Le sort des survivants du massacre de Jonestown en 1978

Le sort des survivants du massacre de Jonestown en 1978

En 1978, plus de 900 personnes ont péri lors du massacre de Jonestown sur l'ordre de Jim Jones. Mais que sont devenus les rares survivants de cette tragédie?

Share your love

Le sort des survivants du massacre de Jonestown en 1978

En novembre 1978, le monde entier a été choqué par les images de plus de 900 hommes, femmes et enfants retrouvés morts à Jonestown, ainsi que par la nouvelle tragique de l’assassinat d’un membre du Congrès américain dans la jungle du Guyana par un leader de secte nommé Jim Jones. Les représentations de Jonestown et du Temple du Peuple au cinéma, à la télévision et dans les médias ont tendance à se concentrer sur le chef meurtrier de l’église et la fin tragique de la communauté en Amérique du Sud le 18 novembre 1978. Mais qu’est-il advenu des survivants de cette tragédie?

L’embuscade

Le jour du massacre, le représentant Leo Ryan, des journalistes et des proches préoccupés des membres du Temple du Peuple se trouvaient à Jonestown dans le cadre d’une mission de vérification des faits. Jones avait transféré son Temple du Peuple de San Francisco dans une zone isolée de la jungle du Guyana un an plus tôt. Après que le groupe de Ryan eut appris que des membres voulaient partir, ils se dirigèrent vers un aérodrome proche. « C’était un baril de poudre émotionnel », a déclaré Jackie Speier, l’assistante de Ryan. « C’était tellement clair pour moi que cette chose allait éclater et que nous devions faire partir ceux qui voulaient partir le plus rapidement possible. »

« La couverture de la mort »

Les meurtres de Ryan, de trois journalistes et de deux autres membres de leur groupe ont conduit Jones à ordonner aux membres du Temple de se suicider. Ils ont bu un mélange de boissons aromatisées au cyanure et ont injecté le poison à d’autres contre leur volonté. Hyacinth Thrash, membre du Temple du Peuple depuis des années, s’est cachée sous son lit. Elle s’est endormie et s’est réveillée le lendemain matin pour découvrir que tout le monde était mort, y compris sa sœur. L’horreur était atroce.

Fuie à travers la jungle

Le jour du massacre de Jonestown, Leslie Wagner-Wilson, membre du Temple du Peuple depuis l’âge de 13 ans, a fui avec son fils de 3 ans, Jakari. « J’avais tellement peur que je tremblais », a-t-elle déclaré. « J’attendais une détonation et une balle, et puis de m’effondrer. Je ne m’attendais pas à vivre au-delà de l’âge de 22 ans. »

Envoyé au dernier moment

Jim Jones a envoyé Tim Carter en mission le jour des meurtres de masse et des suicides. Il était absent du pavillon où le massacre a eu lieu, se préparant à quitter le camp. « Je peux honnêtement dire que jamais une seule fois dans mon esprit je n’ai pensé que nous allions tous mourir », a-t-il déclaré. « Parce que 24 heures après ce dîner et ce spectacle, littéralement 24 heures plus tard, tout le monde était mort. »

Les fils de Jim Jones

D’autres membres de Jonestown étaient absents du camp dans la capitale du Guyana, Georgetown, au moment des meurtres de masse et des suicides, y compris deux des fils de Jim Jones, qui participaient à un tournoi de basket. Jim Jones Jr. avait perdu sa première femme et son bébé. « La vie est terminée telle que je la connaissais, en quoi je croyais… qui j’aimais… J’étais totalement dépourvu », se souvient Jim Jones Jr.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌