Fin du monde en 2026 ? L'avis d'un scientifique expliqué

Fin du monde en 2026 ? L’avis d’un scientifique expliqué

2026 : la fin du monde selon un scientifique. Théorie surprenante à découvrir sur notre blog voyage !

Share your love

Fin du monde en 2026 ? L’avis d’un scientifique expliqué

2026 : la fin du monde selon un scientifique. Théorie surprenante à découvrir sur notre blog voyage !

Prosperité égale à la mort

Oui, c’est encore ce moment. Il est temps de jouer au jeu apocalyptique préféré de tous les prophètes de malheur : « De quelle manière allons-nous tous mourir ? » Est-ce les armes nucléaires cette fois-ci ? Les seigneurs robotiques et/ou l’intelligence artificielle ? Les conséquences désastreuses du changement climatique ? La horde de zombies parcourant la terre à la recherche de chair vivante ? Ou un événement cosmique inexplicable s’étendant à partir du vide de l’espace pour consumer non seulement la Terre, mais l’ensemble du système solaire – voire de la galaxie ? Peut-être une invasion extraterrestre ? Non. Il y a juste trop d’humains. C’est fondamentalement ce qu’a pensé le physicien austro-américain et professeur à l’Université de l’Illinois, Heinz von Foerster. Né à Vienne, en Autriche, en 1911, von Foerster a obtenu son doctorat en physique en 1944, s’est retrouvé aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, a remporté une bourse Guggenheim, publié quelques articles, fait des percées dans le milieu académique et développé une fascination pour la cybernétique, comme nous le rapporte les Archives de l’Université de l’Illinois. Il a également fondé le Biological Computer Laboratory (BCL) de l’Université de l’Illinois en 1958 pour étudier les « principes de calcul chez les organismes vivants ». Et quelle était la vision de cette personne très intelligente concernant la fin de l’humanité ? Comme l’explique Time, il a prédit que la prospérité équivaut à la mort. En supposant que nous ne nous fassions pas exploser et que notre réserve alimentaire reste intacte, von Foerster a sorti un crayon et a calculé en 1960 que l’humanité sera « écrasée à mort » d’ici 2026. L’humanité se reproduira elle-même jusqu’à l’oubli. 8 milliards de bouches et ça continue…

Régulation du corps… et destin

À ce stade, il n’y a aucune raison d’être évasif sur ce que Heinz von Foerster pensait en 1960 lorsqu’il mettait en garde contre une imminente « bri-pocalypse » en 2026. Il voulait dire qu’il y a tout simplement trop de personnes ayant des relations sexuelles et produisant trop de petits humains qui grandissent pour en faire autant, même si tous les humains continuent de vivre plus longtemps que jamais. La solution, pensait-il, était quelque chose qui existe depuis l’année même où il a fait sa prédiction : le contrôle des naissances. Selon von Foerster, il était dans notre intérêt de réguler notre production de bébés. Il ne parlait pas de quelque chose d’horrible comme l’eugénisme, mais pensait dans le sens de sa propre expertise dans les « principes de calcul chez les organismes vivants » susmentionnés. Comme le cite Time, le comportement humain n’a pas besoin d’être basé sur un quelconque « mécanisme externe » pour guider son avenir. « Étant donné que l’environnement de l’homme est de moins en moins influencé par les ‘forces naturelles’ et de plus en plus par des forces sociales déterminées par l’homme », a-t-il dit, « il peut lui-même prendre le contrôle de son destin. » Von Foerster préconisait également l’intervention de l’État pour maintenir la faible population humaine. Mais plutôt que la politique chinoise désormais obsolète de l’enfant unique, il suggérait d’imposer des taxes aux familles ayant plus de deux enfants. Cependant, il est facile de souligner comment les plus pauvres parmi nous souffriraient le plus de cette mesure. Néanmoins, une forte population humaine rend les choses plus difficiles pour tout le monde – même si nous ne serons pas littéralement écrasés à mort d’ici 2026.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌