Ce que tout le monde se trompe sur Saint Georges, Martyr et Dragon

Ce que tout le monde se trompe sur Saint Georges, Martyr et Dragon

Saint George, saint patron de l'Angleterre, aurait-il vraiment affronté un dragon? Découvrez ce que tout le monde se trompe sur lui dans cet article de blog sur le voyage.

Histoire

Un dragon réclame un tribut à un village pauvre et affligé. D’abord, la créature exige leur bétail, puis elle réclame un sacrifice humain, sous la menace de empoisonner tout le village de son souffle toxique. Les victimes sont tirées au sort, jusqu’à ce que la fille du roi doive passer son tour. Alors qu’elle se rend à la tanière du dragon, un chevalier intrépide la croise, entend son histoire, et promet de débarrasser le village de son fléau. Monté sur son cheval, il affronte le dragon, le transperce enfin avec sa lance fidèle. Le chevalier ramène le dragon au village, où il lui coupe la tête, distribue sa récompense aux pauvres, et apporte le christianisme au peuple soulagé.

C’est probablement l’histoire la plus célèbre de Saint Georges, un combat archétypal entre l’homme et le dragon. Cette histoire a été commémorée dans l’art et la sculpture médiévaux et de la Renaissance. Et depuis le XIVe siècle, George est le saint patron de l’Angleterre. Sa croix rouge sur fond blanc est le drapeau du pays. La chapelle où de nombreux rois et reines de Grande-Bretagne sont enterrés porte son nom. Et il y a eu une tentative, non sans controverse, de faire du jour de la Saint Georges un jour férié en Angleterre, à l’image de la Saint-Patrick en Irlande.

Que Saint Georges soit si fortement associé à l’Angleterre est cependant une évolution surprenante de sa légende. Une grande partie de l’iconographie célèbre autour de George s’est éloignée de ce que nous savons de lui, en commençant par son pays d’origine. Voici quelques éléments que vous avez probablement mal compris à propos de George de Lydda.

Histoire de Saint Georges : un personnage méconnu

Saint Georges n’était pas anglais et n’a jamais visité l’Angleterre. Les légendes entourant sa figure occupent une place prépondérante dans notre conscience collective, bien plus que les faits avérés de sa vie. En réalité, nous savons très peu de choses sur George, et il n’est même pas possible de confirmer totalement son existence (bien que des archives et des traditions datant peu de temps après sa mort présumée en 303 après J.-C. indiquent qu’il a bel et bien existé).

Cependant, une certitude demeure : George n’était pas un Anglais. Il serait probablement né dans ce qui est aujourd’hui la Turquie, probablement en Cappadoce, et aurait été de nationalité grecque et fortuné. Sa mère serait une Palestinienne d’origine grecque, et selon une tradition, elle aurait emmené son fils dans son pays natal après la mort de son père. C’est en Palestine qu’il aurait trouvé la mort. Il a peut-être voyagé durant sa vie, mais il est extrêmement peu probable que George ait jamais mis les pieds aussi au nord ou à l’ouest que l’Angleterre.

Il n’est cependant pas nécessaire qu’un saint patron d’un pays soit originaire de celui-ci ; il doit simplement incarner des idéaux auxquels une nation aspire. Venise, le Portugal, la Catalogne, Gênes et l’Éthiopie ont tous Saint Georges comme saint patron. Les Anglais le vénéraient dès le VIIIe siècle, et Richard Cœur de Lion invoquait la protection de Saint Georges pendant les Croisades. Lorsque Edouard III a fondé l’Ordre de la Jarretière sous le patronage de George, celui-ci est devenu associé à une image idéale de royauté promue par Edouard, et son lien avec l’Angleterre perdure à travers les siècles.

La relation complexe entre les Anglais et Saint Georges

La renommée de Saint Georges auprès des rois médiévaux d’Angleterre était étroitement liée à la chevalerie et à l’héroïsme. Cependant, la Réforme apporta un bouleversement majeur dans la pensée religieuse en Europe, incluant l’Angleterre. Sous la dynastie des Tudors, de nombreux jours saints furent supprimés, dont la fête de Saint Georges. En parallèle, l’hostilité anti-catholique grandissante ternit l’image de George, certains livres allant jusqu’à le déclarer hérétique et meurtrier, tandis que d’autres le rejetaient pour son association aux Croisades.

Pourtant, le culte de Saint Georges survécut. Son drapeau fut le seul à subsister malgré les réformes du Livre de la Prière sous le règne d’Edward VI, et sa légende retrouva une popularité renouvelée auprès de la royauté et de la noblesse. En partie, cela s’explique par un changement de perception de George, passant d’une figure religieuse catholique à une figure nominativement protestante mais largement séculaire. Cette transformation d’image fut façonnée à travers la légende du roi Arthur ; les Tudors s’appuyèrent fortement sur le folklore arthurien pour construire leur propre image et revendiquèrent même une descendance de ce dernier. L’allégorie élisabéthaine « La Reine des fées » fit de George l’incarnation de la conversion protestante à travers ses interactions avec Arthur.

Sous sa nouvelle apparence, la légende de George se développa considérablement en Angleterre sous les Tudors. C’est à cette époque que les récits de ses visites en Angleterre furent inventés. Sa fête religieuse fut rétablie en 1552, seulement quelques années après qu’elle eut été retirée du calendrier.

Saint George n’était pas un chevalier

Il va sans dire que Saint Georges n’a pas littéralement combattu un dragon. Cependant, si nous reléguons cet aspect de son histoire au domaine du mythe, nous devons également en faire de même avec l’affirmation qu’il était un chevalier. En effet, ayant vécu et péri des centaines d’années avant l’émergence des concepts de chevalerie et de chevalier tels que nous les connaissons, il ne pouvait guère être l’archétype du gentilhomme-guerrier en armure étincelante.

Mais nous pensons qu’il était un soldat. Les premiers récits de la vie de George indiquent qu’après être retourné en Palestine avec sa mère, il s’est engagé dans l’armée romaine et est devenu un officier de haut rang. Cependant, ses devoirs entraient en conflit avec sa foi ; George était né chrétien et pratiquait le christianisme à une époque où les chrétiens étaient des boucs émissaires de l’empire romain. L’empereur Dioclétien a décrété en 303 après J.-C. que tous les chrétiens servant dans l’armée romaine devaient renier leur foi ou être expulsés, et que tous les soldats devaient faire des sacrifices aux dieux de Rome.

George ne ferait ni l’un ni l’autre. Il est parfois considéré comme le martyr du « Histoire ecclésiastique » d’Eusèbe qui aurait déchiré l’édit de Dioclétien, bien que cela soit contesté par les historiens (selon l’Agence catholique de presse). Mais qu’il ait fait un tel acte d’éclat ou non, George est resté fidèle à sa foi et en a souffert. On raconte qu’il a distribué sa richesse et libéré les personnes qu’il avait réduites en esclavage avant d’être arrêté, torturé, un épisode parfois agrémenté de dépravation romaine et de visites angéliques. Selon la tradition, George a été exécuté le 23 avril à Nicomédie. Ce fut son martyre, et non la mort du dragon, qui fit de lui un héros du christianisme primitif.

La légende du dragon était une addition tardive dans l’histoire de Saint Georges

Saint Georges était certes vénéré comme un martyr par l’Église primitive, mais il est indéniable qu’un combat avec un dragon attire l’attention et fait de lui un héros plus universel. L’histoire de Georges et du dragon est ancienne, mais pas aussi ancienne que l’on pourrait le penser. Ses origines sont plutôt obscures, et ce n’est pas le seul récit mettant en scène des saints contre des monstres ; le monstre du Loch Ness en Écosse pourrait avoir ses racines dans une rencontre légendaire avec Saint Colomba. Ces récits pourraient être des adaptations de mythes anciens égyptiens et grecs, modifiés pour représenter le triomphe de l’Église sur le paganisme. Dans le cas de Saint Georges, certains pensent que le dragon était une représentation de l’empereur Dioclétien, bien que dans certaines versions de la légende, le combat du dragon et la persécution de George par l’empereur soient des épisodes distincts.

Quelle que soit son origine, l’histoire de Saint Georges et du Dragon n’est apparue que des siècles après sa mort. Une tradition d’histoires exagérées sur la vie de George remonte au VIe siècle, mais le dragon n’a été introduit que vers le Xe ou XIe siècle par l’Église orthodoxe orientale. Le récit le plus célèbre de Georges et du dragon en Occident a été rédigé par Jacques de Voragine en 1265, dans sa collection « La Légende dorée ». L’action se déroule autour de Silène, peut-être une représentation de Cyrène, en Libye, et George utilise une croix ainsi qu’une lance dans son combat contre le dragon.

Idées fausses sur Saint Georges ont alimenté les conflits culturels en Angleterre

Des siècles plus tard, l’histoire de Saint Georges a été entraînée dans les conflits culturels. Des éléments d’extrême droite se sont accrochés à la Croix de Saint Georges comme un symbole, l’invoquant tout en promouvant une rhétorique raciste – l’histoire de vie non anglaise de George n’a pas d’importance. Des appels plus bénins à George en tant que symbole de l’identité et de l’unité anglaises ont été accueillis avec mépris, cynisme, voire rejet catégorique de l’idée de fierté nationale.

Cependant, dans la riposte contre une telle appropriation, des éléments de la gauche politique ont commis leurs propres erreurs. Il est courant de voir des descriptions de George comme turc ou arabe, malgré son origine grecque probable ; les Grecs étaient présents en Cappadoce et en Palestine à l’époque où George aurait probablement été né. L’écrivain Yiannis Baboulias, qui a rapidement reconnu l’importance de George dans d’autres nations au-delà de l’Angleterre, a regretté dans The Spectator que de telles escarmouches de guerre culturelle ont transformé non seulement George – mais aussi les divers peuples auxquels il a été associé – en pions de querelles en ligne largement futiles.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌