Les Stars Classiques d'Hollywood Qui Ont Redéfini la Beauté et le Glamour

Les Stars Classiques d’Hollywood Qui Ont Redéfini la Beauté et le Glamour

Ces stars classiques d'Hollywood ont redéfini la beauté et le glamour, influençant les standards esthétiques et capturant l'essence du charme pendant des décennies.

Les Icônes Inoubliables d’Hollywood

Hollywood a retrouvé son énergie ces dernières années grâce à la sortie de blockbusters époustouflants qui ont permis aux cinémas de rivaliser à nouveau avec les plateformes de streaming. Le duel entre les succès estivaux de 2023, « Barbie » et « Oppenheimer », est devenu l’un des événements cinématographiques les plus marquants de la mémoire récente, faisant de leurs stars — y compris Margot Robbie et Ryan Gosling, ainsi que Cillian Murphy et Emily Blunt — des célébrités mondialement discutées.

C’est un fait universellement accepté que les stars d’Hollywood sont souvent d’une beauté à couper le souffle. Cependant, peu d’acteurs actuels peuvent rivaliser avec le charme de ceux qui ont travaillé durant l’Âge d’Or d’Hollywood, lorsque le cinéma était la principale forme de divertissement mondiale. De nos jours, les fans ont un aperçu des vies privées de leurs héros à l’écran grâce aux réseaux sociaux et aux innombrables interviews promotionnelles. À l’époque, les stars étaient bien plus mystérieuses, avec moins d’opportunités de révéler leur véritable personnalité au public. Elles ont ainsi atteint un statut mythique parmi les spectateurs, paraissant presque divines dans leur beauté sur grand écran. Voici quelques-unes des étoiles les plus éclatantes de l’Âge d’Or du cinéma, qui pourraient vous faire penser qu’on ne fait vraiment plus d’acteurs comme autrefois.

Marilyn Monroe

Commençons par l’évident : Marilyn Monroe, peut-être l’icône de la culture populaire la plus célèbre après Elvis Presley, et l’ultime symbole sexuel d’Hollywood. Née Norma Jeane Mortenson le 1er juin 1926, elle a survécu à une enfance chaotique au cours de laquelle elle a été élevée par 12 familles d’accueil différentes pour devenir mannequin à la fin des années 1940. Dans la décennie suivante, elle s’est imposée comme l’une des plus grandes stars féminines du cinéma grâce à une série de films à succès, en particulier des comédies, telles que les classiques « Les hommes préfèrent les blondes » et « Certains l’aiment chaud. » Elle a été immortalisée davantage dans une série de peintures pop art d’Andy Warhol dans les années 1960.

Cependant, Marilyn Monroe était aussi une figure tragique qui a dû faire face à des maladies mentales, à la toxicomanie et à une vie amoureuse tumultueuse incluant des relations très médiatisées avec la star de baseball Joe DiMaggio et le dramaturge Arthur Miller. Lorsque son corps a été retrouvé le 5 août 1962, sa mort a été considérée comme un probable suicide. Elle avait 36 ans.

Depuis sa mort, le débat n’a cessé de faire rage sur la véritable nature de la vie et de la carrière de Monroe. Pendant de nombreuses années, elle a été présentée comme une victime de l’industrie du divertissement, que les critiques voyaient comme l’ayant sexualisée et exploitée. Cependant, plus récemment, ceux qui lui étaient proches, y compris son amie Amy Greene, ont voulu remettre les pendules à l’heure (via Vanity Fair). Greene affirme que Monroe était une opératrice astucieuse qui savait utiliser son charme pour faire avancer sa carrière, et qu’elle était moins une victime que ce que certains voudraient faire croire.

Rudolph Valentino

Rudolph Valentino était un véritable séducteur d’Hollywood dont la renommée et la base de fans dévouée rivalisaient avec celles des plus grandes stars actuelles. Né sous le nom impressionnant de Rodolfo Alfonso Raffaello Pierre Filibert Guglielmi di Valentina d’Antonguolla à Castellaneta, en Italie, le 6 mai 1895, Valentino était un enfant malade qui a perdu son père à cause du paludisme à l’âge de 11 ans. Après avoir été rejeté du service militaire, il a émigré aux États-Unis au début des années 1910 et a travaillé à divers petits boulots avant de trouver un emploi dans un night-club de New York, où il était payé pour danser avec des femmes fortunées.

Selon le livre « Dark Lover: The Life and Death of Rudolph Valentino » d’Emily Wortis Leider, la réputation de Valentino dans la ville a été ternie après qu’il eut témoigné dans un procès de divorce en faveur d’une femme à laquelle il était dévoué, alléguant que son mari avait eu une liaison ; peu de temps après, la femme a tué son mari. Par la suite, il s’est rapidement imposé comme acteur de cinéma, capturant le cœur du public dans des romances d’époque telles que « The Sheik » et « Blood and Sand, » des films qui mettaient souvent en avant l’exotisme perçu de Valentino.

Valentino est décédé tragiquement à l’âge de 31 ans des suites d’une péritonite. 80 000 personnes ont assisté à ses funérailles, et la nouvelle de sa mort a provoqué une véritable hystérie, incluant des suicides et des fans en deuil auprès de sa tombe pendant des années.

Audrey Hepburn

À l’instar de Marilyn Monroe, le statut iconique de l’actrice belge Audrey Hepburn n’a guère décliné depuis sa disparition. La beauté et la grâce d’Hepburn à l’écran ont captivé les spectateurs et les critiques de cinéma pendant des décennies. Au-delà de ses traits presque surnaturels, son héritage est également scellé par l’intemporalité des projets auxquels elle a participé. Son rôle décisif en tant que princesse douce et avide d’aventures dans « Vacances romaines » (1953), ainsi que son rôle principal dans « Diamants sur canapé » (1961), restent parmi les comédies romantiques les plus appréciées de l’époque.

Hepburn est née dans une famille aristocratique à Bruxelles le 4 mai 1929. Elle a grandi au Royaume-Uni, bien qu’elle ait passé une grande partie de la Seconde Guerre mondiale aux Pays-Bas. À l’origine danseuse de ballet, sa carrière a débuté à Broadway, où elle a joué dans « Gigi » en 1951 et a été immédiatement reconnue comme un talent majeur. Elle est également une icône de la mode, dont la silhouette élancée en a fait une mannequin de premier plan tout au long de sa carrière. Elle s’est mariée deux fois.

Dans ses dernières années, Hepburn s’est éloignée du jeu d’acteur et est devenue une ambassadrice de bonne volonté pour l’UNICEF, définissant en de nombreux points le modèle de l’activisme des acteurs d’aujourd’hui. Elle est décédée d’un cancer en 1993 à l’âge de 63 ans.

Frank Sinatra

Lorsque l’on repense à l’époque où Frank Sinatra et le Rat Pack étaient au sommet de leur gloire, on pourrait argumenter que Dean Martin était peut-être le plus beau de cette légendaire fraternité de divertissement. Cependant, cela reviendrait à négliger l’incroyable popularité que Sinatra avait acquise après ses débuts dans l’industrie musicale dans les années 1930. Sa célébrité fulgurante dans les années 1940 était due à ses talents vocaux exceptionnels, mais aussi en grande partie à son allure frappante et à ses célèbres yeux bleus qui ont conquis des millions d’adolescentes aux États-Unis et au-delà.

Le jeune public féminin de Sinatra, surnommé les « Bobby Soxers », était tellement envoûté par le chanteur qu’il devait être escorté par la police lors de ses concerts à travers le pays. Les Bobby Soxers sont ensuite devenus un public fidèle au cinéma lorsque Sinatra a fait la transition vers Hollywood avec une série de rôles de films acclamés. Parmi les moments forts de la carrière cinématographique de Sinatra figurent le court-métrage anti-racisme « The House I Live In » de 1945, pour lequel il a reçu un Oscar spécial, ainsi que le classique « From Here to Eternity » en 1953, pour lequel il a remporté l’Oscar du meilleur second rôle. Il a été de nouveau nommé en 1955 pour « The Man with the Golden Arm ».

Jean Harlow

Jean Harlow publicity photo hair back
Crédit d’image : Donaldson Collection/Getty Images

Jean Harlow avait seulement 26 ans lorsqu’elle est décédée inopinément d’une intoxication urémique en 1937. Mais en quelques années, elle a mené une vie remarquable, tant à l’écran qu’en dehors, s’établissant comme l’une des femmes les plus captivantes de Hollywood. Elle a préparé le terrain pour des stars ultérieures comme Marilyn Monroe en créant le stéréotype de la « bombe blonde » presque à elle seule. En 1930, elle a joué dans le film controversé « Hell’s Angels », où elle était commercialisée comme la « blonde platine » (selon « Platinum Girl: The Life and Legends of Jean Harlow » par Eve Golden). Dans une critique, Variety a décrit Harlow comme « la figure la plus sensuelle à se placer devant une caméra. » En effet, sa sexualité brute la distinguait immédiatement de nombreuses autres actrices de son époque, provoquant même l’indignation de nombreux spectateurs.

Née à Kansas City, Missouri, le 3 mars 1911, et élevée à Los Angeles et Lake Forest, Illinois, Harlow a fugué à 16 ans avec le premier de ses trois maris. Elle a commencé sa carrière en faisant des comédies pour Hal Roach, puis est entrée dans le cinéma parlant aux côtés de Clara Bow dans « The Saturday Night Kid » en 1929. Harlow était appréciée pour sa capacité à livrer des dialogues incisifs et pleins d’esprit, ce qui en faisait une co-star parfaite pour des acteurs comme James Cagney, avec qui elle a joué dans « The Public Enemy » en 1930.

Le premier mariage de Harlow a pris fin alors qu’elle était encore adolescente, et son deuxième mariage s’est terminé tragiquement avec la mort de son mari, qui serait un suicide. Son troisième mariage n’a duré qu’une année. Au moment de sa mort, elle était fiancée à son co-star William Powell, qui était dévasté par la perte.

Cary Grant

Peu de scènes sont aussi mémorables dans l’histoire d’Hollywood que celle du classique « La Mort aux trousses » d’Alfred Hitchcock en 1959. Roger Thornhill, kidnappé par erreur, se retrouve poursuivi en pleine campagne par un avion épandeur armé. Cette scène met en vedette Cary Grant, incarnant Thornhill dans peut-être son rôle le plus emblématique.

Au cours d’une carrière longue et variée, s’étendant de la fin des années 1920 à la fin des années 1960 lorsqu’il perdit son intérêt pour le métier d’acteur, Grant s’est imposé comme l’un des plus grands premiers rôles d’Hollywood. L’acteur britannique rayonnait de confiance et de charme, avec un visage anguleux et soigné qui le rendait parfait pour une grande variété de rôles, allant de la romance à l’action. Cependant, c’est avec Hitchcock qu’il a produit ses œuvres les plus remarquables, et les deux restent étroitement associés dans l’esprit de nombreux fans.

Grant est décédé en 1986 à l’âge de 82 ans. Bien que des révélations sur son côté sombre et des rumeurs qu’il était extrêmement avare avec ceux de son entourage aient pu ternir sa réputation en dehors des écrans, il demeure une star célébrée de son époque.

Greta Garbo

Greta Garbo, née le 18 septembre 1905 à Stockholm et décédée le 15 avril 1990, fut une légende du cinéma malgré une carrière relativement courte mais remarquable. Actrice suédo-germano-américaine, elle a déménagé aux États-Unis où elle est devenue l’une des figures les plus énigmatiques et envoûtantes de l’ère du cinéma muet.

Son studio, MGM, a réalisé des profits considérables avec ses trois premiers films. Lorsqu’elle menaça de retourner en Europe pour renégocier son contrat, elle obtint un accord très lucratif, malgré les doutes du studio quant à sa performance dans les films parlants, jugés susceptibles de briser son mystère. Contrairement aux craintes, le public lui est resté fidèle, et elle a connu un grand succès durant les années 1930. Cependant, la Grande Dépression a modifié les goûts et le glamour, emblème de Garbo, est devenu moins à la mode. Son dernier rôle au cinéma date de 1941, après quoi elle se retira des feux de la rampe, renforçant encore sa légende. Elle passa la deuxième moitié de sa vie à New York.

Marlon Brando

Marlon Brando fut l’un des plus grands rebelles du cinéma du XXe siècle, tant à l’écran que dans la vie. En 1953, il interprète Johnny Strabler dans « L’Équipée sauvage », une histoire classique de gangs de motards hors-la-loi, devenue l’un des films les plus controversés de son époque. Vêtu d’une veste en cuir et d’une casquette, avec sa beauté saisissante et son allure désinvolte, Brando exhalait une fraîcheur nihiliste qui inquiétait de nombreux parents, craignant que le film n’altère la moralité des jeunes. Porté par le glamour d’avoir provoqué une telle panique morale, Strabler a établi un modèle pour les rebelles de la culture pop depuis lors.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles Marlon Brando était en avance sur son temps, mais ses traits robustes et ses performances émotionnelles brutes lui conféraient une sensualité rarement vue à l’écran auparavant. Brando était connu pour sa sexualité débridée, une réputation ravivée par des révélations récentes concernant des liaisons présumées avec des célébrités de renom, dont l’humoriste Richard Pryor. Par ailleurs, son militantisme, qui l’a conduit en 1973 à refuser un Oscar pour protester contre les représentations réductrices des Amérindiens par Hollywood, lui a valu admiration et inimitiés au sein de l’Académie.

Ingrid Bergman

Ingrid Bergman était vouée à l’immortalité grâce à son rôle principal aux côtés de Humphrey Bogart dans le classique romantique de 1942 « Casablanca, » considéré comme l’un des plus grands films jamais réalisés. L’actrice, née à Stockholm, en Suède, le 29 août 1915, s’est d’abord fait un nom en Europe avant de transférer ses talents à Broadway et à Hollywood. La beauté de Bergman était souvent intégrée dans des rôles moralement intègres plutôt que dans des rôles de femme fatale, comme dans des rôles d’amoureuses au cœur brisé ou, dans « Les Cloches de Sainte-Marie, » une nonne. Elle a travaillé sur plusieurs films avec Alfred Hitchcock dans les années 1940, une période qui lui a peut-être apporté sa plus grande renommée.

À son époque, les acteurs devaient suivre de nombreuses règles intrusives en raison de leurs contrats de studio, y compris des clauses de moralité qui excluaient tout comportement sexuel dénué de sens. En 1950, l’actrice a fait face à une tempête de désapprobation après que des détails d’une liaison sur le tournage du film « Stromboli » aient fuité dans la presse, et pendant un certain temps, sa carrière était au point mort. Néanmoins, sa renommée était telle qu’elle a ensuite effectué un retour professionnel remarquable, remportant deux Oscars au cours de sa longue carrière.

En 1998, Billy Bragg et Wilco ont enregistré « Ingrid Bergman, » une composition réalisée à partir de paroles longtemps perdues du légendaire folk Woody Guthrie, qui nourrissait sans doute de forts sentiments pour la belle femme qui ornait l’écran argenté. Vous pouvez l’écouter ci-dessus.

Gary Cooper

Un sens de la masculinité traditionnelle a été déterminant pour l’attrait de nombreux acteurs masculins de la première moitié du 20e siècle, et nul autre ne l’a incarné aussi bien que Gary Cooper, né à Helena, Montana, le 7 mai 1901. Ayant passé une partie de son enfance en Angleterre, d’où étaient originaires ses parents, Cooper est revenu à Los Angeles où, visant à devenir illustrateur, il a travaillé comme figurant dans des films. Cependant, sa beauté naturelle et son talent devant la caméra lui ont permis d’obtenir des rôles de plus en plus importants jusqu’à ce qu’il décroche un rôle décisif dans « The Winning of Barbara Worth » en 1926.

Le prototype de l’homme fort et silencieux, Cooper s’est spécialisé dans les rôles d’hommes stoïques dans des situations difficiles. Il a joué dans deux adaptations d’Ernest Hemingway : « A Farewell to Arms » en 1932 et « For Whom the Bell Tolls » en 1943, deux drames de guerre. Pendant une grande partie de sa vie, il a été marié à la mondaine Veronica Balfe, bien qu’on lui connaisse des liaisons avec des actrices telles que Clara Bow et Patricia Neal. Il est décédé en 1961, peu après son 60e anniversaire, peu de temps après avoir tourné son dernier film, « The Naked Edge, » qui fut publié à titre posthume.

Lauren Bacall

Lauren Bacall n’avait que 19 ans lorsqu’elle est devenue une mégastar. Ayant commencé sa carrière comme mannequin, la New-Yorkaise s’est fait un nom à Broadway avant de jouer dans « Le Port de l’angoisse, » une adaptation d’Hemingway, aux côtés de l’illustre Humphrey Bogart. Dans une scène célèbre, Bacall apprend à Bogart à siffler, un moment qui captive sa grâce et sa beauté et fait d’elle une favorite immédiate auprès du public mondial.

Bacall était également l’amour de la vie de Bogart. Ils se sont mariés peu de temps après avoir joué ensemble dans ce film et sont restés un couple jusqu’à la fin de la vie de Bogart en 1957. À cette époque, ils avaient joué dans plusieurs films acclamés ensemble. Bacall s’est ensuite mariée avec l’acteur Jason Robards en 1961, mais le couple a divorcé peu de temps avant la fin de la décennie. Sa carrière s’est poursuivie jusque dans les années 2000, et à sa mort en 2014, elle était rappelée pour sa personnalité envoûtante à l’écran et son talent d’actrice, qui lui a valu un Tony Award et une nomination aux Oscars.

Gregory Peck

Le rôle emblématique de Gregory Peck est arrivé en 1962 avec la sortie de « Du Silence et des Ombres », où il incarne l’avocat Atticus Finch dans l’adaptation cinématographique acclamée du roman de Harper Lee publié en 1960. Cependant, à cette époque, Peck était déjà un acteur professionnel depuis deux décennies, débutant sur Broadway dans « The Morning Star » et autres productions alors qu’il était dans la vingtaine. Il est devenu l’une des stars les plus aimées et polyvalentes d’Hollywood, dont les traits ciselés, la grande taille et le sourire captivant faisaient de lui un homme conventionnellement attrayant pouvant endosser n’importe quel rôle. La scène finale de « Vacances romaines » en 1953, où il partage l’affiche avec Audrey Hepburn, donne une idée de son attrait sur écran — regardez-la ci-dessus.

Le premier mariage de Peck, qui a donné naissance à trois enfants, s’est terminé en 1954 au sommet de la carrière de l’acteur. Son deuxième mariage avec Veronique Passani, qu’il a épousée la veille du Nouvel An 1955, a duré près de 50 ans jusqu’à sa mort le 12 juin 2003 à l’âge de 87 ans. À ce moment-là, il était devenu l’une des figures les plus respectées d’Hollywood, connu pour son absence d’ego et sa générosité, ainsi que pour son travail de charité inlassable et son activisme.

Elizabeth Taylor

Elizabeth Taylor avec le coude levé
Bettmann/Getty Images

L’une des plus grandes sirènes du cinéma de son époque, Elizabeth Taylor a défini le glamour et la romance ardente sur grand écran pendant des décennies. Née à Londres le 27 février 1932 de parents américains, elle a grandi à Los Angeles. La mère de Taylor, elle-même actrice de théâtre, s’opposait initialement au rêve de sa fille de devenir une star de cinéma. Cependant, après avoir réussi un test d’écran au début des années 1940, alors qu’elle n’avait pas encore 10 ans, Taylor était en route pour Hollywood. Durant les années 1940, elle était une enfant star de premier plan, apportant son talent à des œuvres saines telles que « Lassie Come Home » en 1943.

Tout cela a changé lorsqu’elle atteignit l’âge adulte, s’établissant comme l’une des actrices les plus séduisantes de son époque, avec un talent particulier pour exprimer la passion à l’écran. Sa légende en tant que l’une des femmes les plus désirables d’Hollywood a été amplifiée par sa liaison amoureuse avec Richard Burton, son partenaire dans le film épique romantique « Cléopâtre » de 1963. Taylor et Burton se sont mariés deux fois, d’abord en 1964, une union qui a duré une décennie, puis à nouveau en 1975, mais le couple a divorcé définitivement l’année suivante. Au total, Taylor s’est mariée huit fois. Elle est décédée en 2011 à l’âge de 79 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *