Du Cannibale Écossais au Boucher de Drury Lane, les Inspirations Possibles pour Sweeney Todd

Du Cannibale Écossais au Boucher de Drury Lane, les Inspirations Possibles pour Sweeney Todd

Découvrez les inspirations possibles derrière Sweeney Todd, du cannibale écossais au boucher de Drury Lane. Plongez dans l'histoire sinistre de ce personnage emblématique du théâtre.

Share your love

Du Cannibale Écossais au Boucher de Drury Lane : les Possibles Inspirations de Sweeney Todd

De nos jours, l’histoire de Sweeney Todd, le barbier démoniaque de Fleet Street, est ancrée dans la culture populaire grâce à la comédie musicale de Stephen Sondheim et à son adaptation cinématographique de 2007 mettant en vedette Johnny Depp. Cependant, les racines de ce personnage sinistre s’étendent bien au-delà de la plume des créateurs de la comédie musicale. Des récits antérieurs et des personnages historiques semblent avoir influencé, ne serait-ce que partiellement, la genèse de Sweeney Todd. De la possibilité de cannibalisme à des histoires sensationnelles dans la presse du XIXe siècle, les sources d’inspiration semblent variées et intrigantes.

Une Inspiration Possible : Shakespeare et Dickens?

Les contes de Sweeney Todd et de ses exploits ont vu le jour pour la première fois sous forme de feuilleton publié dans le magazine britannique « The People’s Periodical and Family Library » entre 1846 et 1847. Cette première apparition du personnage reste entourée de mystère quant à ses origines d’inspiration. Cependant, des traces d’histoires similaires impliquant la cuisson de chair humaine dans des tourtes à la viande se retrouvent dans des œuvres antérieures. Charles Dickens, célèbre pour ses récits moraux, a intégré ce thème dans « The Pickwick Papers » et « Martin Chuzzlewit ». Cependant, il ne fut pas le premier à exploiter ce sujet, Shakespeare l’ayant déjà introduit dans sa pièce « Titus Andronicus ». Ces éminents écrivains se sont-ils basés sur des faits réels de cannibalisme ou de crimes sordides ?

Les Barbiers Meurtriers : Légendes et Réalité

Le barbier est traditionnellement un artisan de confiance, mais l’idée d’un barbier utilisant sa lame acérée pour des actes malveillants n’est pas une pure invention. Dans l’histoire, il est fait mention d’au moins un barbier ayant commis un meurtre, potentiellement à proximité de Fleet Street. De plus, il existe des récits, bien que possiblement exagérés, de barbiers ayant transformé la chair de leurs victimes en tourtes à la viande. En 1784, The Annual Register a relaté le cas d’un barbier non identifié près de Fleet Street ayant tranché la gorge d’un client dans un accès de colère, mais sans mention de cannibalisme. Par ailleurs, quelques décennies plus tard, l’archiviste français Joseph Fouché a rapporté l’histoire d’un barbier parisien qui, avec l’aide d’un boulanger complaisant, confectionnait des tourtes à la viande avec la chair de ses victimes. Bien que ces récits puissent être le fruit de l’imagination, leur diffusion dans les médias de l’époque laisse supposer une possible inspiration pour les créateurs de Sweeney Todd.

Sawney Bean, le Cannibale Écossais : Mythe ou Réalité

Le personnage d’Alexander « Sawney » Bean, bien que probablement issu de la fiction, est ancré dans les légendes des îles britanniques. L’histoire incertaine de Sawney Bean raconte qu’à partir de 1530, lui et sa femme se sont retranchés dans une grotte écossaise, donnant naissance à une descendance incestueuse qui attaquait, tuait et dévorait les voyageurs. Qualifié de « l’Homme-Mangeur d’Écosse », Bean est resté dans l’imaginaire collectif malgré les doutes sur la véracité de cette histoire. Des éléments historiques et politiques ont également alimenté la controverse autour de cette légende, jetant le doute sur sa réalité.

Le Boucher Victime d’un Scandale : Fiction et Réalité

Enfin, une autre source probable d’inspiration pour Sweeney Todd réside dans l’affaire du boucher londonien Thomas Pizzey, victime d’une diffamation orchestrée par James Catnatch au début des années 1800. Catnatch, connu pour ses récits sensationnels et souvent mensongers, publia une histoire alléguant la vente de saucisses humaines par Pizzey. Cette accusation calomnieuse faillit causer la perte du commerce de Pizzey, le contraignant à intenter un procès en diffamation. La justice anglaise conclut que le récit de Catnatch était fallacieux et condamna ce dernier pour ses actions malveillantes. Cette affaire illustre comment les récits sensationnels de l’époque pouvaient avoir des répercussions dramatiques sur la vie des personnes impliquées.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌