Pourquoi les vampires craignent-ils le soleil Explications

Pourquoi les vampires craignent-ils le soleil Explications

Voyagez à travers les légendes des vampires et découvrez pourquoi ils redoutent tant la lumière du soleil. Explications à lire ici! #Divertissement #Vampires #Soleil

Share your love

Origines du Mythe des Vampires

Les vampires ont toujours fasciné l’imaginaire collectif, suscitant à la fois peur et admiration. Dans la culture populaire, les vampires sont souvent dépeints comme des êtres pâles, élégants, dotés de canines acérées et assoiffés de sang. Mais d’où vient cette image emblématique du vampire tel que nous le connaissons aujourd’hui?

Les origines du mythe des vampires remontent à plusieurs traditions folkloriques, principalement en Europe. Des récits de vampires, aux caractéristiques bien différentes de celles des vampires modernes, ont émergé dans diverses cultures médiévales, notamment en Roumanie, en Allemagne et en Grèce. Ces récits étaient souvent associés à des périodes de mort massive, comme les épidémies, où l’impossibilité d’enterrer correctement les défunts laissait place à des superstitions sur les morts qui revenaient à la vie.

Contrairement à l’image élégante du vampire noble popularisée aux 19e et 20e siècles, les premières versions des vampires étaient décrites comme enflés et rougeâtres. En Europe de l’Est, il était courant de comparer les buveurs rouges de spiritueux aux vampires. Ces premières représentations étaient bien éloignées du vampire sédentaire et chic que nous connaissons aujourd’hui.

La Théorie de la Porphyrie

Une théorie intrigue certains experts quant à la phobie des vampires pour la lumière du soleil. Il s’agit de la « porphyrie », une maladie du sang qui rendait les malades pâles et photosensibles. Selon certains chercheurs, les descriptions des malades au Moyen Âge correspondent étrangement aux caractéristiques des vampires modernes. L’image d’un malade de la porphyrie se protégeant de la lumière est ainsi devenue un prototype du vampire nocturne que l’on retrouve dans la fiction populaire.

Cependant, cette explication ne convainc pas tous les experts, notamment Paul Barber, spécialiste des vampires, qui remet en question cette théorie. Il est intéressant de noter que certains chroniqueurs ont tenté de renforcer la théorie de la porphyrie en affirmant que les malades buvaient du sang pour gérer leur affliction, mais aucune preuve ne confirme que le sang soit un remède pour la maladie ou que quiconque au Moyen Âge ait cru en l’efficacité de cette pratique.

L’Évolution de la Représentation des Vampires

Au cours du 19e siècle, la figure du vampire a subi une transformation majeure grâce à un ensemble d’auteurs influents qui ont exploité le mythe du suceur de sang pour explorer les préoccupations sociales de l’époque. Tout a changé pour le vampire en 1819 lorsque le jeune écrivain britannique John Polidori, inspiré par Lord Byron, a créé un vampire aristocrate séduisant, préfigurant ainsi l’image du célèbre Dracula de Bram Stoker.

Cette représentation du vampire aristocratique du 19e siècle a eu un impact considérable sur les représentations populaires du vampire. Les performances des acteurs Bela Lugosi et Christopher Lee, qui ont incarné le Dracula de Bram Stoker dans des films populaires, ont contribué à ancrer l’image du vampire dans la culture populaire.

Impact de « Nosferatu »

En 1922, le film muet expressionniste « Nosferatu » a marqué un tournant dans la représentation des vampires au cinéma. Le film, mettant en scène le comte Orlok, un personnage rappelant Dracula mais sous une forme plus monstrueuse, a été retiré de la circulation dans de nombreux territoires en raison d’accusations de violation des droits d’auteur de l’œuvre de Bram Stoker.

Une différence majeure entre le livre de Stoker et « Nosferatu » réside dans la réaction du vampire à la lumière du jour. Alors que Dracula meurt après avoir été poignardé au cœur, le comte Orlok se transforme en fumée lorsqu’il est exposé accidentellement à la lumière de l’aube. Ce film a contribué de manière significative à populariser cette étrange caractéristique du vampire ressentant une aversion pour la lumière du soleil.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌