Le Testament de Shakespeare révèle des secrets sur l’écrivain

Le Testament de Shakespeare révèle des secrets sur l’écrivain

Découvrez les secrets sur William Shakespeare révélés dans son testament, offrant un aperçu de sa vie et de sa famille. #Histoire

Share your love

Révélations sur William Shakespeare à travers son testament

William Shakespeare, l’un des plus grands dramaturges de tous les temps, a quitté ce monde le 23 avril 1616, une date qui coïncide également, de manière surprenante, avec celle de sa naissance. À son décès, à l’âge de 52 ans, la cause exacte de sa mort reste inconnue. Cependant, en examinant de près son testament rédigé quelques mois avant sa disparition, on peut déduire qu’il a peut-être été malade durant cette période précédant sa mort. Selon Britannica, au moment de son décès, Shakespeare n’avait pas encore acquis le statut de dramaturge célèbre que nous lui connaissons aujourd’hui. En effet, ses funérailles, qui eurent lieu à l’église Holy Trinity dans sa ville natale de Stratford, semblaient appartenir plus à un homme riche qu’à une figure de renommée mondiale.

Le mystère du second meilleur lit

Un aspect bien connu du testament de William Shakespeare est le legs de son deuxième meilleur lit à sa femme Anne. Dans ce testament, Shakespeare mentionne : « Item I gyve unto my wife my second best bed with the furniture. » À première vue, ce don peut sembler étrange à donner à son épouse. Cependant, dans les siècles passés, en particulier aux 16e et 17e siècles lorsque Shakespeare écrivait, un lit était considéré comme un objet de luxe à transmettre. Dans un foyer, le lit considéré comme le meilleur n’était pas seulement destiné aux invités, mais pouvait même être exposé en bas comme un signe de richesse et de statut. Ainsi, il est probable que le « deuxième meilleur lit » donné à Anne était le lit qu’elle partageait avec Shakespeare. Malgré le fait qu’Anne aurait légalement droit à un tiers de l’héritage de Shakespeare selon la loi médiévale, le dramaturge ne mentionne aucune autre disposition en sa faveur, laissant planer le doute sur ses sentiments envers sa femme.

Des requêtes insolites

Le testament de William Shakespeare regorge de dons inattendus. En plus de léguer des vêtements et de l’argent à sa sœur Joan, il fait des cadeaux particuliers à sa famille et à ses proches. Parmi eux, une assiette à sa petite-fille Elizabeth Hall, une coupe d’argent doré à sa fille Judith, et une épée au neveu d’un de ses amis. De plus, il a laissé une somme précise à différents membres de la troupe théâtrale The King’s Men pour acheter des bagues de deuil. S’ajoutant à ces dispositions, Shakespeare a offert la somme de 10 livres aux pauvres de Stratford, démontrant ainsi sa générosité envers sa communauté.

Annulations et modifications du testament

Alors qu’il est supposé que William Shakespeare a commencé à rédiger son testament en janvier 1616, des signes de révision sont apparus en mars de la même année. Ces ajouts sont probablement dus au mariage de sa fille Judith en février 1616 avec Thomas Quiney, incitant Shakespeare à modifier certains aspects du testament. Ces ajustements ont également été interprétés comme une façon pour Shakespeare de pourvoir à Judith dans le cas où elle se retrouverait veuve après son mariage. Les révisions pourraient également refléter les sentiments changeants de Shakespeare à l’égard de son gendre, qui fut condamné pour fornication peu de temps après son mariage avec Judith. Ces événements tragiques ont sans doute influencé les dispositions ultimes du testament de Shakespeare.

Responsabilités et héritage de sa fille aînée

Contrairement à Judith Quiney qui a reçu une somme d’argent, mais pas de montant substantiel, la fille aînée de William Shakespeare, Susanna Hall, a hérité d’une part considérable de son patrimoine. Étant nommée exécutrice testamentaire aux côtés de son mari John Hall, Susanna a reçu la majeure partie des biens de Shakespeare, comprenant quatre résidences et des terres aux alentours. Ce legs incluait la maison où Shakespeare résidait alors, qu’il appelait « le Nouveau Lieu où j’habite actuellement ». Ces bénéfices et le fait d’avoir désigné Susanna pour gérer son héritage indiquent la confiance de Shakespeare en son jugement et en sa capacité à gérer ses biens, révélant ainsi une proximité émotionnelle entre le dramaturge et sa fille aînée.

La question des signatures controversée

Une des curiosités entourant le testament de William Shakespeare concerne la question de ses signatures. Chaque signature présentait des différences subtiles, alimentant les spéculations sur une possible contrefaçon totale ou partielle du testament. Cependant, les variations dans les signatures pourraient être attribuées à la maladie, provoquant des tremblements de main et, par conséquent, des signatures légèrement altérées. De plus, les modifications de dernière minute suggérées par l’utilisation d’une encre différente sur certaines pages pourraient indiquer des ajustements de dernière minute. Malgré ces anomalies, les experts en calligraphie ont conclu que les modifications ont été apportées par la même personne. Les étrangetés du testament pourraient simplement résulter des sentiments changeants de Shakespeare ou des événements perturbateurs comme le mariage de sa fille.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌