Origines terrifiantes et symboliques de Godzilla

Origines terrifiantes et symboliques de Godzilla

L'histoire terrifiante et symbolique derrière Godzilla, la créature mythique japonaise qui a inspiré une franchise à succès dans le monde entier.

Share your love

Origines terrifiantes et symboliques de Godzilla

En 1956, « Godzilla : King of the Monsters » a fait son apparition dans les salles de cinéma américaines sous forme d’une version importée du film japonais de 1954 « Godzilla », ou « Gojira » (ゴジラ) selon son titre original. Les spectateurs en dehors du Japon ont peut-être penché la tête, esquissé un sourire, ri face aux images et pensé simplement « Haha, monstre drôle fait boom dans un film de monstres drôle ». Peu ont compris que le film était une forme de deuil et un message. À peine neuf ans plus tôt, en 1945, les États-Unis avaient fait exploser les bombes à l’uranium « Little Boy » et à l’au plutonium « Fat Man » au-dessus des villes japonaises d’Hiroshima et Nagasaki, respectivement. Les chiffres exacts sont difficiles à déterminer, mais les bombes ont incinéré plus de 200 000 personnes, principalement des civils, et rasé les deux villes. Les retombées nucléaires ont causé des cancers et d’autres maladies chez les survivants, ainsi que des malformations congénitales chez leurs enfants. Ces survivants, appelés « hibakusha » en japonais, décrivent encore aujourd’hui des horreurs qu’eux seuls ont vues et connues.

Le récit choquant du film originel

L’intrigue du film original « Godzilla » est directe et contient même l’élément précis du traumatisme national que le film cherchait à articuler : l’armement nucléaire. Dans le film, une explosion de bombe nucléaire réveille un monstre ancien de l’océan : Godzilla. Ce monstre, comme le précise la bande-annonce originale du film sur YouTube, est un « titan de la terreur anéantissant une ville de 6 millions d’habitants dans un holocauste de flammes ». Pourrait-on être plus clair ? NBC News affirme que les spectateurs au Japon sont sortis des salles de cinéma en pleurant. Pourtant, la version importée aux États-Unis a omis des éléments cruciaux à la compréhension de la signification symbolique de Godzilla.

Un symbole de l’armement nucléaire

William Tsutsui, auteur de « Godzilla on My Mind: Fifty Years of the King of Monsters » de 2004, a déclaré à NBC News que Godzilla était aussi « innocent que les enfants dans leurs cours de récréation à Hiroshima ». Dans son film de 1954, une attaque nucléaire réveille la créature de son sommeil dans l’océan. Son corps est couvert des mêmes cicatrices épaisses et semblables à des croûtes que portaient les survivants des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki. Il souffre, victime cherchant à détruire. Il incarne la rage sans limite, débouchée et déambulant sans contraintes. Comme le souligne Tsutsui, les indicateurs les plus évidents de ce message ont été supprimés de la version importée aux États-Unis du film en 1956, comme une scène dans un métro liant Godzilla à Hiroshima.

Roi des Monstres, mascotte et citoyen

Après des décennies de projets cinématographiques multimillionnaires et l’émergence d’une IP mondialement reconnue, le sens original de Godzilla s’est perdu pour pratiquement tout le monde. Suite au succès du film original « Godzilla » en 1954, IGN explique que les Studios TOHO se sont tournés vers une suite axée sur le profit, établissant et cimentant les clichés d’A à Z de Godzilla. Godzilla est devenu un monstre gigantesque et stupide qui combat d’autres gros monstres stupides, piétine des villes, provoque des morts incidentelles et est un spectacle pour les amateurs de popcorn. Et pourtant, il continue de cracher un « souffle atomique » – un rappel persistant de sa véritable signification.

La signification actuelle de Godzilla

Cependant, les nouveaux films Godzilla fabriqués au Japon, tels que « Godzilla Minus One » (pas les versions hollywoodiennes), redonnent un peu de sa terreur originelle au Roi des Monstres – et le reconnectent à la Seconde Guerre mondiale. Une fois de plus, comme le souligne brillamment IGN, il est « un produit dérivé du trafic de l’homme avec l’armement atomique, une source abominable de pouvoir qui pervertit et corrompt son environnement. » Néanmoins, dans l’ensemble du Japon, en dehors des insights des cinéastes avertis, Godzilla est devenu une sorte de mascotte. Sa tête et sa griffe ornent le bâtiment du cinéma TOHO à Kabuki-cho, à Tokyo, dans le quartier nocturne de néons de Shinjuku.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌