Le sort du corps de Fidel Castro, le leader cubain décédé en 2016

Le sort du corps de Fidel Castro, le leader cubain décédé en 2016

Le destin du corps de Fidel Castro, leader cubain disparu en 2016. Découvrez ce qu'il est advenu de sa dépouille.

Share your love

Le destin fascinant du corps de Fidel Castro, décédé en 2016

Fidel Castro scowling
Sven Creutzmann/mambo Photo/Getty Images

Fidel Castro, le dirigeant communiste de Cuba, a enduré une vie longue et turbulente, marquée par de nombreuses tentatives d’assassinat, surtout orchestrées depuis les États-Unis, pays qui a maintenu un embargo contre le régime castriste pendant plus de 60 ans. Malgré plus de 600 tentatives d’assassinat par la CIA et divers groupes d’exilés cubains, utilisant des moyens aussi extravagants que des cigares explosifs et un costume de plongée empoisonné, Castro est parvenu à survivre, jusqu’à sa mort de causes naturelles le 25 novembre 2016, à l’âge honorable de 90 ans. À ce moment-là, il avait déjà cédé le contrôle de Cuba à son frère Raúl depuis huit ans.

La mort de Fidel Castro, surnommé affectueusement El Comandante par ses alliés, a été l’un des événements les plus marquants de l’histoire cubaine. Tandis que les communautés cubaines expatriées en Floride se réjouissaient de sa disparition, de nombreux habitants de La Havane étaient profondément bouleversés par le décès d’une figure séismique qui avait façonné leur nation comme peu l’ont fait sur cette planète. Comme l’a observé le dramaturge cubain Norge Espinosa Mendoza : « C’est la fin d’une époque. En son temps, il est parvenu à ne laisser personne indifférent… Son charisme, ses discours, ses élans, et aussi ses erreurs ont donné au monde une autre vision de Cuba » (via The Guardian). La grandeur de ses funérailles d’État, qui ont inclus sa crémation et inhumation finales à La Havane, témoigne de sa place dans l’histoire.

La crémation de Fidel Castro

Fidel Castro's cremation

La mort de Fidel Castro a été annoncée à la télévision d’État cubaine par le président de l’île à l’époque, Raúl Castro, et s’est rapidement propagée dans le monde entier par le biais de médias tels que la BBC, qui a souligné le flot d’émotions que sa disparition a déclenché parmi ses alliés comme ses ennemis. Raúl, visiblement ému lors de son discours à la nation, a déclaré une période de deuil national suite au décès de son frère, informant les Cubains et le monde entier que son frère devait être incinéré le lendemain, après quoi ses cendres seraient présentées lors d’un mémorial permettant au public de rendre hommage au dirigeant communiste.

L’USA Today note que la décision de Castro destinée à éviter une idolâtrisation posthume, contrastait avec celle d’autres dirigeants communistes proéminents tels que Mao Zedong de Chine et Vladimir Lénine de l’Union Soviétique, dont les corps embaumés ont été exposés au public pendant de longues périodes. Il semble que la décision de Castro soit probablement issue de son désir de ne pas être glorifié après sa mort, ainsi que de son athéisme de longue date.

De nombreux hauts dignitaires se sont abstenus

Castro family and allies at Fidel Castro memorial
Joe Raedle/Getty Images

De manière peu surprenante, même dans la mort, Fidel Castro est resté un personnage profondément clivant, son enterrement et l’inhumation de ses restes devenant un problème diplomatique pour de nombreux chefs d’État du monde. Tandis que ses alliés louaient son impact sur les affaires mondiales du XXe siècle et le maintien de l’indépendance de Cuba, beaucoup d’autres le décrivaient comme un tyran et un assassin, dont la révolution et ses conséquences équivalaient à l’oppression de son propre peuple.

Les politiciens et commentateurs de nombreuses nations occidentales, y compris les États-Unis et le Royaume-Uni, exprimaient clairement leur avis que leurs dirigeants ne devraient en aucun cas légitimer le régime de Castro en assistant à ses funérailles d’État. Néanmoins, lorsque le moment est venu, les funérailles ont été bien fréquentées par des délégués de nombreux pays. Trente chefs d’État sont arrivés sur l’île pour rendre hommage, principalement des alliés de Castro, tels que le président sud-africain Jacob Zuma et Robert Mugabe du Zimbabwe. Pendant ce temps, les nations non sympathisantes tendaient à envoyer des représentants de moindre importance, comme l’Espagne, qui a envoyé l’ancien roi Juan Carlos I.

Les restes de Fidel Castro ont été inhumés quelques jours plus tard

Guard at grave of Fidel Castro
Sven Creutzmann/mambo Photo/Getty Images

Les funérailles de Fidel Castro ont duré plusieurs jours, comprenant un grand rassemblement à la Plaza de la Révolution à La Havane le 29 novembre. Après que ses restes aient reposé en état dans la capitale cubaine pendant deux jours, quatre jours ont suivi au cours desquels les cendres de Castro ont été transportées dans le cadre d’un cortège depuis La Havane jusqu’à Santiago de Cuba, un voyage de 900 kilomètres que le Havana Times a noté comme étant planifié pour faire écho, en sens inverse, à la « Caravane de la Liberté » de 1959, une marche que Castro avait dirigée pour commémorer l’indépendance cubaine.

Le 4 décembre 2016, les restes de Fidel Castro ont été emmenés en cortège devant des foules de personnes en deuil jusqu’au cimetière Santa Ifigenia. Là, lors d’une cérémonie privée, les cendres du révolutionnaire ont été inhumées dans une niche dans un grand rocher, qui a ensuite été marqué par une plaque métallique portant simplement l’inscription : « Fidel. » Selon Cuba Debate, il s’agissait d’une affaire courte et « solennelle » alors que le dirigeant controversé était mis au repos parmi de nombreux autres révolutionnaires cubains notables.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌