Zion Illinois, la ville autrefois théocratie de la Terre plate

Zion Illinois, la ville autrefois théocratie de la Terre plate

Plongez dans l'histoire de Zion, Illinois, ancienne théocratie de la Terre plate. Découvrez son passé surprenant et mystérieux.

Politique à Zion, Illinois : L’Histoire d’une Théocratie de la Terre Plate

Il est parfois difficile d’imaginer comment certaines idées, pourtant réfutées depuis des siècles, peuvent encore trouver un écho dans certaines communautés. Dans la petite ville de Zion, Illinois, une théocratie inhabituelle a vu le jour, basée sur la croyance en une Terre plate. Retraçons l’histoire fascinante et pourtant déroutante de cette communauté autrefois gouvernée par des convictions bien singulières.

Les Origines de la Théocratie

Tout commence avec un homme nommé John Alexander Dowie, un guérisseur de foi qui prêchait contre les médecins, les pharmaciens, les syndicats, le porc et les huîtres, parmi d’autres choses. Ses discours enflammés attirèrent de nombreux adeptes, dont Wilbur Glenn Voliva, qui devint rapidement un fidèle parmi les fidèles. Dowie acheta des terrains au nord de Chicago, préfigurant ainsi ce qui allait devenir la ville de Zion, peuplée des disciples de Dowie. Officiellement, la ville fonctionnait comme n’importe quelle autre ville de l’Illinois, mais en réalité, l’Église, en particulier Dowie, dirigeait les décisions importantes. Lorsque Dowie fut contraint de quitter le pouvoir, Voliva prit la relève et intensifia la théocratie de Zion.

La Théocratie et la Politique

Officiellement, aucune place n’est accordée à la théocratie aux États-Unis. Cependant, à Zion, les règles étaient différentes. Le journal de la ville, appelé « The Theocrat », mélangeait doctrine religieuse et actualités, réécrites par les rédacteurs locaux. Voliva alla jusqu’à nommer son parti politique « Le Parti Théocratique », laissant peu de place à l’ambiguïté sur les valeurs de la ville. Les principes de Zion étaient basés sur la coopération chrétienne, l’harmonie raciale et des valeurs morales fondamentalistes strictes. La ville interdisait toute forme de divertissement considéré comme « impie » tels que le jeu, le tabac, les théâtres ou les cirques, et même la consommation de porc et d’huîtres. Les habitants étaient soumis à des restrictions strictes, jusqu’à risquer la prison pour avoir enfreint certaines règles, comme fumer ou siffler le dimanche.

Le Fanatisme pour la Terre Plate

Voliva était un fervent défenseur de la théorie de la Terre plate, une croyance qu’il s’employa à propager avec zèle. Il remplaça le conseil scolaire de Zion par le sien, utilisant les écoles comme un instrument de diffusion de ses idées. Les enfants de Zion furent ainsi éduqués dans la conviction que la Terre plate était la seule vérité, rejetant en bloc toute notion de planète sphérique considérée comme « un mensonge satanique ». Affirmer que la Terre était ronde était non seulement malvenu, mais pouvait même être considéré comme une infraction criminelle. L’environnement éducatif de Zion était entièrement imprégné de la conviction de la planète plate.

Le Dénialisme Électoral

Malgré la théocratie de la Terre plate, l’élection des dirigeants à Zion se faisait démocratiquement, à l’instar des autres villes américaines. En 1909, face à l’opposition croissante, Voliva fut évincé du pouvoir par les électeurs. Refusant de reconnaître sa défaite, il continua de gouverner comme s’il était toujours en poste, allant même jusqu’à crier au scandale électoral. Cette crise politique culmina en un affrontement violent entre partisans de Voliva et défenseurs de la démocratie, réglant la question de la légitimité du pouvoir à Zion par un gigantesque combat à mains nues. Finalement, en 1934, un gouvernement laïc prit le relais, mettant fin à près de trois décennies de théocratie et de croyances farfelues.

Le Déclin de la Théocratie

Aujourd’hui, Zion est loin de son passé tumultueux. Avec environ 25 000 habitants, la ville a prospéré pour devenir une commune banale du nord de l’Illinois, abandonnant les dogmes obsolètes pour rejoindre le concert des villes modernes. Il est rassurant de constater que la municipalité et ses habitants ont finalement accepté que la Terre est bel et bien ronde, laissant derrière eux une époque révolue où la théocratie et les théories étranges régnaient en maître.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌