Dr William Brydon seul survivant du massacre britannique en Afghanistan

Dr William Brydon seul survivant du massacre britannique en Afghanistan

L'incroyable histoire du Dr William Brydon, seul rescapé du massacre britannique en Afghanistan. Découvrez le récit captivant d'un moment historique. #Histoire #Voyage

Share your love

La Situation Désespérée des Forces Britanniques en Afghanistan

Le 6 janvier 1942, les forces britanniques occupant l’Afghanistan se sont retrouvées dans une situation désespérée après avoir installé leur propre gouvernement marionnette dans le pays deux ans auparavant. Une armée de soldats afghans a mené une révolte contre leurs maîtres impérialistes, laissant aux Britanniques pas d’autre choix que de battre en retraite. Un groupe d’environ 16 000 soldats s’est replié de leur position, tentant de fuir les forces ennemies. Cependant, cette tâche s’est avérée impossible, les conditions météorologiques défavorables et la force brute des Afghans ayant apparemment entraîné le massacre de chaque soldat britannique – à l’exception du Dr William Brydon.

Après une longue semaine, Brydon, accompagné de trois autres soldats, arrivait en vue du Camp Jalalabad, une ville hors de portée de l’insurrection afghane. Au cours du voyage, le groupe a été intercepté, et les compagnons de Brydon ont été tués au combat, tandis que Brydon et sa monture ont été blessés. Finalement, épuisé par le voyage, Brydon a été secouru par des soldats du camp, où il a raconté l’histoire de ce qui était arrivé à ses compagnons. Tensions montent…

Les Années Précédant la Retraite Britannique

Des années auparavant, l’Afghanistan s’est retrouvé pris dans le conflit entre deux grandes puissances géopolitiques, la Grande-Bretagne et la Russie. Les Britanniques craignaient que la Russie prépare une invasion de l’Inde – joyau de l’Empire britannique à l’époque – en envoyant des soldats à travers l’Afghanistan. Ainsi, en 1837, les Britanniques ont envoyé un ambassadeur rencontrer Dost Mohammad Khan, le roi d’Afghanistan. Les négociations se sont bien déroulées jusqu’à ce que Mohammad décline la demande britannique d’envahir Peshawar, qui avait été conquise par les Sikhs trois ans plus tôt. Les relations diplomatiques entre l’Afghanistan et la Grande-Bretagne ont alors pris fin, alimentant la paranoïa des principaux politiciens britanniques. Cette anxiété a été validée lorsque les Perses, alliés de la Russie à l’époque, ont envahi la ville de Herat, en Afghanistan, créant un chemin clair pour une invasion russe de l’Inde.

En conséquence, le gouverneur général de l’Inde, Lord Auckland, a ordonné une invasion de l’Afghanistan pour protéger les intérêts britanniques. La victoire en apparence…

La Première Guerre Anglo-Afghane

En décembre 1838, les forces britanniques ont commencé à mobiliser des troupes à envoyer en Afghanistan. Quatre mois plus tard, le 25 avril 1839, les Britanniques sont entrés avec succès dans la ville de Kandahar. Avant leur arrivée, le frère de Dost Mohammad Khan était le souverain régnant mais avait fui à Kaboul, la capitale de l’Afghanistan, après avoir eu vent de l’approche des Britanniques. Par conséquent, il n’a pas été difficile pour les Britanniques d’occuper rapidement la région. Les Britanniques ont ensuite nommé un leader afghan exilé, Shuja, nouveau Shah d’Afghanistan, et se sont dirigés vers Kaboul pour renverser le gouvernement de Dost Mohammad. Cependant, ils ont été bloqués en passant par le Fort Ghazni, un fort afghan fortement protégé. Grâce à l’aide d’espions et à la puissance militaire, les Britanniques ont réussi à percer la forteresse, ce qui était jadis considéré comme une tâche insurmontable. Peu de temps après, les forces britanniques sont entrées dans Kaboul, établissant Shah Shuja comme leader suprême. Mais…

Le Resentiment Croissant et la Fin de la Guerre

Ce n’était pas la fin de la guerre. Au contraire, le peuple afghan a commencé à ressentir du ressentiment envers l’occupation britannique. Initialement, les troupes britanniques ont commencé à quitter le pays, mais Shah Shuja avait apporté avec lui des politiques impopulaires. Il a détérioré les relations avec les leaders locaux de la région et a travaillé avec des personnes peu recommandables accusées de « femmes et de comportements lascifs ». Cependant, les Britanniques ont commis une erreur politique majeure lorsque l’ambassadeur britannique en Afghanistan, William Hay Macnaghten, a permis aux soldats britanniques d’amener leurs familles à Kaboul. Les Afghans l’ont pris comme un signe d’occupation permanente, déclenchant une rébellion. Les soldats britanniques restant à Kaboul ont dû quitter la ville et se sont retrouvés campés juste à l’extérieur des murs. Cependant, le peuple afghan, mené par Muhammad Akbar Khan – le fils du précédent leader Dost Mohammad Khan – a exécuté William Macnaghten ainsi que d’autres diplomates. Les forces britanniques ont capitulé, entraînant leur retraite et le massacre suivant…

Le Dr William Brydon, Seul Rescapé

C’est à ce moment que le Dr William Brydon entre en scène, le chirurgien de combat qui serait immortalisé pour être le seul rescapé européen des forces britanniques quittant Kaboul. Né en 1811, Brydon était membre de l’armée du Bengale, une armée privée détenue par la Compagnie des Indes orientales. Trente-sept ans après sa célèbre évasion, Lady Elizabeth Butler, une artiste britannique renommée, a représenté Brydon dans un tableau intitulé « Les Rescapés de l’Armée ». Butler a représenté Brydon de manière à montrer à quel point la retraite était meurtrière, Brydon lui-même étant sérieusement tourmenté. Aujourd’hui, le tableau se trouve à la Royal Academy, mais les chercheurs soulignent que l’histoire de Brydon en tant que seul rescapé pourrait ne pas être entièrement exacte…

Selon le National Army Museum, il est probable que certains Indiens de l’armée à l’époque de la retraite ont échappé, mais Brydon était le seul Européen à survivre et à raconter l’histoire. Après la Première Guerre Anglo-Afghane, le Dr William Brydon a pris le temps de se remettre mais s’est finalement retrouvé impliqué dans la Deuxième Guerre Anglo-Birmane. Après 20 ans de paix avec la Birmanie, des propriétaires d’entreprises britanniques ont accusé les Birmans d’extorsion de navires marchands après que deux d’entre eux aient été détenus et amendés par le gouvernement birman. La situation a dégénéré lorsque qu’un officier britannique a désobéi aux ordres diplomatiques après que les Birmans aient annulé leurs amendes et envoyé les deux nations en guerre. Finalement…

Le Vétéran Toute Sa Vie

Le Dr William Brydon est décédé neuf ans plus tard, laissant derrière lui l’héritage du seul soldat britannique confirmé à avoir raconté l’histoire de ce qui s’est passé après que les puissances impériales aient provoqué la colère des populations locales, entraînant révolutions et massacres.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌