Les Dangers Méconnus de la Consanguinité Sur le Corps Humain

Les Dangers Méconnus de la Consanguinité Sur le Corps Humain

Quels effets peu connus la consanguinité peut-elle avoir sur le corps humain Les dangers et impacts souvent ignorés sur la santé et la génétique humaine.

Les Dangers de la Consanguinité sur le Corps Humain

Dans la grande majorité des cultures mondiales, la consanguinité — la naissance d’enfants entre deux proches parents — est un tabou fondamental. En effet, cette pratique est découragée dans de nombreuses grandes religions, avec les règles de la Bible hébraïque et coran interdisant le marriage entre certains membres de la famille, comme les frères et sœurs.

Mais la vérité est que l’inceste et la consanguinité ont historiquement eu lieu partout dans le monde, et pratiqués d’une manière qui serait très problématique pour la plupart des sociétés d’aujourd’hui.

Des pharaons de l’Égypte ancienne à l’aristocratie européenne, les familles puissantes, en particulier les monarchies, ont utilisé la consanguinité pour maintenir le pouvoir et la richesse au sein de leurs lignées familiales. Les mariages entre demi-frères et demi-sœurs étaient permis dans l’Athènes et la Sparte antiques, tandis que le mariage entre cousins était courant à de nombreuses époques. Une étude génétique récente a révélé qu’environ une personne sur 3 600 européens nés entre 1938 et 1967 était le résultat de consanguinité de premier ou de second degré (selon Discovery Magazine).

Cependant, bien que de telles unions puissent servir à maintenir la souveraineté au sein d’une certaine lignée, l’histoire a montré les terribles effets physiques de la consanguinité en tant que pratique, en particulier lorsqu’elle est pratiquée pendant des générations au sein de la même petite communauté. Voici les raisons fondamentales pour lesquelles la consanguinité est si dangereuse pour la descendance, et quelques-unes des conséquences potentielles.

Manque de diversité génétique

Le principal danger de la consanguinité réside dans le manque de diversité génétique. Comme chez tous les animaux, les êtres humains héritent de jeux de gènes distincts de chacun de leurs parents. En cas de consanguinité, où les parents partagent de nombreux gènes similaires, le risque d’homozygotie — l’héritage de deux ensembles de gènes aux caractéristiques identiques — augmente. Cela signifie que les gènes récessifs, comme ceux qui sont considérés responsables des yeux bleus, sont plus susceptibles de se manifester chez la descendance. Toutefois, de nombreuses maladies et conditions médicales récessives, souvent nuisibles à la qualité de vie, ont également plus de chances d’apparaître.

La consanguinité conduit souvent à une « dépression consanguine », réduisant la « fitness » des descendants, selon la Bibliothèque nationale de médecine. Cette dépression affecte les taux de survie et de fertilité, une conséquence observée dans un large éventail d’espèces animales.

Syndrome de Wolcott-Rallison

Bébé dans un incubateur à l'hôpital

Crédit image : Gorodenkoff/Shutterstock

Une condition autrement rare, qui devient un risque beaucoup plus courant dans les cas de consanguinité, est le diabète génétique, causé par un trouble génétique appelé syndrome de Wolcott-Rallison, qui lui-même résulte d’une mutation génétique. Le syndrome affecte les personnes dès la naissance, entraînant l’apparition d’un diabète néonatal permanent dans les premiers mois de vie, nécessitant un traitement médical immédiat et une gestion par l’insuline.

Le syndrome de Wolcott-Rallison présente plusieurs autres symptômes inquiétants, incluant des déformations squelettiques qui ne deviennent apparentes qu’à mesure que l’enfant grandit. Il peut également provoquer une défaillance des organes corporels tels que le foie, les reins, ainsi que la moelle osseuse du patient. Selon une étude publiée par l’Orphanet Journal of Rare Diseases, le syndrome peut souvent être fatal, plusieurs des bébés diagnostiqués mourant dans les mois suivant le diagnostic. Parmi les survivants, le syndrome peut inhiber les fonctions cognitives et rendre les os fragiles et plus susceptibles de se fracturer.

Un large éventail de conditions médicales

Le syndrome de Wolcott-Rallison n’est pas la seule conséquence potentielle pour les enfants issus de la consanguinité. Une étude menée en France et publiée en 1977 a révélé que les personnes atteintes de mucoviscidose avaient plus de chances d’avoir des parents apparentés par le sang, comme des cousins. Alors que 0,2 % de la population du pays résultaient de l’union de cousins germains, le chiffre était de 1,4 % pour ceux atteints de mucoviscidose.

Les chiffres étaient encore plus élevés pour l’atrophie musculaire spinale (4,5 %), l’albinisme (5 %), la néphronophtise (5,6 %), la cystinose (7,1 %) et l’achromatopsie (12,5 %), selon la National Library of Medicine. Une autre étude a révélé que la consanguinité était plus fréquente parmi les parents des personnes souffrant de schizophrénie, exacerbant la nature héréditaire de la condition. La consanguinité a également été liée à plusieurs autres conditions et handicaps débilitants, notamment une réduction de la vision jusqu’à la cécité et la surdité, découverte comme résultat d’un pool génétique limité au cours de 30 ans dans le village de Dadhkai, en Inde.

Les effets de la consanguinité sur la royauté

Il existe de nombreux exemples historiques illustrant comment la consanguinité, pratiquée pour préserver la souveraineté, le pouvoir et le prestige, a fini par se retourner contre les familles royales qui y avaient recours. L’un des pharaons les plus célèbres de l’Égypte ancienne est sans doute Toutânkhamon, dont la tombe fut découverte en 1922. Pendant de nombreuses années, les égyptologues et les scientifiques ont tenté de déterminer la cause de sa mort en examinant ses restes momifiés.

Toutânkhamon avait seulement 17 ans lorsqu’il est décédé, et une blessure apparente à l’arrière de sa tête a alimenté diverses théories, telles qu’une chute de son char ou un assassinat par un usurpateur. Cependant, il est moins connu que Toutânkhamon était de santé fragile toute sa vie, conséquence de générations de consanguinité parmi ses ancêtres. Les experts ont découvert que le pharaon souffrait d’un pied bot et d’un crâne déformé, résultant d’un trouble osseux. « Il n’était pas un pharaon très fort. Il ne montait pas les chars, » a déclaré le généticien Carsten Pusch à National Geographic, ajoutant, « La consanguinité n’est pas un avantage pour la forme biologique ou génétique. Normalement, la santé et le système immunitaire sont réduits et les malformations augmentent. »

De même, la dynastie européenne des Habsbourg, qui s’est éteinte avec la mort de Carlos II d’Espagne (illustré) en 1700, avait, en raison de la consanguinité, développé au fil des générations des anomalies faciales de plus en plus sévères, connues sous le nom de « mâchoire des Habsbourg », ainsi que des handicaps mentaux.

Peau bleue et pieds « ressemblant à ceux d’un oiseau »

Peau bleue et pieds d'oiseau

La consanguinité peut mener à l’émergence de nombreuses conditions de santé potentiellement mortelles, mais aussi à des anomalies surprenantes qui affectent la vie quotidienne et modifient la perception des individus par leur entourage. Un exemple frappant est celui de la famille Fugate du Kentucky, surnommée les « Fugates Bleus ». Les Fugates se sont installés à Hazard, dans le Kentucky, au début du XIXe siècle. La communauté étant très restreinte, les possibilités de brassage génétique étaient limitées. Environ en 1920, un couple marié, tous deux porteurs du gène récessif de la métémoglobinémie, une condition causant une pigmentation bleue de la peau, a vu quatre de leurs sept enfants naître avec cette teinte bleue. Ce trait rare a persisté parmi les descendants de cette famille en raison de la consanguinité.

Au Zimbabwe, la tribu Vadoma, basée dans la vallée sud du Zambèze, est connue sous le nom de « Peuple Autruche » car ses membres naissent souvent avec des pieds ressemblant à ceux d’un oiseau. Les recherches ont révélé qu’il s’agit d’une mutation génétique causée par la consanguinité au sein de la tribu : au lieu de véritables pieds d’oiseau, ceux qui expriment cette mutation naissent avec trois orteils manquants au milieu du pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *