Les origines de Kwanzaa décryptées en détail

Les origines de Kwanzaa décryptées en détail

Découvrez les origines méconnues de Kwanzaa, une célébration de décembre passée sous silence. Plongez dans son histoire captivante !

Share your love

Les Origines Méconnues de Kwanzaa

La période de fin d’année en Amérique est souvent marquée par un trio de vacances populaires : Halloween, Thanksgiving et Noël. Cependant, cela exclut d’autres célébrations en décembre telles que Hanoukka et Kwanzaa. Cette dernière, bien qu’étant une innovation américaine, a connu un déclin de popularité ces dernières années. D’après NPR, si dans les années 1980 et 1990 la reconnaissance publique de Kwanzaa était aussi importante que celle de Noël et de Hanoukka, seuls 2 % des Américains le célébraient en 2012. Cette tendance s’est maintenue jusqu’en 2019, comme rapporté par USA Today. Cependant, malgré ce déclin, des millions de personnes continuent à célébrer cette fête d’origine plutôt récente.

L’histoire de Kwanzaa est courte comparée aux autres fêtes de fin d’année, car c’est la seule à avoir un créateur défini et une année de naissance précise. En effet, elle fut inventée en 1966 par Maulana Karenga, un professeur et activiste politique. Originaire de la République du Congo et anciennement connu sous le nom de Ronald McKinley Everett, Karenga a grandi à une époque où les derniers vestiges du colonialisme européen en Afrique étaient contestés sur le continent, et où le mouvement des droits civiques se développait aux États-Unis.

Les Racines Historiques de Kwanzaa

En créant Kwanzaa, Maulana Karenga s’est inspiré de traditions bien plus anciennes. Les festivals de la récolte à travers le continent africain ont été une source majeure d’inspiration. Ces célébrations remontent jusqu’à l’Égypte ancienne, mais l’influence principale de Karenga semble provenir des célébrations des « premiers fruits » en Afrique australe. Il a puisé le nom dans l’expression swahilie pour « premiers fruits », « matunda ya kwanza ». Selon Britannica, « kwanza » signifie « premier » en swahili, et le « a » supplémentaire a été ajouté pour atteindre sept lettres, une pour chacun des enfants qui ont participé à l’une des premières célébrations de Kwanzaa.

Différents groupes à travers l’Afrique continuent de célébrer les festivals des premiers fruits en décembre. Au Swaziland, le festival est connu sous le nom de Ncwala et sert également de célébration de la famille royale. Les Zoulous combinent également la récolte avec une célébration monarchique sous le nom d’Umkhosi Wokweshwama. D’après le livre « Kwanzaa: Black Power and the Making of the African-American Black Holiday », c’est la tradition zouloue qui a attiré l’attention de Karenga lors de ses recherches, et il a reconnu Umkhosi comme l’inspiration derrière la période de sept jours de Kwanzaa dans son livre « Kwanzaa ».

Les Principes et l’Iconographie de Kwanzaa

Maulana Karenga a cherché à relier Kwanzaa, dans tous ses aspects, à un idéal panafricain parmi tous les peuples et cultures d’ascendance africaine. Les couleurs de la fête, à savoir le rouge, le noir et le vert, trouvent leur source dans le mouvement de libération des Noirs. Le rouge représente le sang, le vert la Terre, et le noir l’unité du peuple africain. Ces mêmes trois couleurs sont utilisées pour les sept bougies de Kwanzaa, qui représentent ses sept principes ou « nguzo saba ». Ces principes, chacun mis en avant un jour différent, sont donnés dans cet ordre : umoja (unité), kujichagulia (autodétermination), ujima (responsabilité collective), ujamaa (économie coopérative), nia (but), kuumba (créativité) et imani (foi, dans un sens familial et culturel).

Karenga a choisi les noms des sept principes en swahili, ce qui n’a pas été sans controverse. Considéré comme une langue « non tribale » par Karenga, le swahili avait un effet unificateur parmi certains groupes en Afrique et aux États-Unis pendant les années 1960. Cependant, le swahili n’est qu’une des milliers de langues africaines, et son origine reste quelque peu obscure.

L’Évolution de la Popularité de Kwanzaa

Depuis sa création, Maulana Karenga a activement promu la célébration de Kwanzaa tout en luttant contre sa commercialisation. Cependant, sa réputation a parfois été un facteur rédhibitoire pour les Afro-Américains qui ne célèbrent pas du tout Kwanzaa ou qui l’ont abandonné. Bien qu’il affirme maintenant que Kwanzaa n’était jamais censé remplacer Noël, Karenga le considérait initialement comme une alternative plutôt qu’une fête complémentaire. Ses commentaires et actions passés, comme son conflit avec les Black Panthers ou les accusations de violence à son encontre, ont suscité des réactions mitigées parmi les communautés noires américaines.

Certains voient en Karenga un symbole de l’héritage afro-américain, tandis que d’autres remettent en question le réalisme des aspirations panafricaines de Kwanzaa en vue de la diversité des cultures africaines. À mesure que l’intégration de la culture noire dans la société américaine s’est renforcée, la pertinence de Kwanzaa a été remise en question pour certains, rendant cette célébration obsolète pour eux.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌