Gouverneur Morris, le Père Fondateur à la Vie Intrigante

Gouverneur Morris, le Père Fondateur à la Vie Intrigante

La vie secrète et captivante de Gouverneur Morris, un des Pères Fondateurs méconnu de l'histoire américaine. Plongez dans les coulisses de sa vie intrigante.

La Vie Intrigante de Gouverneur Morris, un Père Fondateur Méconnu

Gouverneur Morris, né le 31 janvier 1752, figure parmi les Pères Fondateurs les plus fascinants et pourtant peu discutés de l’histoire américaine. Juriste de formation, il a siégé au Congrès continental et s’est battu pour inclure une clause sur la tolérance religieuse dans la première constitution américaine – les Articles de la Confédération, dont il fut un signataire initial. En tant que ministre en France, il a rédigé le célèbre préambule « Nous, le Peuple » de la Constitution. Les journaux détaillés de Morris révèlent une vie jalonnée de rencontres amoureuses, de flirt, de commérages et de réunions avec des chefs d’État et d’autres personnalités importantes.

Passant plusieurs années à l’étranger, notamment un séjour de cinq ans à Paris, Morris a voyagé en Suisse, en Allemagne, en Europe et en Autriche, et a même rencontré des membres du Parlement et du cabinet à Londres pour discuter des problèmes croissants liés à la Révolution française.

Le Tragique Accident de Carrosse

À l’âge de 28 ans, Gouverneur Morris a été impliqué dans un accident de carrosse qui a gravement blessé sa jambe gauche. Selon des rapports, l’accident s’est produit en 1780 alors qu’il tombait d’un carrosse, sa jambe se coinçant entre les rayons d’une roue, entraînant plusieurs fractures. Malgré l’avis d’un médecin recommandant l’amputation du bas de sa jambe, Morris a finalement accepté l’intervention. C’est ainsi qu’il a adopté une jambe de bois, exposée aujourd’hui au musée historique de New York.

Une autre version, plus rocambolesque, raconte que Morris aurait brisé sa jambe en sautant du deuxième étage de la chambre d’une femme mariée avec qui il avait une liaison pour échapper à son mari. Quelle que soit la vérité, il a fini par devoir utiliser une jambe de bois pour se déplacer.

Les Liaisons Amoureuses de Gouverneur Morris

Célibataire endurci, Gouverneur Morris était réputé pour être un véritable séducteur, comme en témoignent ses nombreux écrits intimes. Ses conquêtes incluaient des femmes aisées de New York et de Pennsylvanie, ainsi que des liaisons avec des femmes mariées lors de ses voyages à l’étranger. Parmi elles, on compte la marquise de Litta, la femme d’un banquier et diplomate allemand et Adélaïde de Flahaut, mariée à un comte bien plus âgé.

Cependant, à l’âge de 57 ans, Morris décida de se ranger en épousant Anne Cary Randolph. Avant cela, ses périples l’ont conduit à travers la France, où il était en affaires et où il a été témoin des prémices de la Révolution française.

Les Implications Politiques et Diplomatiques

L’implication de Gouverneur Morris dans la politique et la diplomatie a marqué une grande partie de sa vie. En 1788, il se rendit en France pour y mener des affaires familiales, juste avant le déclenchement de la Révolution française. En 1792, George Washington le nomma Ministre Plénipotentiaire en France, où il côtoya des personnalités marquantes telles que Thomas Jefferson, Thomas Paine et le Marquis de Lafayette. Son séjour en France le vit conseiller brièvement le roi Louis XVI, rédiger des discours et une constitution pour ce dernier, avant que les révolutionnaires n’exécutent le roi en 1792.

Engagé politiquement, Morris fut élu sénateur fédéral en 1800 et occupa le poste jusqu’en 1803. Après sa carrière sénatoriale, il contribua à la conception du plan urbain de New York, s’opposa à la Guerre de 1812 et prôna la sécession de l’État de New York et de la Nouvelle-Angleterre.

Le Combat Contre l’Esclavage

Engagé contre l’esclavage, Gouverneur Morris considérait cette pratique comme une institution néfaste et une malédiction pour les États qui s’y adonnaient. Il s’exprima vigoureusement contre l’esclavage lors de la Convention Constitutionnelle, préférant payer des impôts pour tous les esclaves du pays plutôt que d’enchaîner les futures générations à une Constitution qui les traitait comme de simples biens.

Son abolitionnisme a été reconnu postérieurement par Abraham Lincoln, qui le citait comme l’un des « antiesclavagistes les plus notables de son époque », aux côtés d’Alexander Hamilton et de Benjamin Franklin.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌