La malédiction Madden frappe les stars NFL et les rares échappés

La malédiction Madden frappe les stars NFL et les rares échappés

La malédiction Madden frappe les stars NFL, découvrez qui en a réchappé. Les conséquences de figurer sur la célèbre couverture du jeu vidéo.

Share your love

La Malédiction Madden : Entre Gloire et Malchance

Depuis plusieurs décennies, la franchise « Madden NFL » règne en maître sur les jeux vidéo de football américain. Lancé en 1989, le jeu a connu une popularité croissante depuis son association officielle avec la NFL en 1993. À l’origine, le créateur emblématique John Madden était en couverture du jeu pour ses dix premières années. Cependant, à partir de 1999 et chaque année depuis, à l’exception de « Madden NFL ’23 » en hommage à Madden lui-même, ce sont des joueurs éminents de la ligue qui ont eu cet honneur. Malgré l’apparente grandeur que représente cette sélection, pour certains, il s’agit en réalité d’une malédiction. Selon la légende, le joueur choisi pour figurer sur la couverture est destiné à connaître une saison terrible. Ce qui est devenu la fameuse « Madden Curse » a commencé à marquer les esprits au début des années 2000 lorsque plusieurs des joueurs en couverture ont connu des saisons marquées par des blessures ou des performances médiocres. Bien que tous les athlètes en couverture n’aient pas été touchés par la malédiction, certains ont enregistré des saisons moyennes voire quelconques durant leur règne. Quelques-uns ont même brisé la malédiction en réalisant des saisons record ou en étant nommés MVP de la ligue. Retour sur les joueurs de la NFL qui ont été affectés par la prétendue malédiction Madden, et sur les rares qui ont réussi à la briser.

Garrison Hearst (Madden ’99) : La Première Victime

En 1999, le running back des San Francisco 49ers, Garrison Hearst, est devenu le premier athlète à apparaître sur la couverture du jeu « Madden NFL ’99 », succédant ainsi à John Madden. Lors de la saison précédente en 1997, Hearst avait franchi plus de 1 000 yards avec les 49ers, malgré une participation à seulement 13 matchs. Classé deuxième dans la ligue pour les yards gagnés au sol, il avait mérité sa place sur la couverture. Pendant l’année de Hearst en couverture, il a réalisé une très bonne saison régulière, accumulant 1 570 yards et 7 touchdowns, ce qui lui a valu une nomination pour le Pro Bowl et le record de franchise en yards gagnés au sol. Cependant, lors des séries éliminatoires, le drame s’est abattu. Hearst se brise la jambe gauche lors du match éliminatoire contre les Atlanta Falcons dès le premier jeu. Après une opération immédiate, il rencontre de nombreuses complications pendant sa convalescence. La maladie de l’ostéonécrose a provoqué la dégradation de l’os du talus dans sa cheville, obligeant les médecins à reconstruire entièrement sa cheville avec du cartilage provenant de son genou. Il manque les deux saisons suivantes, mais parvient incroyablement à se rétablir complètement, accumulant plus de 3 000 yards au sol au cours de ses quatre dernières saisons.

Daunte Culpepper (Madden 2002) : Une Année d’Échecs

Après une accalmie de quelques années, la malédiction s’abat à nouveau avec Daunte Culpepper, quarterback des Minnesota Vikings, choisi comme athlète de couverture pour « Madden NFL 2002 ». Malheureusement, ce fut un autre mauvais choix d’après coup, et il sembla être maudit comme Hearst. Durant la saison 2001, Culpepper ne joue que 11 matchs, conduisant les Minnesota Vikings à un piètre bilan de 4-7. Il subit 13 interceptions et 16 pertes de ballon, et sa saison se termine prématurément après une blessure. Après avoir commencé chaque match de la saison suivante, il mène la ligue avec 23 interceptions. Sa saison désastreuse vient aggraver la brillante année 2000 qui lui avait valu la couverture, où il avait mené la ligue avec 33 touchdowns, remporté un match de play-offs et avait été sélectionné pour le Pro Bowl. Bien qu’il rebondit par la suite avec une autre saison Pro Bowl en 2004, il ne parvient jamais vraiment à atteindre les attentes placées en lui par la malédiction Madden.

Michael Vick (Madden 2004) : Du Firmament à la Chute

Le quarterback des Atlanta Falcons, Michael Vick, est choisi pour figurer sur la couverture de « Madden NFL 2004 ». Après sa première saison complète comme titulaire, où il remporte le Pro Bowl en 2002, Vick était l’un des jeunes talents les plus prolifiques et en vue du jeu, bien avant que le public ne découvre son implication dans un tristement célèbre réseau de combats de chiens. Malheureusement, sa saison de couverture en 2003 tourne au fiasco avec une fracture de la fibula avant même le début de la saison régulière. Malgré des rapports initialement optimistes sur son rétablissement prévu en quelques semaines, il manque les 12 premiers matchs de la saison. Son retour sur le terrain est marqué par des contretemps, notamment lorsqu’un coéquipier lui marche sur le pied, réactivant partiellement sa blessure en novembre. Il revient sur le terrain lors de la semaine 13, mais sa saison à Atlanta était de loin la plus décevante. Bien qu’il se remette pour avoir une excellente année en 2004, son unique année en couverture de Madden reste sa plus décevante avec les Falcons.

Donovan McNabb (Madden ’06) : L’Effondrement d’un Espoir

Pour « Madden NFL ’06 », EA Sports choisit le quarterback des Philadelphia Eagles, Donovan McNabb, après avoir sélectionné Ray Lewis pour la couverture l’année précédente. La saison de Lewis ne semble pas affectée par la malédiction, terminant Pro Bowler et All-Pro, bien que souffrant d’une blessure partielle. En revanche, l’année de couverture de McNabb se transforme en cauchemar dès le début, avec des douleurs abdominales signalées dès le camp d’entraînement. Ces douleurs s’aggravent rapidement, et lors de la deuxième semaine de compétition, elles entraînent une hernie sportive. McNabb tente de jouer malgré la douleur, mais ses performances sur le terrain laissent à désirer, le forçant finalement à subir une intervention chirurgicale en novembre après que l’équipe ait enchaîné quatre défaites consécutives, le reléguant ainsi à la saison. Après neuf matchs, McNabb affiche des statistiques correctes, mais bien en deçà de ses chiffres de la saison précédente, mettant fin à une série de cinq Pro Bowls consécutifs de 2000 à 2004.

Shaun Alexander (Madden ’07) : Un Rêve Brisé

Lorsque EA Sports annonce le running back des Seattle Seahawks, Shaun Alexander, comme athlète de couverture pour « Madden NFL ’07 », il semble être un excellent choix. Il avait accumulé plus de 7 500 yards et 87 touchdowns entre 2001 et 2005, menant le Seattle Seahawks à l’offensive. Malheureusement, le rêve d’Alexander vire au cauchemar dès fin septembre quand il se fracture le pied contre les New York Giants, mettant ainsi fin à sa saison. Déjà blessé au pied lors du match d’ouverture, sa situation s’aggrave contre les Giants. Alexander manque six matchs en raison de sa fracture au pied, qui ne guérit jamais pleinement cette saison-là. À la fin de la saison, il n’atteint pas les 1 000 yards au sol ou les touchdowns à deux chiffres pour la première fois depuis sa saison recrue, ce qui marque le début d’une série d’années marquées par les blessures avant sa retraite quelques saisons plus tard.

Vince Young (Madden ’08) : Promesses Non Tenues

En 2006, le quarterback des Tennessee Titans, Vince Young, fait partie des meilleurs jeunes joueurs de la ligue, remportant une sélection au Pro Bowl et le titre de Rookie de l’année. Ces performances lui valent la couverture de « Madden NFL ’08 », mais cela se révèle être un autre mauvais choix par EA Sports. Bien qu’ayant mené son équipe en playoffs, Young a réalisé une saison médiocre pour la plupart. Il termine avec près du double d’interceptions par rapport aux touchdowns (17), en plus de 10 pertes de balle. Son unique start en playoffs se solde par une défaite 10-7 contre les San Diego Chargers, Young étant inefficace, ne lançant pas de touchdowns. Une blessure aux quadriceps contractée en octobre lors d’un match contre les Tampa Bay Buccaneers pourrait expliquer en partie ses piètres performances. Il dépasse à peine les 300 yards à la passe une seule fois lors de la saison, et réalise un match très décevant avec seulement 42 yards à la passe contre les Oakland Raiders. Une saison très médiocre par tous les critères possibles, une année maudite si l’on en croit la légende.

Brett Favre (Madden ’09) : Entre Retraite et Revirement

Pour fêter le 20e anniversaire de la franchise, EA Sports a choisi l’ancien quarterback des Green Bay Packers, Brett Favre, comme athlète de couverture de « Madden NFL ’09 » pour rendre hommage à son parcours. Cependant, quelques mois après cette annonce, Favre décide de ne pas prendre sa retraite, perturbant ainsi les plans de célébration et obligeant à sortir deux couvertures pour refléter son transfert aux New York Jets. Malheureusement, ce qui semblait être une bonne association entre Favre et les Jets a tourné court en novembre, lorsque Favre se blesse au bras lanceur au cours de la saison, entraînant une série de mauvaises performances qui conduisent les Jets à manquer les playoffs. Favre termine la saison avec 22 interceptions, dont huit lors des cinq derniers matchs seulement. Il s’agit de sa seule saison à New York, marquée par une note amère. Favre rebondit la saison suivante avec les Minnesota Vikings, avant de prendre sa retraite après une saison 2010 désastreuse, qui ressemblait étrangement à celle de 2008 à New York.

Troy Polamalu (Madden ’10) : La Saison de la Déchéance

Avec « Madden NFL ’10 », EA Sports a choisi deux athlètes pour partager la couverture pour la première fois : le receveur des Arizona Cardinals Larry Fitzgerald, et le safety des Pittsburgh Steelers, Troy Polamalu. Si Fitzgerald a eu une saison correcte, menant la ligue avec 13 touchdowns en étant second All-Pro, Polamalu n’a pas eu cette chance. Après cinq saisons consécutives de 2004 à 2008, où il avait été élu à cinq Pro Bowls et récompensé de quatre titres All-Pro, la saison 2009 de Polamalu a été un désastre. Dès le premier match, il se déchire le ligament latéral interne, le mettant sur la touche pendant quatre matchs. De retour en octobre, il se blesse de nouveau au genou contre les Bengals en novembre. La deuxième blessure met un terme définitif à sa saison pour éviter des complications encore plus graves. Polamalu joue seulement cinq matchs cette saison-là, avec un faible nombre de plaquages, et c’est la seule année de 2007 à 2011 où il n’a pas été All-Pro ou Pro Bowler. Il rebondit pour remporter le titre de Joueur Défensif de l’Année en 2010, mais ce n’était malheureusement pas lors de sa saison en couverture de Madden.

Peyton Hillis (Madden ’12) : L’Épisode Oublié

Pendant une année au moins, la malédiction Madden semblait prendre une pause. La star du jeu « Madden NFL ’11 », le quarterback des New Orleans Saints Drew Brees, a connu une saison de Pro Bowl de qualité, sélectionné par les fans lors du tout premier vote du public. Malheureusement, la malédiction refait surface avec « Madden NFL ’12 », touchant durement le running back des Cleveland Browns, Peyton Hillis. L’année précédente, Hillis avait brillé en courant pour 1 177 yards et 11 touchdowns après avoir été échangé par les Denver Broncos. Cela lui avait valu une place sur la couverture de Madden, mais sa saison 2011 a été marquée par des blessures, des tensions et des performances médiocres. Il a réussi à peine la moitié de ses chiffres précédents et n’a inscrit que trois touchdowns en dix matchs. Hillis a également été aux prises avec des blessures persistantes, bien que certains de ses coéquipiers aient pensé qu’il exagérait leur sévérité pour éviter de jouer. Impliqué dans un différend contractuel avec les Browns, il n’a pas été retenu l’année suivante en raison de son comportement qui a déplu aux joueurs et aux entraîneurs, et sa carrière a décliné chaque année jusqu’à sa retraite après la saison 2014.

Calvin Johnson Jr. (Madden ’13) : L’Éclat d’une Légende

Quand les fans choisissent le wide receiver des Detroit Lions Calvin Johnson Jr. comme nouvel athlète de couverture de « Madden NFL ’13 », ils réalisent un choix incroyable. Leurs prédécesseurs avaient évité des saisons terribles en figurant sur la couverture, mais aucun n’avait vraiment brisé la malédiction jusqu’à la saison monstrueuse de Johnson en 2012. Récoltant des honneurs tels que le Pro Bowl, la première équipe All-Pro, Johnson était en tête des statistiques de plusieurs catégories. Ses 122 réceptions ont mené la ligue (le plaçant 13e de tous les temps), ainsi que ses 122,8 yards reçus par match. Mais ce qui est le plus impressionnant, c’est ses 1 964 yards de réception au total, battant un record de la NFL datant de 1995. Classé troisième dans le vote pour le Joueur Offensif de l’Année, Johnson a également inscrit cinq touchdowns. Pour les amateurs de Fantasy Football, Johnson était le meilleur receveur lors de sa saison de couverture, l’une des meilleures de sa carrière qui s’est conclue quelques années plus tard après la saison 2015, mais sa saison en couverture de Madden se démarque comme l’une des meilleures de tous les temps.

Rob Gronkowski (Madden ’17) : Les Blessures s’accumulent

Après la saison record de Calvin Johnson Jr. en 2012, la malédiction Madden est restée en sommeil pendant quelques années, mais elle a frappé violemment Rob Gronkowski, tight end des New England Patriots, en tant qu’athlète de couverture de « Madden NFL ’17 ». Au cours de la saison 2016, Gronkowski a été frappé par de nombreuses blessures. Il s’est déchiré les ischio-jambiers avant le début de la saison, ce qui lui a fait rater les deux premiers matchs, et il s’est blessé deux fois en novembre. D’abord, un gros choc contre un défenseur lui a valu un poumon perforé, puis il a subi une hernie discale lors d’un match contre les New York Jets. Conséquence de cette hernie, Gronkowski a subi une opération du dos en décembre, mettant fin prématurément à sa saison. Il n’a joué que huit matchs en 2016 et a passé bien plus de temps sur la liste des blessés que sur le terrain. C’était la seule saison entre 2014 et 2017 où il n’a pas été sélectionné pour le Pro Bowl ni nommé dans la première équipe All-Pro. Statistiquement, c’était de loin sa pire saison, avec des creux en termes de réceptions, de yards reçus et de touchdowns. Les Patriots ont remporté le Super Bowl cette année-là, mais le chemin a été beaucoup plus difficile en l’absence de Gronkowski.

Tom Brady (Madden ’18) : La Rédemption Ultime

Après la campagne malheureuse de Rob Gronkowski en 2016 qui a relancé la prétendue malédiction Madden, c’est à son coéquipier des New England Patriots, le

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌