Retour sur la Marche sur Washington de 1963, un tournant historique

Retour sur la Marche sur Washington de 1963, un tournant historique

Revivez le tournant historique de la Marche sur Washington de 1963, un événement marquant pour l'histoire américaine et africaine-américaine.

Share your love

Retour sur la Marche sur Washington de 1963, un tournant historique

La Marche sur Washington pour les emplois et la liberté, événement historique du 28 août 1963, était une réponse directe à la violence raciste et abominable subie par les Afro-Américains. À cette époque, le pays atteignait un point critique ; les droits de vote des citoyens noirs étaient constamment attaqués, et malgré la décision historique rendue dans l’affaire Brown vs. Board en 1954, de nombreux États du Sud résistaient encore à l’intégration des écoles publiques. Le 12 juin, quelques mois seulement avant la marche, l’éminent activiste des droits civiques Medgar Evers était assassiné chez lui à Jackson, Mississippi, par un membre du Ku Klux Klan. La Marche sur Washington visait à mettre en lumière ces problèmes à l’échelle nationale et à exiger la fin de la ségrégation et une plus grande implication du gouvernement fédéral au nom des Afro-Américains.

En compagnie de Martin Luther King Jr., plusieurs autres voix éminentes se sont exprimées lors de cet événement historique, notamment John Lewis, A. Philip Randolph, le rabbin Joachim Prinz et Roy Wilkins, pour n’en citer que quelques-uns. Alors que de nombreux individus considèrent le discours de Martin Luther King Jr. comme une expérience cruciale lors de la marche, il y avait tant à tirer de cette journée qui était vraiment un tournant dans l’histoire américaine.

Les Voyageurs vers Washington

La Marche sur Washington a vu des milliers d’Américains de tout le pays se rendre à Washington D.C. en bus, en voiture, en avion et en train. Un manifestant de New York a décrit à quel point les routes étaient encombrées en direction de la capitale, mentionnant que le New Jersey Turnpike était rempli de bus, tous serrés les uns contre les autres, se dirigeant tous vers le même endroit. De nombreux autres récits relatent des périples similaires ; le jour de la marche, le trafic était incessant autour de D.C., avec d’innombrables bus remplis au-delà de leur capacité arrivant à la capitale.

Au fil des ans, l’histoire de Robert Avery a été racontée de manière célèbre. À l’époque âgé de 15 ans, il a fait de l’auto-stop jusqu’à la capitale depuis Gadsden, en Alabama, avec deux amis. Le voyage était particulièrement périlleux ; quelques mois seulement avant la marche, William Moore, un militant blanc des droits civiques, a été assassiné à quelques kilomètres seulement de la maison d’Avery. Lui et ses amis ont trouvé leur chemin jusqu’à D.C. sur la même route où Moore a été tué. Le voyage jusqu’à D.C. n’était pas une tâche facile. De nombreux Américains ont sacrifié leur sécurité et leur stabilité financière pour participer à la Marche sur Washington.

Les Conditions Météorologiques

Le temps à Washington D.C. le 28 août 1963 était d’environ 83 degrés. Bien que la chaleur estivale n’était pas extrême, l’humidité était un facteur à prendre en compte, et de nombreux participants sont arrivés dans la capitale bien habillés. Et, avec toute l’agitation de la journée, il n’a pas fallu longtemps pour que les manifestants soient affectés par la météo. Au moment où les discours ont commencé, de nombreux spectateurs ressentaient un grand inconfort. La Croix-Rouge a dû traiter environ 1 335 personnes ce jour-là.

Dans son livre de 2011, « Nobody Turn Me Around: A People’s History of the 1963 March on Washington », Charles Euchner a écrit qu’un manifestant de New York, âgé de 56 ans, nommé Charles Schreiber, a succombé à une crise cardiaque fatale après avoir atteint le Lincoln Memorial. Le journaliste de Boston Al Hulsen a déclaré avoir vu plusieurs personnes près du Lincoln Memorial être soulevées par-dessus la barrière et emmenées aux premiers secours, selon Smithsonian Magazine. Décrivant la sévérité de la chaleur combinée à la foule compacte, Euchner a noté que « certains perdaient connaissance dans la foule dense et étaient passés au-dessus de la foule comme des hot-dogs dans un match de baseball ».

Difficulté d’Entendre les Discours Emblématiques

Le discours « I Have A Dream » de Martin Luther King Jr. est l’un des discours les plus loués du XXe siècle et probablement l’aspect le plus étudié de la Marche sur Washington. Cependant, selon plusieurs témoignages de personnes présentes, entendre les paroles historiques du Dr King était soit incroyablement difficile, soit totalement impossible. Lors d’une interview accordée à USA Today, Lyda Peters, qui a assisté à l’événement historique à l’âge de 19 ans, a expliqué à quel point elle était incroyablement fière d’avoir assisté à cette occasion inspirante de première main. Cependant, elle a admis qu’elle n’avait pas pu entendre King ni aucun autre intervenant en raison de sa position très reculée dans la foule.

Dans une discussion de 2013 avec The Nation, plusieurs personnes ayant participé à la marche ont déclaré qu’écouter les discours « était assez difficile à faire car nous étions très en arrière et l’acoustique était terrible. Malheureusement, je ne me souviens pas du grand discours de Dr King ‘J’ai un rêve’. » Un problème récurrent parmi ceux qui ont assisté à l’événement était le mauvais fonctionnement de l’équipement audio. Le système son aurait notamment coupé pendant le discours de King, obligeant les spectateurs éloignés du Lincoln Memorial à se fier à des radios à transistors pour écouter ce qui était dit, selon Charles Euchner dans son livre.

Logistique Parfaite

D’un point de vue pragmatique, la Marche sur Washington était une prouesse logistique ; tout événement capable de prendre soin de 200 000 personnes rassemblées en un seul endroit doit être considéré comme un franc succès. Les organisateurs derrière cet événement historique ont effectué des préparatifs exhaustifs pour s’assurer que tout le monde soit nourri, hydraté, ait accès à des soins médicaux de base et qu’il y ait de nombreuses toilettes portables disponibles.

  • 80 000 déjeuners emballés (coûtant 0,50 $),
  • 2 200 bus affrétés,
  • 40 trains spéciaux,
  • 22 postes de premiers secours,
  • huit camions-citernes de stockage d’eau de 2 500 gallons,
  • 21 fontaines d’eau portables.

D’après un autre article du Smithsonian, cinq tonnes de fromage américain ont été utilisées dans les déjeuners acheminés vers la capitale via des camions réfrigérés. Après avoir enduré un si long voyage en bus et en train, les participants de tout le pays ont été accueillis avec du « poulet rôti, des tartes, des gâteaux, du café rassis et des sandwichs », a écrit Charles Euchner dans « Nobody Turn Me Around ». Les organisateurs de la marche ont porté une attention particulière au type de nourriture à préparer en veillant à éviter la mayonnaise dans quoi que ce soit.

La Musique et les Chants Enveloppent la Marche sur Washington

De multiples publications couvrant la Marche ont fait état du chant comme un thème récurrent ce jour d’août. S’exprimant à NPR, Clayborne Carson, professeur à l’Université de Stanford qui a assisté à la Marche à l’âge de 19 ans, a affirmé que la musique était l’un des facteurs essentiels ayant contribué au succès de l’événement. La musique était si présente lors de la Marche sur Washington que des décennies plus tard, Jack Hansan, un activiste blanc des droits civils de l’Ohio, a simplement déclaré à NPR qu’il se souvenait plus des chansons que des discours historiques.

Alors que Lyda Peters ne se souvenait pas avoir entendu Martin Luther King Jr. parler, elle se rappelait tout de même comment, à ses yeux, il semblait que tout le monde se tenait par la main et chantait. Plusieurs poids lourds de l’industrie musicale étaient présents et se sont produits à D.C. ce jour emblématique, notamment Mahalia Jackson, Marian Anderson, Joan Baez, Bob Dylan, Odetta, les Freedom Singers et Peter, Paul et Mary.

La Diversité Surprise Certains Participants

Avant la Marche sur Washington, Warren Hall, un garde national noir qui serait en service ce jour-là, pensait initialement que seuls les Noirs allaient défiler ce jour-là ; même ses supérieurs militaires en étaient convaincus. Cependant, si la majorité des manifestants du 28 août 1963 étaient afro-américains, ils étaient rejoints par d’innombrables autres citoyens de tous horizons. En effet, cette diversité a été l’une des premières choses mentionnées dans la couverture de Walter Cronkite de l’événement.

La diversité de la foule a surpris même ceux qui y étaient présents. Pour une jeune Ericka Jenkins, alors âgée de 15 ans, c’était particulièrement excitant non seulement de voir autant de personnes noires et blanches se tenant ensemble, mais aussi de voir des Américains blancs extrêmement attentifs aux messages transmis ce jour-là dans la capitale. Le thème de la solidarité imprégnait la foule.

Les Marcheurs Accueillis par des Célébrités d’Hollywood

La Marche sur Washington avait une forte composante de célébrités. Selon Marvin Levy, célèbre agent de publicité américain, une pléiade de stars est arrivée en masse dans la capitale en laissant derrière eux leur entourage et représentants habituels. Marlon Brando, Rita Moreno, Sidney Poitier, Paul Newman, Harry Belafonte, James Baldwin et Sammy Davis Jr. figuraient parmi les célébrités de premier plan présentes à la Marche sur Washington.

Edward Flanagan, alors étudiant de 20 ans à l’Université Howard, a assisté à la Marche après avoir terminé un service en tant que serveur et se souvient être resté si proche de Joan Baez qu’il a pu remarquer qu’elle était pieds nus. Robert Boyd, pompier de New York qui s’était porté volontaire pour aider à la sécurité à D.C., a affirmé être entouré de figures de premier plan comme Baldwin. Boyd était tellement impressionné par toute cette puissance à proximité qu’il n’a même pas remarqué qu’il était derrière Martin Luther King Jr.

Expérience Transformatrice pour Beaucoup de Participants

La Marche sur Washington a été un moment fondateur pour de nombreux participants. En 2013, John Hochheimer, un Juif américain qui s’est rendu seul à la capitale à l’âge de 13 ans, a expliqué comment le bus de nuit vers la capitale et la marche elle-même l’avaient changé à jamais. « En tant que fils de survivants de l’Holocauste, cette nuit, [la marche] m’a radicalisé à vie, car je ne voyais aucune différence entre les horreurs vécues par ma famille et les horreurs de ces gens-là », rapporte The New York Times.

Pour certains jeunes enfants noirs présents avec leur famille, c’était la première fois qu’ils découvraient les terribles défis endurés par leurs parents. Beaucoup ont été tellement transformés par l’expérience qu’elle était un appel impérieux du destin, les incitant à devenir des militants à temps plein plus tard dans leur vie. Pour d’autres Afro-Américains, le 28 août était un jour non seulement de profonde réflexion, mais aussi de regret. Joe Burden, un agent de police noir affecté aux marches du Lincoln Memorial où Martin Luther King délivra son discours historique, a déclaré à NPR en 2013 combien il était troublé par l’événement. « Quand j’ai vu ces pancartes et ces affiches que les gens tenaient, j’ai réalisé, vous savez, qu’ils parlaient de moi aussi. Vous savez, j’avais un emploi, mais j’avais aussi besoin de liberté… Quand j’y pense, oui, j’aurais souhaité pouvoir marcher. »

Présence d’Agitateurs

Alors que de nombreux Américains se rassemblaient pour marcher et envoyer un message national très nécessaire, il y avait des personnes présentes qui souhaitaient perturber l’événement. Janet Trinkaus a décrit une atmosphère sinistre après son arrivée à la capitale, racontant au New York Times en 2013 qu’elle craignait la violence après avoir entendu des anti-manifestants crier sur ceux qui arrivaient à la capitale.

George Lincoln Rockwell, le leader du Parti nazi américain, était présent et espérait tenir une sorte de contre-manifestation. La police a déployé 200 hommes pour l’empêcher, lui et ses 70 partisans, de s’approcher des manifestants. Les forces de l’ordre ont arrêté un adjoint du Parti nazi américain qui tentait de faire un discours.

Conclusion Triomphale

La Marche sur Washington a été un succès retentissant. Cependant, le traitement odieux réservé aux manifestants à leur retour a immédiatement montré à quel point le changement était nécessaire. « Notre peuple revenait d’une formidable affirmation de foi en la démocratie et recevait un traitement merveilleux dans la capitale du pays », a déclaré Charles Evers, frère de Medgar Evers. « Pour ensuite retourner à des actes de harcèlement, d’intimidation et de traitement injuste. » La Marche sur Washington pour les emplois et la liberté a été un appel à l’unité, à la justice et à l’égalité, prônant un changement radical dans la société américaine.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌