La Réalité de l’Exécution sur la Chaise Électrique

La Réalité de l’Exécution sur la Chaise Électrique

Plongez dans l'histoire de l'exécution sur la chaise électrique, où l'objectif était parfois de infliger le maximum de douleur avant la mort.

L’Histoire de l’Exécution sur la Chaise Électrique

Dans le domaine des méthodes d’exécution, la chaise électrique se démarque par son caractère particulièrement déplaisant. L’idée de passer ses derniers instants sur Terre, attaché à une chaise, en attendant patiemment que des milliers de volts d’électricité traversent votre corps, semble dépourvue de toute forme de réconfort. De nombreux criminels notoires de l’histoire ont rencontré leur destin assis sur une chaise électrique. Parmi eux, des tueurs en série comme Ted Bundy et Albert Fish, des gangsters tels que Harry Pierpont et Emanuel « Mendy » Weiss, ainsi que Giuseppe « Joe » Zangara, qui a tenté d’assassiner Franklin D. Roosevelt en 1933, pour n’en citer que quelques-uns. Il s’agit d’une mort rapide, si elle réussit du premier coup, mais avec des effets secondaires macabres pouvant inclure la sortie des yeux de leur orbite.

Le mode de fonctionnement de la chaise électrique reste jusqu’à aujourd’hui entouré de mystère. Personne ne sait exactement comment elle parvient à ôter la vie à ceux qui y sont attachés. Rétrospectivement, l’histoire de la peine de mort remonte à des temps anciens. Dès le XVIIIe siècle av. J.-C., les criminels payaient de leur vie leurs actes illégaux. À cette époque, le roi Hammurabi de Babylone avait fixé la peine de mort pour 25 crimes différents. Cette pratique s’est maintenue à travers les âges, avec des civilisations allant des Hittites aux Romains, en passant par les Grecs et bien d’autres. Si la tendance est restée relativement inchangée, les méthodes d’exécution, elles, ont considérablement évolué au fil du temps.

L’Invention et l’Évolution de la Chaise Électrique

Avant que l’électricité ne puisse être utilisée pour procéder à des exécutions, il a fallu la maîtriser. Une fois cette étape franchie, l’idée d’utiliser l’électricité comme méthode d’exécution n’a pas tardé à germer. Le premier à avoir évoqué cette possibilité fut un dentiste du nom du Dr. Albert Southwick, qui suggéra en 1881 que l’électrocution pourrait constituer une méthode humaine d’exécution. L’étincelle de cette idée a jailli à Buffalo, New York, où Southwick assista à la mort rapide et soi-disant indolore d’un homme ivre après qu’il ait touché un générateur électrique. À l’époque de la proposition de Southwick, la méthode d’exécution la plus courante était la pendaison. Bien que sous certaines conditions cette méthode offrait une mort rapide et humaine, ce n’était pas toujours le cas, certains condamnés passant parfois jusqu’à 30 minutes à suffoquer en étant encore pendus par le cou.

Chaque chaise électrique suit à peu près le même concept de fonctionnement. La personne condamnée est rasée dans les zones où les électrodes seront fixées, puis attachée à la chaise à l’aide de ceintures. Une fois installées, des électrodes sont placées sur la tête et le dos du sujet, recouvertes d’une éponge humide pour faciliter la conduction de l’électricité. Une fois tout en place, le prisonnier est aveuglé, les observateurs quittent la salle d’exécution pour rejoindre la pièce d’observation. À l’activation du commutateur, entre 500 et 2 000 volts traversent le corps du prisonnier pendant 30 secondes. Après la détente du corps, un médecin vérifie si le cœur du prisonnier bat toujours. Si tel n’est pas le cas, c’est terminé, sinon le processus se répète jusqu’à ce que le prisonnier décède.

Les Effets de l’Électrocution sur le Corps

Le choc électrique infligé lors de l’exécution sur la chaise électrique entraîne divers effets sur le corps de la personne condamnée. Selon le Centre d’Information sur la Peine de Mort, les mains du prisonnier peuvent se crisper fortement sur les accoudoirs de la chaise, et son corps peut se mettre à convulser violemment. Ces mouvements involontaires peuvent être si violents qu’ils causent des dommages internes tels que des luxations ou même des fractures. Le juge de la Cour suprême, William Brennan, a une fois décrit de manière imagée ce qui arrive à ceux condamnés à mort sur la chaise électrique : « … les yeux du prisonnier sortent parfois de leurs orbites et reposent sur ses joues. Le prisonnier peut souvent déféquer, uriner et vomir du sang et de la salive. Son corps devient rouge vif à mesure que sa température augmente, et sa chair gonfle et sa peau s’étire au point de se rompre. Parfois le prisonnier prend feu… Les témoins entendent un son fort et soutenu comme du bacon qui frie, et l’odeur nauséabonde de chair brûlée imprègne la pièce. » De même, le médecin légiste adjoint du comté de Cook, en Illinois, Robert H. Kirschner, a noté qu’après une exécution, le cerveau du détenu « semble cuit dans la plupart des cas ».

L’Utilisation de la Chaise Électrique à Travers l’Histoire

L’électrocution a été introduite aux États-Unis au XIXe siècle et y est restée prédominante jusqu’à ce que l’injection létale ne prenne le dessus vers la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle. Après un moratoire sur la peine de mort instauré par la Cour suprême en 1972, qui a duré jusqu’en 1976, le nombre d’exécutions par chaise électrique a fortement chuté. Cependant, entre 1890 et 1972, l’électrocution a été la méthode utilisée dans 4 251 exécutions. De 1976 à nos jours, elle n’a été utilisée que 160 fois. Certains États où la peine de mort est encore en vigueur offrent parfois aux détenus le choix entre l’électrocution et l’injection létale, tandis que le Nebraska a été le dernier État à n’utiliser que l’électrocution comme méthode d’exécution.

En dehors des États-Unis, la chaise électrique est rare et n’est même pas utilisée par des pays pratiquant le plus grand nombre d’exécutions, notamment la Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Irak et l’Égypte, qui figuraient parmi les cinq premiers en 2019, avec les États-Unis en sixième place. Cependant, les Philippines ont utilisé la chaise électrique jusqu’en 1976.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌