Découvrez 19 anecdotes méconnues sur Patrick Stewart et ses rôles emblématiques

Découvrez 19 anecdotes méconnues sur Patrick Stewart et ses rôles emblématiques

Fans de Patrick Stewart, connaissez-vous vraiment tout sur lui ? Parcourez 19 anecdotes surprenantes sur ses rôles iconiques et ses expériences en dehors des écrans.

Patrick Stewart : Un Trésor National à l’Impact Mondial

Pour les passionnés de Patrick Stewart, plongeons dans 19 anecdotes fascinantes révélant des aspects peu connus de cet acteur emblématique.

Patrick Stewart ne se limite pas à être un trésor national, il est également un trésor international, ce qui rend la situation hilarante lorsqu’il semble ne pas réaliser à quel point il est célèbre. Lorsqu’il s’est entretenu avec The Guardian à la sortie de la deuxième saison de « Star Trek: Picard », il a non seulement évoqué comment « la frontière entre Jean-Luc Picard et Patrick Stewart devenait de plus en plus floue, jusqu’à ce qu’il m’était impossible de savoir où il finissait et où je commençais », mais il se souvient aussi de sa première expérience dans une « convention ».

Au début, Stewart déclinait les invitations, ne pouvant imaginer que quelqu’un ait envie de l’écouter parler. Alors que « Star Trek: The Next Generation » touchait à sa fin pour la saison, Stewart a accepté de se rendre à une convention à Denver, sans vraiment savoir à quoi s’attendre. « Ils m’ont emmené à l’arrière de ce grand bâtiment et j’ai dit: ‘Et si personne ne se présente?’ Et ils m’ont regardé comme si je parlais un charabia. »

Évidemment, des milliers de personnes étaient présentes, et Stewart a décrit l’atmosphère comme étouffante, remplie « d’un intense sentiment d’affection et de respect. » Il n’est donc pas étonnant qu’il décrive son expérience en tant que Picard — et plus tard, le Professeur X — comme ayant eu le plus grand impact de sa vie sur scène et à l’écran. Malgré cela, il existe encore quelques anecdotes fascinantes que même le plus grand des fans de « Star Trek » ignore probablement sur cette personnalité hors norme.

Il découvrit la vérité sur le service militaire de son père

L’émission de télévision britannique « Who Do You Think You Are? » permet à des célébrités de s’asseoir avec des généalogistes, des chercheurs et des historiens pour découvrir des secrets longtemps enfouis dans l’histoire de leur famille. Lorsque Patrick Stewart est apparu dans l’émission en 2012, il a partagé et appris beaucoup sur le père avec lequel il entretenait une relation difficile et choquante.

Après avoir révélé que son frère aîné, Geoffrey, était né hors mariage et que la tradition familiale suggérait que son père s’était engagé dans l’armée pour échapper à ses responsabilités, Stewart a découvert des archives confirmant qu’Alfred Stewart s’était engagé deux semaines après la naissance de son frère. « Peut-être que l’acteur en moi est enclin à voir cela comme un geste dramatique et désespéré, » a observé Stewart avec une tristesse manifeste depuis longtemps.

Il a également appris que son père était membre de la police régimentaire, ce qui lui semblait tout à fait logique. Ils étaient puissants, redoutés, intimidants et incroyablement craints : « Tout cela se fond avec une image avec laquelle, par expérience directe, je suis très familier, » a déclaré Stewart. Après avoir quitté le service et épousé la mère de Stewart, Alfred a été rappelé pendant la Seconde Guerre mondiale. Il faisait partie d’un bataillon envoyé en France avant l’invasion allemande, chargé de construire des infrastructures, en particulier des voies ferrées, essentielles à la chaîne d’approvisionnement des Alliés.

Il n’a pas rencontré son père avant l’âge de cinq ans

Patrick Stewart a grandi dans une petite maison au Yorkshire, né à peu près au moment où son père partait pour service outre-mer pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans un épisode de « Qui es-tu, Alors? » il partagea qu’il ne fit la connaissance de son père qu’à l’âge de cinq ans. L’aîné Alfred revenait tout juste du champ de bataille, et ce ne fut pas une expérience agréable, transformant complètement la vie de Stewart.

Stewart évoqua sa vie avec sa mère : « Je pense que j’ai été choyé, gâté, choyé, aimé pendant ces cinq années. Tout cela a changé radicalement quand cet homme est apparu dans la maison. » Il a été franc sur le fait que, bien qu’il ne se rappelle pas que son père l’ait jamais frappé, il était incroyablement violent envers sa mère… et il se souvient de ne jamais vraiment avoir compris pourquoi.

Stewart a écrit un jour pour The Guardian : « Un camarade soldat m’a dit un jour : ‘Quand ton père marche sur le terrain de parade, les oiseaux dans les arbres arrêtent de chanter,' », et ce qu’il a appris dans « Qui es-tu, Alors? » lui a permis de mettre certaines choses en perspective. Un article de journal révéla que le service militaire de son père — qui incluait de rester sur les plages de Dunkerque et d’être parmi les derniers évacués de la plage avant la chute de Cherbourg — l’avait laissé souffrant de ce qu’on appelait à l’époque un choc traumatique. Stewart a dit que soudain, tout s’emboîtait en place.

Engagement envers les œuvres caritatives en lien avec la violence domestique

En 2018, Patrick Stewart a participé à une table ronde aux côtés de Luke et Ryan Hart, orchestrée par l’association Refuge, sur le thème de la violence domestique. Cette cause revêtait une dimension profondément personnelle : les frères Hart ont tragiquement perdu leur mère et leur sœur, abattues par leur père avant qu’il ne se suicide, une situation que Stewart a évoquée en rappelant son enfance marquée par la peur de son père… certaines fois.

Dans un article pour The Guardian, Stewart a partagé que durant la semaine, son père était un conteur charmant et travailleur, mais dès son retour du pub le week-end, c’était une tout autre histoire. Il raconte comment il tendait l’oreille pour entendre la mélodie lorsqu’il s’approchait dans la rue. « Certaines chansons étaient rassurantes », a-t-il écrit. « … Mais les chants militaires n’étaient pas bon signe. Et le pire était le silence. Quand je n’entendais que des pas, c’était le signal d’être sur le qui-vive. »

Ce qui s’ensuivait invariablement était une violence terrifiante qui parfois cessait seulement après l’intervention d’une ambulance ou des forces de l’ordre. Même après ces événements, Stewart a affirmé que la police intervenante blâmait souvent la famille, affirmant implicitement que la victime avait dû commettre une erreur justifiant les violences subies. « Personne ne venait aider. Aucun adulte ne prenait les choses en main. J’avais besoin que quelqu’un d’autre prenne le relais, me dise que tout irait bien et que ce n’était pas de ma faute. Je voulais que la colère parte, et quand elle persistait, je me sentais responsable. »

Ses réflexions sur les bienfaits et les peurs liés à la thérapie

Patrick Stewart s’est montré franc quant aux avantages et aux craintes associés à la thérapie. Dans une entrevue avec The Guardian, il a partagé des souvenirs troublants de sa jeunesse marquée par la violence, allant jusqu’à évoquer que son frère lui avait suggéré que la mort de leur mère avant celle de leur père était peut-être de sa faute. En 2023, à l’âge de 82 ans, Stewart exprimait le désir de discuter avec son père, après des décennies de thérapie, pour enfin entamer un dialogue apaisant.

L’acteur a également abordé ses angoisses quant à une éventuelle propension à la violence héritée de son père, une peur omniprésente qu’il avait intériorisée. Cette appréhension était symbolisée par une photo sur son bureau, celle de son rôle de Leontes dans « A Winter’s Tale » en 1981, qu’il avait initialement refusé à cause de la nécessité de jouer la colère, émotion qu’il n’osait affronter.

À 80 ans, lors d’une interview avec The Telegraph, Stewart confiait que malgré ses séances de thérapie hebdomadaires, il continuait à chercher des réponses sur la violence qui avait marqué son enfance. Reconnaissant que ce chemin n’était pas aisé, il partageait ses premières inquiétudes concernant la thérapie dans une publication de Gentleman’s Journal, où il exprimait la crainte de perdre ce qui faisait de lui un acteur talentueux. Finalement, il réalisa que ce processus thérapeutique ouvrait de nouvelles perspectives, révélant ainsi des démons intérieurs inexplorés.

Patrick Stewart assis dans un fauteuil confortable
Crédit image : Cindy Ord/Getty Images

Le moment où il a su qu’il était chez lui

Parfois, le traitement des traumatismes implique l’utilisation des outils disponibles sur le moment, et pendant longtemps, Patrick Stewart a utilisé l’art dramatique et le théâtre comme moyen de faire face à ce qui s’était passé autour de lui durant son enfance. Il a confié au Guardian que c’était une échappatoire à un monde très réel et très sombre à la maison. Il se souvient de la première fois qu’il a lu pour « Le Marchand de Venise », en disant : « Je ne pouvais même pas prononcer certains mots. [Mais] j’ai échappé. Et mon rêve est devenu plus un rêve. Non seulement d’avoir une vie différente. Mais, pendant les quelques minutes passées sur scène, de réellement la vivre. »

Stewart a déclaré au Yorkshire Post qu’il attribue célèbrement à son professeur d’anglais, Cecil Dormand, la découverte de ses talents de jeune acteur, mais même avant de s’épanouir en tant qu’acteur, il savait que la scène était sa place.

Fraîchement sorti de l’école de théâtre, il a obtenu un emploi d’assistant metteur en scène au Lincoln Repertory Theatre, et dans ses mémoires, « Making It So » (via NPR), il a écrit un passage sur l’importance de cette expérience. Il évoque le fait d’être toujours le dernier à quitter le théâtre chaque nuit, de laisser une seule lumière allumée au-dessus de la scène – selon la tradition – et a ajouté : « Je faisais désormais partie de tout cela. En effet, j’avais des responsabilités à assumer, même en tant qu’humble assistant metteur en scène. Je me suis dit, ‘C’est maintenant chez moi’. »

Patrick Stewart et Ian McKellan chantant sur scène
Crédit: J. Countess/Getty Images

La frontière subtile entre la colère réelle et le jeu d’acteur

Patrick Stewart s’est montré incroyablement franc concernant les sévices que sa mère a subis aux mains de son père, révélant au Telegraph que la violence n’était pas le seul aspect avec lequel il devait composer : « Savoir que vous étiez entouré de personnes conscientes de l’horreur m’a marqué, et c’est pourquoi je n’en ai jamais parlé. »

Il raconte que cela a perduré jusqu’à ce qu’il soit assez âgé – et suffisamment imposant physiquement – pour y mettre fin lui-même… du moins, tant qu’il était à la maison. Après avoir passé du temps à l’école à s’entraîner comme boxeur, il a déclaré : « Je l’ai prévenu que s’il lui arrivait quelque chose, il en subirait les conséquences. Il a bien compris le message. Le fait qu’un fils s’oppose ainsi à son père a créé des sentiments complexes. Il était juste devenu trop vieux pour être un combattant. » Il a également exprimé la peur que la même colère présente chez son père soit en lui aussi.

Il a exploité cela, puisant à la fois dans la résistance de son père et dans la gentillesse de sa mère pour l’un de ses rôles les plus célèbres. Dans une interview avec Wired, un extrait de ses mémoires a été cité : « J’ai puisé les tendances sévères et intimidantes de Picard [de son père]. Mais j’aime penser que ma mère est également présente dans le capitaine, dans ses moments de chaleur et de sensibilité. »

Une courbe d’apprentissage monumentale au début de Star Trek: TNG

Le métier d’acteur, c’est avant tout jouer la comédie, n’est-ce pas ? Pas forcément, du moins selon ce qu’a écrit Patrick Stewart dans ses mémoires, « Making It So » (via The Hollywood Reporter). Passer de la scène à un plateau de télévision a été un ajustement qui a nécessité l’intervention de certains de ses camarades de casting pour harmoniser le tout.

Les erreurs dignes de scènes ratées n’ont pas seulement agacé Patrick Stewart, mais elles ont aussi heurté sa rigueur issue de sa formation théâtrale — où, après tout, les performances étaient en direct, sans possibilité de reprises, et où il fallait réussir du premier coup à chaque fois. « Sur le plateau de TNG, j’étais irrité par le comportement de mes collègues, et c’est là que j’ai convoqué cette réunion où j’ai sermonné le casting pour leur inattention et ai répondu au commentaire de Denise Crosby, ‘Nous devons parfois nous amuser, Patrick’, en disant ‘Nous ne sommes pas là pour nous amuser, Denise’. » Et cela aurait pu être la fin tout de suite, car tout le monde a trouvé cela absolument hilarant… sauf bien sûr Stewart, qui est sorti furieux.

Jonathan Frakes et Brent Spiner ont dû l’emmener à l’écart pour le convaincre de se plier à la mentalité du plateau de télévision, lui rappelant qu’ils n’étaient pas sur une scène londonienne. En plus de devoir s’adapter à une culture quotidienne différente, ils lui ont gentiment fait remarquer qu’il n’allait pas se faire des amis en adoptant une attitude digne de King Lear… et Stewart a admis, « J’ai échoué à lire l’atmosphère ambiante. »

Sur la calvitie précoce

De nombreuses personnes adoptent volontairement le look chauve, mais selon ce que Patrick Stewart a écrit dans ses mémoires, « Making It So » (via Insider), l’une de ses caractéristiques les plus distinctives n’était pas un choix. À 17 ans, il a remarqué que ses cheveux foncés et épais commençaient à s’atténuer, et il a vite ressenti le fort désir de consulter la clinique capillaire qu’il croisait régulièrement. Il a gagné l’argent nécessaire en travaillant comme maçon pendant trois semaines, s’est rendu à la clinique, pour se rendre compte que cela ne servait à rien. Complètement chauve sur le dessus à 19 ans, il a opté pour la coiffure en peigne… jusqu’à ce que des amis plus âgés et plus sages lui enseignent une leçon essentielle.

Un jour, sur le plateau de l’émission de la BBC « Parkinson », il a révélé qu’un ami de l’école de théâtre l’avait invité à déjeuner. Après un repas et une bouteille de vin, l’ami – ceinture noire de judo – a bloqué ses bras dans le dos pendant que sa femme lui coupait la coiffure en peigne. Une fois terminé, il dit à Stewart : « Désormais, sois toi-même. Plus de cachotteries. »

Stewart a également partagé une touchante anecdote sur Gene Roddenberry abordant la calvitie de Picard. Lorsqu’on lui demanda pourquoi un capitaine de vaisseau spatial du futur serait chauve alors que cela aurait sûrement été guéri à cette époque, Stewart expliqua : « Et Gene Roddenberry a répondu : ‘Non, au 24ème siècle, cela n’aura plus d’importance.' ». Stewart ajouta : « C’est l’une des plus belles choses qui aient jamais été dites sur des hommes comme moi. »

Il a complètement changé sa façon de parler

Tous les célèbres ont des voix reconnaissables à un certain niveau, mais la voix de Patrick Stewart est véritablement emblématique – avouons-le, elle rend « American Dad » encore meilleur. Pourtant, il s’avère que la voix de scène et la vraie voix de Stewart n’ont presque rien en commun, et selon ce qu’il a confié à The Irish Times, c’est le résultat d’un travail acharné.

« Je n’avais pas juste un accent », a-t-il déclaré. « Je parlais le dialecte du Yorkshire. Si je me rendais chez un ami, je dirais : ‘Is thoo cimun’ oot tee lark?’ C’est en fait : ‘Are you coming out to play?’ C’est du dialecte. » Il a expliqué un peu plus dans une interview avec Wired, en disant qu’alors qu’un accent comprend des inflexions différentes, un dialecte est constitué de mots différents – et lorsque qu’il bascule vers sa langue maternelle, pour ainsi dire, eh bien… des sous-titres étaient nécessaires.

Stewart raconte qu’à partir de l’âge de 12 ans, il a travaillé pour ne pas se débarrasser complètement de l’influence du Yorkshire, mais au moins pour pouvoir la cacher très, très bien. Il a suivi des cours de diction et de prononciation (aux côtés du parfois surréaliste Brian Blessed) et a déclaré : « Je devais faire attention à ne pas tout mélanger. On m’aurait tapé sur la tête si je parlais comme un aristocrate avec mes amis. » Et il affirme que le dialecte du Yorkshire lui est toujours naturel : lorsqu’il parle à ses amis et sa famille chez lui, c’est Yorkshire toute la journée. « Ma femme dit que je deviens presque immédiatement incompréhensible! »

Passionné par le paranormal

Être acteur de théâtre amène souvent une dose de superstition, mais croire au paranormal ? Pour Patrick Stewart, c’est une certitude. Dans un documentaire de Sky Arts, Stewart et son ami de longue date Ian McKellen ont évoqué un incident survenu lors d’une représentation de « Waiting for Godot ». Stewart a raconté à McKellen, professionnel inébranlable, qu’il avait été perturbé par la vision d’un fantôme sur scène, durant l’Acte Un.

Patrick Stewart on stage talking
Amanda Edwards/Getty Images

Ce n’était pas n’importe quel fantôme ; Stewart et McKellen sont convaincus que Stewart a vu l’apparition de John Baldwin Buckstone. En plus d’être un bon ami de Charles Dickens, Buckstone était le directeur de théâtre et l’instigateur des premières représentations en matinée. Stewart a également vécu des expériences paranormales en dehors des planches. Dans son autobiographie « Making It So », il relate l’achat d’une maison déjà habitée à Los Angeles qu’il jugeait hantée. Les phénomènes inexplicables étaient monnaie courante : bruits de pas et voix dans des pièces vides, changements de température soudains, livres qui volent des étagères. Vivre dans une maison hantée ? « Cela devenait gênant », confie-t-il.

Quelle est la vraie histoire derrière la photo virale de la pizza ?

Patrick Stewart avait 72 ans lorsqu’il a tweeté une photo qui est devenue virale pour une raison assez surprenante. On le voyait en train de manger une part de pizza, l’air un peu patraque et fatigué, qu’il a légendée « Ma toute première part de pizza ». C’est à ce moment que le monde s’est demandé : « Attendez, quoi ?! »

Des médias ont été choqués de découvrir qu’il n’avait apparemment jamais mangé de pizza auparavant, et le New York Intelligencer l’a contacté pour rectifier les faits. Il a trouvé cela hilarant et a précisé : « Les gens ont mal compris. Il y avait une idée fausse selon laquelle j’aurais mangé ma toute première pizza, mais en fait, comment est-ce possible ? J’aurais dû rester enfermé dans une cave. Mais néanmoins, c’était ma première ‘part’ de pizza, que je ne mangeais que parce que ma fiancée et moi étions un peu malades hier matin… »

Il a cependant admis avoir d’abord essayé la méthode couteau-fourchette avant de réaliser rapidement que c’était tout à fait faux. Il a également avoué qu’en grandissant, il n’avait pas beaucoup été exposé à la pizza. C’était une telle gourmandise, en fait, qu’il n’avait pas tout à fait compris les paroles de « That’s Amore » de Dean Martin et pensait qu’il chantait « Un morceau de tarte ». « J’avais en fait la vingtaine quand j’ai vu une pizza pour la première fois », a-t-il admis.

Ses plus grands regrets

Il est une triste réalité que personne n’échappe aux regrets dans la vie, et cela s’applique aussi à Patrick Stewart. En 2023, juste après avoir terminé l’écriture rétrospective de sa vie avec ses mémoires intitulées « Making It So », lors d’une interview avec CBS, il a avoué que ses plus grands regrets étaient liés à ses mariages ratés. (Son premier mariage battait de l’aile et s’acheva définitivement après une liaison avec sa partenaire de « Star Trek », Jennifer Hetrick, tandis que la fin du second, avec Wendy Neuss, intervint lorsqu’il se rapprocha de l’actrice bien plus jeune, Lisa Dillion.)

La fin de son premier mariage a considérablement affecté sa relation avec ses enfants. Dans une interview avec The Guardian, il a évoqué ses enfants issus de son premier mariage avec des mots poignants. « C’est très triste. J’aime mes enfants. Mais nos relations, cela n’a pas fonctionné. » Ils ont eu du mal à accepter sa liaison, a-t-il dit, qualifiant la situation de « travail en cours. »

En ce qui concerne sa carrière professionnelle, il y a aussi des regrets. Dans une interview accordée à The Hollywood Reporter, bien qu’il ait exprimé sa gratitude pour la profondeur émotionnelle qu’il a pu explorer dans « Star Trek: Picard », il a déclaré : « Mon seul regret est que, une fois que Jean-Luc a révélé ces faits cachés sur son enfance, j’aurais presque souhaité pouvoir le remettre immédiatement sur le pont de l’Enterprise pour voir l’impact de cette révélation sur lui. Mais nous ne pouvions pas le faire. »

Découvrez le rôle surprenant qui a eu le plus profond impact sur lui

Patrick Stewart n’a enregistré qu’un livre audio : ses propres mémoires. Selon ce qu’il a confié au New York Times, « C’était mon premier, et je soupçonne dernier, livre audio. » Il a qualifié l’expérience d’épuisante, mais lorsqu’on lui demandait quels rôles l’avaient le plus profondément influencé, sa réponse était assez surprenante : il a cité son interprétation de Macbeth, laquelle s’étala sur une année complète.

Il expliqua : « Ce rôle m’a tellement habité qu’il a dominé ma vie à l’époque et m’a poussé à trop boire d’alcool après la représentation. Aucun autre rôle n’a eu sur moi un impact aussi profond. »

Dans une interview accordée à The Guardian, il ajouta que la série de représentations de 2007-2008 était si épuisante que « jouer cette pièce a exigé tout ce que j’avais. » Non seulement il consommait trop d’alcool, mais il s’évanouissait, se réveillait terriblement souffrant de la gueule de bois, et devait se remotiver pour se rendre compte qu’il devait remonter sur scène ce soir-là. Ce fut une expérience révélatrice où il a réalisé: « Tout doit compter ; ce n’est plus juste du plaisir. »

Une des plus grandes compliments qu’il reçoit

En 2023, Patrick Stewart a abordé le sujet de la sexualité lors d’une conversation avec Wired. Il a expliqué qu’étant dans le milieu théâtral, il avait toujours été entouré de membres de la communauté LGBTQ+, déclarant : « J’adorais ces personnes, et lorsque nous sommes arrivés à Sydney, j’ai emménagé dans une maison avec trois hommes gays. Leur gentillesse, leur générosité, leur humour et leur engagement envers leur travail m’ont tellement impressionné que je suis tombé amoureux d’eux. Je suis tombé amoureux de l’homme qui a marié Sunny et moi, Ian McKellen. » Lorsqu’on lui a fait remarquer par l’intervieweur qu’il pensait depuis toujours que Stewart était gay, ce dernier a répondu : « Je prends avec gratitude et une certaine fierté votre évaluation de ma sexualité. »

Il a également parlé à Advocate du sujet, affirmant que l’idée de soutenir la communauté lui semblait toujours un peu bizarre, car « c’était toujours un choix naturel et simple. » C’est après que son amitié avec McKellen se soit solidifiée qu’il a dit être heureux de participer aux défilés et de montrer son soutien – ce qui rend étrange le fait qu’il ait été pris dans une polémique importante concernant une position particulière.

En 2015, il est apparu sur BBC Newsnight pour aborder la question d’une boulangerie en Irlande du Nord qui avait refusé de réaliser un gâteau de mariage pour un couple gay, invoquant leurs croyances. Stewart était du côté de la boulangerie : Pourquoi ? Parce qu’ils trouvaient l’inscription demandée offensante, et Stewart a affirmé que chacun avait le droit à ses croyances.

Son personnage dans Green Room s’inspire d’une rencontre terrifiante dans la vie réelle

Dans une interview avec BuzzFeed, Stewart a révélé qu’il y avait deux choses derrière sa décision de jouer le rôle du chef de gang suprémaciste blanc dans « Green Room », et cela a commencé par l’une de ses plus grandes peurs. « Je pense que la plupart de ma vie, … ce dont j’avais peur, c’était de me retrouver dans une situation avec d’autres individus que je considérerais comme dangereux et avec lesquels je ne pourrais pas raisonner », a-t-il partagé.

Dans le film, Stewart incarne bien sûr l’individu avec qui la raison ne fonctionne pas, et bien qu’il ait initialement nié avoir jamais été dans une situation similaire, il se rappelle alors d’une rencontre qu’il a eue en tant que jeune adulte en Angleterre.

Il s’était lié d’amitié avec un écrivain local au passé trouble, quelqu’un qu’il a décrit comme ayant « une propension à la violence ». En fait, cet homme avait déjà purgé une peine de prison pour « coups et blessures graves », et Stewart a pu observer cette propension de près. Ils étaient sortis boire un soir quand l’homme l’avait coincé dans les toilettes et sorti un couteau. « Je ne l’ai pas reconnu. Son visage était différent. … J’étais certain que quelque chose de vraiment grave allait se passer, et qu’il me voulait du mal. » Stewart a réussi à le raisonner pour ne pas utiliser le couteau et a déclaré qu’il n’avait pas rompu avec l’homme, mais qu’il était très, très prudent en sa présence.

Engagement pour le droit à mourir dignement

En 2019, Patrick Stewart a abordé un sujet poignant qui lui tenait particulièrement à cœur lors d’une apparition à l’émission This Morning : la légalisation de l’aide médicale à mourir. Il s’agit du droit pour une personne atteinte d’une maladie incurable de choisir de mettre fin à sa vie. Stewart s’est engagé dans ce mouvement pour introduire une législation légalisant cette pratique après avoir été témoin de la souffrance d’un ami proche.

Il a raconté l’histoire d’un ami anonyme dont la femme avait reçu un diagnostic de cancer en phase terminale, la plongeant dans une douleur constante et insupportable. Après avoir tenté de se suicider par overdose de médicaments, elle fut hospitalisée et renvoyée chez elle. Stewart a révélé qu’elle avait demandé à son mari de sortir promener leur chien, et à son retour, il découvrit qu’elle lui avait demandé de partir pour pouvoir mettre fin à ses jours. Il a décrit cette scène comme « un moyen tragique, douloureux et misérable de mourir, et un choc pour son mari de découvrir qu’elle était décédée ainsi. »

Depuis cet événement, Stewart est devenu un partisan de l’organisation britannique Dignity in Dying, affirmant que le choix de mourir devrait être un droit fondamental lorsque confronté à un diagnostic terminal. Il a exprimé ses convictions dans le quotidien britannique Independent, déclarant : « Les personnes en fin de vie ne devraient pas être contraintes de prendre des mesures extrêmes, de voyager dans un autre pays pour mettre fin à leurs jours. Elles devraient avoir le choix de mourir chez elles, selon leurs propres termes. »

Les tensions inattendues dans le monde de Patrick Stewart

Tout le monde aime Patrick Stewart, n’est-ce pas ? Oui, en général. Mais y a-t-il quelqu’un avec qui il ne s’entend pas ? En fait, oui. Pour commencer, il évoque le pauvre et souvent critiqué Wesley Crusher, exprimant dans ses mémoires (via The Hollywood Reporter) un certain malaise envers un personnage qu’il qualifie de « trop artificiel ». Il admet également avoir réalisé bien plus tard qu’il n’avait pas spécialement apprécié Wil Wheaton à cause de la jalousie : « Durant ces premières semaines, j’aurais aimé avoir la confiance de Wil », écrit-il.

En passant à « Star Trek: Nemesis », Stewart a écrit qu’il n’était pas vraiment fan du film, ni de Tom Hardy. Il a déclaré (via Insider) que Hardy était « un jeune homme étrange et solitaire de Londres », ajoutant : « Tom ne s’engageait avec aucun d’entre nous socialement. Il ne disait jamais bonjour, ni bonne nuit, et passait les heures où il n’était pas nécessaire sur le plateau dans sa caravane avec sa petite amie. »

Stewart mentionne qu’il a été heureux de se tromper en prédisant que Hardy ne serait plus jamais casté dans quoi que ce soit, mais selon ce qu’il a confié au Guardian, son ressentiment envers Gregory Peck semble être un peu plus tenace. Interrogé sur sa plus grande déception, il a révélé que c’était lorsque sa performance en tant que Capitaine Achab dans « Moby Dick » n’a pas été reconnue par Peck dans son discours aux Golden Globes. Peck a remporté le prix du Meilleur Acteur de Soutien, et Stewart ressent toujours la snob des années plus tard.

Passion pour l’art

En 2017, l’artiste écossais Frank To a partagé une anecdote insolite avec la BBC : l’année précédente, Patrick Stewart l’avait contacté pour devenir son professeur particulier d’art. Cette rencontre n’était pas tout à fait fortuite. En effet, étant ancien élève de Huddersfield, dont Stewart était le vice-chancelier, et grand amateur d’art, ce dernier avait assisté à l’exposition de fin d’études de Frank To à Glasgow.

Environ un an plus tard, Stewart a sollicité des leçons d’art à To, expliquant : « Quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois, Patrick venait de subir une opération cardiaque tandis que j’étais passé du diplôme au master, puis au chômage. C’était une période étrange et déconcertante pour nous deux, mais nous avons découvert que nous avions beaucoup en commun. » Apparemment, Stewart a mis à profit certaines de ses leçons, influençant peut-être même le choix des couleurs dans le film « Logan » : « Je pense qu’il a pu intervenir dans le nouveau film ‘Logan’, car je reconnais les palettes de couleurs dans les scènes, voire même dans ce qu’il porte. »

Patrick Stewart a toujours été fasciné par l’art. Dans une interview accordée au Radio Times, il a partagé un fait tout à fait charmant : sa passion l’a conduit à un passe-temps particulier, les puzzles. Où qu’il soit, il est généralement en train d’en assembler un, souvent représentant une œuvre d’art. Quel est l’attrait ? « Cela vous permet vraiment d’observer la peinture et ses détails, cela vous apprend beaucoup. »

Surmonter la douleur et les mauvais souvenirs

Lorsque ses mémoires ont finalement été publiées en 2023, Patrick Stewart s’est montré assez sincère non seulement dans les pages du livre, mais aussi lorsqu’il était temps d’en parler à l’Associated Press. Il se souvient combien il avait trouvé surprenamment facile de revisiter les années passées, décrivant le processus comme étrangement thérapeutique. Même s’il a affirmé que l’écriture lui avait apporté « certains des jours les plus heureux de ma vie », il reconnaît qu’il y a aussi eu des larmes.

Et cela n’est pas entièrement surprenant, surtout compte tenu du fait qu’une grande partie de ses mémoires traitait des traumatismes de son enfance avec lesquels il essayait toujours de composer. Cependant, il a également partagé (via Gentleman’s Journal) comment il tentait d’apprendre quelque chose de chaque expérience de la vie, même des plus douloureuses. Et honnêtement ? C’est une perspective formidable.

« Parce qu’il y a cette chose appelée ‘mémoire sensorielle’, » a-t-il partagé, prenant pour exemple la procédure incroyablement douloureuse consistant à recevoir plusieurs injections pour traiter son arthrite. « Je me répétais : ‘Rappelle-toi ce que ressent une douleur comme celle-ci – que te fait-elle, qu’arrive-t-il à ta respiration, qu’arrive-t-il à ta peau;’ … Aucune expérience n’est une perte de temps. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *