La règle biblique sur les vêtements que presque tous transgressent

La règle biblique sur les vêtements que presque tous transgressent

Transgressez-vous inconsciemment la règle biblique sur les vêtements ? Découvrez l'origine de cette règle souvent ignorée dans l'article suivant.

Share your love

Le principe biblique sur les vêtements que presque tout le monde enfreint

Ceux qui connaissent le livre biblique du Lévitique se souviendront probablement d’une longue liste de choses à faire et à ne pas faire concernant les préoccupations des tribus hébraïques semi-nomades d’il y a des milliers d’années. Parmi ces directives, on trouve des règles respectables, telles que se lever quand une personne âgée passe à proximité ou traiter bien les étrangers. Il y a également des règles admirables comme ne pas retenir le salaire des gens et ne pas insulter les aveugles ou les sourds. D’autres directives curieuses incluent l’interdiction de se couper les cheveux « sur les côtés » ou de croiser différentes espèces d’animaux. Et puis, il y a ces énigmes comme ne pas ramasser les raisins tombés dans une vigne et… ne pas porter de vêtements fabriqués à partir de différents types de tissus.

Homme juif en train de lire la Bible
Crédit de l’image : Anderson Piza/Shutterstock

Nombre de personnes du XXIe siècle pourraient réagir par un étonné « Quoi ? Et alors ? » lorsqu’il s’agit de porter des tissus mixtes. Et pour être clair, « mixte » signifie ici intertissé – comme lorsque l’étiquette d’un vêtement de The Gap indique « 70 % polyester et 30 % rayonne ». Mais, comme beaucoup de règles énoncées dans le Lévitique, il existe une logique adaptée à l’époque. Par exemple, l’histoire de l’animal hybride, pourrait causer de graves problèmes pour un propriétaire dans une société d’éleveurs, surtout si la mère meurt en donnant naissance.

En ce qui concerne la règle des tissus mixtes, il existe quelques raisons spécifiques. Notamment, les vêtements en tissus mixtes étaient réservés aux membres de la classe sacerdotale hébraïque. Cela garantissait que seuls les prêtres pouvaient pénétrer dans le Lieu Saint et le Saint des Saints à l’intérieur du tabernacle et du temple hébreux, y compris leurs trésoreries.

Un rappel de l’intouchabilité de Dieu

Prêtre tenant une Bible et un chapelet
Crédit de l’image : Cavan Images/Getty Images

Les cinq premiers livres de la Bible – la Torah pour les Juifs et le Pentateuque pour les Chrétiens – sont reconnus comme livres de la loi de Dieu pour une bonne raison. Bien que la Genèse commence par un conte fantastique sur la création cosmique, des arbres sacrés, des serpents parlants, etc., il s’agit en réalité d’un livre sur la loi divine – autrement dit, comment suivre les règles et le plan de Dieu. Au moment où le récit arrive aux Dix Commandements dans l’Exode, le deuxième livre de la Bible, les règles de Dieu deviennent un peu plus prescriptives. Et lorsque le livre suivant, le Lévitique, commence, les règles deviennent ultra, ultra spécifiques – allant jusqu’aux pratiques de coupe de barbe, l’attente de 33 jours après la naissance d’un garçon pour se rendre aux services religieux, ne pas moissonner jusqu’aux bords précis des champs, et bien sûr, ne pas mélanger les types de tissus.

Parce que ce n’est pas un article religieux, nous n’allons pas spéculer sur la théologie juive ou chrétienne. Plutôt, nous allons parler du contexte historique sous-jacent à la règle des tissus mixtes. Par exemple, le Lévitique est traditionnellement considéré comme ayant été écrit entre 1440 et 1400 av. J.-C. et décrivant des événements de 1445 à 1444 av. J.-C. Les vêtements n’étaient pas exactement des choses simples à fabriquer à l’époque et nécessitaient de tondre la laine des moutons, de récolter les plantes de lin pour filer le lin de leurs tiges, de fabriquer des fils, de les tisser ensemble à l’aide d’un métier à tisser, de les teindre, etc. C’est en partie pour cela que seuls les membres de la classe sacerdotale portaient des vêtements en tissus mixtes, comme un rappel de l’intouchabilité du Tout-Puissant.

Éloigner les non-prêtres des lieux sacrés

Homme juif priant en direction de Jérusalem
Crédit de l’image : John Theodor/Shutterstock

Si « l’intouchabilité de Dieu » ne suffit pas comme raison pour que les prêtres portent des vêtements spéciaux en tissus mixtes, il existe un autre objectif pratique : empêcher les autres classes de personnes d’entrer dans les lieux saints hébraïques. Le tabernacle hébreu ancien était le prédécesseur du premier Temple de Salomon construit pendant le règne de Salomon quelque part entre 990 et 931 av. J.-C. Le tabernacle était une tente rectangulaire faite de peaux d’animaux plutôt qu’un temple permanent en pierre. Il avait deux sections : le Lieu Saint et le Saint des Saints. Seuls les prêtres pouvaient entrer dans le Lieu Saint, et seul le Grand Prêtre dans le Saint des Saints, et même alors seulement sous certaines conditions.

Nous pouvons également examiner la structure de classe de la société hébraïque antique qui existait à l’époque où des règles comme celles du Lévitique ont été écrites. Les kohanim se trouvaient au sommet de la société – descendants sacerdotaux du frère de Moïse, Aaron. De nos jours, les kohanim sont devenus des personnes portant le nom de famille Cohen, Coen, Cohan, Kahn, et autres. En-dessous des kohanim se trouvaient d’autres prêtres de la tribu de Lévi. Après ces fonctionnaires religieux venaient le reste de la société hébraïque.

Porter des tissus mixtes était donc un moyen de différencier à vue ceux qui étaient autorisés à entrer dans les lieux saints hébreux, à y effectuer des rituels et à avoir accès à un trésor. La règle n’avait rien à voir avec le maintien de la pureté, comme certains l’ont suggéré. Et, elle n’avait rien à voir avec la moralité.

Pas de mélange de laine et de lin

Fils alignés sur un métier à tisser
Crédit de l’image : Fotolgart/Getty Images

Alors que nous avons parlé de la règle « pas de tissus mixtes » dans le contexte du livre biblique du Lévitique, le Lévitique n’est pas le seul endroit dans la Bible qui mentionne le mélange de tissus. Dans le Deutéronome – le cinquième et dernier livre de la Torah et du Pentateuque – le chapitre 22 passe en revue une toute autre liste de choses à faire et à ne pas faire. Il y a des règles concernant le fait de ne pas déranger les mères des oiseaux bébés, d’aider les bœufs s’ils tombent, de punir les vierges fausses et simplement, « Ne portez pas de vêtements de laine et de lin tissés ensemble ».

Chabad souligne que ce passage du Deutéronome et les passages susmentionnés du Lévitique décrivent le même type de matériel interdit, appelé « shatnez ». La laine dont il est question ne concerne que la laine de moutons et d’agneaux, et non d’autres animaux. Et le lin dont il est question fait référence au lin provenant de plantes de lin, et non au chanvre ou au jute.

Forward explique comment ce sont vraiment les Juifs orthodoxes qui doivent faire attention au shatnez, car ils essaient de respecter les anciennes règles bibliques de la Torah aussi strictement que possible. Étant donné les techniques de fabrication modernes et la source des matériaux, il peut être difficile de voir si un vêtement respecte les critères autorisés. Essayer une tenue pour voir si elle convient est acceptable, mais l’acheter ne l’est pas. Les articles séparés en laine et en lin sont acceptables, juste pas intertissés – comme nous l’avons mentionné plus tôt. Mais pour tout autre Juif moderne et Chrétien, la règle des tissus mixtes appartient à l’époque où la Bible a été écrite et non au présent.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌