaires pour les Prisonniers

Le gouvernement américain décida d’utiliser trois emplacements comme camps de POW sous l’autorité de l’armée : Fort Oglethorpe et Fort McPherson en Géorgie, et Fort Douglas dans l’Utah. Ces sites durent être rapidement adaptés pour accueillir des centaines, voire des milliers, de détenus.

Les locaux, bien qu’initialement réticents à l’idée d’avoir des camps de POW près de chez eux, y virent finalement une opportunité économique, en particulier en Utah. Cependant, lorsque les prisonniers commencent à être transférés de l’Utah vers la Géorgie en 1918, les habitants de l’Utah exprimèrent leur mécontentement de voir cette source de revenus leur échapper.

Men walking past barbed wire fences at Fort McPherson
National Archives and Records Administration/Wikimedia Commons

Une Détention Insolite dans une Ville de Vacances

Théoriquement, les trois bases militaires n’étaient destinées qu’aux détenus officiels, c’est-à-dire aux combattants ennemis. Pour les Allemands arrêtés qui n’étaient pas impliqués dans des actions militaires, un autre lieu fut choisi pour leur détention : la ville de villégiature isolée de Hot Springs en Caroline du Nord.

Ce camp offrait non seulement un paysage magnifique, mais aussi l’accès à des aménités telles qu’une piscine. Les projets de construction des détenus à Hot Springs surpassèrent ceux des autres camps, avec l’édification d’un village complet dans le style allemand, comprenant chapelles, cabanes, et même un manège.

Modern aerial view of Hot Springs, North Carolina
Wendyolsenphotography/Getty Images

Des Détentions parfois Absurdes

Contre toute attente, les détentions ne se limitaient pas seulement à Hot Springs. De nombreuses raisons invraisemblables ont mené à l’arrestation de civils, allant du chef d’orchestre du Boston Symphony Orchestra, Karl Muck, arrêté pour son appréciation de Bach, au poète Erich Posselt, pour un vers jamais publié se moquant légèrement de l’Amérique.

German POWs with musical instruments
National Archives and Records Administration/Wikimedia Commons

Un Traité Humain mais Réglementé

La manière dont les POW étaient traités dans ces camps fut souvent décrite comme « humaine ». L’objectif des États-Unis était clairement de montrer au monde que leurs prisonniers étaient bien traités, dans l’espoir que cela influencerait le traitement des soldats américains détenus en Allemagne.

Les rations alimentaires étaient les mêmes que celles des soldats américains, et les conditions de vie générales reflétaient cette politique de traitement équitable.

Dormitory Fort Douglas bunk beds
Library of Congress/Wikimedia Commons

Le « Camp des Millionnaires »

Fort Oglethorpe abritait le Camp A, également connu sous le nom de « Camp des Millionnaires ». Bien que tous ses 90 prisonniers n’étaient pas réellement millionnaires, ils disposaient de moyens financiers suffisants pour payer la somme requise pour un traitement de faveur, incluant la permission de cultiver des jardins privés et des conditions de vie grandement améliorées par rapport à celles des détenus ordinaires.

Well-dressed German POWs posing
National Archives and Records Administration/Wikimedia Commons

La Lutte contre l’Ennui au Sein des Camps

Pour contrecarrer les effets dévastateurs de l’enfermement sur leur état d’esprit, les prisonniers avaient à leur disposition une myriade d’activités, allant des sports en plein air à des initiatives plus intellectuelles, comme la mise en place d’universités de camp avec des cours dispensés par des professeurs de renom.

German prisoners building a miniature ship
National Archives and Records Administration/Wikimedia Commons

Grèves et Évasions : Des Problèmes au Sein des Camps

Même si les conflits majeurs étaient rares, quelques problèmes persistaient, notamment des tentatives d’évasion. Bien que réussir à s’échapper fût peu fréquent, certains prisonniers y parvinrent, mettant en lumière les failles dans la sécurité des camps.

The main entrance to the war prison barracks at Fort Oglethorpe
National Archives at College Park/Wikimedia Commons

Les Femmes n’étaient pas à l’Abri de la Détention

Malgré l’absence de mention spécifique dans la Proclamation No. 1408, les femmes allemandes n’échappaient pas totalement à la détention. Certaines furent emprisonnées sur des accusations vagues, témoignant de l’application large et parfois arbitraire des mesures de sécurité.

Brownstones in the West Village
Matej Kastelic/Shutterstock

Les Défunts Allemands Enterrés Localement

Les Allemands qui moururent dans les camps furent enterrés dans les cimetières locaux. Certains, comme Heinrich Knappke, tué de manière tragique, reçurent des funérailles militaires complètes. Les épidémies de typhoïde et la pandémie grippale de 1918 ajoutèrent à l’attristante liste des décès.

Coffin of German POW with wreaths and sailors
National Archives and Records Administration/Wikimedia Commons

Après la Fin de la Guerre

La fin de la Première Guerre Mondiale ne signifia pas la libération immédiate pour les prisonniers allemands en Amérique. Le Traité de Versailles, signé six mois après l’armistice, marqua le début du rapatriement des prisonniers vers l’Allemagne, un processus long et douloureux qui laissa un goût amer à beaucoup.

German prisoners reading a notice board
National Archives and Records Administration/Wikimedia Commons

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌