Espèces disparues ces dix dernières années Causes et Conséquences

Espèces disparues ces dix dernières années Causes et Conséquences

Quels animaux ont disparu ces dix dernières années et quelles sont les conséquences de leur extinction sur notre environnement? Découvrez les causes de cette tragédie.

Share your love

Les Animaux Qui Ont Disparu Ces Dix Dernières Années

Lorsqu’on évoque les extinctions, on pense souvent aux espèces disparues depuis longtemps, telles que les mammouths laineux, les tigres à dents de sabre ou encore les dinosaures. Cependant, la réalité de l’extinction ne se limite pas au passé lointain. C’est un problème constant, avec de multiples espèces déclarées éteintes chaque année. Malgré cela, déclarer une espèce éteinte peut avoir des effets négatifs sur les efforts de conservation. Parfois, la survie de certains membres d’une espèce en danger peut être compromise si le public pense que l’espèce est déjà éteinte. Cela peut décourager tout effort de sauvetage, condamnant ainsi définitivement ces espèces. C’est pourquoi de nombreuses espèces non observées depuis des années ne sont pas officiellement déclarées éteintes. Malgré tout, de nombreuses espèces sont effectivement déclarées éteintes chaque année, et dans de nombreux cas, l’intervention humaine est au cœur du problème, que ce soit de manière directe ou indirecte.

La Malomys de Bramble Cay

La malomys de Bramble Cay est le premier exemple d’extinction due à l’ingérence humaine. Originaire de l’île de Bramble Cay près de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, cette mignonne petite souris a été complètement anéantie par le changement climatique. L’île étant très sensible aux changements du niveau de la mer, l’élévation des eaux a détruit l’habitat naturel de la malomys. En 1978, il ne restait que quelques centaines d’individus, un chiffre qui a continué à diminuer au fil des ans. En 2014, la population était considérée comme éteinte, et l’année suivante, la malomys a été officiellement déclarée éteinte. Les études pointent du doigt le changement climatique, tout en critiquant les priorités des efforts de conservation. Malgré le manque de sensibilisation du public à cette extinction, les malomys ont disparu sans qu’aucune action significative ne soit entreprise pour les sauver, soulignant ainsi les conséquences néfastes du changement climatique et de l’apathie face à la protection de la faune.

Le Po’ouli

Le Po’ouli, un petit oiseau hawaïen, a été poussé au bord de l’extinction principalement en raison de l’introduction d’espèces envahissantes suite à l’installation humaine sur l’île de Maui. Ces nouvelles espèces, telles que les porcs, les rats et les chats, ont concurrencé le Po’ouli pour la nourriture, tandis que les maladies véhiculées par les moustiques nouvellement introduits ont décimé leur population. Malgré la prise de conscience de la menace dans les années 1990, les efforts de conservation ont été insuffisants, conduisant à une chute dramatique de la population. En dépit des mesures mises en place en 2002, aucune action n’a pu sauver l’espèce. Les tentatives de reproduction en captivité ont échoué, et le dernier Po’ouli connu est décédé en 2004, menant à la déclaration officielle d’extinction en 2019. Cette triste histoire met en lumière les ravages causés par les activités humaines sur la biodiversité locale et souligne l’importance des mesures de conservation préventives pour préserver les espèces endémiques.

La Grenouille Harlequin de Chiriqui

La grenouille Harlequin de Chiriqui était une espèce aux couleurs vibrantes vivant au Costa Rica et au Panama. Connue pour ses rituels amoureux uniques, cette grenouille colorée a disparu en raison de l’introduction accidentelle d’un champignon asiatique, entraînant des infections mortelles chez les amphibiens. L’incapacité des grenouilles à survivre à cette maladie a conduit à d’importantes pertes au sein des populations d’amphibiens. Malgré leur abondance avant les années 1990, la propagation du champignon a décimé les populations de grenouilles, conduisant à la disparition définitive de la grenouille Harlequin de Chiriqui en 2020. Cette extinction met en évidence les conséquences dévastatrices des maladies induites par l’homme sur la faune et souligne la nécessité de mesures de protection renforcées pour prévenir de futures extinctions tragiques.

La Main de Poisson Lisse

La Main de Poisson Lisse était une espèce mystérieuse vivant au large des côtes australiennes, se déplaçant en rampant le long du fond marin. Incapable de s’adapter aux changements de son environnement, cette espèce particulière a été anéantie par la pollution, l’introduction d’espèces envahissantes et la surpêche. L’activité humaine a détruit l’habitat naturel des mains de poisson et a indirectement causé leur extinction. Malgré la première observation de ces étranges créatures au début des années 1800, leur disparition définitive a été confirmée en 2020. Cette histoire souligne les effets dévastateurs des activités humaines sur la faune marine et met en garde contre les conséquences irrémédiables de la négligence environnementale.

Les Poissons d’eau Douce du Lac Lanao

Les poissons d’eau douce du lac Lanao, aux Philippines, ont été témoins de leur extinction en raison de l’introduction d’espèces invasives et de la surpêche. Suite à la modernisation de l’industrie de la pêche, le lac Lanao a vu la disparition de 15 des 17 espèces de poissons Barbodes endémiques, victimes de la concurrence et des prédations des espèces introduites par l’homme. Les décisions imprudentes et l’absence de mesures de conservation adéquates ont entraîné la perte irrémédiable de ces poissons uniques. En 2020, ces espèces ont été officiellement déclarées éteintes, mettant en lumière les conséquences de la négligence humaine sur la biodiversité locale.

Le Craugastor Myllomyllon

Le Craugastor Myllomyllon, un amphibien rare d’Amérique centrale, est devenu un symbole des mystères de l’extinction. Présent en un seul exemplaire capturé en 1978 au Guatemala, cette espèce évasive a ensuite disparu sans laisser de traces. Les expéditions ultérieures pour retrouver d’autres membres de cette espèce ont toutes échoué, conduisant à la déclaration d’extinction en 2020. Bien que les chercheurs suspectent le développement agricole d’être à l’origine de cette perte, la disparition du Craugastor Myllomyllon reste un mystère non résolu, reflétant les défis de la conservation de la faune face aux destructions environnementales.

La Chauve-Souris à Longues Oreilles de Lord Howe

La chauve-souris à longues oreilles de Lord Howe est une espèce dont l’extinction a été déclarée en 2020. Malgré l’absence de preuves tangibles de l’existence de cette espèce, une seule mâchoire fracturée retrouvée sur l’île de Lord Howe a confirmé son existence passée. Les spéculations sur les causes de leur extinction pointent vers l’introduction d’espèces invasives par l’homme, bien que le manque d’informations précises rende ce scénario incertain. Cette disparition énigmatique souligne les lacunes dans nos connaissances sur la faune et les conséquences des activités humaines sur la biodiversité.

Le Pipistrelle de l’Île Christmas

Le Pipistrelle de l’Île Christmas, une petite chauve-souris endémique de l’île, a été déclaré officiellement éteint en 2017. Malgré les appels à l’action pour sauver cette espèce en déclin, les mesures de conservation ont été mises en œuvre trop tard. Les invasions d’espèces et les maladies ont probablement contribué à la disparition de ces chauves-souris, accentuée par les lourdeurs bureaucratiques. Cette triste histoire souligne l’impact des retards et de l’inaction sur les espèces en danger, appelant à une action plus précoce et efficace pour protéger la diversité animale.

Le Poisson-Page Chinois

Le Poisson-Page Chinois, une espèce ancienne sur Terre depuis plus de 200 millions d’années, a succombé à l’extinction causée par la surpêche et la construction d’un barrage isolant sa population. Malgré les protections officielles mises en place, l’intervention humaine a irrémédiablement mené à la disparition de ces poissons. La dernière observation du Poisson-Page Chinois remonte à 2003, et en 2022, l’UICN a officiellement déclaré l’espèce éteinte. Cette disparition rappelle la fragilité des espèces anciennes face aux activités humaines non réglementées.

Le Rhino Blanc du Nord

Le Rhino Blanc du Nord est actuellement considéré comme fonctionnellement éteint, avec les trois derniers individus incapables de se reproduire. La menace principale pour cette espèce a été le braconnage intensif pour leurs cornes. Cependant, des efforts sont en cours pour ramener cette espèce de l’extinction grâce à des techniques de reproduction assistée. Bien que cette approche soulève des questions éthiques, elle offre une lueur d’espoir pour le sauvetage de l’espèce. Cette histoire met en évidence la nécessité de protéger les espèces en danger et de prendre des mesures rapides pour empêcher leur disparition.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌