Virovore l'organisme qui se nourrit de virus pour survivre

Virovore l’organisme qui se nourrit de virus pour survivre

Organisme unique dévorant les virus pour vivre et jouer un rôle crucial dans la lutte contre les maladies. Découvrez son incroyable potentiel. #Science #Virovore

Share your love

Découverte de l’Organisme Révolutionnaire Virovore

Les vaccins ont marqué une avancée significative dans notre lutte contre les virus. Cependant, que se passerait-il si la science pouvait exploiter un organisme doté du pouvoir de se nourrir de virus ? Cette perspective semblait autrefois utopique, mais une étude récente publiée fin 2022 dans les PNAS a révélé l’existence d’un microbe jusqu’alors inconnu appelé « virovore ». Les virovores sont des organismes qui se nourrissent de virus, un peu comme les autres êtres vivants se nourrissent d’énergie provenant d’autres animaux et plantes.

Cette découverte révolutionnaire a permis d’identifier un virovore au sein du genre Halteria, une ciliée unicellulaire microscopique vivant en eau douce. Cette découverte ouvre la voie à la possibilité qu’il existe d’autres microbes capables de se nourrir de virus. Sur notre planète, où environ 10 nonillions (10 à la puissance 31) de virus trouvent leur domicile, selon National Geographic, cette nouvelle catégorie d’organismes pourrait révéler l’existence d’une chaîne alimentaire entièrement inconnue.

Le Festin de Virovore

Il est impossible de déterminer le goût d’un virus, et les virovores Halteria ne consomment pas leur nourriture de la même manière que nous le faisons. Cependant, selon John DeLong de l’Université du Nebraska-Lincoln, les virus constituent une excellente source de nutriments. « Ils sont composés de très bonnes choses : des acides nucléiques, beaucoup d’azote et de phosphore… Tout devrait vouloir les manger. Tellement de choses vont consommer tout ce qu’elles peuvent attraper. Certainement quelque chose aurait dû apprendre à manger ces matières premières vraiment bonnes », a déclaré DeLong.

Pour confirmer leurs conclusions, DeLong et ses collègues ont ajouté des chlorovirus à de l’eau de mare remplie de microbes et ont observé le déroulement des événements. Ils ont constaté qu’un certain Halteria en particulier (illustré ci-dessus en train de consommer un virus) se multipliait avec le temps, tandis que la quantité de chlorovirus dans l’eau diminuait. En ajoutant un colorant fluorescent à l’ADN du virus, ils ont confirmé que cet élément se retrouvait à l’intérieur du microbe, prouvant ainsi que l’Halteria était bel et bien un virovore.

Impact Environnemental des Virovores

Les virovores pourraient avoir un impact significatif sur les niveaux de carbone dans l’environnement et sur le rôle du carbone dans les chaînes alimentaires. Les chlorovirus infectent les algues, provoquant l’éclatement de ces dernières et la libération du carbone qu’elles contiennent dans l’eau. Une fois consommé par le virovore Halteria, le carbone stocké à l’intérieur du chlorovirus est réintroduit dans la chaîne alimentaire lorsque des organismes plus grands consomment la ciliée. Cette action contribue à équilibrer les niveaux de carbone dans la chaîne alimentaire grâce à un type de recyclage naturel du carbone.

Selon les recherches de DeLong, environ 10 billions de virus pourraient être consommés en une seule journée dans un étang. Des études supplémentaires sont prévues pour confirmer que ces comportements de consommation de virus sont observés dans la nature et pas uniquement en laboratoire.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌