Explications de la Nature dans la Mythologie Grecque

Explications de la Nature dans la Mythologie Grecque

Mythologie grecque : les explications de la nature anciennes. Découvrez les récits envoûtants sur les phénomènes naturels dans la culture grecque.

Share your love

Explications de la Nature dans la Mythologie Grecque

La mythologie grecque regorge de récits envoûtants expliquant les phénomènes naturels qui ont fasciné les anciens Grecs. Ces histoires ont façonné leur compréhension du monde qui les entourait, offrant des explications sacrées et imaginatives sur les origines et les manifestations de la nature. Plongeons dans l’univers riche et captivant des divinités et des mythes grecs, révélant les secrets de la nature à travers les yeux des dieux et des déesses.

Persephone, Déméter et Hadès : Les Saisons

La déesse Déméter et sa fille, Perséphone, ainsi que Hadès, le dieu des Enfers, jouent un rôle majeur dans divers mythes grecs, dont le plus célèbre est peut-être l’ancienne explication du cycle des saisons. Tout a commencé lorsque Hadès vit Perséphone et en tomba follement amoureux. Comme le veut la tendance des dieux grecs, il décida de l’enlever, laissant sa mère désespérée à sa recherche.

Déméter rencontra une famille particulièrement gentille en chemin. En échange, elle leur apporta les dons de l’agriculture et des céréales, et ils lui bâtirent ultérieurement un temple. Déméter disparut dans le temple et envoya un message clair : Rendez-lui sa fille, sinon la sécheresse et la famine qu’elle avait provoquées continueraient. Les autres dieux décidèrent qu’il était temps que quelqu’un intervienne, mais puisque Perséphone avait mangé aux Enfers, elle fut condamnée à devenir l’épouse d’Hadès.

Le compromis fut donc qu’elle passerait un tiers de l’année avec Hadès et les deux tiers avec sa mère. Les saisons étaient censées changer selon les voyages de Perséphone vers et depuis les Enfers, avec certains rituels dédiés à la reconstitution de la recherche de Déméter pour sa fille.

Il est intéressant de noter qu’il existe une théorie selon laquelle son retour à la surface annonçait non pas le printemps, mais l’hiver : le grain était stocké sous terre à la fin de l’été, planté à l’automne et laissé germer pendant l’hiver — période pendant laquelle, peut-être, elle était avec sa mère.

Les Contrôleurs du Tonnerre et de la Foudre

Le tonnerre et la foudre sont parmi les manifestations les plus impressionnantes du pouvoir de la nature, et il n’est donc pas surprenant que ce domaine soit celui de Zeus, le dieu du ciel. Mais même les dieux ont parfois besoin d’un coup de main, et Zeus n’était pas en réalité celui qui créait les éclairs qu’il lançait si souvent. C’était le travail d’une paire de Cyclopes nommés Brontès et Stéropès.

La Mythologie classique indique que parmi les enfants de Gaïa, on trouvait les Cyclopes à œil unique. Selon Theoi, à leur naissance, leur père — Ouranos, le Ciel — les emprisonna profondément sous la terre, où ils furent retenus jusqu’à ce qu’ils soient libérés par Zeus et ses frères. Après leur libération, Virgile écrivit dans l’Énéide qu’ils choisirent de rester à l’intérieur d’un volcan sur une île au large de la Sicile, où ils travaillaient dans leur forge.

C’est là qu’ils — en particulier Brontès (tonnerre) et Stéropès (foudre) — forgeaient les éclairs qui illuminaient le ciel lorsqu’ils étaient lancés par le dieu du ciel (ainsi que d’autres armes pour les dieux). Dans des histoires ultérieures, les anciens Cyclopes furent remplacés par une paire de déesses appelées Bronté (tonnerre) et Astrape (foudre). Selon Theoi, elles remplissaient le même rôle, mais sans l’histoire de leur origine.

Quant à Zeus, les éclairs sont devenus si emblématiques de sa mythologie qu’il était presque toujours représenté en tenant l’un d’eux, et lorsqu’il partait au combat — ou lançait une crise de colère — ils étaient portés par Pégase. Cette explication mythologique des phénomènes météorologiques majeurs reflète la fascination antique pour le contrôle des éléments par les divinités.

Pourquoi les Tournesols Suivent-ils le Soleil ?

Parfois, la science moderne ne devance pas de beaucoup les anciens. Selon NPR, ce n’est qu’en 2016 que les chercheurs ont découvert le processus par lequel les jeunes tournesols tournent leur visage vers le soleil. Ils ont constaté que c’était un processus double : les tiges des tournesols en croissance continuaient de se développer d’un côté à la fois pour maintenir les fleurs face au soleil, tandis que les fleurs matures étaient tournées vers l’est pour profiter pleinement du soleil du matin.

Les anciens Grecs avaient une explication différente, et c’était une histoire déchirante. Selon Ovide (via Theoi), Clytie était une nymphe tombée follement amoureuse du soleil, Hélios. Cependant, il était tombé amoureux d’une autre femme, une princesse perse mortelle nommée Leucothoé. Se faisant passer pour sa mère, il s’était infiltré dans les chambres de Leucothoé, s’était révélé et avait eu des relations avec elle.

Clytie s’assura que tout le monde le sache, mais après que le père de Leucothoé ait ordonné son exécution, Hélios méprisa complètement et totalement Clytie. Pendant neuf jours, Clytie s’agenouilla, pleura et regarda le ciel pour voir son bien-aimé traverser au-dessus d’elle ; elle fut transformée en tournesol, condamnée à regarder Hélios suivre son itinéraire à travers le ciel pour le reste de l’éternité, une explication poignante mais captivante de ce comportement naturel des tournesols.

L’Écho et le Mystère des Échos

Le nom de la nymphe Écho est dérivé du mot grec pour le son et, selon The Collector, cela était approprié. Écho aimait parler, et malheureusement pour elle, elle fut recrutée par Zeus pour distraire Héra — sa femme — de ses nombreuses, nombreuses liaisons. Lorsque Héra découvrit son manège, elle priva Écho de la capacité de dire autre chose que les derniers mots qu’elle entendait.

C’est après cela qu’Écho rencontra le beau Narcisse. Elle tomba follement amoureuse de lui, mais il fut horrifié lorsqu’ils se firent face, elle ne faisant que répéter ce qu’il disait. Lui disant qu’il mourrait avant de lui rendre son affection, elle s’enfuit dans les bois et dépérit dans le néant. La seule chose qui resta fut sa voix, mais il y avait un peu de justice ici. Écho était très aimée, et la cruauté de Narcisse envers elle attira l’attention de la déesse de la vengeance, Némésis.

Elle pensa qu’une punition appropriée serait de faire en sorte que Narcisse tombe amoureux de sa propre réflexion, puisqu’il en était déjà presque là. Il le fit — incapable de toucher ou de ressentir la réflexion qu’il aimait tant, il dépérit et fut transformé en la fleur Narcisse. Une deuxième version de l’histoire d’Écho n’est pas moins triste. Dans cette version, elle avait une voix si belle que le dieu Pan — indigné qu’une voix aussi incroyable soit gaspillée sur une nymphe —envoya des animaux assoiffés de sang pour l’attaquer et la tuer.

Iris, le Messager Arc-en-ciel

Aujourd’hui, la science connaît bien les schémas météorologiques qui génèrent un arc-en-ciel qui se courbe à travers le ciel. Les anciens Grecs, eux aussi, notaient les circonstances dans lesquelles un arc-en-ciel avait tendance à apparaître, et racontaient l’histoire d’un messager divin dont le passage était marqué par l’arc-en-ciel. Son nom était Iris, fille d’un dieu de la mer et d’une nymphe des nuages. En plus d’être la messagère personnelle d’Héra (tout en apparaissant parfois aux côtés de Zeus et d’Achille), elle était également chargée de remplir à nouveau les nuages de pluie alors qu’ils se déversaient : elle voyageait d’une extrémité de l’arc-en-ciel — qui semblait souvent se terminer dans les mers autour de la Grèce — jusque dans les nuages.

Il existe — sans surprise — quelques versions différentes de ses histoires. Dans certaines d’entre elles, l’arc-en-ciel est un chemin qu’elle déploie devant elle lors de ses nombreux voyages entre les dieux et les hommes, et lorsqu’il disparaît, cela signifie qu’elle est passée (via Theoi). La mythologie grecque explique également le phénomène rare de l’arc-en-ciel double. On racontait qu’Iris avait une sœur nommée Arke, et lorsqu’il fut temps pour les dieux et les Titans de s’affronter, ils se retrouvèrent opposés. Iris servait les dieux, finalement victorieux, tandis qu’Arke perdit ses ailes (qui furent finalement données à Achille). Le second arc-en-ciel, toujours pâle, est tout ce qui reste de la déesse qui choisit le mauvais camp dans une bataille divine.

Les Vents de Tempête

L’imagerie moderne, en particulier dans les jeux vidéo, dépeint les Harpies comme des créatures monstrueuses mi-femmes, mi-oiseaux. Bien que Theoi indique qu’elles étaient représentées ainsi dans la mythologie grecque, l’histoire est un peu plus complexe. Les Harpies étaient des esprits répondant à Zeus, pouvant être envoyés sur terre d’un simple geste, et annoncés par de rafales de vent tranchantes et vigoureuses, semblant surgir de nulle part. Leur voyage expliquait les vents, mais servait aussi à expliquer les disparitions mystérieuses et inexpliquées : quand quelqu’un semblait tout simplement disparaître de la surface de la terre, on disait souvent qu’il avait été emporté par les Harpies.

Les Harpies n’étaient pas les seules personnifications des vents de tempête : elles avaient aussi des homologues masculins (et dans certaines versions, des frères) appelés les Anemoi Thuellai. Ils étaient les enfants du géant des tempêtes, Typhoéus, que Zeus avait vaincu et condamné à le Tartare. Initialement envoyés par le géant pour créer toutes sortes de problèmes pour l’humanité, Zeus les captura dans un sac géant fait de la peau d’un bœuf entier. Il confia le sac à un roi nommé Éole, qui libérerait les vents lorsque les dieux auraient besoin d’un peu plus de destruction.

Les vents font partie intégrante des mythes grecs, illustrant la puissance et les caprices de la nature, ainsi que la nécessité de respecter les forces qui gouvernent le monde.

Les Bons et Mauvais Vents

Les anciens Grecs distinguaient entre les bons et les mauvais vents — et quiconque a maudit une tempête et apprécié une brise par une chaude journée d’été peut comprendre pourquoi. Alors que les vents de tempête étaient des forces destructrices déchaînées pour divers degrés de vengeance, les bons vents étaient censés être incarnés par quatre jeunes hommes. Theoi indique que le vent du nord en hiver (Borée), le vent du sud en été (Notos), le vent d’ouest au printemps (Zéphyr) et le vent d’est (Euros) étaient les principaux.

Quatre autres vents devaient aussi des identités et des rôles : le vent du nord-ouest, par exemple, s’appelait Skiron, et on disait qu’il répandait du vent depuis un chaudron pour annoncer les premières traces de l’hiver. Les vents apparaissent dans une série de mythes et d’histoires différents. Lorsque Achille a eu du mal à allumer le bûcher funéraire de son bien-aimé Patrocle, une prière au vent d’ouest, Zéphyr, arrangea les choses.

Ils sont également apparus aux funérailles du fils d’Éos, Mèmnon, et ont escorté ses restes mortels vers leur dernier lieu de repos. Ils ont même assisté au bûcher funéraire d’Achille lui-même, pour veiller à ce que le feu brûle chaud et longtemps. Alors que des agneaux noirs étaient souvent sacrifiés pour apaiser les vents de tempête, des agneaux blancs étaient offerts aux bons vents. À travers leur descendance, leur influence s’étendait encore plus loin : ils étaient les pères d’un groupe de chevaux immortels qui tiraient les chars des dieux.

Les Tsunamis et les Tremblements de Terre

Poséidon était célèbre en tant que dieu de la mer, mais selon World History, aussi bien Hésiode que Homère le désignaient par la description de « celui qui secoue la terre au profond mugissement ». Alors que cela pourrait sembler exagéré, cela collait en réalité aux croyances anciennes des Grecs. Ils enseignaient que l’eau recouvrait entièrement la terre et que toute la terre flottait à sa surface. Lorsque Poséidon se mettait en colère, toute la terre tremblait — et qu’est-ce qui allait de pair avec les tremblements de terre ? Les tsunamis.

Aeon mentionne que la Grèce est un paradis pour les sismologues, et l’a toujours été. En 373 avant JC, l’île d’Helike fut complètement détruite lors d’une catastrophe en deux volets : d’abord, un tremblement de terre détruisit la plupart des bâtiments de l’île, puis un tsunami emporta tout. L’idée selon laquelle Poséidon était derrière tout cela était ancienne : dès 700 avant JC, les écrits d’Homère décrivent un dieu de la mer furieux que les villes grecques avaient tenté de protéger leurs navires de la colère de la mer en construisant un mur. Cela n’a pas donné les résultats escomptés.

Le lien entre les tremblements de terre, les tsunamis et la colère de Poséidon était si fort qu’il fut adoré activement pendant plus de 1500 ans. Les récits de Poséidon défaisant des armées entières sont évoqués dans les livres d’histoire, délivrant une leçon puissante sur la nécessité de respecter le pouvoir de la nature.

Le Vent du Nord Froid et la Neige

Les Anemoi pouvaient représenter les vents les plus bienveillants, mais l’un d’entre eux en particulier — le vent du nord en hiver — était, eh bien, un peu un imbécile. Selon World History, Borée était la personnification des vents qui apportaient le froid, qui abattaient les arbres et refroidissaient les animaux et les humains de la même manière, d’une manière particulièrement pénible qui allait droit dans les os.

Borée apparaît dans de nombreux mythes — y compris la naissance des jumeaux Artémis et Apollon — mais il est peut-être mieux connu pour son enlèvement d’une princesse mortelle nommée Orithyia. Initialement, Borée demanda la permission au père d’Orithyia de l’épouser, mais lorsque les choses ne progressèrent pas aussi vite qu’il le souhaitait, il fondit sur elle et l’emporta littéralement vers son domicile dans les montagnes

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌