Figures historiques liées à l'usage de marijuana

Figures historiques liées à l’usage de marijuana

Découvrez les figures historiques liées à l'usage de marijuana. Une plongée fascinante dans l'histoire de cette plante aux multiples usages.

Share your love

Figures Historiques et leur Lien avec l’Usage de Marijuana

De nos jours, il n’est plus tabou pour une célébrité ou une personnalité importante d’admettre avoir utilisé de la marijuana. L’Amérique en particulier a parcouru un long chemin depuis l’ère maintenant risible de la « Reefer Madness » des années 1930, où son utilisation était comiquement diabolisée à travers des films sensationnalistes de propagande. Non seulement sa valeur médicinale est bien documentée au sein de la communauté médicale, mais de nombreux endroits l’ont maintenant totalement légalisée pour un usage récréatif adulte. Alors que évidemment tout le monde n’adhère pas à la libéralisation actuelle des lois sur la marijuana et le cannabis, dans l’ensemble, le public semble se diriger dans cette direction. Comme on pourrait s’y attendre, l’usage de la marijuana parmi les célébrités et les personnalités historiques importantes est loin d’être un phénomène nouveau. Alors que de nos jours, certains des plus grands rockstars et icônes d’Hollywood admettent utiliser de la marijuana, par le passé, de nombreux géants de la littérature, grands médecins, philosophes et révolutionnaires ont également consommé cette plante. De plus, il existe peut-être des preuves de son utilisation parmi quelques-uns des personnages les plus puissants de l’histoire du monde, y compris des rois célèbres et même des pharaons égyptiens. Bien qu’il soit assez difficile de trouver une preuve définitive pour de nombreux personnages historiques associés à la marijuana, leur mention ou même leur fascination pour elle dans leurs études ou leur travail peuvent offrir quelques indices. Remontant à des milliers d’années, voici quelques figures historiques que vous n’auriez probablement pas devinées avoir pu utiliser de la marijuana.

Pliny l’Ancien

Alors que nous ne prendrions probablement pas son avis médical de nos jours, au premier siècle, Pline l’Ancien était l’une des voix scientifiques et médicales les plus éminentes de la communauté romaine. Pline était un savant dont les découvertes et les écrits ont influencé les scientifiques pendant des générations, et son œuvre la plus connue était sans aucun doute le merveilleux ouvrage en 37 volumes « Histoire Naturelle », qui traite de l’histoire physique, géologique, zoologique, botanique et médicinale du monde. En particulier, les livres 10 à 32 détaillent les pensées de Pline sur la littérature médicale contemporaine et l’utilisation médicale des drogues, et c’est là que nous trouvons des références au cannabis et à la marijuana. Il parle de la plante à de nombreuses reprises, notamment en faisant référence à un type de boisson ou de tisane au cannabis qui est utile pour des choses comme la réduction de la douleur et la goutte. Dans le livre 24, chapitre 102, Pline fait référence à la plante « gelotophyllis » qui, mélangée à de la myrrhe et du vin, provoque le rire et des visions. La traduction de « gelotophyllis » est « feuilles rieuses », et est supposée par certains signifier du haschisch – une forme de marijuana dérivée de la résine de la plante. L’utilisation de « gelotophyllis » par Pline était un peu différente de la marijuana médicale d’aujourd’hui, même si elle semble avoir produit des effets similaires sur les patients.

William Shakespeare

Parmi les littérateurs et poètes, peu ont le prestige et l’estime de l’Anglais William Shakespeare. Même aujourd’hui, plus de 400 ans après sa mort, les universitaires et les fans le saluent encore comme potentiellement le plus grand dramaturge de tous les temps. Pourtant, quand on parle de Shakespeare, sa potentielle relation avec le cannabis n’est pas un sujet communément évoqué. À vrai dire, il n’existait pas vraiment de preuves qu’il avait utilisé de la marijuana, en dehors de son imagination colorée, jusqu’au début de l’année 2001. C’est à ce moment-là que des chercheurs ont publié pour la première fois des preuves dans le « Journal sud-africain de science » indiquant qu’il aurait pu être un fumeur de marijuana potentiel à l’époque. Selon leurs recherches, ⅓ des pipes qu’ils ont testées avaient des résidus indicatifs d’une combustion potentielle impliquant la plante de cannabis. En plus de la marijuana, les chercheurs ont également trouvé des preuves potentielles à la fois d’acide myristique et de cocaïne, ainsi que de tabac. Pour être clair, aucune preuve n’attache directement Shakespeare aux pipes par le biais de l’ADN ou des empreintes digitales. Cependant, des pipes montrant une éventuelle consommation de cannabis ont été trouvées dans plusieurs endroits différents, indiquant qu’il aurait peut-être été fait dans au moins une de ses résidences.

Avicenne

Des siècles avant que les dispensaires de marijuana médicinale jalonnent les paysages des grandes villes comme Denver et Los Angeles, certains médecins du monde islamique médiéval prescrivaient apparemment également l’utilisation du cannabis à leurs patients. Un de ces médecins était le célèbre Abu Ali al-Husain Ebn Abdullah Ebn Sina, plus largement connu sous le nom d’Avicenne. Avicenne a vécu aux Xe-XIe siècles en Iran et en Ouzbékistan modernes, et il était probablement plus connu pour son livre « Al-Qānūn fī al-ṭibb » ou « Le Canon de la Médecine ». Bien qu’il ait publié le texte au XIe siècle, les étudiants en médecine occidentaux au XVIIe siècle lisaient encore sa traduction, ce qui est assez extraordinaire. Parmi la longue liste de choses qu’Avicenne prescrirait à ses patients, le cannabis sativa figurait dans l’image pour un certain nombre de maux différents. Cela incluait les maux de tête, les infections, les maladies dégénératives des os, les inflammations oculaires (ophtalmie), les enflures (œdème) et la goutte. Avicenne utilisait le cannabis pour ses propriétés anti-inflammatoires et l’administrait localement à ses patients. Aujourd’hui, les médecins recommandent l’utilisation de marijuana médicale pour une grande variété de maux, mais pas pour des maladies comme l’ostéoporose dégénérative. Cependant, une étude de 2004 dans les « Archives de Pharmacologie de Naunyn-Schmiedeberg » a trouvé qu’elle était utile pour aider à combattre l’œdème, donc peut-être qu’Avicenne était sur quelque chose avec ses recherches médiévales sur le cannabis.

Pancho Villa

Connu comme l’une des figures les plus célèbres (ou tristement célèbres) de la Révolution mexicaine, Pancho Villa a mené une vie très intéressante. Né en 1878, Villa a rejoint la révolution en 1910 et a commencé à combattre le gouvernement mexicain corrompu et puissant, dirigé par Porfirio Diaz. Dès 1914, il était déjà un fugitif, mais il avait une armée de 5 000 hommes à ses côtés. Après la deuxième bataille de Torréon en mars, où ils ont vaincu le gouvernement mexicain, les exploits de Villa concernant la marijuana ont été célébrés dans une chanson intitulée « La Cucaracha ». Le refrain de « La Cucaracha » se traduit par « Le cafard, le cafard, ne peut plus marcher ; Parce qu’il n’a pas, parce qu’il n’a pas, de marijuana à fumer ». Villa est le cafard, mais pas de manière négative, ayant besoin de marijuana pour qu’il puisse combattre sous influence, ce qui était apparemment quelque chose qu’il et son armée faisaient de manière effrayante régulière. En plus des Espagnols et des Mexicains, de nombreux autochtones Yanqui ont fait partie de l’armée de Villa. Beaucoup des Yanquis seraient censés avoir fumé de la marijuana avant d’entrer en bataille, utilisant ses propriétés psychoactives pour les rendre redoutables et dangereux. Il se peut aussi que d’autres troupes de Villa aient également fumé, en plus de boire du whisky psychédélique et du mezcal. Il est assez terrifiant de penser à une armée soutenue par du THC en pleine folie, mais heureusement, Villa n’a pas arpenté les villes frontalières du nord du Mexique et du sud du Texas depuis plus d’un siècle.

Hua Tuo

Si son nom est très peu connu de nos jours, surtout en Occident, Hua Tuo était autrefois un médecin et chirurgien incroyablement important, qui vivait dans la Chine ancienne aux IIe et IIIe siècles. Alors qu’il est peu probable de penser que nos ancêtres anciens réalisaient des interventions médicales complexes comme la chirurgie, les premières interventions chirurgicales remontent en fait à plus de 8 500 ans. Il n’était probablement pas exactement courant ou bien compris – du moins selon les normes modernes – à l’époque de Hua Tuo, mais c’était absolument l’une des méthodes qu’il utilisait. De nos jours, lorsqu’une personne subit une intervention chirurgicale importante, comme celle qui implique l’ouverture de la poitrine ou de l’estomac, elle est souvent mise sous puissant anesthésique pour dormir. Cependant, à l’époque de Hua Tuo, le processus était un peu plus difficile et sa préparation impliquait un anesthésique qu’il appelait « mafeisan ». Aujourd’hui, nous ne savons pas exactement ce que Hua Tuo mettait dans son cocktail de mafeisan, mais certaines sources spéculent qu’il pourrait s’agir d’une combinaison de résine de cannabis et de vin, ou de cannabis et de la plante de datura. Alexandre Dumas

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌