La Vérité Cachée du Sentier de l'Oregon au XIXe Siècle

La Vérité Cachée du Sentier de l’Oregon au XIXe Siècle

Quels étaient les vrais défis du Sentier de l'Oregon au XIXe siècle Découvrez les complexités et les histoires méconnues de ce voyage emblématique vers l'Ouest.
Lorsqu’on parle des mythes américains, peu de noms brillent avec une telle aura de gloire que ces deux mots simples : « Sentier de l’Oregon. » Pendant le milieu à la fin du XIXe siècle, ce chemin historique, qui s’étendait sur plus de 3 000 kilomètres entre Independence, Missouri, et Oregon City, offrait aux courageux voyageurs la chance de commencer un nouveau chapitre dans leur vie. C’était l’opportunité tant attendue par beaucoup. L’or en Californie, des terres « gratuites » en Oregon, la possibilité d’échapper aux bouleversements politiques et aux récessions économiques qui secouaient l’Est… les perspectives qu’offrait ce voyage vers l’ouest étaient infinies.

Des siècles plus tard, on comprend facilement comment le Sentier de l’Oregon est devenu un élément si romantisé de l’histoire américaine. Les représentations incessantes et souvent inexactes d’Hollywood sur le Vieux-Ouest n’ont pas toujours dessiné les tableaux les plus fidèles de cette période, et le célèbre jeu vidéo « The Oregon Trail » n’était pas exactement un excellent professeur non plus.

En fin de compte, oui, le Sentier de l’Oregon symbolisait une période de transformation dans l’histoire américaine. Mais en ce qui concerne les 3 000 kilomètres de trek en eux-mêmes, il y a certaines vérités cachées qui méritent d’être révélées.

Le Sentier de l’Oregon : une pièce d’un puzzle plus vaste

Traverser le Sentier de l’Oregon ne signifiait pas forcément que la destination finale était l’Oregon. Ceux qui se dirigeaient vers l’ouest avaient plusieurs lieux de prédilection en tête. Après tout, la Californie était censée regorger d’or ; en 1848, des milliers d’Américains espéraient atteindre une richesse ultime en se dirigeant vers cet État en devenir. Les colons se rendant en Californie suivaient le Sentier de l’Oregon jusqu’à atteindre l’Idaho. De là, ils devaient affronter les déserts brûlants du Nevada et ses montagnes difficiles à franchir.

Un grand nombre de voyageurs mormons cherchaient refuge contre la persécution religieuse et utilisaient également le Sentier de l’Oregon, mais seulement après avoir atteint Fort Laramie, dans le Wyoming. Les pionniers mormons préféraient souvent rester au nord de la rivière Platte pour éviter la concurrence et les confrontations avec les voyageurs non-mormons. Depuis Fort Laramie, ils parcouraient près de 400 miles sur le Sentier de l’Oregon avant d’entamer la dernière étape de leur voyage : 116 miles de terrain montagneux difficile menant finalement à l’Utah.

Dans l’ensemble, les sentiers de l’Oregon, de la Californie et des Mormons (entre autres) faisaient partie d’un réseau d’émigration plus vaste, créant plusieurs itinéraires « gérables » vers l’ouest. Il ne s’agissait pas uniquement de l’Oregon !

Le Sentier de l’Oregon n’était pas aussi guerrier que certains le croient

On pourrait facilement imaginer le Sentier de l’Oregon comme une période sanglante où les voyageurs se retrouvaient en conflit perpétuel avec les tribus amérindiennes. Certes, des massacres horribles comme celui de la Utter-Van Ornum Party (qui a coûté la vie à 25 colons) ont eu lieu, mais les témoignages historiques montrent que ces affrontements étaient l’exception plutôt que la règle. En réalité, sur le Sentier de l’Oregon, les voyageurs et les Amérindiens étaient plus enclins à échanger des biens qu’à se battre.

Durant les premières années du Sentier de l’Oregon, lorsque les colons ont commencé à migrer vers le nord-ouest du Pacifique, les tribus amérindiennes laissaient généralement les chariots tranquilles. Bien que les hostilités aient augmenté après le déclenchement de la guerre civile, les statistiques ne brossent pas le tableau d’une violence incessante. Entre 1840 et 1860, les tribus amérindiennes auraient tué environ 362 émigrants, tandis que les colons ont tué environ 426 autochtones.

Statistiquement parlant, les milliers de personnes se déplaçant vers l’ouest sur le Sentier de l’Oregon avaient des menaces bien plus graves à craindre qu’un raid imprévu d’une tribu voisine. Pendant des décennies, les pires ennemis des émigrants sur le sentier étaient de nature invisible.

Les maladies : une menace persistante sur le Sentier de l’Oregon

Ce n’est peut-être qu’un mème aujourd’hui, mais la dysenterie représentait un danger mortel pour les émigrants se dirigeant vers l’ouest. Le Sentier de l’Oregon était infesté de maladies terribles qui harcelaient les voyageurs à chaque étape du parcours. Les colons devaient lutter contre une multitude de maladies implacables : la rougeole, la grippe, le scorbut, la tuberculose, la pneumonie, la variole, le choléra (qui était la maladie la plus meurtrière sur le Sentier de l’Oregon) et, bien sûr, la dysenterie, toutes traquaient sans relâche les émigrants tout au long des 3200 kilomètres du trajet vers l’ouest.

Sur le sentier, la combinaison de mauvaises conditions sanitaires, de l’épuisement général et du manque d’eau potable adéquate créait l’environnement idéal pour la propagation de ces maladies. Le Service des parcs nationaux estime que les maladies ont probablement tué environ 30 000 colons voyageant sur le Sentier de l’Oregon. De plus, la « médecine » disponible pour les pionniers était davantage axée sur le traitement des symptômes plutôt que sur les causes, du moins pour dire le minimum. Le whisky, le rhum, le vinaigre, les huiles de ricin et de menthe poivrée, la térébenthine et de fortes doses d’opium étaient quelques-unes des « remèdes » que les émigrants avaient à leur disposition lorsqu’ils se retrouvaient en proie à des maladies redoutables comme la dysenterie et le choléra.

Ecrasements de chariots et autres accidents mortels étaient terriblement fréquents sur le Sentier de l’Oregon

Comme si les maladies mortelles ne suffisaient pas, les pionniers sur le Sentier de l’Oregon devaient également se méfier d’une large gamme d’accidents fatals prêts à les frapper. La fatigue due aux longues distances de voyage et la négligence générale ont conduit à de nombreux décès évitables. Pour commencer, il n’était pas rare d’être tué par un coup de feu soudain et accidentel. Une arme à feu mal manipulée pouvait s’avérer tout aussi fatale qu’une maladie pour ceux rejoignant une caravane de chariots. Se noyer en tentant de traverser une rivière tumultueuse était aussi une possibilité bien trop réelle.

Un autre moyen terriblement fréquent de mourir était d’être écrasé par un chariot en mouvement, et cela était particulièrement vrai pour les enfants. Certains récits historiques citent des cas tragiques où un membre blessé et infecté devait être amputé, sans l’utilisation d’un anesthésique général, pour que l’enfant ne survive finalement pas à l’épreuve.

Qu’il s’agisse de chutes mortelles le long de pentes rocheuses, d’enfants écrasés par des chariots ou buvant par erreur le flacon entier d’opium médicinal de leurs parents, le nombre de récits relatant des fins terribles et accidentelles des voyageurs en route vers l’ouest est simplement stupéfiant.

L’esclavage et le racisme étaient bien présents sur le Sentier de l’Oregon

À partir de 1841, au moins 300 000 colons ont emprunté le Sentier de l’Oregon. Bien que les pionniers blancs qui se dirigeaient vers l’ouest se soient sentis galvanisés par la croyance grandissante en la Destinée Manifeste — la philosophie selon laquelle l’expansion continentale était un droit américain ordonné par Dieu — cet optimisme n’était pas partagé par les Amérindiens et certainement pas par les pionniers noirs, libres ou non.

Les personnes réduites en esclavage, qu’elles le veuillent ou non, devaient suivre les familles qu’elles servaient sur le Sentier de l’Oregon. Les Afro-Américains libres ou esclaves devaient faire face à une véritable cauchemar dans ce territoire. En 1844, l’Oregon avait aboli l’esclavage, donnant aux esclavagistes trois ans pour libérer leurs esclaves, tout en promulguant une série de lois rendant illégal pour les Noirs de vivre en Oregon. Cinq ans plus tard, cela signifiait que des personnes telles que Rose Jackson, qui avait supplié ses maîtres de la laisser les rejoindre dans leur déménagement vers ce territoire, devaient parcourir la majeure partie du Sentier de l’Oregon enfermées dans une caisse percée de trous d’air.

George Washington Bush, un Afro-Américain libre du Missouri et vétéran de la guerre de 1812, traversa le Sentier de l’Oregon en 1844 aux côtés de son épouse irlandaise et de leurs cinq enfants. Mais à leur arrivée, ils découvrirent une nouvelle loi brutale — la « Loi du Fouet », qui stipulait que tout Noir restant en Oregon recevrait au moins 20 coups de fouet. Cela poussa Bush à guider son groupe au nord de la rivière Columbia, où il trouverait sa propre terre à coloniser, malgré les injustices légales environnantes.

L’étrange économie née du Sentier de l’Oregon

Avec une multitude d’émigrants transportant des milliers de kilos de provisions sur des milliers de kilomètres, il est naturel que le Sentier de l’Oregon ait engendré sa propre économie étrange. Pour mettre les choses en perspective, la famille moyenne voyageant vers l’Ouest emportait probablement entre 90 et 270 kg de farine, 70 à 180 kg de bacon, de grandes quantités de sucre, de saindoux et de café, ainsi qu’une large variété d’autres nécessités.

Les villes de la frontière comme Independence, au Missouri, et Council Bluffs, en Iowa, bénéficiaient énormément de l’afflux de familles pionnières. Les villes rivales envoyaient des messagers vers l’Est pour dénigrer leurs concurrents, dans le but de capter le plus de trafic possible. Une fois les colons arrivés dans ces villes, les marchands se précipitaient pour les convaincre qu’ils avaient besoin de tout et n’importe quoi.

Certaines choses ne changent jamais; tout comme aujourd’hui, lorsqu’on pourrait surcharger ses bagages pour un court voyage, les colons des années 1800 surestimaient souvent leurs besoins ou la capacité de transport de leurs animaux et chariots. La solution ? Commencer à jeter des objets. Cela s’avérait être une aubaine pour les charognards errants ; il suffisait d’attendre qu’un convoi quitte un point de départ comme Independence pour ensuite les suivre. Ils trouvaient probablement des cuisinières en fonte ou des barils de nourriture. Se débarrasser des provisions était un thème tragique et récurrent sur le Sentier de l’Oregon. Partout où allait un convoi, il laissait presque toujours derrière lui une traînée de fournitures et de biens abandonnés.

Le Sentier de l’Oregon a créé un marché pour des guides de piste médiocres

En 2024, rater une sortie ou se tromper de chemin est irritant – dans l’Amérique des années 1800, lorsqu’on se dirigeait vers l’Ouest, prendre la mauvaise direction pouvait être une question de vie ou de mort. Et, malheureusement pour les pionniers du XIXe siècle, ils avaient à leur disposition une multitude de « guides » impatients de leur donner des instructions trompeuses.

L’expansion américaine vers l’ouest signifiait qu’il y avait de l’argent à gagner sur le marché des guides de piste. Début 1848, dès que les gens ont commencé à entendre des rumeurs d’or en Californie, des tas et des tas de guides ont été imprimés à un rythme rapide. Et, bien sûr, la plupart d’entre eux étaient de piètre qualité. Ils se lançaient dans des descriptions fleuries de leurs destinations potentielles, mais offraient soit peu de directives légitimes sur la manière réelle de s’y rendre, soit des informations carrément inexactes.

Par exemple, les pionniers lisaient qu’il n’y aurait pas d’eau dans une zone, pour ensuite trouver une source fraîche en arrivant. De tels conseils erronés ont culminé dans la tragédie du Parti Donner, une expédition qui a suivi les écrits non fiables de Lansford Hastings, l’auteur du « Guide des émigrants vers l’Oregon et la Californie », et qui s’est terminée par la mort et le cannibalisme.

La plupart des gens devaient marcher, pas monter, sur le Sentier de l’Oregon

Illustration de monts et arbres au Cherokee Pass Daniel A. Jenks/Wikimedia Commons

Le symbolisme du Sentier de l’Oregon évoque automatiquement des images d’animaux robustes et de chariots solides avançant lentement à travers des prairies sans fin, des chemins de terre et des terrains rocheux de montagne. Bien que ces deux éléments aient été des outils indispensables pour le voyage des émigrants vers l’ouest, cela ne signifie pas que la plupart des voyageurs avaient le luxe de monter dans le chariot ou à cheval quand bon leur semblait. Non, le principal mode de locomotion pour beaucoup, en particulier les enfants, était la marche – sans fin, interminable.

Cette situation permettait de charger le chariot de la famille avec le plus de biens possible. Voyager à l’intérieur du chariot n’aurait de toute façon pas été agréable; les chemins vers l’ouest n’étaient pas pavés, et sans système de suspension, être entassé dans une caisse sur roues ressemblait à un cauchemar instable.

Globalement, une bonne journée pour une caravane de chariots était lorsqu’elle parcourait au moins 18 miles. En tenant compte du fait que la journée des émigrants sur le Sentier de l’Oregon commençait vers quatre heures du matin et se terminait vers cinq heures du soir, cela signifiait plusieurs heures de marche chaque jour sur un terrain imprévisible, souvent avec des chaussures peu adaptées. Sur 2 000 miles et pendant plusieurs mois, c’était ce qui attendait un émigrant sur le Sentier de l’Oregon. Marcher, marcher, marcher. Ajoutez à cela quelques cas de dysenterie, et peut-être un membre du groupe blessé par un coup de feu accidentel, et vous avez devant vous une expérience terrible.

Sur le Sentier de l’Oregon, les femmes étaient tenues d’accomplir de multiples tâches

Le XIXe siècle n’était pas une époque où les femmes mariées prenaient des décisions concernant l’avenir de leur foyer ; si leur mari décidait de bouleverser la vie de la famille et de partir pour une traversée de 2 000 miles sur le Sentier de l’Oregon, c’était une décision sans appel. Comme l’écrivait Margaret Hereford Wilson à sa mère en 1850 : « Je pars avec lui, car il n’y a pas d’autre alternative. »

Le voyage en soi était ardu pour tout le monde, mais peut-être encore plus pour les femmes en raison des responsabilités qui leur incombaient. Non seulement elles devaient préparer les repas quotidiens, souvent avec des provisions limitées, mais si leur mari ou d’autres hommes du convoi tombaient malades, elles devaient assumer les tours de garde. Il n’était pas rare non plus de voir des femmes s’occuper d’autres tâches traditionnellement masculines, telles que la garde du bétail ou la conduite des chariots. Sur le Sentier de l’Oregon, les hommes étaient généralement plus réticents à accomplir toute tâche traditionnellement réservée aux femmes.

En effet, le simple fait pour un mari de puiser de l’eau pour la lessive quotidienne pouvait attirer l’attention du camp. Comme le raconte une anecdote à la fois drôle et triste : « Lorsque le premier samedi est arrivé, je me suis préparée à faire une partie de la lessive familiale. Mon mari… a porté de l’eau… a rempli la cuve à lessive et l’a placée sur le feu pour moi. Mme Norton était une spectatrice vraiment intéressée… et a remarqué assez tristement, ‘Les hommes yankees sont si gentils avec leurs femmes, ils les aident tellement' » (selon le End of the Oregon Trail Interpretive Center).

Des femmes s’occupant du camp, des enfants et accomplissant chaque tâche qui leur était demandée, elles étaient les véritables héroïnes méconnues du Sentier de l’Oregon.

Non, le chariot Conestoga n’était pas si largement utilisé sur le sentier de l’Oregon

Si vous demandez à quelqu’un de décrire la première image qui leur vient à l’esprit lorsqu’on mentionne le « sentier de l’Oregon », il est probable qu’ils imagineront une énorme charrette, plus précisément le gigantesque chariot Conestoga. Au fil des années, ce véhicule est devenu synonyme de l’esprit pionnier robuste qui symbolisait l’ère de l’expansionnisme américain vers l’Ouest.

Ironiquement, le chariot Conestoga n’était en réalité pas si souvent utilisé par les émigrants parcourant le sentier de l’Oregon; il était beaucoup trop lourd et était plus souvent adopté par les habitants de l’est des États-Unis. Long de 26 pieds et large de 11 pouces, ce chariot pesait entre 3 000 et 3 500 livres à vide et nécessitait généralement plus de cinq chevaux pour être correctement tiré. Même les bœufs les plus robustes pouvaient mourir d’épuisement en tirant le chariot Conestoga trop longtemps. De plus, ce chariot se comportait mieux sur des routes suffisamment praticables. Les terrains naturels imprévisibles et cahoteux, comme ceux trouvés dans les Grandes Plaines, étaient tout simplement désastreux pour une structure aussi lourde.

Si une pièce d’équipement devait être l’emblème du sentier de l’Oregon, ce serait le Prairie Schooner. Pesant environ 1 300 livres à vide, ce chariot était plus ou moins la moitié de la taille du Conestoga et était beaucoup plus facile à transporter par un groupe de quatre à six bœufs ou de six à dix mules. Le Prairie Schooner disposait également de plus petites roues avant, offrant au conducteur une certaine marge de manœuvre pour les virages serrés, et pouvait être démonté pour des réparations. En fin de compte, quand il s’agissait de soulever toute son existence et de choisir la charrette spéciale pour aller vers l’Ouest, le Prairie Schooner était le meilleur et, finalement, le seul choix possible.

La montée des chemins de fer a rendu le Sentier de l’Oregon obsolète

En mai 1869, les États-Unis, entrant dans leur brutal et laborieux ère de Reconstruction alors qu’ils tentaient de gérer les nombreuses blessures laissées par la guerre civile, ont vu l’achèvement de l’une de leurs réalisations infrastructurelles les plus significatives : le premier chemin de fer transcontinental.

Le premier chemin de fer, concrétisé par le travail périlleux et méconnu de 12 000 immigrants chinois, reliait Sacramento, en Californie, à Omaha, au Nebraska. Pour la première fois dans l’histoire de la nation, l’Ouest rencontrait véritablement l’Est. Cette colossale innovation technologique a permis aux États-Unis en cours de guérison d’entrer dans un nouveau chapitre inexploré de leur histoire. Et avec d’autres lignes ferroviaires en perspective, cela signifiait progressivement dire adieu au Sentier de l’Oregon. Ce qui aurait pu prendre à l’origine six mois aux pionniers pouvait désormais se faire en quelques jours.

Les émigrants parcourant le sentier avec leurs caravanes de chariots étaient encore une vue assez courante dans les années 1880, car tout le monde ne pouvait pas se permettre ce nouveau mode de transport. Cependant, assez rapidement, la vue de colonnes interminables de chariots tirés par des bœufs est devenue le symbole d’une époque révolue, et un emblème gravé à jamais dans la légende américaine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *