La Vérité Cachée sur l'Empire Mongol et son Impact Historique

La Vérité Cachée sur l’Empire Mongol et son Impact Historique

Impact historique et héritage puissant de l'Empire Mongol. Découvrez comment Genghis Khan et Kublai Khan ont changé le cours de l'histoire.

Histoire de l’Empire Mongol

En 1995, le Washington Post a nommé « l’homme du millénaire » cinq ans avant l’heure, choisissant Gengis Khan comme le grand « faiseur » de la civilisation, celui dont la volonté et les actions ont le plus connecté et remodelé le monde. Ce choix a suscité des débats, mais comme le Post l’a souligné, « l’histoire n’est pas seulement un récit de saints, de génies et d’émancipateurs. » Les conquêtes de Gengis Khan ont laissé des millions de morts et dévasté des sociétés autrefois florissantes, mais elles ont uni de vastes étendues du Vieux Monde et ont permis au commerce de prospérer le long de la Route de la Soie, renforçant les liens entre l’Est et l’Ouest.

La création de l’Empire Mongol, connue comme le grand projet de conquête de Gengis Khan, ne s’est pas réalisée uniquement par sa propre main. Ses armées, ses ennemis et ses sujets ont tous façonné le caractère d’un empire ayant un impact bien au-delà de sa durée de vie. Un peu plus d’un siècle de règne des Mongols a laissé une empreinte indélébile sur les peuples soumis, influençant leurs politiques bien après la chute de l’empire. Les Mongols, tout comme leur leader, sont devenus des héros et des méchants fiables dans les cultures du monde entier, apparaissant dans des romans et même des films malheureux avec John Wayne.

Il existe une riche histoire à explorer dans l’Empire Mongol, bien au-delà des simples campagnes militaires. Voici quelques joyaux cachés de l’histoire de l’Empire Mongol.

Origines des tribus mongoles avant l’unification par Gengis Khan

Nés sous le nom de Temüjin en l’an 1162, les Mongols vivaient dans une société divisée en tribus souvent en guerre. La mort du père de Temüjin, tué lors de combats alors que le garçon n’avait pas encore dix ans, le plongea dans une situation précaire. Avec sa mère et ses frères et sœurs, ils furent exclus de leur propre clan et contraints de survivre seuls dans les steppes. Temüjin se révéla rapidement un navigateur habile, bien que impitoyable, dans ce mode de vie ; il tua son demi-frère aîné pour prendre la tête de sa famille, s’échappa lorsque son ancien clan le captura et sauva sa femme d’une bande de pillards.

En chemin, Temüjin réussit à se constituer un groupe de fidèles. Il rompit avec la tradition en choisissant comme lieutenants des alliés méritants plutôt que des membres de sa propre famille. En éliminant les chefs rivaux et en intégrant leurs partisans dans son propre clan, Temüjin était en bonne position d’élargir ses ambitions en 1206. Lors d’un sommet des chefs de clan, il fut décidé que Temüjin serait leur leader à tous. C’est également lors de cette réunion qu’il reçut le titre de Gengis Khan, ou « souverain universel » des Mongols.

En unifiant les tribus mongoles, Gengis Khan créa une nation d’environ un million d’habitants. Peu de temps après son accession au pouvoir, il entama la construction de l’État en instituant des systèmes d’écriture, un recensement et la liberté religieuse. Il chercha également à limiter les luttes intestines entre les Mongols en abolissant les titres de noblesse héréditaires controversés ainsi que l’esclavage des Mongols par d’autres Mongols.

Les nations conquises par les Mongols étaient avancées mais fragmentées

Le premier territoire en dehors des steppes de Mongolie ciblé par Gengis Khan pour la guerre et la conquête était la Chine, plus précisément le royaume du Xi Xia à la frontière nord. Animé par un sentiment de dessein divin, Gengis Khan, adepte du Tengrisme, croyait être destiné à gouverner le monde. Sa conviction de droit divin pouvait être sincère, mais l’entreprise impériale avait d’autres motivations, telles que le pillage et le contrôle des routes commerciales lucratives. Une soif de vengeance contre certains dirigeants et nations a également alimenté la convoitise de guerre des Mongols.

Quels que soient les motifs, Gengis Khan et ses partisans ne se sont pas arrêtés au Xi Xia. Après avoir intégré ce royaume dans leur empire, les Mongols ont conquis la dynastie Jin, puis se sont tournés vers Khara-Khitai et Khiva au Turkestan. Avant la mort de Gengis Khan, l’Empire Mongol avait étendu ses frontières jusqu’en Perse, au Tibet et en Russie, et allait considérablement s’agrandir.

De nombreuses sociétés soumises par les Mongols étaient hautement développées et sophistiquées. Khiva disposait d’un système d’irrigation efficace pour ses terres agricoles, et la dynastie Jin possédait un impressionnant appareil administratif. Cependant, dans le cas de la Chine, les forces de l’État étaient contrebalancées par la division. À cette époque, la Chine existait sous la forme de deux entités distinctes, la dynastie Jin et l’empire Song. Il y avait également des divisions internes au sein de la dynastie Jin, que les Mongols ont exploitées en ralliant certains combattants Jin à leur cause.

La stratégie, clé de la victoire des Mongols

Les Mongols n’ont pas conquis sans rencontrer de résistance. Des armées se sont dressées contre eux, certaines ayant plus d’effectifs que Gengis Khan. Les troubles au sein des nations envahies ont contribué à gonfler les rangs des Mongols, de même que les redditions ; ceux qui se soumettaient aux Mongols sans combattre pouvaient voir leurs soldats intégrés aux forces mongoles.

Cependant, la clé des victoires mongoles résidait dans la stratégie, non dans les chiffres. Les forces bien organisées de Gengis Khan faisaient un usage intensif de la cavalerie. Sa cavalerie, constituée de l’essentiel de ses armées, pouvait se déplacer à grande vitesse et causer des ravages dévastateurs sur un terrain découvert. Avec leur réputation qui les précédait, les Mongols offraient à leurs cibles le choix entre une reddition volontaire ou une destruction totale. En cas de guerre, les assauts à l’arc et à la flèche permettaient aux Mongols de frapper à distance avant d’engager les forces dispersées de l’ennemi dans un combat rapproché. Pendant ce temps, leurs propres armées entretenaient un système de messagerie efficace qui leur permettait de diriger et de coordonner leurs mouvements.

La technologie a également joué en faveur des Mongols. Des inventions que nous tenons depuis longtemps pour acquises, comme l’étrier, ont favorisé leurs chances. Et certaines des nations conquises par les Mongols regorgeaient d’artisans, de soldats et d’artisans qualifiés qui pouvaient être enrôlés. L’aide de ces personnes était inestimable lorsque les Mongols se tournaient vers la guerre de siège, et bon nombre de leurs techniques et tactiques en matière de sièges étaient issues de l’apprentissage auprès des Chinois.

L’Empire Mongol façonné par et façonnant le changement climatique

Nous avons tendance à penser au changement climatique d’origine humaine comme un problème moderne, une conséquence de la civilisation industrielle et mondiale et un défi d’adaptation imminent. Cependant, l’activité humaine a remodelé la Terre bien avant l’avènement du moteur à combustion interne. Nous avons causé le changement climatique depuis le début de l’agriculture. L’agriculture nécessite des terres, terres qui, dans certaines régions, pourraient sinon être occupées par d’immenses forêts absorbant le carbone.

Les conquêtes de Genghis Khan ont laissé de vastes étendues de territoire dépeuplées, à travers des massacres et la fuite des populations devant les Mongols. Les champs sont restés en friche, permettant aux arbres de les reconquérir. L’ampleur de la dépopulation provoquée par les Mongols a été si grande, et elle a duré si longtemps, que les forêts ont pu se développer au point de refroidir le climat de la Terre. Des chercheurs du Département d’Écologie Globale de l’Institution Carnegie ont déclaré à Mongabay que la reforestation indirectement causée par les Mongols a absorbé 700 millions de tonnes de carbone de l’atmosphère, ce qui équivaut à la quantité de carbone émise par la combustion de l’essence chaque année dans la société moderne.

Mais si Genghis Khan a involontairement façonné le climat mondial, ce climat l’a également influencé en retour. Des recherches ont suggéré que, juste avant son ascension au pouvoir, les steppes mongoles sont passées de conditions de sécheresse, ce qui aurait pu exacerber les tensions entre les clans, à une série d’années douces avec des pluies abondantes. Toute cette pluie aurait favorisé les herbes des steppes, fournissant ainsi une nourriture abondante pour les chevaux de cavalerie sur lesquels les forces de Genghis Khan dépendaient.

L’Empire Mongol : une combinaison d’innovation et de destruction

À l’époque de la vie de Gengis Khan, les systèmes civils et économiques des territoires conquis étaient laissés dans un état fragile, assemblés sous l’autorité du khan. Cependant, les Mongols ont rapidement su s’adapter à l’administration. En reliant tous leurs territoires par le biais de stations de relais et d’envoyés montés, ils ont permis une communication relativement rapide. Cela a également favorisé le commerce, ce qui aurait pu être l’une des motivations derrière les invasions mongoles à l’origine.

Les voyages et le commerce ont également bénéficié d’une période de paix relative et de stabilité après la mort de Gengis Khan. Les années entre 1279 et 1368 ont été qualifiées de « Pax Mongolica » pour la stabilité au sein de l’Empire mongol, une stabilité en partie due à l’organisation de l’empire. Une fois les Mongols ayant conquis un territoire, l’appareil d’État qu’ils ont construit tendait à suivre les coutumes locales et à employer de nombreux individus compétents issus des peuples soumis, avec un petit nombre de Mongols comme autorité finale.

Cependant, la Pax Mongolica a été le résultat d’une série longue et sanglante de guerres. Le chiffre souvent cité de Gengis Khan étant responsable de 40 millions de décès sous-estime en réalité l’ampleur de la dévastation causée par les invasions mongoles. La population mondiale aurait pu chuter de 11% à cause d’elles. Des cultures entières, telles que le royaume Xi Xia, ont été presque entièrement détruites.

L’empire Mongol était largement décentralisé

Les empires expansifs construits grâce à la conquête sont, presque par nature, multiculturels. Lorsque l’Empire mongol s’est étendu, il a adopté un caractère largement décentralisé. Britannica le décrit moins comme un « empire » mongol que comme des empires chinois, persan et asiatique distincts, réunis sous la dynastie de Gengis Khan. Alors que les premières épisodes de conquête ont tenté d’imposer la culture mongole sans égard pour la tradition locale ou la bureaucratie, les conseillers étaient issus de toutes les nations sous leur contrôle. Au fur et à mesure que les Mongols passaient de la subjugation à l’administration, le gouvernement de chaque territoire suivait ses propres coutumes.

Cette organisation décentralisée n’a cependant pas préservé les peuples de l’Empire mongol de l’exploitation. Des administrateurs mongols se trouvaient dans chaque territoire, et il n’y avait aucun doute sur l’autorité ultime détenue. Les Mongols exigeaient un tribut de leurs territoires, qu’il s’agisse de taxes, de soldats, de savants ou d’artisans. La lourdeur du tribut pouvait dépendre des circonstances ayant amené un territoire dans l’empire ; le royaume d’Arménie s’est rendu volontairement sous le contrôle mongol et a été largement laissé tranquille, tandis que d’autres se retrouvaient sans véritable État après une invasion. Dans de telles situations, les Mongols en charge avaient largement l’opportunité d’exploiter la population locale.

La nature des gouvernements locaux accaparés fonctionnait parfois en faveur des Mongols. La force du gouvernement central en Chine au moment de son assimilation a fourni une base solide pour la construction de l’État. Pékin, sous le nom de Dadu, est devenu le centre de l’Empire mongol sous Kubilai Khan.

L’apogée de l’Empire Mongol après la mort de Genghis Khan

Gengis Khan est l’un des guerriers et conquérants les plus notoires de l’histoire mondiale, avec un bilan qui parle de lui-même. Au cours de sa vie, il a réussi à former un empire qui s’étendait de l’océan Pacifique à l’est jusqu’à la mer Caspienne à l’ouest. Cependant, cet empire reposait sur une subjugation impitoyable, des opérations militaires constantes, une exploitation par des seigneurs de guerre mongols laissés en charge des territoires conquis, le tout maintenu en place par le pouvoir du khan. Genghis Khan était un leader extraordinaire, mais son empire n’a pas connu sa Pax Mongolica avant plusieurs décennies après sa mort en 1227.

L’apogée territorial de l’empire n’avait pas encore été atteinte à cette époque. Deux ans après la mort de Genghis Khan, son fils Ögedei lui succéda. C’est sous Ögedei que l’Empire mongol est devenu le plus grand empire contigu de l’histoire du monde. Sa frontière ouest s’étendait jusqu’en Hongrie, et sa frontière nord avançait jusqu’à la Russie moderne. Ögedei s’efforça également de renforcer la présence du gouvernement dans les territoires conquis et de les connecter ; c’est sous son règne qu’a été mise en place le système de relais.

C’est également sous Ögedei que l’expansion de l’empire a marqué une pause, du moins à l’ouest. Ses armées se sont retirées de la frontière hongroise après avoir appris sa mort en 1241, stoppant ainsi une éventuelle incursion plus profonde en Europe. Cependant, les frontières établies sous son règne ont perduré pendant encore quelques décennies, tout comme le pouvoir du khanat.

L’expérience malheureuse des Mongols avec la monnaie en papier

L’esprit était aussi important que la force martiale dans l’Empire mongol. Les intellectuels parmi les peuples conquis étaient aussi appréciés que les travailleurs qualifiés et les artisans. De significatives avancées technologiques et mathématiques se sont produites sous le patronage des Mongols, même si pas toujours directement ; un groupe de savants visant à prolonger la vie d’un des petits-enfants de Genghis Khan a abouti à des développements notables en trigonométrie.

Tas de pièces mongoles

L’innovation découle de l’expérimentation, et tous les essais ne réussissent pas du premier coup. C’était le cas avec la tentative de l’Empire mongol d’introduire de la monnaie en papier, fabriquée à partir d’écorce de mûrier. Genghis Khan lui-même a émis la monnaie en 1227, la même année que sa mort. Ses successeurs ont continué à innover en retirant les anciens billets et pièces avant les nouvelles émissions, et en établissant une division monétaire. Marco Polo a compté cette monnaie parmi les spectacles les plus remarquables qu’il a vus lors de ses voyages. Mais, à l’instar des efforts modernes des États-Unis pour populariser la pièce de dollar, les Mongols ont eu du mal à faire accepter leur monnaie en papier à leur population.

Malgré tous les efforts déployés, un processus d’authentification rigoureux était utilisé pour préparer la monnaie, qui était émise en coupures de 10, 20, 100 et 1 000 sous le règne de Kubilaï Khan. Et si cela ne suffisait pas, l’utilisation des billets en papier était obligatoire sous peine de mort. Cependant, les gens ne faisaient tout simplement pas confiance aux billets, qui n’ont pas survécu à l’effondrement de l’Empire mongol en 1368.

La Succession Contestée des Héritiers de Genghis Khan

Avant sa mort, Genghis Khan a choisi son troisième fils, Ögedei, pour lui succéder. Ögedei était décrit par ses contemporains comme un homme au tempérament fort, amateur de boisson. Deux ans se sont écoulés entre la mort de son père et sa confirmation en tant que grand khan par les nobles mongols. Ögedei a étendu l’empire et modifié ses politiques envers les territoires conquis, mais sa consommation d’alcool a fini par le rattraper. Il est décédé en 1241.

Après Ögedei, les héritiers du trône de Genghis Khan se sont régulièrement retrouvés contestés. Son fils, Güyük, a été élu grand khan plutôt que Batu, l’homme qui aurait dû conquérir l’Europe occidentale au nom d’Ögedei s’il n’était pas décédé (et qui était également le petit-fils de Genghis Khan par son fils aîné). Güyük est mort avant que la tension ne puisse causer des dommages durables à l’empire, mais la question de son successeur a maintenu les branches de la famille Ögedei et Batu dans une amère lutte. Sorqoqtani Beki, la tante de Batu, a contourné l’opposition et a assuré le trône pour son fils Möngke. Sous son règne, les Mongols ont pris Bagdad et établi des territoires en Méditerranée, tout en éliminant les rivaux de sa famille.

Lorsque Möngke est décédé, le prochain grand khan semblait être soit Arigböge, soit son frère Kubilai, fils du plus jeune fils de Genghis Khan. Les frères se sont livrés à une guerre civile de quatre ans pour le trône, se terminant par la victoire de Kubilai en 1264. Cependant, il n’a jamais été élu par un conseil de nobles, ce qui rendait sa position quelque peu suspecte aux yeux des Mongols, même après être devenu grand khan.

Les tentatives d’invasion du Japon affaiblissent l’empire mongol

Il est dit que Möngke Khan, qui a régné sur l’empire de 1251 à 1259, a été le dernier grand khan à exercer un pouvoir incontesté sur l’ensemble de l’Empire mongol. Son successeur, Kubilai Khan, un guerrier et homme d’État compétent, a surpassé son grand-père sur le front chinois en soumettant la dynastie chinoise des Song du Sud au contrôle mongol. Cependant, le règne de Kubilai Khan a été contesté par certains de ses sujets et de ses proches, et la taille, la diversité et la décentralisation de l’empire avaient atteint un point où l’autorité du grand khan était, dans de nombreux territoires, purement nominale.

Kubilai exerçait son plus grand contrôle sur la Chine désormais unifiée, devenant principalement un empereur chinois, le père de la dynastie Yuan, malgré ses efforts pour maintenir la suprématie mongole. Il a su concilier les Chinois avec la domination étrangère, mais ses excès ont engendré du ressentiment. Parmi ses dépenses se trouvaient des tentatives continues de conquête, qui n’ont apporté aucun nouveau territoire à l’Empire mongol après 1279.

Certaines de ces campagnes ratées se sont révélées désastreuses pour les Mongols. À deux reprises, en 1276 et de nouveau en 1281, ils ont tenté de conquérir le Japon sur ordre de Kubilai. Les deux fois, le Japon a été sauvé par des typhons. Le premier a tué environ 13 000 hommes lorsqu’il a frappé la flotte dans la baie de Hakata, et le second a détruit près de la moitié d’une force de 140 000 hommes. C’est l’un des plus grands désastres navals de l’histoire mondiale, et cela a coûté du sang et des trésors à la Chine des Yuan sans aucun bénéfice.

L’héritage de la Horde d’Or, dernier vestige de l’empire mongol

Après la mort de Kubilaï Khan, l’Empire mongol a commencé à se désintégrer. Ses successeurs ont dû faire face à des rivalités persistantes entre les dirigeants mongols, beaucoup étant fortement contrôlés dès leur plus jeune âge par leurs ministres. En Chine, où la dynastie Yuan de Kubilaï avait sa base la plus solide, la culture chinoise native a commencé à s’imposer malgré l’opposition mongole. La noblesse mongole et la classe agricole chinoise étaient de plus en plus hostiles l’une envers l’autre. La rébellion a grandi, et en 1368, la dynastie Yuan avait été supplantée par les Ming. Le dernier dirigeant Yuan s’est enfui vers les steppes et est décédé deux ans plus tard.

En dehors de la Chine, l’Empire mongol s’est morcelé. Le plus stable était la Horde d’Or, créée à partir des territoires occidentaux que Gengis Khan avait laissés à son fils Juchi pour gouverner. Le fils de Juchi, Batu, a ensuite considérablement étendu ces possessions. La Horde d’Or s’étendait de la Sibérie jusqu’à la Hongrie moderne et contrôlait un territoire important autour des mers Noire et Caspienne. Alors que Kubilaï Khan et ses descendants étaient influencés par la culture chinoise, les descendants de Batu étaient influencés par les peuples turcs et islamiques qu’ils gouvernaient.

Cependant, la Horde d’Or ne survivrait pas longtemps à la dynastie Yuan. Elle fut durement touchée par la Peste Noire et subit des défaites militaires face à la Russie et à ses propres alliés. La Horde se fragmenta en plusieurs États plus petits tout au long du XVe siècle. L’un de ses khanats successeurs, basé en Crimée, absorba le dernier vestige de la Horde en 1502.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌