L'enfance tragique de Skeet Ulrich révélée

L’enfance tragique de Skeet Ulrich révélée

L'enfance tragique de Skeet Ulrich : découvrez les épreuves marquantes de la star de Riverdale. Plongez dans son histoire bouleversante.

Share your love

L’enfance tragique de Skeet Ulrich révélée

Avant de devenir une icône en tant que tueur dans la franchise « Scream », un père peu recommandable dans « Riverdale », et l’intéressant modèle du début de « Pour le pire et pour le meilleur », Skeet Ulrich était Bryan Ray Trout de Lynchburg, en Virginie, né en 1970. Le surnom « Ulrich » venait du deuxième mari de sa mère, D.K. Ulrich, tandis que « Skeet » lui a été donné par un coach qui a comparé ce petit garçon vif et agile à un moustique. Avant qu’un beau-père n’entre en scène, le jeune Skeet était déjà plongé dans le monde de la course automobile. Sa mère, issue d’une famille impliquée dans les courses de NASCAR, a fondé une société de gestion sportive pour les coureurs, les exposant ainsi à un environnement de course automobile dès leur plus jeune âge.

Cependant, malgré ces liens avec le monde de la course automobile, l’enfance de Skeet Ulrich était tout sauf idéale. À l’âge de 3 ans, il a connu le divorce, le forçant, lui et son frère aîné, à jongler entre les deux parents. Cet événement n’était que le prélude à une enfance longue et difficile, marquée par des enlèvements, des maladies fréquentes et une opération mettant sa vie en danger. Alors qu’il était jeune homme à New York, Ulrich a eu recours à la thérapie pour surmonter l’impact de ces expériences traumatisantes. Il admetta, dans une interview avec Fatherly, avoir conclu que jamais ces douleurs ne disparaitront. Néanmoins, il a également partagé une citation de David Mamet, rapportée par LA Magazine, lui disant « Si tu ne voulais pas être acteur, tu aurais dû avoir une bonne enfance. » Cette réflexion illustre la profondeur des cicatrices émotionnelles laissées par son passé tourmenté.

Les enlèvements et la dureté de l’enfance de Skeet Ulrich

En 1997, Skeet Ulrich mentionna au New York Times considérer D.K. Ulrich comme son vrai père, mais treize ans plus tard, dans une interview accordée à Los Angeles Magazine, il déclara : « Je n’avais pas vraiment de père. » L’homme qui fut son père biologique, un chef dans un hôtel non nommé, était loin d’incarner l’image paternelle idéale. Ses déménagements fréquents et ses remariages ont rendu la vie de Ulrich et son frère Geof particulièrement difficile. Le premier souvenir de belle-mère d’Ulrich est celui d’une femme stricte et disciplinée, exigeant des garçons qu’ils mangent des petits pois en conserve sans en laisser tomber aucun, et cela en utilisant des baguettes. Ces souvenirs de repas étaient en quelque sorte anecdotiques comparés à l’épreuve bouleversante qu’ils allaient traverser : l’enlèvement par leur propre père.

À l’âge de 6 ans, Skeet et son frère ont été enlevés par leur père, une période qui les a vus déménager à plusieurs reprises dans tout l’est des États-Unis. Ce n’est qu’après trois ans tumultueux que les deux frères ont enfin pu retrouver leur mère, leur père disparaisant par la suite complètement de leur vie. Ce n’est que en 1996, après s’être fait un nom en tant qu’acteur, que Ulrich a retrouvé son père à Baltimore. Cette rencontre chargée d’émotions a permis à Ulrich de confronter ces souvenirs douloureux. C’est en devenant père lui-même que Skeet Ulrich a pu commencer un processus de guérison. Il exprima à Fatherly que son thérapeute à New York lui avait prédit que la parentalité serait un point de tournant dans sa vie, lui permettant de revivre son enfance d’une toute autre manière, en devenant le parent qu’il aurait aimé avoir.

Les combats de santé de Skeet Ulrich dans son enfance

Peu de temps après que Skeet Ulrich et son frère soient réunis avec leur mère en Caroline du Nord après trois ans de séparation, la santé de Ulrich s’est détériorée, selon Los Angeles Magazine. À l’âge de dix ans, il a été frappé par cinq épisodes de pneumonie, comme l’a rapporté le New York Times. Après des examens approfondis, il a été diagnostiqué avec une valve mitrale fendue, une condition rare affectant l’un des valves cardiaques. En plus de cette malformation, Ulrich souffrait également d’un trou dans la paroi de son cœur, connu sous le nom de communication interventriculaire. Ces deux pathologies nécessitent souvent une intervention chirurgicale correctrice, ce qui a conduit Ulrich à subir une opération à cœur ouvert à l’âge de 10 ans.

Cette opération particulièrement éprouvante a laissé à Ulrich une longue cicatrice et une boule métallique dans son sternum, provoquant de vives douleurs au toucher. Dans un post sur Instagram qui contenait une photo choc de son opération, Ulrich a révélé qu’on lui avait donné seulement 25 % de chances de survie. Ces séquelles physiques ont inévitablement laissé des marques sur lui, mais il a trouvé le moyen d’utiliser ces douleurs dans son jeu d’acteur, transformant ses cicatrices en force dans son métier d’artiste.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌