Ce que le documentaire Les Beatles Let It Be a omis de la vraie histoire

Ce que le documentaire Les Beatles Let It Be a omis de la vraie histoire

Redécouvrez l'histoire cachée derrière le documentaire des Beatles Let It Be, révélée par le récent film Get Back de 2024. Quels secrets ont été omis ?

Divertissement

En 1970, les Beatles ont été les protagonistes du documentaire « Let It Be », qui a capturé le processus de travail et d’interprétation des chansons qui figureraient sur l’un de leurs derniers albums, également intitulé « Let It Be ». Le documentaire a été brièvement disponible en vidéo à domicile dans les années 1980 avant de disparaître jusqu’en 2024, date à laquelle une version restaurée et remastérisée est arrivée sur Disney+, un projet supervisé par le cinéaste Peter Jackson après avoir compilé la série documentaire de près de huit heures intitulée « Get Back », qui explore la même période clé de l’histoire des Beatles.

Une partie de la vérité non racontée des Beatles réside dans la situation complexe entourant les dernières poussées créatives des Fab Four, notamment « Let It Be ». Le documentaire se déroule sur quelques semaines en janvier 1969, lorsque les Beatles se sont installés dans deux espaces de répétition pour écrire et travailler de nouvelles chansons, avant de les interpréter en direct sur le toit de leur siège social à Londres. Le documentaire se compose de séquences de répétitions prises sur le vif, suivies de la performance elle-même – le dernier concert des Beatles en tant que quatuor. Le décontracté et épuré « Let It Be » laisse de côté une grande partie de l’histoire des Beatles en 1969, une période créative fructueuse mais aussi celle durant laquelle le groupe allait se désintégrer de manière irréversible. Voici tout ce que le documentaire « Let It Be » n’explique pas sur les derniers jours des Beatles.

L’impact et l’importance de Billy Preston rejoignant les Beatles

À mi-chemin à travers « Let It Be », alors que les Beatles continuent d’écrire, de répéter et de lutter avec de nouvelles chansons en préparation du premier concert du groupe en près de trois ans, ils commencent à jouer quelques anciens succès du rock ‘n’ roll. Lors d’une interprétation de « You Really Got a Hold On Me », un autre musicien fait soudainement son apparition, jamant avec le groupe et jouant divers instruments à clavier. Il s’agit de Billy Preston.

Billy Preston a passé beaucoup de temps à travailler avec les Rolling Stones après les Beatles, mais il n’est même pas identifié, mis en avant ou reconnu dans « Let It Be ». Les fans des Beatles pourraient le connaître grâce à sa créditation officielle sur la sortie du single « Get Back » en 1969, créé pendant la période du tournage de « Let It Be », ce qui néglige et minimise l’importance du multi-instrumentiste. Les Beatles connaissaient le musicien depuis leurs débuts à Hambourg, en Allemagne, et George Harrison l’a introduit lors des sessions pour ce qui allait devenir l’album « Let It Be », pour insuffler une nouvelle énergie au groupe et étoffer son son alors qu’il se préparait à se produire en live.

Le groupe était sur le point de se séparer, et Preston a apporté tellement d’énergie et de nouveauté au groupe qu’ils ont même envisagé de le prendre comme membre permanent. Au lieu de cela, il a simplement joué sur « Get Back » et avec les Beatles lors de leur concert sur le toit, tel que vu dans « Let It Be ».

Les Beatles ont répété beaucoup plus de chansons que ce qui est montré à l’écran

Les Beatles ont passé des heures à répéter et à enregistrer dans différents studios avant de finalement se retrouver sur le toit de leur propre Apple Corps à Londres pour ce qui semblait être un concert improvisé. Le documentaire « Let It Be » se concentre sur ces moments clés où le groupe travaillait sur les chansons qui allaient peupler l’album de 1970 « Let It Be ». Des classiques tels que « The Long and Winding Road, » « Get Back, » et « Across the Universe » sont présentés dans le documentaire, ainsi que des morceaux de l’album « Abbey Road » comme « Maxwell’s Silver Hammer » et « Octopus’s Garden ».

Cependant, le documentaire « Get Back » de 2021, qui utilise les mêmes images sources que « Let It Be », révèle un aperçu plus large des répétitions des Beatles. En plus des chansons issues de « Let It Be » et « Abbey Road », on peut voir le groupe explorer d’autres morceaux pendant cette période de répétitions. Parmi les chansons qui n’ont pas été retenues pour l’album « Let It Be », on retrouve les Beatles s’amusant avec la chanson folklorique de Liverpool « Maggie Mae » et travaillant sur des premières versions de futurs classiques tels que « Something, » « Mean Mr. Mustard, » « Polythene Pam, » « She Came in Through the Bathroom Window, » et « Carry That Weight ».

Le concert sur le toit était beaucoup plus long

Le 30 janvier 1969, les Beatles ont donné un concert de 42 minutes sur le toit de leur propre bâtiment d’Apple Corps sur Savile Row à Londres, interprétant neuf prises de cinq nouvelles chansons. Le documentaire « Let It Be », qui culmine avec cette performance, n’inclut même pas la totalité du concert, qui représente la dernière représentation publique des Beatles et s’apparente à une autre séance de répétition pour les chansons qu’ils enregistreront par la suite.

Le concert occupe seulement environ 20 minutes de temps à l’écran dans « Let It Be », et le film présente six chansons distinctes : « Get Back », « Don’t Let Me Down », « I’ve Got a Feeling », « One After 909 », « Dig a Pony », et puis une autre interprétation de « Get Back ». Le documentaire laisse de côté une grande partie de cet instant important de l’histoire des Beatles en ignorant plusieurs chansons. Absents de « Let It Be » sont une autre version de « Get Back », d’autres versions de « Don’t Let Me Down » et « I’ve Got a Feeling », des tentatives sur « A Pretty Girl is Like a Melody » et « Danny Boy », ainsi qu’une interprétation spéciale et improvisée par les Beatles de l’hymne national du Royaume-Uni, « God Save the Queen ».

Le concert sur le toit faillit ne jamais avoir lieu

George Harrison fut celui qui rejeta l’idée originale de « Let It Be » en tant que spectacle télévisé complet, mais Paul McCartney avait suggéré une certaine forme de performance live dans le projet, ce qui aboutit à l’idée du concert sur le toit. Lorsque le moment culminant arrive enfin dans « Let It Be », les réalisateurs et les Beatles le traitent comme un acte banal, routinier.

Après avoir répété et joué ensemble dans un espace dédié pendant de nombreux jours, ils se lèvent apparemment tous, montent sur le toit et jouent spontanément une série de nouvelles chansons sur leur équipement préparé, accordé et prêt à l’emploi. Tout se déroule comme une conclusion prévue d’avance, alors qu’en réalité, le concert sur le toit était à la fois quelque peu planifié et improvisé.

Dans un prologue produit de nos jours pour le film, le réalisateur Michael Lindsay-Hogg mentionne qu’il avait initialement l’intention de faire de « Let It Be » un film de concert, et non un documentaire de répétitions, et il voulait filmer un spectacle d’une journée dans un grand théâtre. Les attentes ont diminué au fil du temps, jusqu’à ce qu’un concert sur le toit soit suggéré, auquel les Beatles sont restés indécis et impassibles jusqu’au moment juste avant de prendre leurs instruments, avant que John Lennon ne donne son feu vert. Incapables de prendre une décision en tant que groupe, Lennon a dit : « ‘F*** it – allons le faire' », se souvient Lindsay-Hogg dans le livre « The Beatles: Get Back ».

Les répétitions étaient censées générer un album live

Les documentaires, par essence éducatifs, ont chacun leur objectif, mais « Let It Be » n’explique jamais clairement sa raison d’être. L’édition remasterisée de 2024 commence brusquement avec une conversation entre le réalisateur Michael Lindsay-Hogg et le restaurateur Peter Jackson, soulignant que le film se compose d’images de répétitions pour un spectacle en direct. Le documentaire démarre avec les Beatles interprétant des chansons au Twickenham Film Studio. Ensuite, le groupe répète à son bâtiment d’Apple Corps, pour finir par jouer sur un toit, interprétant principalement les chansons qui constitueront l’essentiel de l’album studio de 1970 « Let It Be ». Jamais clairement mentionné dans le documentaire est le fait que le projet était initialement intitulé « Get Back », d’après l’une des chansons créées lors des séances filmées, illustrant la volonté des Beatles, de plus en plus divisés, de revenir à un son rock ‘n’ roll classique et épuré.

Le documentaire ne révèle jamais vraiment que les chansons répétées par les Beatles sont celles qu’ils sont en train de composer simultanément. Par exemple, Paul McCartney travaille sur « Get Back » devant les caméras. De plus, « Let It Be » ne mentionne pas que le concert sur le toit était une alternative à l’objectif initial et ambitieux du projet. Avant le début du tournage et de l’enregistrement, les Beatles étaient censés se produire dans un grand lieu, tel que l’amphithéâtre de Sabratha en Libye.

Le départ de George Harrison des Beatles

Un événement marquant de l’histoire tragique de George Harrison : son bref départ des Beatles en 1969. Toutes les caméras et les micros autour des espaces d’enregistrement et de répétition des Beatles en 1969, qui ont fourni les images brutes pour « Let It Be », ont probablement capturé ce moment, aidant à expliquer la séparation des Beatles un an plus tard. Cependant, il n’y avait tout simplement pas de place dans le format documentaire axé sur la musique pour discuter ou montrer le départ de Harrison. Sa décision de quitter le groupe est née de doutes quant à ses talents de guitariste et du sentiment de ne plus beaucoup apporter au groupe. Ainsi, un jour, lors d’une pause déjeuner, Harrison a annoncé son départ, est rentré chez lui et n’est pas revenu.

Le groupe, avec Yoko Ono, a finalement plaidé pour que Harrison revienne, et après avoir pris un peu de temps avec un voyage dans sa ville natale de Liverpool, il a effectivement réintégré les Beatles. Cependant, ce retour s’est fait avec certaines conditions. La raison pour laquelle l’action dans « Let It Be » bascule brusquement d’un studio de télévision étrangement éclairé à un espace de répétition lumineux, blanc et bien aménagé, était une exigence de Harrison. Il se sentait plus à l’aise à Apple Corps qu’aux Twickenham Film Studios, et souhaitait se concentrer sur l’album en laissant de côté l’aspect concert, expliquant ainsi ce changement.

L’influence de Yoko Ono

L’un des mythes entourant les Beatles et qu’il est temps d’abandonner est celui selon lequel Yoko Ono a activement cherché à diviser le groupe. En 1969, John Lennon était tombé amoureux de Yoko Ono et s’était fiancé à elle, devenant également un adepte de l’artiste expérimentale. La véritable nature de la relation entre Yoko Ono et les Beatles était bien plus complexe. Elle était une figure très présente dans la vie de Lennon lors des séances enregistrées et des répétitions qui ont donné naissance à « Let It Be », et était apparemment physiquement présente dans la pièce à ce moment-là également.

Son visage apparaît brièvement à l’écran quelques fois dans le documentaire, mais cela ne rend pas compte de l’influence réelle et complète qu’elle avait sur les Beatles à l’époque. « Let It Be » a été réalisé à partir des mêmes images que « The Beatles: Get Back », et cette représentation plus complète des séances « Get Back » (qui ont donné naissance à l’album « Let It Be ») montre qu’Ono était simplement présente la plupart du temps, sans contribuer à la musique ou à la direction créative du groupe, se contentant de passer du temps avec son mari tout en tricotant, lisant et roulant des cigarettes.

Paul McCartney et John Lennon en désaccord

Le documentaire « Let It Be » des Beatles montre de nombreuses scènes où John Lennon et Paul McCartney semblent joyeusement jouer de la musique ensemble, masquant ainsi les tensions sous-jacentes. Cependant, ce film a été réalisé au début de l’année 1969, et un peu plus d’un an plus tard, les Beatles se séparaient pour toujours. Il est donc évident que des divergences créatives et personnelles existaient au sein du groupe, en particulier entre Lennon et McCartney.

Dans « Let It Be », on peut voir qu’ils entretenaient une relation de travail solide et professionnelle pour mener à bien leur tâche, tout en étant individuellement et collectivement frustrés par leur vie au sein des Beatles. Dans le documentaire « The Beatles: Get Back », McCartney évoque le sentiment d’être le metteur en scène du groupe, tandis que Lennon semble de plus en plus distant et se rapproche de sa nouvelle compagne, l’artiste Yoko Ono.

Certains de ces problèmes ont été abordés lors d’une conversation que McCartney et Lennon pensaient privée. Le réalisateur du documentaire « Let It Be », Michael Lindsay-Hogg, avait dissimulé des microphones un peu partout dans les studios, y compris sur une table de la cafétéria, pour enregistrer des discussions qui auraient dû rester confidentielles. Un de ces moments est présenté dans le documentaire « The Beatles: Get Back », où Lennon et McCartney expriment leur mécontentement face au départ de George Harrison, et évoquent la difficulté que le groupe pourrait rencontrer. McCartney laisse également entendre un ressentiment croissant envers Ono, prévoyant avec justesse que les fans finiront par la rendre responsable de la séparation inévitable du groupe. « Ils se sont séparés parce que Yoko était assise sur un ampli », plaisante-t-il.

La sortie de l’album a pris un an

Le documentaire de 1970 « Let It Be » était étroitement lié à la sortie de l’album des Beatles du même nom. Curieusement, lors de la planification et de la production du projet, cet album n’avait pas encore de nom déterminé. Environ trois mois après le concert final sur le toit capturé dans « Let It Be », les Beatles ont publié le premier single des sessions, « Get Back », proposé par l’ingénieur Glyn Johns comme titre de l’album à venir.

Les Beatles ont refusé d’utiliser ce titre, et n’ont pas achevé ni publié immédiatement l’album en question. Au milieu de l’année 1969, le groupe s’est mis au travail sur « Abbey Road », dont certaines pistes ont été créées pendant le tournage de « Let It Be ». Cet album est sorti dans les magasins à l’automne 1969, et ce n’est qu’en 1970 – après le départ de John Lennon – que les Beatles ont terminé et ont donné le titre à « Let It Be » l’album. Cela fait de « Let It Be » le dernier album studio publié par les Beatles avant leur séparation en 1970, bien qu’il ne soit pas tout à fait le dernier enregistré par le groupe.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌