Drogues de Hitler en Seconde Guerre Mondiale et leur impact

Drogues de Hitler en Seconde Guerre Mondiale et leur impact

Les drogues de Hitler utilisées en Seconde Guerre Mondiale et leur impact sur son énergie et son charisme. Plongez dans l'histoire sombre de ce leader controversé.

Share your love

Les Drogues d’Hitler et Leur Impact Pendant la Seconde Guerre Mondiale

Adolf Hitler, le dictateur allemand de la Seconde Guerre mondiale, était non seulement connu pour sa cruauté et sa tyrannie, mais aussi pour sa dépendance aux drogues. Bien que cela puisse surprendre, l’auteur Norman Ohler a effectivement démontré dans son livre « Blitzed: Drugs in Nazi Germany » que Hitler était accro aux opiacés. Pendant la guerre, les forces nazies et Hitler lui-même se sont tournés vers les drogues pour maintenir leur énergie et leurs efforts de guerre. Ironiquement, alors que les utilisateurs de drogues illicites étaient considérés comme « éléments sociaux indésirables » sous le régime nazi, Hitler lui-même obtenait ses drogues de son médecin personnel, Theo Morell.

Hitler était reconnu pour être pointilleux concernant son alimentation, avec pour objectif une santé optimale. Il évitait même les substances légères – on dit qu’il ne buvait même pas de café. Cependant, selon une interview avec l’animateur de « Fresh Air », Terry Gross, Norman Ohler révèle que la consommation de drogues par Hitler a fortement augmenté dans la seconde moitié de la Seconde Guerre mondiale, entre 1941 et 1944. Ohler affirme que Hitler avait besoin de ces stimulants pour compenser son charisme naturel perdu au fil de la guerre.

Un Cocktail de Drogues pour Hitler

Les drogues n’étaient pas réservées à Hitler seul pendant la Seconde Guerre mondiale. En plus des opiacés, Hitler consommait également des amphétamines, des hormones, et même de la cocaïne, comme l’explique Jerrold M. Post, M.D. Ces médicaments étaient administrés pour des raisons diverses, allant de la sinusite chronique à la régulation des hauts et des bas entraînés par les autres drogues. Hitler prenait également des sédatifs pour contrer les effets de ces puissants stimulants.

Malgré le régime de santé apparemment strict de Hitler, son médecin personnel Theo Morell s’est avéré être le principal fournisseur de drogues, lui administrant régulièrement un mélange d’opiacés, de Pervitin, de vitamines, de laxatifs, et même d' »extrait de sperme de taureaux ». La consommation excessive de Hitler a finalement mené à un point de rupture en avril 1945, lorsque Hitler a renvoyé Morell, réalisant qu’il lui administrait des opiacés depuis des années.

Les Conséquences de la Dépendance d’Hitler

La santé de Hitler a commencé à décliner considérablement dans les derniers mois de la guerre, attribuée en partie aux symptômes de sevrage des opiacés. Après avoir découvert que Morell lui administrait des opiacés pendant des années, les approvisionnements en drogues se sont taris en 1945 en raison des bombardements. Des images des derniers mois de Hitler montrent des mains tremblantes, signe possible de sevrage. Le déclin de la santé de Hitler semblait lié non seulement à l’abus d’opiacés, mais aussi à la consommation d’amphétamines, de cocaïne et d’autres médicaments prescrits par son médecin.

Norman Ohler et Jerrold M. Post, M.D., s’accordent pour dire que Hitler était impliqué dans une consommation de drogues intense pendant la Seconde Guerre mondiale, que ce soit en toute connaissance de cause ou non. Les effets de cette dépendance sur ses décisions politiques et son leadership pendant la guerre soulèvent des questions fascinantes sur l’histoire sombre de ce leader controversé.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌