Découverte en Antarctique d'un Ancien Proche Parent des Primates

Découverte en Antarctique d’un Ancien Proche Parent des Primates

Découverte surprenante en Antarctique d'un ancien proche parent des primates, offrant un nouvel éclairage sur le monde des animaux adaptés au froid.

Découverte en Antarctique d’un Ancien Proche Parent des Primates

Les primates, ces créatures souvent associées aux climats chauds et tempérés comme les forêts tropicales, pourraient avoir une histoire bien plus vaste. En effet, des preuves suggèrent que les primates, en particulier les singes, ont peuplé chaque continent, à l’exception de l’Australie et de l’Antarctique. Selon une étude de 2023 menée par une équipe de chercheurs de l’Université d’État du Kansas, publiée dans PLOS ONE, il y a environ 52 millions d’années, deux espèces de proches parents des primates vivaient aussi au nord que le Cercle Arctique.

Ces proches parents des primates sont définis comme des parents proches des primates modernes tels que les lémuriens, comme l’explique Nature. Le Cercle Arctique à l’époque n’était pas le pays froid et inhospitalier que nous connaissons aujourd’hui. Bien que plus froid que de nombreux endroits d’Amérique du Nord où des fossiles des ancêtres de ces créatures ont été découverts, le Cercle Arctique était alors un endroit beaucoup plus chaud et attrayant. Ainsi, les deux espèces apparentées de proches parents des primates, appelées Ignacius mckennai et Ignacius dawsonae, ont progressivement subi des changements anatomiques, offrant peut-être un modèle de l’adaptation des espèces modernes aux températures arctiques en constante évolution aujourd’hui.

Les Découvertes sur l’Île Ellesmere

Une communication de l’Université du Kansas annonçant la découverte des proches parents des primates dans le Cercle Arctique a révélé que les deux espèces de proches parents, Ignacius mckennai et Ignacius dawsonae, descendaient d’espèces connues par des fossiles découverts précédemment au Montana, au Colorado et aussi loin au sud que le Texas, selon CNN. Mesurant environ la moitié de la taille d’un chat domestique moderne, ils ressemblaient apparemment à un hybride de lémur et d’écureuil, selon CNN.

Les fossiles d’Ignacius mckennai et d’Ignacius dawsonae ont été découverts dans des sédiments et datent de l’Éocène, il y a environ 66 à 23 millions d’années. Ces fossiles ont été retrouvés sur l’île Ellesmere dans le Cercle Arctique, qui à l’époque était recouverte de forêts. Des restes fossilisés de ces forêts sont encore visibles. Bien que plus chaud qu’aujourd’hui, il faisait toujours sombre là-bas pendant la moitié de l’année. C’est pourquoi, lorsque quelques audacieux descendants des proches parents des primates vivant plus au sud en Amérique du Nord sont arrivés dans la région de l’île Ellesmere, ils ont développé au fil de milliers d’années plusieurs caractéristiques distinctes pour s’adapter à leur nouvel environnement.

Les Caractéristiques Adaptatives des Primates de l’Arctique

Les principaux changements entre les espèces d’Ignacius mckennai et d’Ignacius dawsonae du Cercle Arctique étaient des mâchoires légèrement plus grandes et plus fortes, une taille corporelle plus importante, des yeux sur les côtés de la tête ainsi que des doigts et des orteils griffus, contrariant la morphologie des autres primates. Les scientifiques impliqués dans l’étude supposent que les mâchoires plus puissantes et les autres changements ont permis à ces proches parents des primates ressemblant à des lémuriens de consommer des graines et des noix plus dures que leurs parents du sud, qui se nourrissaient de fruits plus tendres.

Cette évolution observée chez les deux espèces d’Ignacius du Cercle Arctique donne aux scientifiques une idée de la façon dont les espèces actuelles pourraient évoluer à mesure que les températures arctiques se réchauffent et que certaines espèces se déplacent vers le nord. Selon PBS, les températures dans la région arctique se seraient réchauffées quatre fois plus vite que dans d’autres régions au cours des quatre dernières décennies. À l’époque des Ignacius, il gelait certainement, mais seulement pour de courtes périodes. Des fossiles de crocodiles adaptés aux climats plus chauds ont également été découverts sur l’île Ellesmere.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌