Moments Clés où les Régents ont Repris le Trône Britannique

Moments Clés où les Régents ont Repris le Trône Britannique

Les régents ont joué un rôle crucial dans l'histoire de la monarchie britannique. Découvrez les moments clés où ils ont repris le trône en Angleterre. #Histoire #Régences

Share your love

Régents Célèbres qui Ont Pris le Trône Britannique

L’histoire de la monarchie anglaise, devenue plus tard la Grande-Bretagne puis le Royaume-Uni, remonte aux rois anglo-saxons du 9ème siècle. Avec un total de 63 rois et reines régnant sur une période de 1200 ans, il n’est pas surprenant qu’à certaines occasions, le trône se retrouve vacant même lorsque le monarque est en vie. Cela peut être dû à une incapacité physique ou mentale du roi ou de la reine, à un départ du pays pour la guerre ou la diplomatie, ou encore, assez fréquemment, à ce que le monarque officiel soit un enfant qui ne devrait probablement pas prendre de décisions gouvernementales. Dans de tels cas, des régents ont été nommés pour gouverner en lieu et place du monarque régnant. Le royaume d’Angleterre (ou de Grande-Bretagne, ou de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord) a connu de nombreux régents dans son long histoire, certains ayant exercé le pouvoir pendant des années, d’autres pour une courte période, mais laissant tous leur empreinte sur le royaume. Voici quelques-uns des régents les plus remarquables de l’histoire britannique.

Les Régents de Henri III (1216-1232)

Henri III d’Angleterre est monté sur le trône en 1216 à l’âge de 9 ans après la mort de son père, le roi Jean. Comme Henri était alors encore un enfant, un conseil a été nommé pour diriger le pays, dirigé par Guillaume le Maréchal, 1er comte de Pembroke, qui avait déjà servi en tant que maréchal, général et régent pour les trois prédécesseurs d’Henri sur le trône. Né dans une famille obscure, le Maréchal était un grand chevalier, ce qui l’a amené à devenir le tuteur du fils aîné d’Henri II et le général et régent de Richard I et Jean avant de devenir le gouverneur et conseiller d’Henri III. Le règne d’Henri III a été marqué par des barons rebelles dans l’est de l’Angleterre alliés aux Français. Étant le soldat vigoureux qu’il était, le Maréchal a dirigé l’armée anglaise contre une invasion par l’alliance des Français et des barons rebelles – à l’âge de 70 ans ! D’ici 1217, l’armée du Maréchal avait repoussé les Français jusqu’à leurs propres rivages et mis fin à la rébellion baronique. Le Maréchal est décédé en 1219, et a été remplacé en tant que régent par Hubert de Burgh, qui a contribué à rétablir l’autorité royale après la rébellion des barons. Cependant, il a été destitué de ce poste en 1232 lorsque Henri l’a accusé d’une défaite militaire contre la France, et de Burgh a même été emprisonné sous l’accusation de trahison (mais finalement gracié). Henri a brièvement pris des conseillers français avant qu’ils ne soient forcés de retourner en France par les nobles anglais. Henri était alors assez âgé pour gouverner par lui-même.

La Reine Isabelle et Roger Mortimer (1327-1330)

En 1308, Isabelle, la fille de Philippe IV de France, épousa le roi anglais Edouard II. Cependant, en 1325, elle retourna en France avec son fils, également prénommé Edouard, pour régler un différend entre la France et l’Angleterre. Là-bas, elle devint l’amante de Roger Mortimer, un baron emprisonné pour trahison, s’étant échappé de la Tour de Londres et ayant fui en France. Isabelle, Mortimer et d’autres barons exilés opposés à Edouard II et ses alliés retournaient en Angleterre, où ils déposèrent et emprisonnèrent Edouard II, qui fut ensuite assassiné en prison en 1327. Officiellement, le nouveau roi était Edouard III, fils d’Edouard et d’Isabelle, mais comme il n’avait que 14 ans lorsqu’il monta sur le trône, le vrai pouvoir était entre les mains de sa mère et de son amant. Pendant les quatre années suivantes, Roger Mortimer fut essentiellement le roi d’Angleterre en tout sauf en nom, et il utilisa sa position pour s’enrichir. Il se donna le titre de comte de March et utilisa cette position pour revendiquer de nombreux fiefs qui appartenaient auparavant à d’autres nobles. Mortimer et Isabelle négocièrent également la fin de la Guerre d’indépendance écossaise, conduisant à l’Écosse devenant un royaume indépendant (pour un certain temps, en tout cas). En raison de la cupidité et de l’arrogance de Mortimer, ainsi que du fait qu’il avait perdu l’Écosse, les barons d’Angleterre convinquirent le jeune Edouard III de faire pendre Mortimer pour trahison. Sa mère fut envoyée dans un couvent.

John de Gaunt et Thomas Woodstock (1377-1389)

Edouard III fut succédé en 1377 par son petit-fils, Richard II, car son fils était décédé avant de prendre le trône. Richard n’avait que 10 ans lors de son accession au trône, et la gestion effective du royaume était assurée par son oncle, Jean de Gand, duc de Lancastre. En 1381, une série de lois du travail impopulaires et de nouvelles taxes oppressives après les difficultés causées par la Peste Noire et le coût élevé de la Guerre de Cent Ans menèrent à la Révolte des paysans. Les rebelles, qui reprochaient à Jean ces nouvelles politiques, détruisirent sa demeure, le Palais de Savoie, mais Jean lui-même n’était pas à Londres à ce moment-là et parvint à éviter de perdre la tête au sens propre face à la colère des foules. À la fin de la révolte, la confiance de la population en Richard en tant que roi était élevée, et l’influence de Jean à Londres avait considérablement diminué. En 1386, Jean quitta l’Angleterre car il avait épousé Constance de Castille, prétendante au trône de Castille en Espagne, et pensait qu’il pourrait peut-être devenir roi de Castille. (Cela ne fonctionna pas.) La diminution de l’influence de Jean, suivie de son absence en Espagne, permit à son frère cadet, Thomas Woodstock, de prendre le contrôle du gouvernement à Richard et d’exécuter bon nombre de ses partisans. En 1389, cependant, Jean revint et aida Richard à établir la paix avec Thomas et ses alliés, juste à temps pour que Richard, désormais adulte, puisse gouverner par lui-même.

Les Régents de Henri VI (1422-1437, 1453-1456)

Henri VI n’avait que 9 mois en 1422 lorsque son père, Henri V, est décédé, ce qui signifiait que la gouvernance du royaume était en réalité assurée par son oncle, Humphrey Plantagenêt, duc de Gloucester. Le régent officiel était le frère d’Humphrey, Jean, duc de Bedford, mais il était trop occupé à combattre les Français dans la Guerre de Cent Ans en cours pour gouverner quoi que ce soit. Humphrey fut l’un des premiers nobles en Angleterre à se passionner pour la littérature de la Grèce et de Rome, et son soutien financier aux humanistes en Angleterre et en Italie lui valut le surnom de « bon duc Humphrey ». Malgré ce titre, il semble que personnellement, il était sans scrupules et incompétent en tant que leader politique, et il était donc constamment en désaccord avec son frère Jean et son oncle, Henri Beaufort. Humphrey soutenait que Henri, à la fois cardinal et chancelier d’Angleterre, ne devrait pas occuper des postes puissants dans l’Église et le gouvernement. Néanmoins, Beaufort parvint à prendre le contrôle du gouvernement d’Henri VI vers environ 1435. Henri VI assura lui-même la pleine royauté en 1437 à l’âge de 16 ans, mais il était toujours un leader faible et reclus qui s’appuyait fortement sur les conseils de son oncle. Cependant, bien qu’étant devenu adulte, Henri devrait une fois de plus avoir recours à un régent en 1453, suite à la perte de l’Angleterre dans la Guerre de Cent Ans, lorsque le roi fit une crise mentale, et le contrôle du gouvernement passa entre les mains de Richard, duc d’York. La nouvelle influence de Richard fut un facteur majeur qui déclencha les Guerres des Deux Roses.

Catherine d’Aragon (1513)

Si vous connaissez le nom de Catherine d’Aragon, il est possible que vous la connaissiez comme la première femme d’Henri VIII, celle [qu’il a divorcée](https://www.grunge.com/319732/the-real-reason-henry-viii-couldnt-get-a-divorce/), menant à une scission entre l’Église d’Angleterre et l’Église catholique romaine. Mais elle a été aussi la femme qu’Henri a le plus longtemps eue – 24 ans contre 14 ans pour ses cinq autres mariages combinés – et clairement celle en qui il avait confiance, car lorsqu’il a dû partir en guerre contre la France en 1513, il l’a laissée aux commandes. Bien qu’il y ait aussi un conseil consultatif en place, Catherine n’était guère seulement un corps chaud pour occuper le trône. Avec Henri parti en France, l’Écosse a été envahie par le nord, donnant à Catherine l’occasion de montrer à quel point elle était active et décisive, ce qu’elle a fait avec joie. La reine régente a rassemblé des troupes, acheté de l’artillerie et des fournitures, et – dans une manoeuvre jamais vue auparavant pour une reine – est allée sur le champ de bataille elle-même avec une armée, où elle a pu commander directement les mouvements de troupes tout en portant un casque doré surmonté d’une couronne. Après un discours enflammé de Catherine, les troupes anglaises ont massacré les Écossais envahisseurs, y compris leur roi, le propre beau-frère de Catherine. Elle a ensuite envoyé un morceau du manteau ensanglanté du roi écossais à son mari en France. Alors qu’Henri est également revenu victorieux, les historiens s’accordent largement pour dire que le triomphe de Catherine était le plus important. Lorsqu’Henri décida plus tard de divorcer de Catherine, il savait qu’elle était prête à faire la guerre.

Edouard Seymour et Jean Dudley (1547-1553)

Beaucoup des luttes et des drames entourant les diverses épouses d’Henri VIII étaient centrés sur l’objectif d’Henri de produire un héritier mâle légitime pour lui succéder sur le trône. Son seul fils légitime était issu de sa troisième femme, Jane Seymour, décédée peu après la naissance du bébé. Lorsque Henri décéda en 1547, ce fils, âgé de seulement 9 ans à l’époque, monta sur le trône en tant que roi Edouard VI. Comme Edouard était encore un jeune enfant à l’époque, la gestion du gouvernement fut confiée au frère de sa mère, Edward Seymour, 1er duc de Somerset. Dans son rôle de Lord Protecteur de l’Angleterre, le duc de Somerset servit de facto comme le roi d’Angleterre pendant plus de deux ans. Sa régence est généralement considérée comme un échec bien intentionné, ses diverses tentatives de calmer l’hostilité entre les Anglais et les Écossais, ainsi que les protestants et les catholiques, ne faisant que créer plus de troubles. Suite à une révolte paysanne en 1549, le duc de Somerset fut arrêté et exécuté par Jean Dudley, 1er duc de Northumberland, son principal rival au conseil du roi depuis des années. Le jeune roi Edouard admirait la force de commandement militaire de Dudley, et son influence était telle qu’il parvint à faire marier son fils à la cousine d’Edouard, Jeanne Grey, héritière préférée du trône du roi. Lorsque Edouard VI décéda à l’âge de 15 ans en 1553, Dudley tenta de faire couronner Jeanne reine, mais la sœur d’Edouard, Marie, contrecarra la tentative de coup d’État du duc, et Jean Dudley fut exécuté pour trahison.

Francis Bacon (1617)

Francis Bacon était un homme d’État, intellectuel et philosophe, à qui l’on doit le célèbre proverbe « La connaissance c’est le pouvoir. » Bacon siégea comme membre du Parlement à la fin du 16ème siècle, mais s’attira les foudres de la reine Elizabeth en s’opposant à la demande croissante de financement qu’elle réclamait pour la guerre de l’Angleterre contre l’Espagne. Elizabeth mourut en 1603, cependant, et Bacon parvint à se mettre dans les bonnes grâces de son cousin et successeur, Jacques Ier, en expliquant comment sa philosophie et son savoir politique pourraient aider Jacques à atteindre ses objectifs. Il fut ensuite anobli puis nommé solicitor general pour son rôle dans la mise en oeuvre du plan du roi pour une union entre l’Angleterre et l’Écosse. En raison de ses conseils constants au roi sur les manœuvres politiques, en particulier en ce qui concerne les interactions entre le roi et le Parlement, Bacon se retrouva assez solidement en faveur de Jacques. Ainsi, lorsque Jacques retourna dans sa patrie écossaise pour la seule fois de son règne en 1617, il a contourné sa propre épouse – malgré son lobbying pour le poste – pour nommer Bacon comme son régisseur pendant son absence. La régence de Bacon fut brève (un mois) et sans incident, mais il continua à gagner les faveurs du roi, étant nommé Gardien du Sceau, puis Lord Chancelier à la suite de sa régence, puis créé baron et ensuite vicomte en 1621. Peu de temps après, cependant, il fut publiquement accusé de corruption et interdit légalement d’exercer des fonctions officielles. Il décéda en 1626 d’une bronchite contractée lors d’une expérience scientifique avec de la glace.

Les Justiciers de Marie II et Guillaume III (1695-1700)

Guillaume III et Marie II d’Angleterre, précédemment connus sous le nom de prince et princesse d’Orange aux Pays-Bas, furent placés sur le trône en 1688 après la soi-disant [« Glorieuse Révolution »](https://www.grunge.com/950868/the-untold-truth-of-the-glorious-revolution/) durant laquelle le roi catholique Jacques II fut non-violent révoqué et remplacé par les protestants Guillaume et Marie. Contrairement aux autres monarques du trône anglais, Guillaume et Marie régnaient conjointement. Par conséquent, il ne s’agissait pas d’une régence pendant les nombreuses fois où Guillaume quittait l’Angleterre pour combattre les partisans du déchu Jacques II, laissant Marie assumer la gestion du gouvernement. Elle était une reine pleine et entière, mais ces périodes d’absence de Guillaume ont contribué à consolider Marie en tant que dirigeante aux yeux du public. Cependant, malgré les règnes répétés de Marie seule pendant les campagnes de Guillaume en Irlande et en Europe continentale, la reine décéda en 1694, laissant Guillaume en tant que seul monarque. Par conséquent, il avait maintenant

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌