Les Noms de Code du Service Secret pour JFK et sa Famille

Les Noms de Code du Service Secret pour JFK et sa Famille

Découvrez les noms de code attribués par le Service Secret aux membres de la famille de JFK, une intrigue historique captivante.

Share your love

Les Noms de Code du Service Secret pour JFK et sa Famille

La mythologie de Camelot est étroitement liée à John F. Kennedy. Le mystique arthurien peut être revisité lorsqu’on discute de tous les aspects de la Maison Blanche de Kennedy. Un premier coup d’œil aux noms de code utilisés par le Service Secret pour son administration (conservés par la Bibliothèque et Musée Présidentiels John F. Kennedy) pourrait même amener certains à se demander si les gardes du corps du président avaient Camelot à l’esprit. Le Service Secret désignait la Maison Blanche comme « Couronne » et Kennedy comme « Lancer » – un terme qui rappelle vaguement Lancelot, et les lanciers traditionnels étaient des guerriers montés tout comme les chevaliers l’étaient. Ses enfants, Caroline et John Jr., étaient étiquetés « Lyrique » et « Alouette », respectivement, des désignations avec des associations vaguement médiévales. Jaqueline Kennedy était connue sous le nom de « Dentelle », et n’est-ce pas associé aux costumes du Moyen Âge? Si ce dernier semble tiré par les cheveux, c’est parce que c’est le cas. Toutes les associations entre Camelot et les noms de code de Kennedy sont des coïncidences. Kennedy n’était associé à Camelot qu’après la fin de sa présidence – et de sa vie – arrivée. Plus précisément, Jaqueline a établi la comparaison en commémorant son mari assassiné en 1963, lançant une mythologie qui a été alternativement embrassée et regrettée. Un examen de la liste complète devrait révéler que le Service Secret n’avait pas Camelot en tête en étiquetant l’administration (bonne chance pour intégrer le nom de code de l’agent Gerald Behn « Duplex » dans la légende arthurienne). Les présidents aident à choisir leurs noms de code.

Tradition des Noms de Code

Le Service Secret n’a peut-être pas basé les noms de code pour l’administration de John F. Kennedy sur la légende arthurienne, mais cela ne signifie pas que les noms étaient entièrement aléatoires – ou que Kennedy n’aurait pas joué un rôle dans son propre nom. Les noms de code du Service Secret remontent à l’époque d’Harry Truman. L’historien américain Michael Beschloss a déclaré à NPR que ceux qui relèvent de la protection de l’agence se voient attribuer une liste de noms de code possibles, et le protégé peut choisir celui qu’il préfère. Au fil des ans, il est devenu une tradition que la première famille choisisse des noms de code allitératifs basés sur la première lettre du choix du président – d’où les noms en « L » parmi les Kennedy qui suivent Lancer. Et les désignations ne sont pas fixes une fois choisies. George W. Bush était connu sous le nom de « Tumbler » durant l’administration de son père, mais a opté pour « Trailblazer » une fois élu à son tour à la Maison Blanche (selon Vanity Fair). Les présidents peuvent opter pour un nom de code qui résonne en eux d’une manière ou d’une autre. L’historien Michael Beschloss a suggéré à NPR que le nom de code de Truman, « Général », était un peu un accomplissement du désir du capitaine qu’il était en a. »

  • La liste initiale est arbitraire.
  • Les présidents ne donnent généralement pas d’explication publique sur le choix de leur nom de code.
  • Kennedy n’a laissé aucun enregistrement sur la raison pour laquelle il a choisi Lancer, bien que de nombreuses sources suggèrent qu’il a une signification arthurienne.

Signification des Noms de Code

Les noms de code restent une question de tradition, pas de sécurité. À l’époque de John F. Kennedy, son nom de code du Service Secret n’aurait pas été dans les archives publiques, car il aurait encore eu des fins de sécurité. Les noms de code sont apparus avant l’arrivée des communications chiffrées. Pour éviter que des oreilles indiscrètes n’écoutent les conversations concernant le président, sa famille ou leurs déplacements, les noms de code permettaient au Service Secret de discuter plus sûrement de ceux qu’ils protègent. Cependant, avec l’avènement de canaux de communication plus sécurisés – et plus variés – les noms de code ne sont plus essentiels et sont devenus davantage une question de tradition. Il y a toujours une certaine valeur pratique aux noms de code. Les utiliser peut simplifier les communications entre les agents du Service Secret, c’est pourquoi ils ont tendance à être des mots ou des noms de deux ou trois syllabes, bien reconnaissables. Les meilleurs noms de code sont également ceux qui ne causeront pas de confusion.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌