Ecole aux Temps Coloniaux: Surprises et Réalités Historiques

Ecole aux Temps Coloniaux: Surprises et Réalités Historiques

Plongez dans l'univers fascinant des écoles aux temps coloniaux et découvrez les surprises et réalités historiques de cette époque marquante.

Share your love

L’école aux Temps Coloniaux : Une Plongée Fascinante dans l’Histoire

Les temps coloniaux ont laissé une empreinte indélébile sur l’histoire, et l’éducation durant cette période offre un aperçu captivant des réalités de l’époque. En explorant le fonctionnement des écoles à l’époque coloniale, nous découvrons un univers riche en surprises et en nuances historiques. De la priorité accordée à l’alphabétisation à l’impact de l’Enlightenment sur le système éducatif, plongeons ensemble dans le récit de l’école pendant les temps coloniaux.

L’Importance de l’Alphabétisation dans les Colonies

Les premiers colons européens en Nouvelle-Angleterre se fixèrent pour objectif d’assurer que la grande majorité de leur communauté puisse lire. Pour les Puritains, l’alphabétisation était un devoir envers Dieu. L’obligation de lire la Bible par soi-même était au cœur de leur conviction, rejetant ainsi l’idée d’un prêtre lisant des passages bibliques à une congrégation illettrée. Pour bien faire les choses, il était essentiel de lire la Bible individuellement et de prendre en charge sa propre foi. Ainsi, les écoles se multiplièrent rapidement dans les colonies puritaines, dépassant presque toute autre structure en termes de construction.

La colonie du Massachusetts adopta en 1642 la Loi d’Assiduité Scolaire du Massachusetts, rendant obligatoire l’éducation de base pour tous les enfants. Cette loi exigeait que les familles et les maîtres d’apprentissage enseignent à leurs jeunes un métier utile, sans forcément les envoyer à une école séparée. Cependant, l’application de cette loi étant inégale, en 1647, le Massachusetts promulgua la Loi de l’Ancien Séducteur Satan, exigeant que les villes de plus de 50 foyers établissent une école et engagent un enseignant dédié.

Ces écoles étaient conçues pour inculquer la morale aux enfants, et la Bible occupait une place centrale, tant dans les foyers que dans les salles de classe.

L’Éducation et l’Indoctrination Morale

L’éducation des enfants coloniaux ne se limitait pas à l’apprentissage des bases comme savoir lire et compter. Elle visait également à les indoctriner dans un mode de vie particulier. La Loi de l’Ancien Séducteur Satan de 1647 qualifie explicitement Satan d’ennemi de la Bible et de la connaissance nécessaire pour la lire. Ainsi, pour lutter contre Satan, les colons du Massachusetts étaient chargés d’établir et de financer des écoles dans leurs communautés.

Même les plus jeunes enfants étaient impliqués dans cette démarche. Ceux apprenant à tracer leurs lettres et leurs chiffres le faisaient à l’aide d’une « hornbook », un tableau contenant une seule feuille de papier recouverte d’une fine couche transparente en corne animale. Ces textes rudimentaires, destinés aux débutants, contenaient généralement aussi la prière du Seigneur. La Bible était également un élément central dans de nombreux foyers et écoles.

Pour les élèves plus avancés, il y avait le New-England Primer, publié pour la première fois en 1688. Ce manuel diffusait non seulement dans la Nouvelle-Angleterre mais aussi dans toutes les colonies et même en Angleterre jusqu’au XIXe siècle. Son éditeur, Benjamin Harris, combinait morale et compétences en littérature, soutenues par des illustrations vives et des leçons basées sur l’alphabet, intégrant des quatrains rimés comme « Dans la chute d’Adam/Nous avons tous péché » et « Le Jugement prononcé/Félix effrayé ».

L’Impact de l’Enlightenment sur l’Éducation Coloniale

Alors que les Puritains et d’autres colons partageant leurs opinions étaient déterminés à intégrer la religion dans les salles de classe, d’autres forces intellectuelles étaient à l’œuvre dans les colonies américaines. Les idées plus séculières des Lumières étaient plus populaires dans les écoles avancées, accessibles principalement aux élites coloniales, comme les écoles de grammaire et les collèges. Au-delà de la simple moralisation des élèves, un programme d’enseignement inspiré des Lumières comprenait des cours de sciences, de raisonnement et de mathématiques avancées.

Certaines écoles proposaient même des cours de philosophie, se concentrant davantage sur l’intellect. Ce style d’éducation était plus répandu dans les colonies du Centre, juste au sud de la Nouvelle-Angleterre, et a clairement influencé certains membres clés de la future Révolution américaine, comme Benjamin Franklin.

Cependant, il était évident que ces établissements d’éducation intellectuelle étaient plus accessibles aux classes aisées, suscitant des débats sur l’utilité réelle de ce type d’enseignement pour la population générale. Certains estimaient qu’une éducation pratique devait inclure des matières favorisant la prospérité des élèves, telles que la tenue de comptes, la production et la rédaction commerciale.

La Diversité de l’Enseignement à travers les Colonies

La qualité et le type d’enseignement variaient considérablement d’une colonie à l’autre. Dans le Nord, les villes avaient la population nécessaire pour soutenir un système éducatif à deux niveaux, avec des écoles maternelles à domicile suivies d’une instruction plus avancée en salle de classe. En revanche, dans le Sud, les colons vivaient souvent dans des établissements agricoles éloignés, ne pouvant soutenir qu’un système scolaire rudimentaire, voire une éducation à domicile.

Dans certaines régions plus rurales, les familles étaient chargées d’éduquer elles-mêmes leurs enfants, sous la tutelle d’un parent ou d’un membre de la famille. Dans de nombreux cas, la mère était le premier professeur de l’enfant. Les familles fortunées se permettaient parfois d’envoyer leurs enfants étudier en Europe, même dans le Sud rural, comme ce fut le cas pour les deux aînés de George Washington. Cependant, la mort de leur père obligea George à rester en Virginie pour poursuivre son éducation de manière autodidacte.

La Formation des Enseignants : un Processus Inégal

La formation des enseignants n’était pas une priorité à l’époque coloniale. Avant que les réformateurs de l’éducation américaine ne commencent à envisager la formation des enseignants au XIXe siècle, les maîtres d’école pouvaient être des membres de la communauté prenant du temps sur leur travail régulier pour enseigner. Certains étaient des jeunes hommes brillants avec une bonne éducation, mais beaucoup préféraient des postes mieux rémunérés et plus prestigieux ailleurs, utilisant l’enseignement comme un tremplin pour établir des connexions dans la communauté.

Cela signifiait qu’un enseignant pouvait être pratiquement n’importe qui, généralement un homme, avec une éducation de base et la volonté d’assumer cette tâche. Souvent, les leçons étaient axées sur la mémorisation, les élèves copiant le travail. Si certains enseignants étaient compétents, d’autres sont passés à la postérité comme de vrais « cancres ». George Washington lui-même, qui n’a jamais fréquenté d’école formelle, avait accès à des tuteurs, des manuels scolaires, du temps et la détermination nécessaire pour poursuivre sa formation à la maison et entamer son parcours vers le commandement militaire et la présidence.

La Discipline Scolaire et la Brutalité

Contrairement à de nombreux éducateurs modernes qui sont réticents voire interdits d’utiliser des punitions corporelles, il était courant à l’époque coloniale que les enseignants fassent appel à la violence physique. Les règles d’une école de Dorchester, Massachusetts, en 1645 stipulaient que « la verge de correction est une règle de Dieu parfois nécessaire à utiliser sur les enfants. » La notion sous-jacente, surtout parmi les Puritains, était que les enfants étaient innégalement pécheurs et qu’il était nécessaire de les corriger physiquement pour forger des citoyens moralement intègres.

Il était commun de voir les enseignants utiliser une « badine » pour maintenir l’ordre en classe. Cependant, certains enseignants dépassaient largement les limites acceptables de l’époque, certains étant emprisonnés, esclaves ou criminels mineurs.

Les Écoles de « Dame » : Une Éducation Précoce pour les Enfants

Les femmes étaient largement exclues de la profession enseignante jusqu’au XIXe siècle, mais les écoles de « dame » offraient un espace où les femmes pouvaient exercer sans susciter de controverses. Souvent situées à domicile, ces écoles combinant garde d’enfants et instruction précoce en lecture et travaux ménagers pratiques étaient essentielles pour les communautés éloignées. Elles contribuaient à l’éducation des enfants en leur apprenant l’alphabet et d’autres rudiments académiques.

L’Éducation des Enfants Esclaves

La question de l’éducation des esclaves aux colonies était source de tensions. Alors que quelques colons pensaient que l’enseignement des esclaves pourrait déclencher des révoltes organisées, d’autres estimaient qu’il était de leur devoir de les instruire, souvent pour les convertir au christianisme. Les lois interdisant l’enseignement de la lecture aux esclaves étaient fréquentes dans le Sud, soulignant les inégalités d’accès à l’éducation à l’époque coloniale.

Les Écoles de Grammaire et l’Éducation Élitiste

Si un enfant colonial réussissait l’enseignement de base et si sa famille avait les moyens, il pouvait accéder à une école de grammaire. Ces institutions étaient réservées aux fils de familles aisées, l’admission étant fermée aux filles. Les écoles de grammaire préparaient les élèves à l’université, exigeant une solide connaissance du latin et du grec.

L’Impact du Genre sur l’Éducation Coloniale

Malgré l’essor des écoles et la propagation des idéaux des Lumières, l’éducation restait majoritairement réservée aux garçons. Les filles apprenaient à lire et à écrire, mais leur instruction était souvent limitée en vue de leur futur rôle de ménagère. L’accès à l’éducation était donc largement réservé aux garçons, une inégalité dénoncée par certaines figures éminentes de l’époque.

L’Éducation des Peuples Autochtones

Les tentatives de colonisateurs européens pour éduquer les autochtones s’inscrivaient dans une volonté de les intégrer au mode de vie colonial. Certains établissements étaient destinés aux enfants autochtones, avec des objectifs d’acculturation importante, mais ces efforts étaient souvent teintés de paternalisme et de préjugés tendant à justifier la domination coloniale.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌