L'Histoire captivante du bâton de marche de Benjamin Franklin

L’Histoire captivante du bâton de marche de Benjamin Franklin

Plongez dans l'histoire du bâton de marche de Benjamin Franklin, un objet fascinant aux origines surprenantes. Découvrez où se trouve cette canne aujourd'hui.

Share your love

La Fascinante Histoire du Bâton de Marche de Benjamin Franklin

Benjamin Franklin, l’une des figures les plus emblématiques de l’histoire américaine, est souvent représenté dans l’imaginaire collectif par son image sur le billet de 100 $. Cependant, derrière cette image d’homme imposant aux cheveux grisonnants se cache une facette moins connue de sa santé déclinante et des défis qu’il a dû affronter dans ses dernières années. Franklin a souffert de la goutte, une maladie inflammatoire qui a rendu ses déplacements de plus en plus difficiles au fil du temps (source : Philadelphia Inquirer).

Face à ces difficultés, Benjamin Franklin a dû recourir à l’aide de différentes cannes de marche pour se déplacer. L’une de ces cannes, au pommeau d’or élégant, est aujourd’hui exposée au National Museum of American History, offrant un aperçu fascinant de son histoire mouvementée (source : Smithsonian).

Un Précieux Cadeau d’une Comtesse Française

La canne en question a été décrite par Benjamin Franklin lui-même comme « ma belle canne en bois de pomme, avec une tête en or finement travaillée sous la forme de la coiffe de la liberté » (source : Wondrium Daily). Offerte par la comtesse de Forbach, Maria Anne, cette canne symbolique était le témoignage de l’amitié et du soutien de la noblesse française à la cause de l’indépendance américaine.

Parmi les nombreux admirateurs français de Franklin, la comtesse fut particulièrement proche de lui, étant une fervente partisane de la cause américaine. Après la Bataille de Yorktown, c’est lors d’une célébration à Paris, en compagnie du Marquis de Lafayette, que la comtesse offrit à Franklin sa canne au pommeau doré. Ce dernier était inspiré du chapeau en fourrure que portait régulièrement Franklin. Un geste chargé de symbolisme et d’amitié entre deux nations en quête de liberté.

Un Legs à George Washington

Benjamin Franklin considérait sa canne comme un objet précieux et symbolique, au point de la léguer, dans son testament de 1789, à son ami et compatriote, le Général George Washington. Ce dernier, connu pour ses propres trésors historiques tels que sa collection d’épées, a reçu ce legs avec honneur et reconnaissance (source: New York Post).

En 1843, par la volonté du neveu de George Washington, Samuel T. Washington, la canne de Franklin ainsi qu’une des cinq épées du Général furent remises au gouvernement américain, avec pour souhait que « l’épée du héros et le bâton du philosophe restent ensemble ». Depuis 1995, la canne de Franklin fait partie de la collection du Smithsonian, offrant aux générations futures un témoignage tangible de l’amitié et du respect entre ces deux figures majeures de l’histoire américaine.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌