Animaux sacrés à travers l'histoire : croyances et cultes

Animaux sacrés à travers l’histoire : croyances et cultes

Croyez-vous que les animaux sacrés ont façonné nos croyances et cultes au fil de l'histoire ? Découvrez leur importance dans notre rapport à la nature.

Animaux sacrés à travers l’histoire : croyances et cultes

Depuis des temps immémoriaux, les animaux ont été investis de caractéristiques divines par des tribus et des civilisations. L’animisme – la croyance selon laquelle les animaux, le vent, les arbres, l’eau et d’autres objets terrestres recèlent des essences spirituelles – a été le système de croyance dominant pendant la majeure partie de l’histoire humaine. Ainsi, de nombreux animaux étaient et sont encore considérés comme sacrés, jouant un rôle dans les contes et légendes. Les animaux sacrés occupaient une place si prépondérante dans diverses cultures que la plupart des gens peuvent citer au moins un exemple. Peut-être pensons-nous à l’attachement des anciens Égyptiens pour les chats ou à la révérence accordée au bison par certains Amérindiens. Cependant, avec le temps, les Occidentaux adeptes de religions monothéistes (la croyance en un seul dieu) ont conquis ceux qui pratiquaient des traditions animistes. « Le culte des animaux » était le terme péjoratif utilisé pour les dieux prenant forme animale. Pourtant, même les Occidentaux percevaient parfois la malice dans des animaux comme les singes et les chèvres, ou considéraient certains animaux plus proches de la parenté que d’autres. Examinons les nombreux rôles que les animaux jouent en tant que parents sacrés, farceurs ou dieux de l’au-delà.

Les Chats

Les anciens Égyptiens sont célèbres pour avoir vénéré les félins, les élevant au statut de dieux. Les Égyptiens avaient des chats dans leurs foyers et souhaitaient également être avec eux dans l’au-delà. Leurs amis félins ornaient les murs des tombes et étaient parfois momifiés aux côtés des défunts. Mais la momification n’était pas destinée à assurer un compagnon dans l’au-delà, mais plutôt à considérer le chat comme un réceptacle que la personne pouvait habiter. Ils admiraient la finesse et la puissance du chat, et cette admiration s’est manifestée dans la déesse Sekhmet – une déesse sous forme de lionne qui servait de protectrice et de guerrière. Les chats ont rempli ce rôle de manière pratique car ils dissuadaient les nuisibles tels que les serpents et les rongeurs. Par conséquent, il n’était pas permis de tuer les chats, étant donné leur statut quasi divin, sauf s’ils étaient destinés à la momification. Les chats ont toujours un statut sacré, non seulement sur internet. Dans l’islam, les chats sont considérés comme saints et respectés pour leur propreté. Traditionnellement, leur statut leur permet d’entrer dans les mosquées et les maisons, et le Prophète Muhammad était réputé pour son affection pour les félins. Même de nos jours, les chats bénéficient toujours d’un statut sacré (source : The Guardian).

Les Singes

Les singes, avec leur apparence semblable à celle des humains, occupent une place particulière dans de nombreuses religions et contes populaires. Dans le bouddhisme, les singes peuvent être représentés de manière négative ou positive. Le livre du XVIe siècle « La Pérégrination vers l’Ouest » suit un moine dont le compagnon est le Roi Singe, doté de pouvoirs surnaturels et finalement récompensé par le Bouddha. Les singes apparaissent également dans l’hindouisme et sont vénérés par des peuples en Inde et à Bali, la représentation la plus connue étant Hanuman, une divinité singe. Les singes ne jouent cependant pas un rôle majeur dans les religions abrahamiques, les chrétiens étant tellement opposés à la philosophie païenne qu’ils méprisaient souvent les singes et les singes. Ces derniers étaient particulièrement mal vus en raison de leur apparence semblable à celle des humains, ce qui les rendait diaboliques pour certains chrétiens. Cependant, certaines cultures autochtones incluent nos cousins primates dans de nombreux récits et coutumes. Un des exemples les plus intéressants provient de l’Amazonie, où le peuple Guajá considérait les singes comme faisant partie de la famille.

Les Éléphants

L’éléphant est une partie importante de l’hindouisme, ce qui est le plus évident dans la présence de Ganesh – le dieu à tête d’éléphant. Son nom signifie « Seigneur des gens » et il est considéré comme un dieu de l’intellect. Avec sa trompe, on pense qu’il renifle le bien ou le mal, avec de grandes oreilles, il entend, et avec ses petits yeux, il perçoit l’avenir et distingue le vrai du faux. Les bouddhistes considèrent également les éléphants comme sacrés, en particulier le rare éléphant blanc, vénéré en Thaïlande comme faisant partie des biens du roi. Ils avaient également un rôle dans la guerre, puisque des éléphants asiatiques étaient montés lors de batailles. De nos jours, l’Asie du Sud-Est est confrontée à des problèmes de déforestation, entraînant des conflits entre les hommes et les éléphants. Les éléphants ont commencé à pénétrer davantage dans les territoires humains à mesure que les forêts se réduisaient entre 1880 et 2013, entraînant le pillage des récoltes par les animaux et leur agressivité croissante, tout comme les agriculteurs subissaient des pertes économiques. Bien qu’ils soient toujours considérés comme sacrés en Inde, l’expansion humaine a compliqué leur relation avec ces majestueux animaux admirés.

Les Chiens

Les chiens occupaient une place spéciale en tant que meilleurs compagnons de l’humanité, mais avaient également un rôle religieux dans certaines cultures anciennes. Dans la Grèce antique, le dieu médecine Asklepios avait un chien à ses côtés, une représentation ensuite adoptée par les Romains sous la forme du dieu Aesculapius. On dit que l’association des chiens à la guérison pourrait venir de l’observation selon laquelle ils pansaient leurs blessures en se léchant, une observation qui se serait traduite en pratique médicale au IVe siècle av. J.-C., lorsque les Grecs ont construit un sanctuaire médical dans la ville d’Épidaure où les malades se rendaient recevoir des léchouilles médicinales de chiens. À l’époque, ils célébraient le dieu celte Nodons, associé aux chiens. Contrairement aux Grecs et aux Romains, les anciens Égyptiens associaient les chiens aux pratiques funéraires. Le dieu Anubis prenait la forme partielle d’un chacal, un canidé représenté dans l’art des tombes et les objets funéraires. En tant que dieu de la mort, Anubis présidait au voyage du défunt et protégeait les sites de sépulture. On croit que l’association des chacals avec la mort provenait de l’observation d’animaux rôdant dans les cimetières pour consommer les restes humains. Les chiens ont donc eu des rôles divers et parfois contradictoires dans les croyances et les rituels anciens.

Les Serpents

Certains des plus anciennes preuves de rituels liés aux serpents remontent à 70 000 ans en arrière au Botswana. En 2006, des pierres en forme de serpents ont été découvertes dans une grotte, suggérant une signification religieuse précoce pour le serpent. Les Grecs anciens considéraient les serpents comme des gardiens dans leur mythologie. Ils étaient considérés comme les enfants de Gaïa (la Terre Mère) et des êtres liés à la Terre alors qu’ils serpentent à travers son territoire. Bien que la mythologie entourant les serpents inclue également leur côté venimeux, les anthropologues affirment que le serpent gardien trouve son origine dans les temps anciens, lorsque les serpents inoffensifs serpentaient dans les foyers pour se réchauffer près des foyers, inspirant ainsi une vénération religieuse de la part de ceux qui les rencontraient.

Les Vaches

Les vaches sont célèbres pour leur caractère sacré en Inde, mais elles étaient également impliquées dans des pratiques spirituelles depuis des temps préhistoriques. Plus de 30 000 ans auparavant, des images d’aurochs (les ancêtres des vaches modernes) étaient peintes dans les grottes d’Espagne et de France, suggérant que l’animal était important pour les chasseurs-cueilleurs de ces régions. Avec l’avènement de l’agriculture, les bovins avaient probablement une importance encore plus grande, comme en témoigne le taureau de Crète, qui était important pour les Grecs et les Minoens. L’Égypte ancienne jouait également un rôle dans l’histoire des bovins sacrés, avec le Taureau Apis vénéré dès la Période Prédynastique. Les vaches ont joué un rôle central dans le passé et continuent d’être vénérées, le bison blanc étant notamment considéré comme extrêmement sacré car il symbolise le commencement du cycle spirituel de la vie.

Les Tigres

Les hindous vouent une grande admiration aux tigres qui parcourent les forêts denses de l’Inde. La principale divinité féline de la religion est Baghdev, également appelée Waghoba, ce qui signifie « dieu tigre ». Remontant à de nombreux siècles, les peuples autochtones de l’ouest et du centre de l’Inde divinisaient léopards et tigres, ce qui persiste même de nos jours.

Aigles

En Amérique, les aigles sont un symbole patriotique, mais d’autres cultures ont également été impressionnées par ce majestueux oiseau. Pour certaines tribus amérindiennes, l’aigle revêt une importance en tant que symbole de bravoure et de force. Leurs plumes sont considérées comme un honneur à porter, et puisque les aigles sont également un symbole du Grand Esprit, les plumes sont utilisées pour orn

er la pipe sacrée.

Les Corbeaux

Dans le sombre poème « Le Corbeau » d’Edgar Allan Poe, l’oiseau acquit la réputation d’apporter de mauvais présages, mais ce n’est pas une perception universelle. Les Scandinaves ont une vision positive de cet oiseau noir, comme en témoigne le premier drapeau du Danemark au XIe siècle, qui arborait fièrement un corbeau. En effet, dans les contes nordiques des Vikings, Odin est aidé par des corbeaux avisés nommés Muninn et Huginn, symbolisant respectivement la mémoire et la pensée. Les corbeaux étaient également considérés comme sacrés par les Gaulois.

Buffles

Pour certains peuples amérindiens, le bison fournissait nourriture, abri, vêtements et outils. Des rituels entourant le bison visaient à montrer du respect pour un animal considéré aussi honorable que leurs propres membres de la famille. Pour les premiers colons, le bison était également un symbole, mais principalement de la conquête des terres et de ses habitants. Columbus Delano, secrétaire de l’intérieur en 1873, a déclaré : « Je ne regretterais pas sérieusement la disparition totale du bison de nos plaines occidentales, dans son effet sur les Indiens. » Cependant, bien que la conquête européenne ait modifié l’histoire du bison, il ne fait aucun doute que l’animal était et reste sacré pour de nombreux Amérindiens. Les Indiens des plaines estimaient que le bison nidifiait au sein de la terre jusqu’à son émergence au printemps, et ils jugeaient ainsi important d’invoquer des pratiques spirituelles pour que le Grand Esprit ne leur refuse pas le don de l’animal.

Les Coyotes

Le coyote a un éventail de fonctions dans la mythologie des Amérindiens d’Amérique du Nord. Il apparaît en tant que magicien, farceur, amant et créateur, et est décrit comme l’animal qui existait avant que les humains ne foulent la terre. Il était l’animal qui procurait la lumière du soleil et le feu aux humains dans de nombreux récits. Bien que le coyote apparaisse autoritaire et divin dans les récits de la création, il est également sujet à être un bouffon aux côtés de renards, ses complices, dans de nombreux mythes où il est présent

Crocodiles

Le culte des crocodiles est revisité et réadmire des civilisations anciennes comme les mayas, les egyptiens…les animaux s’enracinent dans la culture par leur utilisation pour les pratiques mortuaires.

Jaguars

Les jaguars sont des prédateurs divins pour les mayas, les aztèques, ce qui montre leur rôle dans la culture, la religion de Mesoamerique.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌