DéNazification de l'Allemagne après la Seconde Guerre Mondiale

DéNazification de l’Allemagne après la Seconde Guerre Mondiale

"La dénazification de l'Allemagne après la Seconde Guerre Mondiale: un défi crucial pour effacer l'influence nazie de la société."

La DéNazification de l’Allemagne Après la Seconde Guerre Mondiale

Une période sombre de l’histoire mondiale, et certainement la plus sombre du XXe siècle, s’est déroulée pendant les années où l’Allemagne était contrôlée par le parti nazi et Adolf Hitler. Les atrocités commises par les Allemands avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, y compris l’Holocauste, qui a entraîné la mort d’au moins six millions de Juifs et un nombre inconnu parmi d’autres groupes, selon l’Encyclopédie de l’Holocauste, ne seront pas répétées ici. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et le renversement des nazis, un nettoyage considérable était nécessaire. L’Allemagne et son économie étaient en ruine, sa population appauvrie, comme le rapporte Investopedia. Les hommes (et parfois les femmes) qui ont aidé les nazis à commettre leurs atrocités devaient être traduits en justice, mais dans un sens plus large, les idéaux du nazisme avaient infecté la culture du pays, ses lois, ses manuels scolaires. Le nouveau gouvernement du pays, avec l’aide de l’Europe et des États-Unis, devait reconstruire une nation tout en éradiquant tout ce qui restait du nazisme. C’était et c’est un processus qui, selon certaines définitions, se poursuit encore à ce jour.

Première Étape: Juger les Criminels de Guerre

La première tâche de la dénazification de l’Allemagne, comme le note l’Alliiertenmuseum, a été de traiter les quelque 8,5 millions de membres du parti nazi encore présents en Allemagne. Il y avait aussi le fait qu’un pourcentage inconnu d’Allemands, parmi les 70 millions environ qui vivaient à l’époque, adhéraient ou du moins étaient sympathiques aux idéaux et groupes affiliés au nazisme. En ce qui concerne les soldats eux-mêmes, les pires d’entre eux, tels que Hermann Göring (ancien adjoint de Hitler) et Rudolf Hess (chef adjoint du parti nazi), ont dû répondre de leurs actes lors des tribunaux de Nuremberg, selon le Musée de l’Holocauste. Certains, comme Göring, ont été exécutés, tandis que d’autres, comme Hess, ont été condamnés à la prison à vie. La manière dont les autres ont été traités était un peu hâtive, selon l’Alliiertenmuseum. En gros, chaque puissance occupante (comme les États-Unis ou le Royaume-Uni) des territoires particuliers faisait expliquer aux sympathisants nazis connus ou suspectés leur histoire et leurs affiliations au moyen de questionnaires, et, dans certains cas, par le témoignage des voisins. Ceux qui ne répondaient pas aux attentes pouvaient faire face à des sanctions, telles que des rations alimentaires réduites, la mise à la retraite forcée ou même l’envoi dans un camp de travail.

Deuxième Étape: Nouvelles Lois et Intégration

Alors même que les Alliés s’efforçaient de débarrasser l’Allemagne de ses nazis et de leurs sympathisants, il restait à régler la question des lois en vigueur à l’époque. Comme le note le Musée National de la Seconde Guerre mondiale, les forces d’occupation avaient pour tâche de passer au peigne fin la législation allemande pour éliminer tout lien avec le nazisme, ou bien de réécrire la loi allemande de zéro. Ils ont choisi la première option et, avec l’aide d’une armée de juristes et de chercheurs allemands anti-nazis et pro-Alliés, ont entrepris d’éliminer tout élément nazis de la loi allemande. Le processus a été fastidieux et a même touché des questions telles que le droit du travail et le droit du mariage. Il y avait aussi la question, comme le souligne l’Histoire Allemande en Documents et Images, de 7 à 8 millions d’Allemands considérés comme « petits nazis » et qui ne pouvaient pas être tenus à l’écart de la société allemande éternellement. Certains ont été réintégrés dans des postes publics, probablement contre le gré des Allemands ordinaires. Ces nazis « dé-nazifiés » ont été placés dans ces postes avec l’attente que, s’ils posaient problème, la loi allemande s’occuperait d’eux.

Troisième Étape: Reconnaître que le Processus Est en Cours

En un sens, le processus de dénazification de l’Allemagne est continu, le pays prenant grand soin d’assumer son passé tout en veillant à ce que l’histoire ne se répète pas. Les enfants allemands sont enseignés de manière honnête et sans équivoque sur l’Holocauste et leur rôle dans celui-ci, comme le note Via Travelers. Les élèves ont également une expérience de première main en ce qui concerne l’Holocauste, en visitant des cimetières, des camps de concentration, et autres lieux similaires. Les étudiants peuvent être amenés à faire des exposés oraux sur cet aspect de l’histoire de leur pays. L’Allemagne est également désireuse de tenir à l’écart le nazisme et les symboles nazis de son territoire. Les discours de haine, qui incluent les sympathies pro-nazies et le négationnisme de l’Holocauste, sont des crimes en Allemagne. Même afficher des symboles nazis, comme le svastika (en dehors d’un contexte artistique ou historique), est un crime passible d’incarcération. Le nazisme persiste en Allemagne, malgré les meilleurs efforts du pays pour l’éradiquer complètement. En 2021, Christine Lambrecht, ministre de la Justice de l’Allemagne, a regretté que des groupes de haine opèrent et se renforcent dans son pays. « Les vagues de haine sont encore plus agressives qu’avant la pandémie, » a-t-elle déclaré à l’époque, via PBS.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌