La Vérité Cachée sur les Ravages de l'Empire Britannique

La Vérité Cachée sur les Ravages de l’Empire Britannique

Quels sont les impacts durables de l'Empire Britannique. Une analyse profonde des conséquences historiques et humaines de cette hégémonie mondiale.

Histoire

Il fut un temps où l’Empire britannique, posant ses fondations globales dès le XVIe siècle, régnait en maître en tant que plus grande puissance impériale du monde. Après la rétrocession de Hong Kong en juillet 1997, cette superpuissance omniprésente s’est vue restreinte aux pages de l’histoire, souvent agrémentées des récits héroïques et « civilisés » de ses missions à travers le monde à l’apogée de son pouvoir. Cependant, la vérité est plus complexe. En effet, l’Empire britannique a aboli l’esclavage avant certains de ses rivaux comme les États-Unis nouvellement formés, mais en veillant à ce que plus de 40 000 propriétaires d’esclaves soient financièrement indemnisés. En 1829, les autorités britanniques ont interdit la pratique hindoue du sati – l’immolation des veuves sur les bûchers funéraires de leurs maris – en Inde, tout en pillant la région de ses ressources précieuses au profit de la couronne et en la laissant vulnérable à la terrible famine de 1876-1878 qui a fait des millions de victimes.

Le mythe omniprésent d’un Empire britannique bienveillant et généreux doit toujours être scruté et démystifié. Comme tout autre conquérant impérial ayant jamais existé, il s’agissait d’une force implacable et colossale, comme le prouve son histoire longue et sanglante, siècle après siècle. De l’utilisation de tactiques brutales pour écraser d’innombrables révoltes dans ses colonies, en passant par le ciblage venimeux de l’identité culturelle des populations, jusqu’à ne rien faire pour atténuer les famines survenues dans les régions qu’il occupait, l’histoire de l’Empire britannique est tout simplement bouleversante.

La suppression de la langue irlandaise sous la domination britannique

Is Irish Still Spoken?

AndriiKoval/Shutterstock

La langue irlandaise est l’une des plus anciennes langues du monde, avec une histoire remontant au moins au cinquième siècle. Malheureusement, le nombre de locuteurs fluides diminue aujourd’hui ; le recensement irlandais de 2022 a rapporté que sur près de 2 millions de locuteurs irlandais — alors que la population de l’Irlande dépasse les 5 millions — seulement 10 % estimaient maîtriser couramment la langue.

Le déclin tragique de cette langue ancestrale peut être directement attribué à l’occupation britannique de l’île d’Émeraude. Bien que la domination anglaise sur l’Irlande ait officiellement été établie en 1541, la suppression systématique de la langue irlandaise a commencé des siècles plus tôt. En 1366, le prince Lionel, fils d’Édouard III, a promulgué la célèbre Statute of Kilkenny, qui interdisait aux colons anglo-normands de parler la langue irlandaise et imposait une série de décisions visant à traiter chaque aspect de la culture irlandaise comme une maladie à éradiquer. Quatre cents ans plus tard, alors que la Grande-Bretagne devenait le centre du monde, l’Administration of Justice (Language) Act a été adoptée en Irlande, rendant illégale l’utilisation de toute autre langue que l’anglais dans les tribunaux.

Au début des années 1900, le simple financement d’initiatives pour enseigner la langue irlandaise dans les écoles était souvent considéré comme une insulte nationaliste aux idéaux unionistes. Après le Soulèvement de Pâques manqué en 1916, lorsque Eoin MacNeill, chef d’état-major des Volontaires irlandais et érudit dont la vie et la carrière étaient largement dédiées à la langue irlandaise, a été arrêté à plusieurs reprises, les autorités britanniques ont fait un point d’honneur à confisquer ses recherches linguistiques et historiques. En résumé, tout au long de son existence, l’Empire britannique a toujours considéré la langue irlandaise comme une menace, et les résultats sont clairement visibles aujourd’hui.

L’Empire Britannique a échoué à soulager la souffrance causée par la Famine de la pomme de terre en Irlande

La Famine de la pomme de terre en Irlande, causée par un mildiou (Phytophthora infestans) qui a ravagé la culture la plus utilisée de la région, a duré de 1845 à 1852. Environ un million de personnes sont mortes des suites de maladies et de la famine; des millions d’autres ont fui. Bien que l’Empire Britannique ne soit pas directement responsable du mildiou qui a dévasté les terres, les politiques impériales n’ont guère fait pour arrêter la souffrance du peuple irlandais.

Même alors qu’un fléau horrifique balayait l’Irlande, d’énormes quantités de nourriture et de céréales étaient expédiées en Angleterre. Ennuyant encore davantage cette crise, la société irlandaise de l’époque, façonnée par les Britanniques, était dominée par des propriétaires terriens anglo-irlandais qui géraient leurs propriétés à distance, leur prêtant rarement attention. Cela a conduit à un cauchemar bureaucratique alors que d’innombrables personnes mouraient de faim; à qui appartenait la responsabilité d’aider le peuple irlandais — aux propriétaires négligents ou au Parlement britannique?

À la tête de cette bureaucratie britannique mesquine se trouvait Sir Charles Trevelyan, le fonctionnaire chargé des efforts de secours gouvernementaux en Irlande pendant la famine. Les croyances de Trevelyan, imprégnées de l’idée que la famine était une sorte de punition divine pour le peuple irlandais et enracinées dans la foi en la libre entreprise, n’ont guère freiné la famine de masse. Sa nomination n’a été rien de moins qu’un coup de grâce pour l’espoir irlandais.

Expansionnisme britannique et peuples aborigènes d’Australie

Les innombrables massacres de la population aborigène autochtone d’Australie constituent l’un des nombreux chapitres sombres de l’histoire écarlate de l’Empire britannique.

La défaite britannique durant la Révolution américaine aggrava un problème sérieux au pays de George III — les prisons étaient gravement surpeuplées, et l’empire n’avait plus accès à l’espace supplémentaire que leur ancienne colonie offrait. Cela entraîna une recherche frénétique d’un autre lieu pour abriter une partie significative de la population carcérale britannique. Ainsi commença l’expansion impérialiste en Australie, au prix tragique de la population aborigène du continent. L’établissement colonial débuta en janvier 1788, avec le capitaine Arthur Phillip à la tête d’une modeste flotte transportant le premier contingent de prisonniers.

Les massacres à grande échelle des peuples autochtones débutèrent quelques années plus tard. Dès 1794, les troupes britanniques entamèrent la première vague de tueries massives avant de finalement s’appuyer sur la force combinée des colons et de la police régionale, qui opéraient souvent avec le soutien gouvernemental. Ces attaques contre les Aborigènes se poursuivirent avec une impunité légale jusqu’aux années 1920. Le massacre de Myall Creek, qui vit le meurtre d’au moins 28 personnes Wirrayaraay en juin 1838, est célèbre pour être le seul cas où des colons britanniques furent jugés et reconnus coupables du meurtre d’Aborigènes. De 1794 à 1928, on estime qu’il y a eu plus de 400 massacres sur la frontière coloniale australienne. Durant cette période, ces offensives calculées et sponsorisées par le gouvernement causèrent la mort de plus de 10 000 Aborigènes.

Les camps de concentration de l’Empire britannique pendant la Seconde Guerre des Boers

L’Empire britannique a mis en place ce que certains considèrent comme les premiers camps de concentration modernes pendant la Seconde Guerre des Boers en Afrique du Sud. Ce conflit, qui a duré de 1899 à 1902, a vu les troupes britanniques prendre des mesures drastiques contre les mouvements de guérilla boers (descendants de colons néerlandais). Dès 1900, les forces impériales avaient relocalisé plus de 200 000 civils, principalement des femmes et des enfants, dans des camps.

Les conditions horribles des camps, caractérisées par une famine sévère et des maladies répandues, ont été décrites fameusement par l’activiste anti-guerre anglaise Emily Hobhouse. « Il y a près de 2 000 personnes dans ce camp… plus de 900 enfants… Imaginez la chaleur à l’extérieur des tentes et la suffocation à l’intérieur ! Nous étions assis sur leurs couvertures kaki… le soleil brûlait à travers la toile unique et les mouches étaient épaisses et noires sur tout ; ni chaise, ni table, et pas de place pour telles choses » (d’après The Guardian).

À la fin de la guerre, au moins 28 000 Boers avaient péri dans les camps, avec la majorité des victimes étant des enfants. Bien que les archives détaillées n’aient pas été conservées concernant les décès des prisonniers noirs détenus dans des camps séparés, on estime que plus de 20 000 y ont trouvé la mort.

Le rôle oublié de l’Empire britannique dans les Guerres de l’Opium

Les Guerres de l’Opium des années 1800 ont illustré jusqu’où l’Occident, en particulier la Grande-Bretagne, était prêt à aller pour sécuriser ce qu’il considérait comme un commerce inestimable.

Au XIXème siècle, l’Empire britannique était engagé dans un commerce lucratif avec la Chine. Des marchandises chinoises précieuses telles que la porcelaine, la soie et le thé affluaient en Grande-Bretagne. Cependant, la puissance occidentale faisait face à deux problèmes majeurs avec son partenaire commercial oriental. Tout d’abord, les navires britanniques étaient restreints uniquement à Canton (l’actuelle Guangzhou). De plus, les marchands chinois manifestaient continuellement leur désintérêt pour les produits britanniques et ne demandaient que de l’argent en retour. Pour l’Empire britannique, cela a créé une panique car il se voyait constamment puiser dans ses réserves d’argent. La réponse impériale à ce problème ? Faire entrer illégalement de l’opium indien en Chine et le vendre contre de l’argent. L’opium avait été interdit en Chine depuis 1796. Des décennies plus tard, la dépendance à l’opium dans le pays atteignait des niveaux alarmants, au point où les contrebandiers britanniques introduisaient plus de 1 000 tonnes de drogue en Chine chaque année.

La Chine s’est retrouvée embourbée dans deux guerres avec la Grande-Bretagne (cette dernière étant rejointe par les États-Unis, la Russie et la France dans le second conflit) après avoir tenté de résister et de mettre en œuvre des mesures de protection contre l’importation illégale d’opium. Ces conflits ont vu la Chine perdre de vastes territoires, son prestige mondial et le contrôle de ses propres marchés.

Le Massacre de Jallianwala Bagh

En avril 1919, l’Empire britannique a perpétré un acte odieux qui allait fondamentalement changer son règne sur l’Inde et mettre le pays sur la voie de l’indépendance. Le massacre de Jallianwala Bagh, également connu sous le nom de massacre d’Amritsar, s’est produit lorsqu’un groupe de nationalistes indiens s’est rassemblé dans la ville sainte d’Amritsar, au parc de Jallianwala Bagh, pour protester contre la domination britannique, en particulier la conscription forcée de troupes indiennes par l’Empire ainsi que les lourds impôts qu’il imposait constamment au peuple. (Il est important de noter qu’à cette époque, il y avait aussi une indignation massive contre le Rowlatt Act, une législation qui donnait aux autorités impériales le droit de mener des procès sans jurys et d’emprisonner des suspects sans qu’ils puissent d’abord plaider leur cause au tribunal.)

Avant le massacre, dans un climat de tensions croissantes dans la région du Pendjab, le brigadier général britannique Reginald Dyer prit le commandement d’Amritsar. Avec la loi martiale en vigueur, la liberté de réunion était interdite. Cependant, le 13 avril 1919, des milliers de personnes se rendirent en ville pour le festival de Baisakhi, une célébration traditionnelle de la moisson chez les Sikhs, et se joignirent aux manifestants à Jallianwala Bagh. Cela incita Dyer à mener ses troupes au parc et à l’encercler, où ils commencèrent alors à tirer sur la foule non armée jusqu’à épuiser plus de 1 600 cartouches de munitions. Par la suite, les sources officielles britanniques maintinrent un bilan de 379 morts. Cependant, le nombre est probablement plus élevé, avec des centaines de blessés supplémentaires après le massacre.

La Famine du Bengale de 1943

En 1943, alors que le cauchemar de la Seconde Guerre mondiale enveloppait le globe, l’une des plus grandes famines de l’histoire mondiale se produisit dans l’est de l’Inde, faisant plus de 3 millions de victimes. Contrairement à la Grande Famine de la pomme de terre en Irlande, les causes directes de la Famine du Bengale de 1943 sont principalement considérées comme étant économiques et politiques. En raison de la pression de la guerre, l’Empire britannique détourna d’énormes quantités de nourriture (comme le riz, devenu une denrée précieuse après l’invasion japonaise de la Birmanie) vers divers fronts militaires.

<p>l’Inflation, la panique généralisée, le transfert routinier de précieuses exportations et l’indifférence impériale face aux avertissements répétés que la situation au Bengale pourrait rendre la région sensible à la famine, ont tous contribué à ouvrir la voie à cette catastrophe. Selon Leo Amery, secrétaire d’État pour l’Inde à l’époque, la réponse initiale de Winston Churchill à la crise fut d’une froide indifférence, le Premier ministre tenant à blâmer les Indiens pour « se reproduire comme des lapins ». Bien que des tentatives plus sérieuses de secours aient commencé à se former à la fin de 1943, la tragédie ultime avait déjà coûté d’innombrables vies.</p>

<p>Ces dernières années, les horreurs de la famine, traditionnellement traitées comme une note de bas de page dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ont enfin reçu une attention académique et une reconnaissance méritées. Dans un témoignage publié par la BBC, Niratan Bedwa, une survivante de la famine, a décrit les traumatismes que les familles ont dû endurer. « Les mères n’avaient plus de lait maternel. Leurs corps étaient tout en os, sans chair, » a-t-elle expliqué. « Beaucoup d’enfants mouraient à la naissance, leurs mères aussi. Même ceux qui naissaient en bonne santé mouraient jeunes de faim. De nombreuses femmes se sont suicidées à cette époque. »</p>

<h2>Le bombardement de l’Irak en 1920</h2>
<div class= »slide-key image-holder gallery-image-holder credit-image-wrap » data-slide-num= »8″ data-post-id= »1581677″>
<picture>
<source media= »(min-width: 429px) » data-srcset= »https://www.grunge.com/img/gallery/the-messed-up-truth-of-the-british-empire/the-bombing-of-iraq-in-1920-1715698001.webp » type= »image/webp »></source>
<source media= »(max-width: 428px) » data-srcset= »https://www.grunge.com/img/gallery/the-messed-up-truth-of-the-british-empire/the-bombing-of-iraq-in-1920-1715698001.sm.webp » type= »image/webp »></source>
<img class= »gallery-image lazyload » src-dataa= »data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAQAAAC1HAwCAAAAC0lEQVR42mNkYAAAAAYAAjCB0C8AAAAASUVORK5CYII= » src= »https://www.grunge.com/img/gallery/the-messed-up-truth-of-the-british-empire/the-bombing-of-iraq-in-1920-1715698001.jpg » data-slide-url= »https://www.grunge.com/1581677/messed-up-truth-british-empire/slide/the-bombing-of-iraq-in-1920/ » data-post-id= »1581677″ data-slide-num= »8″ data-slide-title= »The Messed Up Truth Of The British Empire: The bombing of Iraq in 1920″ width= »780″ height= »438″ alt= »British troops driving in Iraq »>
</picture>
<span class= »gallery-image-credit »>General Photographic Agency/Getty Images</span>
</div>
<div class= »columns-holder »>
<p>En 1920, une révolution éclata en Irak. Plus de 100 000 chiites et sunnites s’unirent pour se rebeller contre l’armée britannique, qui occupait l’Irak depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Bien que les Britanniques se voyaient comme des libérateurs ayant libéré les Arabes du joug de l’Empire ottoman, le peuple irakien se lassa rapidement d’un autre pouvoir impérial contrôlant et dictant chaque aspect de leur société.</p>
<p>Les groupes insurgés, qui incluaient également des combattants kurdes, choisirent leurs cibles judicieusement : les lignes de chemin de fer et les postes militaires impériaux isolés. Les révoltes révélèrent également un niveau fascinant d’unité de classe en plus de leur diversité religieuse, car les révolutionnaires irakiens semblaient provenir de tous horizons. Des tribus rurales aux citadins, cela importait peu ; les Britanniques avaient réussi à fortement énerver une grande majorité de la population.</p>
<p>Les Britanniques utilisèrent le soulèvement comme une occasion de montrer brutalement la puissance terrifiante de la Royal Air Force. Selon The Guardian, rien qu’en 1920, la RAF totalisa plus de 4 000 heures de vol en Irak et largua une quantité impressionnante de bombes (près de 100 tonnes), avec des pertes irakiennes atteignant près de 9 000. Les années suivantes, le contrôle de la région reposerait largement sur une vague continue de raids aériens, les commandants de la RAF se concentrant de manière acharnée sur les villages.</p>
</div>

La Partition de l’Inde

La gestion britannique de la partition de l’Inde en 1947 est sans doute l’une des erreurs géopolitiques les plus grotesques de l’histoire moderne. Après la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne semblait impatiente de se lancer sur la voie de la décolonisation. Cette période marquée par une indifférence appuyée a empiré les tensions entre Hindous et Musulmans durant l’indépendance de l’Inde et du Pakistan. La partition, orchestrée par un avocat britannique n’ayant jamais mis les pieds en Inde, a tracé des frontières arbitraires séparant brutalement des familles et déchirant des communautés hétérogènes de Musulmans et de Hindous.

Dans une interview de 2017 accordée au Washington Post, Sarjit Singh Chowdhary, un soldat sikh de l’armée britannique ayant combattu en Irak, décrit le chaos immédiat qui a englouti le sous-continent après la partition. « Quand je suis parti, l’Inde était un pays paisible, » expliqua Chowdhary. « Quand je suis revenu, ce n’était que carnage. » En quelques mois à peine, la région plongea dans une calamité sans précédent. Presque du jour au lendemain, près de 20 millions de personnes devinrent des migrants cherchant à fuir de part et d’autre des nouvelles frontières, avec des « trains de la mort » — des trains remplis de passagers massacrés — devenant monnaie courante.

En fin de compte, l’histoire du retrait précipité de la Grande-Bretagne de l’Inde se termine par des scènes de pillages, de massacres et d’innombrables viols. Les archives indiquent qu’au moins 2 millions de personnes ont perdu la vie dans le sillage tumultueux de la partition.

La terreur britannique au Kenya

De 1952 à 1960, le Kenya a été plongé dans un conflit amer connu sous le nom de rébellion des Mau Mau (également appelée soulèvement des Mau Mau et « Emergency » du Kenya). Les forces Mau Mau, constituées principalement de Kikuyus, luttèrent contre la domination britannique au Kenya, laquelle se traduisit par une série de représailles impériales horrifiantes.

La Kenya Human Rights Commission affirme que 90 000 Kényans ont été tués ou torturés pendant le conflit, et que 160 000 autres ont été emprisonnés dans des conditions infernales. Les travaux de Caroline Elkins, auteur de « Imperial Reckoning: The Untold Story of Britain’s Gulag in Kenya » et « Legacy of Violence: A History of the British Empire », offrent un aperçu supplémentaire des actions de la Grande-Bretagne au Kenya, en soulignant comment l’Empire a à nouveau recours à des camps pour réprimer la résistance africaine. Dans « Imperial Reckoning », Elkins a écrit que « ce n’est qu’en détenant presque toute la population kikuyu de 1,5 million de personnes et en atomisant physiquement et psychologiquement ses hommes, femmes et enfants que l’autorité coloniale pouvait être rétablie et la mission civilisatrice réinstaurée. »

Bien que les forces loyalistes britanniques aient remporté la guerre, la nature brutale du conflit a contribué à ouvrir la voie à une indépendance complète du Kenya en 1963. Des allégations de torture à grande échelle, de déplacements forcés, d’emprisonnements sans procès et d’autres violations flagrantes des droits humains commises par les autorités impériales continuent de hanter le gouvernement britannique jusqu’à ce jour. En fait, un demi-siècle après la fin du soulèvement des Mau Mau, le conflit au Kenya a révélé jusqu’où l’Empire irait pour garder leurs secrets à jamais enfouis.

Opération Legacy – le camouflet ultime des Britanniques

À l’approche de l’effondrement de l’Empire Britannique, les officiels de Londres se sont attelés à s’assurer que certains secrets impériaux compromettants restent à jamais dissimulés. Entre les années 1950 et 1970, alors que la position mondiale de la Grande-Bretagne se dégradait et que son contrôle sur ses colonies restantes s’effritait, l’empire autrefois tout-puissant a travaillé sans relâche à compiler une montagne de documents sensibles mettant en lumière les innombrables atrocités commises contre les sujets coloniaux à travers le monde.

<p>Ce programme allait plus tard être révélé comme étant une politique gouvernementale officielle baptisée « Opération Legacy, » un programme déterminé à maintenir la confidentialité de certains documents pouvant fournir des preuves irréfutables contre l’Empire Britannique et amplifier les voix des colonies qu’il a autrefois dominées. Les instructions sur la manière de supprimer ces documents étaient méticuleuses; s’ils n’étaient pas brûlés ou secrètement renvoyés en Angleterre, ils étaient jetés à la mer.</p>

<p>La lumière a commencé à être portée sur l’Opération Legacy après que quatre Kenyans âgés — affirmant avoir subi des tortures brutales de la part des forces britanniques lors de la rébellion Mau Mau — aient obtenu en 2011 le droit légal de poursuivre le gouvernement britannique pour obtenir des compensations. Deux ans plus tard, le gouvernement britannique a accepté de payer près de 20 millions de livres à plus de 5 000 victimes de torture kenyanes. Des poursuites supplémentaires alléguant le vol de terres coloniales ont suivi, prouvant que l’emprise implacable de l’Empire Britannique se fait encore sentir à ce jour.</p>

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ne manquez plus aucune nouveauté poétique en vous inscrivant à notre newsletter ! 💌