Pourquoi la NASA Modifie Souvent Ses Photos: La Vérité Dévoilée

Pourquoi la NASA Modifie Souvent Ses Photos: La Vérité Dévoilée

Les raisons derrière les modifications fréquentes des photos de la NASA, démystifiant les théories conspiratives et expliquant les vérités scientifiques.

La NASA, sans doute, représente une cible facile pour les esprits conspirationnistes. Après tout, à une époque où chaque fait élémentaire semble contesté – notamment ceux à caractère scientifique – très peu de personnes peuvent vérifier personnellement des informations sur l’espace, la lune, d’autres galaxies, etc. Nous devons nous en remettre à des experts comme ceux de la NASA, qui ont accès à des connaissances exclusives et à des dispositifs tels que le télescope spatial James Webb (JWST). Cela peut heurter certains egos et nous entraîne dans des discussions stériles sur des sujets comme la prétendue falsification de l’alunissage de 1966 ou des affirmations absurdes concernant la Terre plate.

Earth picture from space

Nombreuses sont les autres théories conspirationnistes qui circulent à propos de la NASA, notamment qu’elle retoucherait ses photos de l’espace, en particulier en ce qui concerne les couleurs. Certains affirment que les couleurs des nébuleuses lointaines sont trop vives, qu’elles semblent irréalistes, que rien ne ressemble à cela. Ces objets spatiaux ne ressembleraient pas à cela si on les voyait à l’œil nu, etc., etc.

Ce dernier point est justement le cœur du problème. Vous ne pouvez pas voir une nébuleuse avec vos propres yeux – vous la voyez à travers un télescope. Les télescopes comme le Hubble traitent des montagnes de données en composites nécessitant des couleurs filtrées. Ces couleurs diffèrent dans l’espace et dans d’autres atmosphères comme sur Mars à cause de la poussière, de l’éblouissement, de la chaleur, et ainsi de suite. De plus, des télescopes comme le JWST voient la lumière infrarouge que l’œil humain ne peut pas percevoir et doivent la convertir en quelque chose de visible. Autrement dit, chaque photo de l’espace doit être ajustée d’une manière ou d’une autre, et la NASA n’a jamais essayé de le cacher.

 

Mars, la planète grise ?

Mars - Planète grise

Mars : notre voisin planétaire le plus proche, avec ses dunes et roches rouges. Ou bien s’agit-il de dunes et roches jaunâtres ? Ou encore gris-bleu ? Eh bien, c’est justement cela : Aucun humain n’a jamais été sur Mars, il n’existe donc pas de couleurs « correctes » de paysages martiens par défaut. Les humains voient le vert, le bleu, le jaune, le rouge — peu importe — à travers l’atmosphère terrestre et la lumière. Et même alors, les couleurs varient selon la quantité de lumière, la brume atmosphérique, les yeux individuels des observateurs, etc. Intéressant : les rovers martiens de la NASA ne sont pas équipés d’yeux humains.

Comparer des photos brutes, calibrées et équilibrées en blanc côte à côte illustre parfaitement ce point — un point qui explique comment et pourquoi la NASA modifie les photos. Les photos brutes sont des versions non traitées similaires aux données des photos numériques de téléphone portable. Les images prises par le rover Mars Curiosity, par exemple, apparaissent jaunâtres. Mais ces couleurs ne sont pas ce que Mars ressemblerait pour une personne sur place. Pour cela, on regarde les photos calibrées, qui montrent une version plus rouge de la planète. Mais ce sont les photos équilibrées en blanc — un terme familier aux photographes, monteurs vidéo et utilisateurs de Photoshop — qui produisent les images les plus nettes car elles ajustent toutes les couleurs par rapport au blanc pur. Cela rend les images les plus proches d’une illumination terrestre. Quelle est la photo « correcte » ? Toutes. Il convient de noter que d’autres photos brutes de la NASA, prises par le rover Persévérance, sont totalement grises.

Voir l’invisible

Le jour de Noël 2021, la NASA a lancé le télescope spatial James Webb (JWST), le fruit de plus de 30 ans de planification, de 10 milliards de dollars, d’une collaboration entre la NASA, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et l’Agence Spatiale Canadienne (CSA), et de l’ingéniosité des meilleurs ingénieurs de la planète. Le JWST a été conçu pour remonter le temps, c’est-à-dire pour observer une lumière qui a mis des milliards d’années à nous parvenir. Pour cela, le JWST se concentre sur la lumière infrarouge, qui est invisible à l’œil humain. Alors, comment pouvons-nous voir tout cela ? Simple : la NASA construit les images.

Nous pourrions utiliser de nombreux exemples pour illustrer ce point, mais les photos du JWST sont les plus éloquentes. Les photos brutes du télescope sont quasiment vides, transformées en clichés en noir et blanc, puis corrigées en couleur. Chaque image contenant une quantité énorme de données, le processus de modification est très minutieux et nécessite un logiciel sophistiqué. En conséquence, nous pouvons non seulement voir l’invisible, mais aussi regarder à travers des objets qui apparaîtraient opaques avec d’autres télescopes, car la lumière infrarouge traverse plus facilement le gaz et la poussière. C’est ce qui permet au JWST de remonter si loin dans le passé.

Accentuer la visibilité

Silhouette de télescope au-dessus de la galaxie Pinwheel

Alors, imaginez ce scénario : une étoile dans une galaxie lointaine explose en supernova et meurt. Avant de disparaître, l’étoile se transforme en géante rouge, s’effondre sur elle-même, puis explose dans un éclat si brillant qu’il est visible de notre Terre. L’éclat diminue rapidement, mais les restes de l’étoile se répandent dans l’espace, formant des filaments sur des années-lumière. Les astronomes amateurs peuvent également repérer des supernovas, comme ce fut le cas en juin 2023 lorsque l’astronome japonais Koichi Itagaki a ajouté une autre supernova dans la galaxie Pinwheel — baptisée SN 2023ixf — à sa liste de plus de 80 explosions similaires qu’il a observées au cours de sa vie.

On pourrait imaginer que les physiciens, astronomes et chercheurs de tous horizons souhaiteraient investiguer ces phénomènes le plus précisément possible, tout comme les géologues voudraient examiner de plus près les minuscules roches à la surface de Mars. C’est ainsi que nous abordons le prochain point sur notre liste de raisons pour lesquelles la NASA modifie ses photos : pour mieux voir les choses. Cela peut sembler évident, mais il est important de le rappeler car c’est souvent négligé. Jouer avec les couleurs d’une photo peut, par exemple, mettre en évidence certains éléments de gaz et de poussière, permettre une meilleure compréhension de la composition des corps stellaires comme les étoiles, et comme nous l’avons mentionné, nous permettre de voir des ondes électromagnétiques invisibles comme les rayons gamma.

Des Couleurs Magnifiques

Un simple regard sur les photos de la NASA prises par le télescope spatial James Webb (JWST) révèle des images d’une beauté à couper le souffle. Les photos du célèbre Pilier de la Création dans la nébuleuse de l’Aigle, située à 6 500 années-lumière de nous, ont pris une majesté renouvelée grâce à l’accent du JWST sur la lumière infrarouge. Mais sans un peu de manipulation photo — ou plutôt beaucoup de travail acharné et de logiciels puissants — ces vues perdraient une partie de leur pouvoir et de leur impact. Si, au milieu des investigations scientifiques, la NASA met en avant certaines longueurs d’onde de lumière et montre également à quel point notre cosmos est magnifique, où est le problème ?

De vieilles photos plus modestes illustrent ce point tout aussi bien que les photos grandioses de structures cosmiques colossales. Par exemple, regardez les photos de la NASA des années 1960 et 1970 montrant des vaisseaux spatiaux, des astronautes en combinaison, la Terre, la Lune, etc. Bien que les photos originales soient toujours impressionnantes, les photos améliorées et corrigées en couleur sont beaucoup plus nettes, beaucoup moins floues et grises, et nous permettent de mieux voir ce qu’elles contiennent. Ces efforts sont similaires aux types de remasterisations qui rendent les vieilles images beaucoup plus nettes et lumineuses. Ces améliorations permettent non seulement aux scientifiques de mieux travailler, mais également de captiver le public et de démontrer la valeur continue de l’exploration spatiale — même celle effectuée depuis la Terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *