Relation entre Vladimir Poutine et Kim Jong-Un Décryptée

Relation entre Vladimir Poutine et Kim Jong-Un Décryptée

Analyse de la relation entre Vladimir Poutine et Kim Jong-Un, deux figures politiques influentes partageant une frontière et une histoire communiste. Que cachent ces liens?

La Relation Historique entre Vladimir Poutine et Kim Jong-Un

Malgré la distance de près de 4000 miles entre la capitale russe, Moscou, et la capitale nord-coréenne, Pyongyang, ces deux pays partagent une frontière. En effet, la Russie est le plus grand pays du monde. À l’extrême est de la Russie, une petite portion de terre près de la ville portuaire de Vladivostok rencontre le coin nord-est de la Corée du Nord. Cette frontière partagée remonte à l’époque antérieure à l’Union soviétique, lorsque la Russie a pris le contrôle de son bord sud-est actuel au milieu du XIXe siècle, selon WorldAtlas.

À l’origine, la région était simplement la Corée, plutôt que les deux nations coréennes d’aujourd’hui. Une brutale occupation japonaise survenue au début du XXe siècle a modifié cette frontière partagée jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. À ce moment, l’implication russe avec la Corée est devenue plus qu’une simple question de frontière, car l’Union soviétique a pris en charge la partie nord de la péninsule et les États-Unis ont pris en charge la partie sud après la reddition du Japon.

Selon une thèse de maîtrise de 1983 (« Les relations nord-coréennes avec la Chine et l’Union soviétique : les impacts des changements dans le leadership des deux puissances communistes sur la Corée du Nord »), la relation de la Corée du Nord avec l’Union soviétique s’est approfondie davantage. Sous l’occupation soviétique, son nom officiel est devenu la République démocratique populaire de Corée en 1948. Le leader soviétique Joseph Staline a estimé que la Corée du Nord était importante pour la sécurité russe dans son territoire oriental.

L’Influence des Dirigeants sur les Relations

Avec le mentorat de Staline, le dirigeant nord-coréen Kim Il-Sung a instauré le communisme en Corée du Nord. Soutenu par l’Union soviétique et la Chine, la Corée du Nord a envahi la Corée du Sud soutenue par les États-Unis en 1950, déclenchant la Guerre de Corée et menant à la frontière actuelle entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

Après la mort de Staline, la Corée du Nord a commencé à s’aligner davantage avec la Chine qu’avec les Russes. En représailles, le successeur de Staline, Nikita Khrouchtchev, a réduit l’aide à la Corée du Nord. Même si la Corée du Nord a tenté d’être autosuffisante, elle dépendait toujours de l’aide économique des Chinois et des Russes tout au long du XXe siècle.

La chute de l’Union soviétique au début des années 1990 a entraîné le retrait d’une aide économique encore plus importante et des renégociations concernant la dette de la Corée du Nord envers les Russes.

Rencontre Historique entre Vladimir Poutine et Kim Jong-Un en 2019

Depuis sa création en 1948 jusqu’à son leadership au XXIe siècle, les dirigeants de la Corée du Nord ont été essentiellement monarchiques. Le leadership s’est transmis de Kim Il-Sung à son fils Kim Jong-Il, qui a à son tour passé le flambeau à son fils Kim Jong-Un.

  • Contrairement à son nom officiel, la Corée du Nord n’est pas démocratique.
  • Depuis l’élection de Vladimir Poutine pour un troisième mandat en tant que président de la Russie en 2012, les discussions avec la Corée du Nord ont entamé une nouvelle phase.
  • Poutine n’a pas rencontré Kim Jong-Un avant 2019. La réunion de Kim avec le président américain Donald Trump en 2018 a précédé cela, peut-être a-t-elle incité la rencontre entre Kim et Poutine ainsi qu’avec Xi Jinping de Chine.

La réunion entre Poutine et Kim Jong-Un en 2019, bien que « principalement symbolique » selon Doug Bandow de The National Interest, a duré quelques heures. La Russie détient un pouvoir de veto aux Nations Unies concernant les sanctions visant la Corée et s’oppose à l’accumulation nucléaire de la Corée du Nord.

Discussions sur les Sanctions et la Désarmement Nucléaire

Lors de la réunion entre Vladimir Poutine et Kim Jong-Un, un sujet clé était les sanctions internationales imposées à la Corée du Nord. Malgré cela, Poutine n’a pas proposé d’alléger ces sanctions, la Russie jouant un rôle crucial dans les décisions de l’ONU à leur égard. Cependant, la Russie a enfreint certains des accords de sanctions en exportant du charbon, du pétrole et des produits pétroliers nord-coréens vers d’autres pays et en permettant aux Nord-Coréens de travailler en Russie, ce qui viole les sanctions interdisant aux Nord-Coréens de gagner une devise étrangère.

Le thème de la dénucléarisation a également été abordé lors de la réunion, un sujet soutenu à la fois par Vladimir Poutine et les États-Unis. Alors que la Russie préfère éliminer toute possibilité de conflit si près de chez elle, empêcher la Corée du Nord de créer des armes nucléaires évite également une concurrence pour l’arsenal nucléaire russe.

Exploration de l’Avenir des Relations entre les Deux Figures Politiques

Après la réunion, Vladimir Poutine a déclaré qu’il avait discuté avec Kim Jong-Un des « perspectives de développement des liens bilatéraux ». Concernant les armements nucléaires, Poutine a affirmé que Kim Jong-Un aurait besoin de « garanties de sécurité » pour se débarrasser de ses projets nucléaires.

Aucun accord n’a été annoncé, mais le ton général était plus amical que celui de la rencontre entre Kim et le président Donald Trump en 2018. En 2022, il s’agissait toujours de la seule réunion entre Poutine et Kim.

Des discussions multilatérales concernant l’énergie nucléaire ont été évoquées, suggérant que la Corée du Nord reste une préoccupation constante pour Poutine et la Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *