Refus de Harvard après le meurtre de sa mère, quel futur pour Gina Grant?

Refus de Harvard après le meurtre de sa mère, quel futur pour Gina Grant?

Quel avenir attend Gina Grant après son refus de Harvard suite au meurtre de sa mère? Découvrez la suite de son parcours après ce drame. #FaitsDivers

Share your love

Le Crime qui a Bouleversé Harvard : Le Destin de Gina Grant

Gina Grant était une adolescente de 14 ans lorsqu’elle a commis l’impensable en assassinant sa mère le 13 septembre 1990. Cette histoire tragique a profondément secoué le public et a suscité des réactions mitigées alors que sa place à l’université de Harvard a été révoquée cinq ans après le crime. Malgré les circonstances atténuantes entourant le meurtre, le cas inhabituel de Grant a soulevé des questions éthiques essentielles sur le pardon, le repentir et la responsabilité pénale des mineurs.

Lors du procès, il n’a pas été facile de diaboliser Grant qui provenait sans aucun doute d’un foyer malheureux. Son père était décédé lorsqu’elle était encore très jeune, tandis que sa mère, Dorothy Mayfield, luttait contre une addiction à l’alcool et avait passé du temps en cure de désintoxication. Grant passait de plus en plus de temps chez une amie pour éviter sa mère, qui était apparemment ivre chaque nuit. La défense et l’accusation se disputaient sur le degré de fonctionnalité de la mère de Grant, mais il semblait indéniable que Grant avait peur de sa mère, en allant jusqu’à retirer son arme à feu de la maison pour des raisons de sécurité.

Il est également apparu que la mère et la fille s’étaient disputées à propos du petit ami de Grant, un désaccord que l’accusation a affirmé être le véritable motif du meurtre. Une nuit, Grant a fini par battre sa mère à mort avec un chandelier en cristal, et les enquêteurs pensent que son petit ami a ensuite poignardé sa mère au cou avec un couteau pour faire croire à un suicide. Grant accusera plus tard l’assassinat sur une invasion de domicile et même sur son propre petit ami avant que la vérité éclate.

Les Conséquences Déchirantes du Refus de Harvard

Après avoir été rejetée par Harvard, Gina Grant et son petit ami, Jack Hook, ont écopé de peines d’un an seulement. Grant n’en a purgé que huit mois avant d’être libérée sous probation pour vivre chez sa tante et son oncle. Brillante jeune fille avec un QI de 150, Grant s’est vue offrir une place à Harvard en 1995, mais elle a rapidement été retirée lorsque l’université a découvert ce qu’elle avait fait moins de cinq ans auparavant. Après le rejet de Grant, le cas a été débattu dans la presse, avec des journalistes et des universitaires prenant position de part et d’autre.

Le New York Times a rapporté que la commission de libération conditionnelle de Grant avait estimé que six mois après le meurtre, la jeune fille ne montrait aucun remords. Certains ont soutenu que l’intelligence exceptionnelle de Grant l’avait aidée à s’en sortir, qu’elle était une manipulatrice et non une victime. La même année, le Times a également publié un article en défense de Grant, arguant que ses excellentes références académiques étaient suffisantes pour témoigner de sa réhabilitation.

Le Nouveau Départ de Gina Grant à Tufts University

L’affaire de Harvard a placé Gina Grant dans une situation difficile, mais elle a finalement trouvé sa place dans une autre université. Après que son rejet par Harvard soit devenu public, d’autres prestigieuses universités telles que Columbia et Barnard ont également retiré leurs offres. Dans une interview accordée au Harvard Crimson, son oncle a déclaré qu’elle envisageait de prendre une année sabbatique pour réfléchir à ce qu’elle devait faire.

Cependant, Grant était toujours déterminée à poursuivre une carrière médicale, ayant remporté la prestigieuse bourse Estelle Paris de l’hôpital de Cambridge, à l’époque de son diplôme de fin d’études secondaires. Heureusement pour Grant, une autre université lui a tendu la main, et elle a finalement accepté une offre de l’université de Tufts. Là-bas, elle a dû faire face à un examen intense, car le journal conservateur du campus de Tufts, The Primary Source, a distribué des tracts condamnant gravement ses actes.

En réponse aux critiques, l’université de Tufts a publié une déclaration affirmant : « Nous pensons qu’après avoir payé sa dette envers la société, elle ne devrait pas se voir refuser l’opportunité de poursuivre des études universitaires… Toute autre décision aurait été antithétique à nos valeurs et croyances fondamentales. »

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌