Einstein et sa Prédiction sur l’Apocalypse Possible pour l'Humanité

Einstein et sa Prédiction sur l’Apocalypse Possible pour l’Humanité

Einstein avertit que l'une des inventions les plus destructrices de l'humanité pourrait anéantir la vie sur Terre, une menace encore d'actualité aujourd'hui.

Il est probable que même ceux qui ne connaissent rien des travaux d’Albert Einstein en physique théorique savent au moins que « ce type était plutôt intelligent, non ? » Oui, en effet. Non seulement Einstein était un titan intellectuel, mais il était aussi une personne de sagesse, d’humilité et de sensibilité. Comme le cite Huffington Post dans une lettre de 1940, « Je ne partage pas l’esprit de croisade de l’athée professionnel. Je préfère une attitude d’humilité correspondant à la faiblesse de notre compréhension intellectuelle de la nature et de notre propre être. » En d’autres termes, Einstein possédait des intuitions non seulement dans le domaine physique et mathématique mais aussi sur le cœur humain. C’est pourquoi il craignait à juste titre pour l’avenir de notre espèce.

Un an avant d’écrire ces mots, il avait exhorté le président américain Franklin D. Roosevelt à accélérer les travaux sur la bombe atomique. Einstein a ensuite décrit cette décision comme sa « grande erreur. » Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a conseillé la prudence, déclarant dans son discours de remise du prix Nobel en 1945, « La guerre est gagnée, mais la paix ne l’est pas. »

Bien que Einstein lui-même n’ait pas participé au projet Manhattan dirigé par J. Robert Oppenheimer qui a développé la bombe atomique, la communauté scientifique de l’époque était très interconnectée. Einstein ressentait une certaine responsabilité personnelle pour avertir l’humanité de son anéantissement imminent, à moins qu’elle ne fasse preuve d’une extrême prudence quant à l’utilisation de l’arme nucléaire. Plus précisément, Einstein croyait que la bombe H — le type de bombe atomique le plus puissant possible — entraînait la fin du monde.

Le cauchemar de la bombe H

Pour ceux qui ne connaissent pas les détails des armes nucléaires, il existe en réalité plusieurs types de bombes nucléaires. La bombe atomique, la première conçue et larguée en 1945 pendant la Seconde Guerre mondiale sur les villes japonaises d’Hiroshima, fonctionne par la fission nucléaire. Elle divise les atomes en utilisant du plutonium ou de l’uranium combiné à des explosifs conventionnels.

Albert Einstein s’inquiétait davantage des bombes à hydrogène (bombes H), des dispositifs thermonucléaires qui combinent la fission nucléaire avec la fusion. Elles divisent puis recombinent les atomes pour amplifier considérablement leur puissance explosive, surpassant largement celle des bombes atomiques.

Les craintes d’Einstein étaient justifiées, car l’arme nucléaire la plus puissante jamais créée était effectivement une bombe à hydrogène, larguée en 1961. Connue sous le nom de Tsar Bomba et construite par l’Union soviétique, sa puissance explosive était 1 570 fois supérieure à celle des bombes d’Hiroshima et Nagasaki réunies.

Les États-Unis avaient déjà largué la première bombe à hydrogène en 1952, après que le président américain Harry Truman eut recruté certains des scientifiques du projet Manhattan pour commencer le développement de la bombe en 1950.

Cela s’est produit cinq ans après l’avertissement prononcé par Einstein en 1945 concernant le développement de nouvelles armes nucléaires. Mais, comme tant d’autres sages conseils, son avertissement est resté lettre morte. Face aux peurs nouvelles, post-Seconde Guerre mondiale, et aux souvenirs encore frais des effusions de sang de cette guerre, les superpuissances mondiales ont continué à créer une arme surpassant la bombe atomique en taille et en pouvoir destructeur.

L’avertissement dans le Manifeste Russell-Einstein

Albert Einstein with hair sticking up Print Collector/Getty Images

En 1945, dix ans après avoir reçu son Prix Nobel, Albert Einstein s’allia à Bertrand Russell, l’un des penseurs les plus éminents du XXe siècle, pour mettre en garde contre les dangers des bombes à hydrogène. Le Manifeste Russell-Einstein, que l’on peut lire intégralement sur Pugwash, fut signé par plusieurs autres physiciens et mathématiciens de renom et présenté à Londres en 1955.

Le dernier paragraphe du manifeste sert de résumé parfait : « Compte tenu du fait que dans toute future guerre mondiale, des armes nucléaires seront certainement employées et que ces armes menacent la survie de l’humanité, nous exhortons les gouvernements du monde à reconnaître, et à déclarer publiquement, que leur objectif ne peut être atteint par une guerre mondiale, et nous les exhortons donc à trouver des moyens pacifiques pour régler toutes les questions de litige entre eux. » Le choix simple, comme le rédigeaient Einstein et Russell, était entre « un progrès continu dans le bonheur, le savoir et la sagesse » — et la mort.

Einstein et ses collègues soulignaient spécifiquement que la puissance de la bombe H, plus que tout autre, était assez puissante pour « mettre possiblement fin à la race humaine. » Le nombre relativement faible de morts résultant de l’explosion initiale des armes à hydrogène pâlirait en comparaison du grand nombre de victimes subissant la « lente torture des maladies et de la désintégration » par la suite. Bien qu’aucune arme nucléaire n’ait été larguée sur des populations depuis la Seconde Guerre mondiale et que la menace de la Guerre froide ait longtemps disparu, les paroles d’Einstein continuent de résonner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *