La vie tourmentée de l'acteur Lloyd Avery II de Boyz N The Hood

La vie tourmentée de l’acteur Lloyd Avery II de Boyz N The Hood

Plongez dans la vie tumultueuse de l'acteur Lloyd Avery II de Boyz N The Hood. Découvrez son histoire captivante sur notre blog de voyage.

Share your love

Le fusil à pompe sortit lentement de l’arrière de la voiture. Le tenant, un jeune homme au regard froid. Il appuya sur la gâchette. L’homme, annoncé comme « Knucklehead #2 » au générique du film révolutionnaire de 1991 « Boyz n the Hood », était un acteur montant nommé Lloyd Avery II. Contrairement au rôle qu’il jouait dans le film nominé aux Oscars, Avery n’était pas un gangster de la rue. Il avait grandi près du quartier de Baldwin Hills à Los Angeles, souvent appelé le Beverly Hills noir, dans une maison avec des parents aimants, une piscine dans le jardin, et un avenir prometteur. « Nous étions des enfants gâtés », a déclaré son frère cadet Che Avery au Chicago Defender. « Nous n’avions jamais manqué de rien. » Mais moins d’une décennie après son premier rôle, Lloyd Avery II se retrouverait en prison pour un double homicide. En 2005, son compagnon de cellule l’a [assassiné](https://www.grunge.com/917879/this-is-the-real-difference-between-murder-and-manslaughter/) dans une fin tragique pour un acteur qui, selon les personnes avec qui il avait travaillé, débordait de talent et aurait pu devenir une star si sa vie n’avait pas déraillé.

Le facteur X

Lloyd Avery II a fréquenté la Beverly Hills High School et côtoyé les fils et filles de célèbres. Selon le magazine King, il était ami avec le fils de Quincy Jones, Quincy Jones III, et la fille de Smokey Robinson, Tamla. Avery réussissait bien académiquement, mais après l’obtention de son diplôme, il a dérivé jusqu’à ce qu’il ait sa chance dans le monde du cinéma. Son premier pas à Hollywood a été quand son ami John Singleton l’a choisi pour être dans « Boyz n the Hood » dans un petit mais crucial rôle en tant que tueur de l’un des protagonistes principaux. Singleton a également choisi Avery pour son film suivant « Poetic Justice ». « Lloyd avait une présence indéniable », a déclaré la directrice de casting Robi Reed au Chicago Defender. « Quand les gens parlent de ce ‘facteur X’, c’est vraiment intangible – on le sait juste quand on le voit. » Jaki Brown, la directrice de casting de « Boyz n the Hood », croyait « qu’avec plus d’expérience d’acteur, il serait une star un jour ». Même si le comportement d’Avery devenait de plus en plus erratique – accumulant des accusations d’agression et autres, et les réalisateurs du film « Lockdown » l’ont renvoyé du plateau pour un comportement indiscipliné – il continuait à recevoir des éloges. Le scénariste-réalisateur Roger Roth, qui a choisi Avery pour son dernier rôle dans « Shot », a déclaré au Chicago Defender qu’il était « un des meilleurs acteurs avec qui j’ai travaillé ».

De l’acteur au gangster

À la fin des années 90, Lloyd Avery II avait pleinement embrassé les types de personnages qu’il incarnait à l’écran. « Au lieu d’être simplement un gangster de studio à l’Hollywoodienne, il le vivait vraiment », a déclaré Che Avery au magazine King. L’acteur a déménagé dans un quartier lourdement gangster appelé le Jungle, serait devenu affilié aux [Bloods](https://www.grunge.com/370781/the-complex-history-of-the-crips-and-the-bloods-rivalry/), et s’était tatoué JUNGLEZ au-dessus de son sourcil gauche, selon le Chicago Defender. Un autre acteur, Malcolm Norrington, a raconté au magazine King qu’Avery était passé d’être « un peu timide » pendant le tournage de « Boyz n the Hood » à manquer des auditions pour d’autres rôles d’acteur, pour rejoindre un gang et devenir membre des Bloods. Avery essayait également de lancer sa carrière musicale en tant que rappeur gangster sous le nom de L.A. Deuce et travaillait sur un scénario sur la vie de gangster, ce qui peut avoir joué dans son adoption de cette sous-culture. Quincy Jones III, avec qui il partageait un appartement, se souvient qu’Avery passait de plus en plus de temps avec des gangsters locaux qui « l’envoyaient dans ces missions folles » où « les gens n’étaient pas sûrs s’il reviendrait ».

Prison et meurtre

En décembre 1999, le département de police de Los Angeles a inculpé Lloyd Avery II des meurtres d’Annette Lewis et Percy Branch. Les enquêteurs ont allégué qu’il les avait tués en juillet pour une dette de drogue, selon le Chicago Defender. La police a déclaré qu’Avery avait abattu Lewis avec un pistolet .45, la tuant, et avait mortellement blessé Branch d’un coup dans l’estomac. Les tirs ont eu lieu à l’extérieur en plein jour, selon le magazine King. Lewis avait cinq balles, dont une dans le dos. Entre le moment des meurtres et son arrestation, Avery a joué dans deux films. En 2000, un juge l’a condamné à la réclusion à perpétuité. En prison, il est devenu religieux, gagnant le surnom de « Baby Jesus ». Mais lorsqu’il a tenté de convertir son compagnon de cellule Kevin Roby, un sataniste avéré, un conflit a éclaté. Roby avait violé et tué sa propre sœur en 1987, selon les [Los Angeles Times]. Roby a étranglé Avery à mort en septembre 2005 après une altercation présumée sur la religion, et a ensuite accompli un rituel sur les restes. Au moment de sa mort, Avery travaillait toujours sur le scénario du film sur la vie des gangsters.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌