La chronologie de la traque et mort d'Osama Bin Laden expliquée

La chronologie de la traque et mort d’Osama Bin Laden expliquée

Découvrez comment la traque et la mort d'Osama Bin Laden ont été menées à bien, quatorze ans après les attentats du 11 septembre.

Share your love

La traque d’Osama Bin Laden: Les prémices du terrorisme

Pour de nombreux Américains, le nom d’Osama Bin Laden évoque encore des émotions intenses, même des années après sa mort. En tant qu’architecte des horribles attaques terroristes du 11 septembre 2001, peu de personnes ne sont autant détestées et abhorrées aux États-Unis que Bin Laden et sa mémoire. Avant de commettre les attentats du 9/11, Bin Laden a initié ses activités terroristes à la fin des années 1980, créant l’organisation terroriste connue sous le nom d’al-Qaïda. Farouchement opposé aux États-Unis et dégoûté par leur présence au Moyen-Orient, Bin Laden a commencé à élaborer des plans pour utiliser al-Qaïda afin d’attaquer les forces américaines déployées dans la région, notamment celles situées dans sa péninsule arabique natale.

Dès 1995, il contribuait à établir des camps d’entraînement terroristes au Yémen et au Soudan. L’année suivante, il déclarait le jihad contre les forces américaines. Son attaque la plus célèbre avant le 9/11 fut les attentats des ambassades de 1998 au Kenya et en Tanzanie, où 224 personnes ont été tuées et plus de 4500 autres blessées, dont 12 Américains. De plus, al-Qaïda a commis d’autres attaques contre des Américains, notamment en tuant 17 marins américains en 2000 lors d’un attentat au Yémen. En 1999, Bin Laden figurait déjà sur la liste des dix criminels les plus recherchés du FBI, consolidant ainsi son statut d’ennemi des États-Unis.

La chasse à l’homme commence

Au moment des attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis poursuivaient déjà Osama Bin Laden depuis plusieurs années. La traque de Bin Laden par les États-Unis aurait pu commencer dès 1997, un an avant qu’un grand jury américain ne l’inculpe officiellement pour complot en vue de commettre des actes de terrorisme. Après l’inculpation, les États-Unis ont commencé à offrir une récompense considérable de 5 millions de dollars pour des informations le concernant, et après les attentats du 9/11, cette récompense a été quintuplée pour atteindre 25 millions de dollars. De plus, les États-Unis ont créé une nouvelle liste des terroristes les plus recherchés un mois après le 9/11, et Bin Laden a immédiatement figuré en tête. Ils ont également commencé à planifier l’invasion de l’Afghanistan pour capturer Bin Laden, après le rejet rapide des appels de ses camarades d’Al-Qaïda à le livrer aux autorités américaines.

Le 7 octobre 2001, les frappes aériennes en Afghanistan ont débuté, mais début décembre, même avec Al-Qaïda écarté du pouvoir, Bin Laden était toujours en vie. Il s’était réfugié dans les montagnes de Tora Bora près de la frontière pakistanaise, et les troupes américaines n’avaient pas réussi à l’atteindre dans ce territoire accidenté. Par la suite, Bin Laden a réussi à franchir la frontière pakistanaise et à s’échapper sans être détecté. Tora Bora représentait la meilleure chance pour les États-Unis de capturer Bin Laden à la suite des attentats, et le gouvernement a été vivement critiqué pour ne pas l’avoir capturé. Il faudrait une décennie avant qu’ils aient une nouvelle réelle occasion de le neutraliser.

La longue traque d’Abu Ahmed al-Kuwati

Avec l’échec des forces américaines à capturer Osama Bin Laden dans l’immédiat après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, l’accent s’est porté sur la recherche de ses proches associés. L’idée était de suivre ses confidentes et ses coursiers, en supposant qu’en traquant les personnes proches de lui, les autorités parviendraient éventuellement à obtenir des informations sur sa localisation. L’enquête reposait finalement sur trois prisonniers importants: Khalid Sheikh Mohammed, Hassan Ghouls, et Faraj al-Libbi, tous des terroristes endurcis d’Al-Qaïda.

En 2003, à travers des tactiques d’interrogatoire douteuses, notamment le waterboarding de Mohammed 183 fois, les enquêteurs de la CIA ont pu relier une figure mystérieuse connue sous le nom d’Abu Ahmed al-Kuwati, dont le nom circulait parmi les captifs de la CIA, avec des opérations d’Al-Qaïda. Un an plus tard, Ghouls a non seulement confirmé les liens d’al-Kuwati avec Mohammed, mais a également suggéré que l’homme était proche de Bin Laden et d’al-Libbi, un autre cadre d’Al-Qaïda. En 2005, les agents de la CIA ont déduit grâce à des interrogatoires d’al-Libbi qu’al-Kuwati était un acteur majeur dans le réseau terroriste souterrain de Bin Laden, et qu’il pouvait servir de piste pour le localiser.

Identification du complexe de Bin Laden

Pour les enquêteurs du renseignement américain essayant de localiser Osama Bin Laden, les pistes étaient rares. Pendant des années, leur seule source d’information fiable provenait de l’interrogatoire de suspects, parfois aussi loin qu’en Europe de l’Est, et ils disposaient de peu de preuves tangibles quant à sa localisation exacte. Cependant, une fois les enquêteurs sur la piste de Sheikh Abu Ahmed, tout a commencé à changer. En juillet 2010, des collaborateurs de la CIA au Pakistan ont identifié positivement Ahmed alors qu’il se trouvait à Peshawar, et ils ont ensuite commencé à le surveiller durant ses déplacements. Cela les a finalement conduit à un complexe à Abbottabad, ce qui a levé de nombreux drapeaux rouges.

Les murs du complexe étaient très élevés, bien plus hauts que ce que les voisins pouvaient voir, surmontés de barbelés, et il n’y avait ni ligne téléphonique ni internet, probablement dans le but d’éviter d’être traqués. Le complexe avait été construit vers 2004, après que l’on pense que Bin Laden ait franchi la frontière près des montagnes de Tora Bora, et était connu pour être la résidence de deux riches frères pachtounes, Arshad et Tareq Khan. Il a fallu quelques mois à la CIA pour confirmer leurs soupçons, mais d’ici février, il semblait assez clair que Bin Laden se cachait dans le complexe.

Opération Neptune Spear: L’assaut final

Une fois que les autorités américaines ont été convaincues qu’Osama Bin Laden résidait dans le complexe fortifié d’Abbottabad, au Pakistan, les efforts en vue d’une opération contre lui se sont intensifiés. En mars 2011, le Président Barack Obama a travaillé de concert avec la NSA sur un plan, et fin avril, il a donné le feu vert officiel pour que l’assassinat ait lieu. Pour cette mission, nommée Opération Neptune Spear, l’unité d’élite des forces spéciales SEAL Team Six a été sélectionnée. Compte tenu de la nature extrêmement délicate du renseignement et de l’importance de l’objectif, les autorités américaines savaient qu’elles devaient travailler rapidement et efficacement pour élaborer un plan suffisamment solide dans les délais impartis. Utilisant tout ce qui était à leur disposition, y compris des satellites espions, la CIA a pu dresser une maquette détaillée du complexe, allant même jusqu’à localiser de manière précise l’emplacement présumé de Bin Laden au troisième étage du bâtiment principal.

Le plan consistait à ce que le ST6 entre dans la zone en deux hélicoptères. Le premier groupe devait descendre dans le complexe et éliminer les associés présumés de Bin Laden au niveau du sol. Le deuxième groupe a été divisé en deux, la moitié assurant la sécurité extérieure en dehors du complexe et l’autre atterrissant sur le toit de Bin Laden et entrant par son balcon pour le neutraliser. La vitesse et la précision allaient être les maîtres mots, et peu de choses pouvaient se permettre de mal tourner.

L’assaut pour neutraliser Bin Laden

Le raid visant à éliminer Osama Bin Laden était initialement prévu pour commencer le 30 avril 2011 mais a été retardé d’un jour en raison du mauvais temps. Le 1er mai, les opérateurs du SEAL Team Six (ST6) ont décollé de leur base de Jalalabad, en Afghanistan, et ont entamé leur parcours vers Abbottabad, au Pakistan. En plus des deux hélicoptères prévus pour participer à l’assaut, deux hélicoptères de réserve transportaient des soldats supplémentaires et du carburant supplémentaire au cas où les choses tourneraient mal. L’ensemble de la force comprenait 79 soldats américains et un chien d’assaut de combat (CAD). Les hélicoptères portaient les noms de code Chalk One et Chalk Two, et le CAD se trouvait avec Chalk Two faisant partie de la force assurant la sécurité extérieure.

Environ quinze minutes après le décollage, le ST6 se trouvait à la frontière du Pakistan, et il ne faudrait qu’une heure et quinze minutes supplémentaires pour atteindre le complexe où se trouvait le suspect Bin Laden. Malgré la gravité énorme de la tâche qui les attendait, la plupart des soldats du ST6 étaient incroyablement calmes pendant le vol, certains d’entre eux parvenant à écarter leurs nerfs et même à faire une sieste. Après un certain temps, le site du complexe est devenu visible, et l’équipe du Chalk One s’est préparée à entrer. La concrétisation de plus d’une décennie de recherche allait enfin aboutir.

Conclusion de la traque: La disparition d’Osama Bin Laden

Après avoir pris d’assaut la maison principale où se trouvaient les membres de la famille d’Ahmed, les soldats du ST6 aux prises avec cet obstacle initial se heurtent à l’ultime défi : capturer Osama Bin Laden. Après avoir éliminé successivement les autres membres de la famille, le moment est venu pour les SEALs de mettre fin à la traque en neutralisant le chef d’Al-Qaïda. Avec une précision chirurgicale, un soldat du ST6 abat Bin Laden à bout portant, mettant ainsi un terme à une chasse à l’homme longue de plus de 10 ans. Cet événement marque non seulement la fin d’une ère de terreur, mais aussi le début d’une nouvelle ère de sécurité et de justice.

Après avoir confirmé l’identité du corps de Bin Laden, pris des échantillons d’ADN et obtenu la confirmation de l’une de ses épouses, les soldats ont rapidement rapporté le succès de la mission. La nouvelle de la mort de Bin Laden a été transmise aux plus hautes instances américaines, annonçant la fin d’un chapitre sombre de l’histoire et le triomphe de la justice sur le terrorisme.

Légende de la mort de Bin Laden : Burying the Terrorist Mastermind

Suite au raid meurtrier sur le complexe d’Osama Bin Laden, les responsables américains ont dû s’atteler à la tâche de l’enterrement du corps, une question délicate. Non seulement les officiels étaient contraints par le temps, car la tradition islamique exigeait que le corps soit enterré dans les 24 heures suivant sa mort, mais ils devaient également décider où placer le cadavre. Les États-Unis ne voulaient pas donner à Bin Laden une tombe physique avec un emplacement connu, de peur qu’elle ne devienne un lieu de pèlerinage pour les militants et les terroristes cherchant à rendre hommage. Ils ont donc décidé que l’inhumation en mer était la meilleure solution.

Après avoir identifié formellement le corps de Bin Laden, les officiels ont ensuite procédé au rituel islamique de l’ablution pour nettoyer le corps avant de l’envelopper dans un drap blanc. Il a reçu les derniers rites islamiques en arabe, avant que son corps ne soit immergé dans une étendue d’eau inconnue depuis l’USS Carl Vinson. Le corps de Bin Laden a été vu pour la dernière fois le 2 mai 2011, et il n’existe aucune photo connue de son enterrement.

La nouvelle du siècle : La victoire annoncée au monde

Avec la mort d’Osama Bin Laden et le succès de l’opération Neptune Spear, il ne restait qu’une seule chose à faire : informer le monde de cette victoire. Cette nuit-là, quelques heures seulement après avoir été annoncée comme réussie, le Président Barack Obama a tenu une conférence de presse spéciale depuis la Maison Blanche. Il a annoncé cet exploit monumental, qualifiant la mort de Bin Laden de « la plus grande victoire à ce jour » dans la lutte contre al-Qaïda. Immédiatement, les États-Unis ont été inondés de célébrations, alors que le site des attentats terroristes du World Trade Center à New York était rapidement rempli de fêtards, tempérant leur extrême jubilation par le souvenir des destructions passées causées par Bin Laden.

Des célébrations spontanées ont éclaté dans tout le pays, et les réseaux sociaux étaient inondés de publications sur la mort de Bin Laden. De manière fortuite, le lendemain, au Nationals Park de Washington D.C., les Washington Nationals organisaient une soirée d’appréciation militaire, rendue d’autant plus spéciale par la nouvelle de la mort de Bin Laden. Quatorze ans après le début de la traque, la conclusion de l’histoire d’Osama Bin Laden avait enfin eu lieu.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌