La Vie Sans Moustiques : Quel Impact Aurait Leur Éradication Totale ?

La Vie Sans Moustiques : Quel Impact Aurait Leur Éradication Totale ?

Quel serait l'impact de l'éradication totale des moustiques sur notre écosystème et nos vies ? Un avenir sans moustiques, est-ce réellement souhaitable ?

S’il y a bien une forme de vie sur Terre que presque tout le monde s’accorderait à vouloir exterminer, ce sont les moustiques. Même une personne sensible qui relâche délicatement les insectes par la fenêtre ou la porte pourrait bien laisser exploser une fureur implacable si un moustique se pose sur sa peau. Clap, badaboum, mort, tant mieux.

Au minimum, tout le monde serait beaucoup moins sujet aux démangeaisons et bien plus heureux si ce fléau n’existait pas, n’est-ce pas ? C’est particulièrement vrai car, pour de nombreuses personnes à travers le monde, les moustiques sont bien plus qu’une simple nuisance. Le paludisme, la dengue, la fièvre jaune, le virus Zika, le chikungunya, diverses formes d’encéphalite : les moustiques sont porteurs d’une multitude de maladies horribles.

Et pourtant, parce que toutes les facettes de notre biosphère mondiale existent pour une raison, que se passerait-il si nous décidions de se lancer dans un génocide de ces horribles petites créatures ? Les moustiques ont réussi à survivre à l’évolution il y a au moins 200 millions d’années et sont des pollinisateurs, comme les abeilles. Le sang est en fait leur source de nourriture secondaire, et seulement pour les femelles lorsqu’elles pondent des œufs.

Certains animaux comme les chauves-souris, les oiseaux et les grenouilles mangent des moustiques, mais ne dépendent pas uniquement d’eux pour leur subsistance. Alors, y aurait-il des retombées écologiques terribles si tous les moustiques mouraient en même temps ? Honnêtement, pas tant que ça. Mais étant donné qu’il existe 3 500 espèces de moustiques dans le monde et qu’on estime à 110 000 milliards le nombre d’entre eux vivants – oui, des milliards – cela pourrait ne pas être une tâche si facile. Mais avant de penser « Pouvons-nous le faire ? », nous devrions répondre à « Devons-nous le faire ? »

Le danger des moustiques

Faut-il absolument éradiquer tous les moustiques sur Terre uniquement parce que leurs piqûres laissent sur la peau une salive qui provoque des démangeaisons ? Eh bien, oui, et cela pour plusieurs raisons. Les moustiques sont des vecteurs de maladies meurtrières et insidieuses, représentant 17 % des affections mondiales et causant plus de 700 000 décès chaque année. Dans certaines régions du monde, les moustiquaires de protection sont tellement cruciales pour sauver des vies que les organisations en ont expédié deux milliards depuis 2004, ce qui a permis de prévenir 68 % des cas de paludisme en Afrique durant cette période.

Le paludisme, une maladie fébrile potentiellement mortelle diagnostiquée près de 250 millions de fois par an, n’est qu’une des nombreuses maladies transmises par les moustiques. La dengue, une autre infection virale transmise par ces insectes, est diagnostiquée 390 millions de fois chaque année et peut provoquer de violents maux de tête, des douleurs articulaires et abdominales, des vomissements, et bien plus encore. La fièvre jaune entraîne la jaunisse, et le virus du Nil occidental peut causer une encéphalite, soit une inflammation du cerveau. Quant au virus Zika, il peut provoquer des éruptions cutanées chez certaines personnes et des malformations congénitales comme la microcéphalie chez d’autres. Et ce n’est là qu’une liste non exhaustive. En somme, les moustiques sont bien plus dangereux que de simples nuisances de jardin. Ils sont des vecteurs grouillants de maladies mortelles, alors pourquoi ne pas les exterminer tous ?

Le cycle de reproduction du moustique

Pour éradiquer les moustiques, il est essentiel de comprendre et d’intercepter leur cycle de vie. Ce cycle dure entre quatre jours et un mois, laissant amplement le temps aux moustiques de se reproduire. Chaque femelle peut pondre jusqu’à 250 œufs à la fois. Les œufs éclosent en larves en 24 à 48 heures, les larves se transforment en nymphes, puis en adultes qui volent, se reproduisent et répètent le cycle. Tout cela dépend d’un habitat crucial : l’eau stagnante et les surfaces sales comme les gouttières, les bacs de récupération des climatiseurs, les pneus laissés dans le jardin, les souches d’arbres en décomposition, etc.

Les moustiques vivent donc en deux phases : aquatique et aérienne. La phase aérienne, celle des adultes, est la plus connue et détestée — du moins pour les femelles moustiques. Les femelles pondent leurs œufs dans des endroits fournissant des nutriments à leur progéniture, mais elles ont également besoin de nutriments supplémentaires sous forme de sang pour produire des œufs. Tout type de sang peut faire l’affaire, y compris le sang reptilien, mais les humains, grands, vulnérables et relativement lents, sont des cibles de choix. Bien que les moustiques ne soient pas les insectes les plus robustes et meurent assez facilement, ils ne sont pas toujours faciles à attraper ou écraser. Ils se posent sur la peau, injectent leur proboscis — une sorte de paille intégrée — et leur salive pénètre dans la peau pendant qu’ils sucent le sang. Et voilà, un ennemi instantané.

Est-ce possible ?

Il existe des moyens à petite échelle pour réduire la quantité de moustiques dans votre vie quotidienne. Par exemple, maintenir votre maison et votre propriété propres et sans eau stagnante, y compris dans des objets comme des vieux seaux. L’utilisation de pesticides, l’élimination des vieux objets et l’absence de débris à l’extérieur sont également des mesures de bon sens. Les mêmes actions peuvent être appliquées à une échelle de quartier ou municipale, comme le nettoyage des bennes à ordures et des gouttières. Cependant, ces mesures ne vous débarrasseront pas des moustiques, elles réduiront simplement l’attractivité de certaines zones comme lieux de reproduction.

Mais qu’en est-il à l’échelle mondiale ? L’une des méthodes d’extinction les plus prometteuses – si l’on peut utiliser ce terme – est l’introduction de mâles stériles génétiquement modifiés dans l’environnement. Comme le décrit Target Malaria, plus il y a de mâles stériles dans l’environnement, plus les tentatives de reproduction échouent, ce qui réduit globalement le nombre de moustiques. Keele University indique également que ces mesures de stérilité rendent les mâles moins mobiles et réduisent leur durée de vie, ce qui a déjà été observé dans les régions vulnérables au paludisme. Les locaux considèrent cela comme une grande victoire.

Au-delà de ces méthodes d’extermination high-tech, il y a aussi l’introduction de prédateurs dans certains environnements. Un seul chauve-souris affamé peut consommer jusqu’à 1 200 moustiques en une heure. Si nous ne voyons pas d’inconvénient à vivre parmi les chauves-souris, et que celles-ci continuent de préférer les moustiques à d’autres aliments, et que les moustiques ne développent pas des stratégies pour éviter les chauves-souris, il se pourrait que nous réduisions considérablement le nombre de moustiques, surtout en combinant les prédateurs avec d’autres méthodes d’extermination.

Devrait-on le faire ?

Moustique sur une surface aqueuse

Doug4537/Getty Images

Et maintenant, abordons la grande question qui plane sur tout cet article : si nous pouvions éradiquer les moustiques de l’existence – les retirer de la carte évolutive pour les expédier dans l’oubli – devrait-on le faire ? Si nous voulons vraiment agir de manière éthique envers toutes les formes de vie, même celles qui sont désagréables, il est important de se rappeler que nous parlons essentiellement de ce que la biologiste Olivia Judson décrit dans le New York Times comme un « spécicide ». En d’autres termes : Aurions-nous cette discussion si les moustiques étaient des mammifères mignons et câlins ?

Pour ceux pour qui les moustiques représentent une véritable menace existentielle, la solution est probablement évidente : les tuer tous. Sinon, réduire dramatiquement leur nombre, comme cela s’est produit lorsque des mâles stériles ont été libérés dans l’environnement des îles Caïmans vulnérables aux maladies, réduisant la population de moustiques de 96%. Après tout, peu d’espèces sont écologiquement si cruciales que leur destruction signalerait une perte irrécupérable pour l’environnement. Ou comme le dit la biologiste Olivia Judson, « nous ne nous retrouvons pas avec un désert chaque fois qu’une espèce disparaît. »

D’autre part, il y a tous les arguments familiers sur les chaînes alimentaires, l’interconnexion de chaque espèce avec les autres, les conséquences imprévues et imprévisibles si nous jouons avec la nature, etc. Mais comme le souligne la Commission Européenne, ce ne sont pas tant les biomes de niveau macro dont nous devrions nous inquiéter en ce qui concerne l’éradication des moustiques, mais les microbiomes, par exemple, l’interaction entre les larves de moustiques et les organismes unicellulaires dans les sites de reproduction des moustiques. Il est toujours possible que les moustiques jouent un rôle que nous ne connaissons pas encore.

Un monde sans moustiques

À quoi ressemblerait un monde sans moustiques ? Pour les habitants des zones touchées par des maladies transmises par les moustiques, comme la dengue ou la fièvre jaune, la vie serait beaucoup moins stressante, plus joyeuse et surtout plus saine. L’industrie des moustiquaires devrait se reconvertir — un détail mineur. Pour les autres, il y aurait moins d’irritations et de lotion calamine étalée sur la peau. En résumé, en ne regardant que la qualité de vie humaine, une Terre sans moustiques améliorerait la vie de tout le monde.

Du moins, il semble. D’un autre côté, de nombreux arguments soulignent que retirer un élément d’un écosystème peut entraîner une cascade de conséquences inattendues. Ces affirmations sont particulièrement vraies pour des prédateurs de grande taille mais sont moins évidentes pour des créatures plus modestes comme les vers de terre — ou les moustiques. Cependant, malgré ces arguments, rien n’indique actuellement que les moustiques jouent un rôle crucial dans l’ensemble de la vie terrestre. Ils pollinisent, mais beaucoup moins que les abeilles. Ils servent de nourriture à certains animaux, mais pas exclusivement. Ils interagissent avec les microbiomes — mais de manière encore peu comprise.

Alors, à quoi ressemblerait la vie sans moustiques ? Ce serait un pari risqué, mais nous pourrions bien être en mesure de le découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *