Les Secrets Cachés de la Mythologie Romaine Que L'École Ne Vous a Jamais Révélés

Les Secrets Cachés de la Mythologie Romaine Que L’École Ne Vous a Jamais Révélés

Saviez-vous qu'il existe des dieux des excréments et des esclaves sexuels travestis dans la mythologie romaine? Explorez des secrets méconnus et fascinants.
L’étude des mythologies anciennes est souvent sous-estimée dans notre histoire collective, et elle révèle peut-être autant sur la constance de la nature humaine que sur les adaptations historiques dictées par les vainqueurs. Les mythes et divinités de la mythologie romaine sont en grande partie inspirés des récits grecs plus anciens. L’une des meilleures sources littéraires est le poète romain Virgile, qui raconte l’histoire d’Énée quittant Troie pour l’Italie, apportant avec lui ses récits et donnant naissance au monde romain.

Il est essentiel de comprendre qu’il existe de nombreuses histoires romaines qui sembleront familières à ceux ayant lu les récits fascinants de la mythologie grecque. Tout comme certaines histoires grecques étonnantes ne sont pas enseignées à l’école, il y a une quantité considérable de légendes romaines qui restent dans l’ombre, jugées trop incommodes pour être dévoilées aux enfants.

Il est également important de noter que ce ne sont pas seulement les récits qui possèdent des annotations douteuses, mais aussi les événements réels découlant de ces divinités, ordres divins et pratiques. Les dieux et déesses romains ont profondément influencé l’ancien monde. Pour certains individus, leur influence n’a pas toujours été synonyme de bonnes nouvelles.

Sterculius : le dieu omniscient (peut-être), omnivoyant (probablement) des excréments

Quiconque a déjà été proche d’un enfant comprendra pourquoi ce dieu est omis dans les cours scolaires : Sterculius était le dieu romain des excréments, ce qui ferait sans aucun doute rire les élèves de 13 ans pendant au moins une semaine. Cela dit, Sterculius avait en fait une place plus précise dans la mythologie romaine, et ce, d’une manière assez logique. Les détails sont un peu flous, mais il semble qu’il soit lié à Picumnus, le fils d’un des grands dieux agricoles de Rome, Faunus. Faunus — qui pouvait apparaître sous forme masculine ou féminine — était associé au bétail, à l’agriculture et à la prophétie, et c’est Sterculius qui a apporté aux humains la connaissance de l’utilisation du fumier comme engrais.

toilettes romaines anciennes

Donc : dieu des excréments. Bien que cela soit hilarant, il est facile de voir pourquoi les anciens Romains pensaient qu’il était important. Il est mentionné dans l’« Historia Naturalis » de Pline le Jeune et crédité d’avoir introduit le monde à l’utilisation des engrais, et il n’est certainement pas le seul dans le panthéon des dieux étranges qui semblent tout droit sortis d’un roman de Terry Pratchett.

Il y avait une multitude de dieux mineurs qui supervisaient presque tous les aspects de la vie. Inquiet d’une tempête qui approche ? Prier Commoleda, qui était strictement chargée de protéger les arbres de la foudre. Il y avait même Cardea, la déesse des gonds de porte. Comme Sterculius, elle était extrêmement importante, et protégeait tous les habitants de la maison contre les intrus, qu’ils soient corporels ou surnaturels.

Bacchus accorda à ses adeptes féminines la force de déchirer une personne en morceaux

Bacchus est la version romaine de Dionysos, donc il n’est pas surprenant qu’ils partagent des origines, des caractéristiques et des récits semblables. Parmi ces récits se trouvent les histoires de leurs adeptes féminines et, comme il est le dieu de la vinification (entre autres choses), il n’est pas dépassant que cela devienne un peu bizarre. Mais les ménades ? Elles atteignent un tout autre niveau de folie.

Les ménades — plus souvent appelées les « bacchantes » dans les traditions romaines — étaient des adeptes de Bacchus qui étaient plongées dans une frénésie violente et folle. Dans certaines mythologies, la population féminine entière de villes entières se transformait en ménades qui fuyaient pour vivre leur folle et meilleure vie dans les montagnes et les forêts. (Cela s’est supposément produit, par exemple, à Thèbes.)

Là-bas, il était dit qu’elles pouvaient invoquer des sources de vin et, après en avoir bu, plongeraient dans une frénésie surnaturelle de danse et de célébration… et personne ne pouvait sauver ceux qui se trouvaient sur leur chemin. En plus de pouvoir enflammer leurs cheveux sans brûler, elles avaient la force de déchirer des animaux entiers — particulièrement le bétail — en morceaux avec leurs seules mains et pouvaient diriger cette rage contre toute personne qui les croisait. Parfois, elles étaient utilisées comme armes, envoyées comme des anges vengeurs déterminés à détruire ceux qui avaient offensé Bacchus. On disait qu’elles détruisaient des villages entiers, enlevaient des enfants, puis se baignaient ensuite dans leurs sources remplies de vin.

Les chiens avaient une place importante dans la mythologie romaine… en tant que sacrifices

Les sacrifices d’animaux et d’humains sont courants dans l’ancienne mythologie, et cela vaut aussi pour les meilleurs amis de l’homme. (Pour les amoureux des chiens, ne vous inquiétez pas : nous ne rentrerons pas dans les détails atroces, car rien ne gâche plus une histoire que la mort d’un chien.) Les chiens occupaient une place incroyablement importante dans la mythologie romaine ainsi que dans le monde réel : ils pouvaient non seulement voir le surnaturel, mais ils assuraient aussi la protection de la maison, de la famille et du troupeau. Malheureusement, lorsque venait le moment d’apaiser les dieux et d’assurer une récolte abondante, les chiens étaient aussi en première ligne.

Le sacrifice de chiens rouges — et parfois de chiots rouges — était au centre d’un festival appelé Robigalia. Robigus était le dieu non seulement de la rouille et de la moisissure, mais aussi du type de fléau capable de détruire des champs de récoltes entiers. Il semble qu’il était apaisé par le sacrifice de chiens, ce qui le place définitivement sur notre liste, et pas en haut.

Les chiens étaient également sacrifiés aux divinités appelées les Lares Praestites, par des prêtres qui revêtaient aussi leurs peaux, ainsi qu’à Hontia, une déesse ombrienne de la destruction. Ces sacrifices visaient à apaiser le mal de manière standard, et voici une note de bas de page particulièrement terrible : les chiots étaient considérés comme des créatures pures, ce qui en faisait non seulement des sacrifices parfaits, mais aussi les plats principaux idéaux lors des banquets en l’honneur des différents dieux.

Des accusations d’inconduite pouvaient conduire une Vestale à une fin inimaginable

Les Vestales, instituées au VIIe siècle avant J.-C. par le roi romain Numa Pompilius, avaient pour mission de veiller au feu sacré de la déesse Vesta, protectrice du foyer et du foyer domestique. Tant que Vesta était honorée, on croyait qu’elle protégerait Rome, ses citoyens et ses soldats. Bien que des restrictions accompagnaient ce rôle — les Vestales ne pouvaient pas se marier — elles jouissaient de privilèges rares : elles pouvaient posséder des biens, voter, participer aux discussions politiques et affranchir des esclaves. Elles étaient également protégées par des lois parmi les plus strictes.

Cependant, ces lois s’appliquaient aussi à elles. Une Vestale accusée de laisser le feu s’éteindre pouvait être dénudée et fouettée. Si elle brisait son vœu de chasteté, une punition encore plus sévère l’attendait.

Elles étaient alors enterrées vivantes, mais avec une subtilité importante. Personne n’était autorisé à être enterré dans la ville même, donc les coupables étaient emprisonnées dans une chambre souterraine avec juste assez de nourriture et d’eau pour survivre un court instant… mais pas pour longtemps. Le nombre exact de femmes ainsi exécutées reste flou, bien qu’il y ait eu plusieurs victimes. Certaines d’entre elles ont même reçu cette sentence pour des raisons ridicules. Par exemple, Postumia a échappé à la mort mais a été réprimandée pour son goût prononcé pour l’humour.

Les origines romaines de la Saint-Valentin : une orgie censurée avec sacrifice rituel

La Saint-Valentin est une fête que l’on adore ou que l’on déteste, souvent associée aux chocolats, aux fleurs hors de prix, et… aux sacrifices rituels ? Oui, vous avez bien lu. L’origine exacte de la Saint-Valentin est sujette à débat, mais l’une des histoires les plus racontées avance qu’elle trouve ses racines dans l’ancien festival romain de Lupercalia. Ce festival, l’un des nombreux célébrés par les Romains, était lié à la fertilité et aux naissances. Jusque-là, rien de bien choquant, mais attendez, cela devient moins innocent.

L’une des pratiques rituelles du festival consistait en l’abattage de chèvres (et selon certains récits, de chiens également), dont les peaux étaient ensuite utilisées par les prêtres appelés Luperci. Ces derniers, intégralement nus durant tout le rituel, découpaient les peaux en bandes et pourchassaient les femmes romaines (parfois elles aussi dénudées) pour les frapper avec ces lambeaux de peau de chèvre. Le degré de violence de ces flagellations est disputé, tout comme beaucoup d’autres aspects de la mythologie romaine.

Un autre élément débattu de Lupercalia est l’histoire selon laquelle les hommes et les femmes tiraient des noms d’un pot et formaient des couples — dans tous les sens du terme — pour la durée du festival. Bien que certains historiens jugent cela peu probable en raison du nombre de participants, d’autres affirment que les couples, libres de retourner à leur vie après le festival, choisissaient souvent de rester ensemble. Qui aurait cru que les rencontres modernes n’étaient finalement pas si mal ?

Célébrations de Lupercalia Andrea Camassei / Wikimedia Commons

La mythologie romaine avait les meilleurs (ou les pires) fantômes imaginables

Dungeons & Dragons est fantastique, et c’est un fait indéniable. Malgré ses débuts controversés et son histoire rocambolesque, ce jeu a su rester populaire depuis des décennies… et n’importe qui y ayant joué pourra vous expliquer pourquoi (pendant des heures). Les livres de D&D regorgent de clins d’œil et de références à des créatures tirées des mythologies du monde entier, y compris les lemures. Dans le jeu, ce sont des flaques de chair agonisantes, agissant pour le compte de puissances supérieures en Avernus (l’Enfer), et en fait… c’est quasiment tiré directement de la mythologie romaine.

Il existe plusieurs façons dont les lemures romains étaient créés : parfois, il s’agissait d’âmes non enterrées correctement, parfois des restes de personnes assassinées, et d’autres fois, simplement d’esprits malfaisants. Et ils étaient partout. Vous voulez vraiment effrayer les enfants ? Apprenez-leur ceci : tous ces bruits étranges, surnaturels et inexplicables qui se produisent la nuit ? Ce sont les horribles restes des pires individus à avoir jamais marché sur terre, revenant pour infliger d’inimaginables cruautés aux vivants. Amusant, n’est-ce pas ?

Les lemures avaient tendance à cibler leurs anciennes maisons, prouvant que certaines choses ne changent jamais. Pour les éloigner, chaque ménage devait effectuer une série de rituels les 9, 11 et 13 mai. Cela les éloignait pour une autre année, mais même les dieux ne pouvaient rien faire pour vous si vous ne réalisiez pas ces rites de protection annuels avec une précision d’horloge.

La Survie de Rome Repose sur un Seul Incident Légendaire de Rapt de Masse

La légende de Romulus et Rémus est l’une des histoires les plus célèbres de la Rome antique, décrivant essentiellement la fondation de la ville. Selon un récit qui a inspiré d’innombrables œuvres d’art, c’est Romulus qui a donné l’ordre de kidnapper les femmes d’une tribu voisine afin d’assurer les bases de la population romaine.

Les Sabins étaient très réels, et leur histoire historique implique des escarmouches régulières avec Rome et, finalement, une assimilation : ils ont été intégrés à Rome en 268 après J.-C. La mythologie est beaucoup plus sombre et bien plus inconfortable, commençant par la décision de Romulus de forcer les familles sabines à permettre à leurs filles d’épouser des citoyens romains. Après leur refus, Rome a organisé un festival massif qui n’était en réalité qu’une occasion pour les hommes romains de s’approcher suffisamment des femmes sabines pour choisir leurs futures épouses parmi la foule, puis les enlever.

Les femmes furent forcées de se marier, et tout cela se transforma en guerre ouverte. Les choses allèrent mal, mais alors que les hommes sabins se battaient pour récupérer leurs filles, ces dernières tombèrent si profondément amoureuses de leurs ravisseurs qu’elles implorèrent finalement que les combats cessent. Tite-Live raconte (via World History) leur supplication : « Mieux vaut pour nous périr plutôt que de vivre sans l’un ou l’autre de vous, en tant que veuves ou orphelines. » Ce n’est pas un message qu’on enverrait de nos jours.

Tarpeia, une trahison et un lieu d’exécutions

L’histoire de Tarpeia est liée à l’enlèvement des femmes sabines, et elle en dit souvent plus sur le narrateur que sur Tarpeia elle-même. Tarpeia a donné son nom au Rocher Tarpéien, un lieu du Capitole à Rome utilisé pour les exécutions publiques. Cependant, il existe plusieurs versions de son histoire, ce qui rend le récit encore plus intriguant.

La version la plus ancienne raconte que lorsque les Sabins attaquèrent Rome pour libérer leurs femmes, Tarpeia conclut un marché avec eux : elle ouvrirait les portes de Rome en échange de tout ce que les attaquants portaient sur le bras gauche. Espérant recevoir des bijoux et de l’or, elle fut en réalité tuée et ensevelie sous leurs boucliers, qu’ils portaient sur le bras gauche. Les historiens notent que dans les versions ultérieures, son péché devient encore plus grave : dans certaines, elle est décrite comme une Vestale. Quoi qu’il en soit, elle reste perçue comme avide, duplice et sournoise. Ou bien… était-ce vraiment le cas ?

Le célèbre historien Tite-Live, auteur de la version originale, proposa une alternative qui offre une autre perspective : selon lui, Tarpeia n’était pas intéressée par la richesse et avait mis en scène toute l’affaire pour désarmer les attaquants sabins. Ou bien, ouvrit-elle les portes en signe de protestation contre l’enlèvement massif et les viols perpétrés par sa propre communauté envers une civilisation voisine ?

Soyez sages, les enfants, ou vous serez sacrifiés lors du prochain festival des carrefours

Sacrifices aux Lares

Alors qu’aujourd’hui, on menace les enfants de ne pas recevoir de cadeaux de Noël ou de leur retirer leurs privilèges téléphoniques, il existe des preuves qu’à une certaine période de la Rome antique, les enfants étaient menacés d’être sacrifiés aux divinités domestiques appelées Lares. Cette pratique a finalement été interdite et les vies des enfants ont été remplacées par des offrandes d’ail et de pavots, mais pendant un temps, elle faisait partie d’un festival appelé Compitalia. De manière quelque peu ironique, ce festival honorait des esprits censés représenter à la fois les ancêtres de la famille devenus des esprits gardiens, ainsi que des carrefours à la fois littéraux et figuratifs.

Les textes anciens suggèrent que c’était généralement des garçons qui étaient sacrifiés lors de ce festival annuel, mais d’autres sacrifices à d’autres festivals en l’honneur des Lares n’étaient pas moins brutaux. Par exemple, dans l’un d’eux, Ovide écrivait que des veaux à naître étaient prélevés de leurs mères et brûlés. Leurs cendres étaient censées posséder des propriétés protectrices et étaient distribuées aux familles locales.

Les cochons étaient également des sacrifices courants, mais après la fin de la pratique des sacrifices d’enfants humains, il semble qu’il y ait toujours eu des rappels. Les décorations du festival continuaient d’inclure des figures humaines, faites de bois et suspendues à divers endroits importants. Pourquoi? En remplacement des véritables enfants. Doux rêves!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *